Critique

 

Street worms (Viagra Boys)

note: 5post-punk exutoire Bastien - 20 avril 2020

On n’est pas sûr que ces cinq garçons prennent (seulement) du viagra, mais leur musique est effectivement et incroyablement vitaminée (euphémisme). Mené par le chanteur Sebastian Murphy (également à l’origine de la pochette et des dessins du livret) le groupe de Stockholm fait vrombir saxophone, guitare, basse et synthé au service d’un post-punk exutoire ultra efficace