Critique

 

Comme une gazelle apprivoisée (Barbara Pym)

note: 4Tranche de vie Caroline, bibliothéc - 23 mars 2020

Pour qui connait la vie de village, vous ne serez pas dépaysé car le vie de ce village britannique des années 50 ne change pas beaucoup de celle d'aujourd'hui, religion anglicane en moins. Les deux personnages principaux sont deux "vieilles filles" de caractères très différents. C'est surtout dans la psyché de Belinda, la plus âgée et érudite des deux, amoureuse du quelque peu pédant et un peu flemmard archidiacre depuis 30 ans (sans espoir car il en a épousé une autre), que nous entrons.
La vie de village se mène au rythme des repas donnés entre amis, des messes, des visites que les uns rendent aux autres. En réalité, il ne se passe presque rien mais la vie quotidienne n'est elle pas ainsi, faite de non-évènements ? Pourtant les coeurs et les âmes des protagonistes, eux, sont beaucoup plus étonnants et bourgeonnent de sentiments et réflexions divers. C'est d'ailleurs la grande qualité de l'auteur de nous faire suivre les pensées et délicats états d'âme de Belinda. A travers son regard, on découvre les caractères et travers des autres habitants et l'on rit parfois gentimment à leurs dépends.
Barbara Pym a écrit ce livre à 22 ans, elle fait preuve pourtant de beaucoup de maitrîse et de maturité dans ce premier roman.