Néon (Octave Noire)

note: 5Album envoutant ALEXANDRA - 14 juin 2018

Cet album m'a accrochée dès la première écoute. Je l'ai écouté et réécouté, l'aimant d'avantage à chaque fois. Certains morceaux [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilPoint de vue sur...

Point de vue sur...

 

Last hero Inuyashiki n° 6 (Hiroya Oku)

note: 3Du bon suspense Caro, bibliothécaire - 20 juin 2018

Je suis mitigée sur cette série car le graphisme est beau et l'histoire est un bon suspense mais je trouve que chaque tome se lit vite à cause des nombreuses cases consacrées aux scènes d'action. Dans l'ensemble, c'est une bonne série mais qui n'avance pas très vite. Il faut donc être patient.
Dans ce volume toutefois, notre héros quinquagénaire qui a temporairement éliminé son rival, se retrouve enfin heureux en famille mais se voit confronté à un nouveau danger qui menace la Terre...

Astrid Bromure n° 4
Comment lyophiliser le monstre du Loch Ness (Fabrice Parme)

note: 4Toujours aussi bien ! Caro, bibliothécaire - 20 juin 2018

Une 4e aventure pour notre intrépide Astrid qui profite de ses vacances chez son oncle, un savant un fou et très désorganisé ! Nous assisterons à la naissance de Nessie, et suivrons les péripéties qui s'en suivent dans une fantaisie toujours aussi drôle !
Une série trhttp://mediatheques.valenceromansagglo.fr/recherche/viewnotice/expressionRecherche/comment+lyophiliser+le+monstre+du+loch+ness/tri/%2A/clef/COMMENTLYOPHILISERLEMONSTREDULOCHNESS--PARMEF-4---1/id/3544758ès réussie qui peut même plaire aux grands.

Néon (Octave Noire)

note: 5Album envoutant ALEXANDRA - 14 juin 2018

Cet album m'a accrochée dès la première écoute. Je l'ai écouté et réécouté, l'aimant d'avantage à chaque fois. Certains morceaux m'ont fait penser à Manset et la voix se rapproche parfois de Chambort. C'est un beau mariage entre le fond et la forme. Limpide et prenant.

Georges Guynemer (Patricia Crété)

note: 5j'adore cette collection JEFF - 14 juin 2018

On apprend plein de choses avec les livres de cette collection. Il faut piocher dedans et se laisser entrainer.

Appelez-moi maîtresse (Clara Cuadrado)

note: 3déjantée la maîtresse! FLORENCE - 14 juin 2018

Un petit moment de lecture sympa avec cette maîtresse complètement déjantée. Ne boudez pas un petit moment relaxant et pas prise de tête...

Dans les angles morts (Elizabeth Brundage)

note: 5très bon livre FLORENCE - 14 juin 2018

Dans cette histoire il y des meurtres et un psychopathe qui est pour moi le personnage le moins intéressant. Les autres personnages sont profonds, passionnants. On y croise des personnes qui font ce qu'elles peuvent pour continuer avec leur vie cabossée, leurs souffrances, leurs mauvais choix. Il y a de l'amitié vraie, de l'amour, des phrases d'une réelle beauté. Très bon livre. Il faut se laisser prendre par cette histoire

En attendant Bojangles (Ingrid Chabbert)

note: 4plein d'émotion FLORENCE - 14 juin 2018

Cette Bd m'a beaucoup plu et beaucoup émue. Je n'avais pas lu le livre cela a donc été une totale découverte. J'ai aimé aussi les dessins. Bref je vous la recommande.

En Provence (Françoise Bourdon)

note: 1En provence de Françoise Bourdon BERNARD - 13 juin 2018

il ne s'agit pas d'un avis....mais
je n'arrive pas à le réserver? pourquoi?
désolé d'utiliser ce biais pour vous ecrire mais
je ne sais pas faire autrement
cordialement

La salle de bal (Anna Hope)

note: 4un asile si parfait virginie - 13 juin 2018

Glaçant, l'histoire se déroule et nous laisse confiants, une belle hisoire d'amour se profile...

D'acier (Silvia Avallone)

note: 3LOLITALIENNES DOMINIQUE - 11 juin 2018

Deux pères comme on en voudrait jamais. Le premier, brute épaisse qui n'hésite pas à cogner, le second vivant de trafics et de magouilles. Deux mères qui subissent, sans vraiment oser se révolter. Voilà le décor de ces deux lolitas, qui jouent à être des femmes bien avant l'heure. Mais leur apprentissage chaotique de la gent masculine ne saura que les décevoir et finalement l'amour qui les unit, bien que coupable, emportera tous les préjugés d'une Italie en pleine mutation. D'acier a les qualités et les défauts d'une première oeuvre, malgré son audace, le jeu alterné de ses principaux personnages manque quelque peu de retenue. Une fougue que saura d'avantage maîtriser S. Avallone dans ses romans suivants.

Fly high (Jaqee)

note: 4Une artiste « inclassable » à découvrir ! STEPHANIE, discothécaire - 7 juin 2018

La musique de Jaqee pourrait être qualifiée de nomade car elle est un condensé d’influences, d’ambiances très différentes. L’album s’ouvre sur « Hello » où sa voix est bien mise en valeur, morceau acoustique plutôt folk, puis vient « Water it » au rythme plus rapide et aux influences soul, « Oh sister » est un morceau « hip-hop » très efficace, « Tambuula » sonne plus électro avec un rythme et un refrain entêtants, « Miracle » est une ballade juste parfaite… Bref, une multitude de styles de musique et des morceaux très réussis dans l’ensemble. Une artiste « inclassable » à découvrir !

Club 12345 (Bagarre)

note: 5Un album innovant, frais et surprenant. STEPHANIE, discothécaire - 7 juin 2018

Dès la première écoute cet album m’a intrigué : le groupe Bagarre propose une musique indéfinissable et des textes qui interpellent, chantés en français… Les titres se succèdent sans temps mort : « Ecoutez-moi » et son rythme incantatoire, « Béton armé » et son refrain entêtant, « Mal banal » et ses paroles percutantes… Bagarre parle autant au corps qu’à l’esprit : leurs textes parlent à chacun de nous et leur musique donne une furieuse envie de danser (« Diamant », « Danser seul »). Un album innovant, frais et surprenant !

You will not die (Nakhane)

note: 5Espérons qu’il y aura une suite à cet album remarquable ! STEPHANIE, discothécaire - 7 juin 2018

Nakhane a été mis en avant l’an passé par les Trans Musicales de Rennes dans le cadre de leur «carte blanche» (succédant ainsi à Stromae, Jeanne Added, Fishbach…). Agé de 29 ans et originaire d’Afrique du Sud il a créé le buzz avec ses performances scéniques. Pour lui la musique est un moyen d’affranchissement et d’affirmation de soi. De son enfance passée à fréquenter et à chanter dans les chorales il garde cette voix très haute (« Teen prayer »). Le premier morceau « Violent measures » invite au recueillement, « Interloper » sonne très « new wave », « Presbyteria » est un morceau piano-voix très émouvant, avec « The Dead » le charme persiste et ne sera jamais rompu jusqu’au dernier titre. Espérons qu’il y aura une suite à cet album remarquable !

Syrian dreams (Maya Youssef)

note: 4Un album envoûtant et émouvant ! STEPHANIE, discothécaire - 7 juin 2018

Maya Youssef est une brillante musicienne de kanoun, instrument pratiqué traditionnellement par les hommes. Sur ce premier album « Syrian dreams » elle est accompagnée de l’oudiste irakien Attab Haddad, du violoncelliste anglais Barney Morse-Brown et du percussionniste oriental Sebastien Flaig. Ce disque est « le reflet de mes souvenirs et de mes sentiments. Jouer de la musique est un acte d’espérance et d’affirmation de la vie face à la mort. J’aime penser que grâce à ma musique, les gens se retrouvent pour coexister en paix ». Cette musique véhicule un beau message, elle est chargée de nostalgie mais aussi d’espoir. Un album envoûtant et émouvant !

Marina Bellezza (Silvia Avallone)

note: 4L'AMOUR VACHE DOMINIQUE - 6 juin 2018

La schizophrénie italienne racontée à travers l'amour impossible d'un jeune couple. Marina Bellezza a une apparence et une voix tout à fait digne de son nom et se laisse emporter par le "star system" d'une américanisation à outrance. Andréa suit, pour sa part, une voie lactée. Il reconstitue un troupeau de "grises alpines" comme celui qu'élevait son grand-père dans la rudesse des montagnes.
Dans une écriture enjouée, pleine de fougue et de rebondissements, Avallone nous conte ce "Roméo et Juliette" des temps berlusconiens, où la vérité se révèle peut être dans une de ses réflexions: "Ce ne pas vrai que ce qui compte, c'est où on arrive. Ce qui compte, c'est d'où on vient."

La malédiction d'un jardinier kibei (Naomi Hirahara)

note: 2pas convaincue virginie - 5 juin 2018

En dépit des critiques élogieuses, j'ai trouvé ce livre insipide, l'action tarde à venir, je l'ai abandonné au premier tiers

Bonheur au travail (Le) (Martin Meissonnier)

note: 5A voir absolument Sylviane, bibliothécaire - 5 juin 2018

Ce documentaire vous fera découvrir une nouvelle forme d’organisation managériale qui explose le mode pyramidal actuel et permet aux salariés de retrouver le gout et le bien-être au travail. A travers ce reportage nous découvrons neuf entreprises, réparties dans différents continents, qui nous expliquent et prouvent qu’en redonnant la place à l’humain et en instaurant la confiance et la liberté tous salariés peut retrouver le chemin du bonheur au travail.

L'atelier des miracles (Valérie Tong Cuong)

note: 4L'atelier des miracles CHRISTEL - 4 juin 2018

Très belle écriture. On se laisse embarquer dans l'histoire et on est surpris à chaque page et ce jusqu'à la dernière. Jamais pathos toujours juste...

For a moment, I was lost (Amber Run)

note: 5Un très bel album… A écouter ! Julie, bibliothécaire - 31 mai 2018

Amber Run est un groupe de pop-rock anglais prometteur qui parvient à nous entraîner dans leur univers à travers douze titres efficaces. Les guitares, les claviers et la sublime voix de leur chanteur nous envoûtent dès le début (« No answer »). La force du groupe est de réussir à créer des titres intenses comme « Fickle Game », morceau magnifique, d’une douceur terrible, ou encore « Machine » dont la beauté et la justesse du chant nous laisse sans voix ! Enfin, le dernier titre « Wastelands » clôt magistralement l’album avec une superbe fin instrumentale.

Shape the future (Nightmares On Wax)

note: 5Une musique d’ambiance... Julie, bibliothécaire - 31 mai 2018

Cela fait plus de 25 ans que George Evelyn, alias Nightmares On Wax perfectionne sa musique. Sur ce nouvel album, il montre une fois de plus son talent pour le mélange des genres. On navigue entre le trip-hop (« Back to nature » et sa mélodie envoûtante …), la soul sur « Citizen Kane » ou encore sur « Typical » : superbe morceau avec un invité de marque, le chanteur Jordan Rakei. On retrouve aussi dans les morceaux du DJ du jazz (« On It Maestro »), du reggae (« Tomorrow ») et même du rap (« Deep shadows »). Cet album est une réussite avec ces sonorités multiples, qui s’accordent superbement…

La guerre des amants n° 1
Rouge révolution (Jack Manini)

note: 4Très bonnes BD historiques. FLORENCE - 31 mai 2018

Très instructif de lire les 3 tomes de "la guerre des amants". On y rencontre des passionnés d'art, de politique. On vit avec eux du début du XXème siècle à la fin de la seconde guerre mondiale. Passionnant.

Profession du père (Sébastien Gnaedig)

note: 4Professsion du père : fou FLORENCE - 31 mai 2018

Que de souffrances chez ce jeune garçon maltraité par son père. On y assiste impuissant sans comprendre pourquoi la mère ne met jamais fin aux agissements du père. Et que dire du médecin de famille! ouf il y a de l'espoir et de l'amour à la fin!

Chroniques de San Francisco n° 9
Anna Madrigal (Armistead Maupin)

note: 5A MAN AND A GIRL DOMINIQUE - 31 mai 2018

Secret de polichinelle, Anna Madrigal, c'est aussi An(n)a-gramme: A man and a girl! L'auteur a la nostalgie des temps divins, où nous n'étions qu'un, avant que le sexe ne vienne tout "foutre" en l'ère. Et oui, sexus, dont il est à l'origine, veut dire section, séparation en deux. Quelle idée! Anna et la plupart de ses acolytes, essaient tant bien que mâle, de retrouver cette unité que nos plus profonds gènes ont gardé en mémoire. C'est l'aboutissement (livre 9) d'une saga très originale pour ne pas dire "originelle", dans le finistère d'un monde occidental où les affirmations se noient dans un océan des plus pacifiques.

Une longue impatience (Gaëlle Josse)

note: 5Vivre d’attendre, mourir d’attendre Guy, bibliothécaire - 29 mai 2018

Il n’est pas facile de se remettre de la lecture de ce roman poignant. Il faut déjà sécher ses larmes avant de pouvoir parler de la détresse d’Anne, cette mère qui attend désespérément le retour de son fils parti en mer pour fuir la brutalité de son beau-père. Gaelle Josse a la faculté de nous plonger dans une atmosphère lourde, dans les pensées et les sentiments les plus profonds de son héroïne dont le cœur saigne mais qui survit grâce à l’espoir. Ce récit dépeint un drame, aussi personnel qu'universel : la douleur de l'absence, la peur du vide, l'attente inexorable.
L’écriture est d’une extrême justesse et d’une infinie délicatesse malgré l’aspect tragique de la situation.

Agoo (Patrick Ruffino)

note: 4L'artiste "vaudoun" Michel, discothécaire - 29 mai 2018

Le bassiste et chanteur revient dans un nouvel album empreint des traditions béninoises et d’un funk réjouissant pour les amateurs de groove. Patrick Ruffino a grandi à Cotonou, la capitale la plus funky d’Afrique, et a été élevé au sein d’une famille multiculturelle. Dans cette atmosphère propice au croisement entre les musiques africaines, il s’intéresse aussi au jazz, à la funk, la soul et aux musiques afro-cubaines. Son nouvel opus Agoo, que l’on peut traduire par « permettez-moi de passer » mélange afro-beat, funk, rock des seventies aux rythmes traditionnels du Bénin. En résulte une musique inédite forte de ses influences africaines et occidentales.

Cure (Eddy De Pretto)

note: 4un souffle nouveau sur la chanson française et le rap ! STEPHANIE, discothécaire - 29 mai 2018

Remarqué aux Transmusicales de Rennes avant de remporter le Prix du Printemps de Bourges en avril 2017, le jeune Eddy de Pretto fait le buzz depuis plusieurs mois avec des titres comme « Fête de trop » ou « Ego ». Ses textes poétiques et forts parlent de virilité, d'homosexualité et de débauche, des paroles acerbes et crues tellement authentiques et sincères qu’on est forcément ému, touché par cette mise à nu (« Mamere », « Kid », « Normal »). « Affirmer que l’on peut être certes perdu, ou même avoir peur de la dilution sociale, mais que pour avoir une chance de se trouver, il faut revendiquer ce que l’on est, d’où l’on vient et d’où l’on chante ». Cet artiste singulier apporte, une fraîcheur, un souffle nouveau sur la chanson française et le rap !

Cellos sonatas, Hungarian dances (Johannes Brahms)

note: 4Cet enregistrement est une belle réussite ! STEPHANIE, discothécaire - 29 mai 2018

Alexandre Tharaud et Jean-Guihen Queyras ont choisi de rendre hommage à Brahms et interprètent ses deux sonates pour violoncelle ainsi que leurs propres transcriptions des six danses hongroises (écrites à l’origine pour violon et piano). Les deux musiciens se connaissent depuis plus de 20 ans et c’est sans doute cette complicité qui donne cette intensité à l’interprétation. Et quel plaisir d’entendre les six danses hongroises jouées par ses deux musiciens de talent. Cet enregistrement est une belle réussite !

Comment élever un Raymond (Agnès de Lestrade)

note: 4Comment élever un Raymond Régine - 24 mai 2018

"Le Raymond est un animal qui, en général, entre dans les maisons en fin d’après-midi. Sachez qu’on ne se débarrasse pas facilement d’un Raymond. Quand il est rentré, il ne ressort plus avant longtemps. Si vous ne vous ne voulez pas d’un Raymond chez vous, il fallait bien fermer vos portes et vos fenêtres. Le Raymond a un appétit d’ogre. Si vous ne le nourrissez pas à la demande, il se transforme en très méchant Raymond. Au début, le Raymond boit du lait. Il aime particulièrement le boire la nuit. Le Raymond n’est pas toujours patient. Il crie et perce vos oreilles. Mais si vous le chatouillez, il rit. Ce qui n’est déjà pas si mal pour un Raymond. Tout le monde viendra admirer votre Raymond. Pourtant, le Raymond ne sent pas toujours très bon."
Mais qui est donc ce mystérieux Raymond ? Vous trouverez dans les illustrations de cet album quelques indices pour lever le suspense !
Un album très drôle dans lequel chacun se reconnaitra. Les illustrations à l’encre de Marie Dorléans au style délicieusement désuet, contrebalancent habilement le texte pince sans rire d’Agnès de Lestrade . Un duo qui a du bien s’amuser pendant l’écriture de cet album.
A partir de 5 ans

Comment apprendre à s'aimer (Yukiko Motoya)

note: 1Ennuyeux Caro, bibliothécaire - 23 mai 2018

Je n'ai pas du tout réussi à trouver un quelconque intérêt à l'histoire de cette femme qu'on retrouve à différents âges de la vie dans différentes scènes... Je n'ai pas non plus trouvé le lien avec le titre du livre tant ces scènes décousues n'apportent pas grand chose à la compréhension du personnage. Un bon point seulement : ce roman est court !

9 mois ferme (Albert Dupontel)

note: 3Virevoltant et amusant Caro, bibliothécaire - 23 mai 2018

La caméra de Dupontel virevolte dans tous les sens dans ce long-métrage certes un peu farfelu côté scénario. Les acteurs sont excellents et réussissent à donner de la crédibilité et de l'humanité à leurs personnages qui auraient pu tomber dans la caricature. Ce n'est pas très profond mais amusant !

Konbini (Sayaka Murata)

note: 3Sur des personnalités marginales Caro, bibliothécaire - 23 mai 2018

Ce roman très court écrit dans un style simple et efficace relate le mal-être de deux êtres différents. L'héroïne compte sur sa sœur qui lui trouve des excuses pour ses "bizarreries" : elle travaille à mi-temps malgré de bonnes études, n'a pas de petit ami et ne souhaite pas particulièrement fonder une famille. Elle s'épanouit pourtant au travail : une supérette de quartier où elle excelle dans la vente et la gestion des marchandises. C'est là qu'elle rencontre un homme qui lui aussi pense différemment.. Ils vont se trouver et tenter de devenir des êtres "normaux" aux yeux de la société en adoptant un comportement normé. Mais est-ce là la clé du bonheur ?
Quand on connaît la société japonaise qui suit des codes sociaux stricts, ce roman prend tout son sens. Dans un pays où un clou ne doit pas dépasser, on comprend le malaise de ceux qui sont ou se sentent différents. Ce roman apporte une réponse cette question difficile : comment puis-je être moi-même et heureux ?

Possible (Chaton)

note: 4Ronrons garantis à l’écoute de Chaton ! STEPHANIE, discothécaire - 22 mai 2018

Ce qui interpelle à la première écoute c’est cette voix transformée par l’utilisation d’auto-tune (logiciel correcteur de tonalité), qui donne une couleur singulière à toutes les compositions. Chaton, connu auparavant sous le nom de Siméo, nous conte sa vie sur un mélange de « reggae dub délicat, électronique lascive et chanson futuriste ». Les textes font mouche tour à tour ironiques et émouvants : "J'ai moins peur de la mort que d'allumer ma télé" (« N’importe quoi »), « Je n’appellerai plus jamais pour les anniversaires, j’sais pas quoi sauver de ma peau » (« J’attends en bas »). Ronrons garantis à l’écoute de Chaton !

Radyo siwèl (Mélissa Laveaux)

note: 5Un très bel hommage au peuple haïtien ! STEPHANIE, discothécaire - 22 mai 2018

Melissa Laveaux revient avec un troisième album où elle choisit de rendre hommage au peuple haïtien. Elle a sélectionné une douzaine de textes, comptines, chants perdus, composés pendant l’occupation américaine de l’île entre 1915 et 1934. Les morceaux sont tous interprétés en créole haïtien et mélangent les genres entre folk, rock et blues. Des textes chargés d’histoire, symboles de résistance, proposés sur des rythmes très dansants et entêtants (« Lè ma monte chwal mwen », « Angeli-Ko »,« Nibo »)… Malgré l’absence de traduction, ces textes interpellent et donnent une grande soif de liberté !

Songs of praise (Shame)

note: 5Un sans-faute pour ce premier album de rock ! Julie, bibliothécaire - 22 mai 2018

Premier album plus que réussi pour ce jeune groupe de Brixton, qui nous propose dix titres addictifs et explosifs, entre post-punk et rock alternatif. A l’image du premier morceau « Dust on trial » avec ces guitares qui s’imposent très vite et le chant superbement maitrisé de Charlie Sheen, entre parlé, murmuré et hurlé… Les titres marquent par leur efficacité et leur énergie comme les excellents « Concrete » et « Tasteless ». Sur « The Lick » et « Angie », le dernier très beau titre de 7 minutes, le ton change, les morceaux sont moins « nerveux » mais toujours aussi géniaux.

-22.7°C (Molécule)

note: 4Un voyage électro au Groenland Julie, bibliothécaire - 22 mai 2018

Producteur et compositeur français, Molecule est parti une trentaine de jours en exploration au Groenland. Il a aussi récolté pendant ce voyage des sons qui lui ont servi pour ce nouvel album : sons de la nature, d’une tempête de neige, de l’eau... Le résultat est impressionnant : l’artiste a concocté des pistes très variées. On trouve de l’ambient avec le très beau « Jour Blanc », calme et reposant ; de l’acid (« Délivrance ») ainsi que de la techno avec notamment « Violence », où des samples de chiens de traineaux servent de base au titre. L’artiste a réussi à mettre en musique cette aventure, retranscrivant à la fois la beauté et la dureté de ce territoire.

Trois filles en colère (Isabelle Pandazopoulos)

note: 5Excellent ; mon coup de coeur de l'année probablement. Janine - 18 mai 2018

Au-delà des souvenirs, ce livre a la grande qualité de nous présenter non pas juste les événements de 68, mais surtout ce qui les a amenés. Sous couvert d'un roman, très facile à lire et très prenant, nous voyons vivre les années précédentes, et comprenons comment on en est arrivé là. Et pas seulement en France, puisque la Grèce des colonels, et Berlin et la construction de son mur y ont une grande place.

Roman épistolaire, parsemé de quelques documents et photos d'époque. Roman à la fois très riche et très facile, même si on ne connait pas la période.

Et ce vent de liberté qui souffle sur toute l'Europe, dont personne ne sortira indemne, mais qui nous a changé à jamais.

Masseduction (St Vincent)

note: 5Une pop colorée... Julie, bibliothécaire - 17 mai 2018

St Vincent alias Annie Clark revient avec un nouvel album tourné vers la pop. Une pop colorée, avec des touches funky (« Los Ageless ») et parfois très électro comme le titre « Hang on Me » ou encore « Fear the Future ». Ses titres sont entraînants et joyeux malgré des paroles sérieuses, à l’image de « Pills » qui nous parle de drogue. L’album contient aussi de très belles ballades : « Happy Birthday, Johnny », « New-York » ou encore la bouleversante « Slow Disco » où la chanteuse est accompagnée par des cordes… St Vincent nous envoûte sur chacun des morceaux, avec ses mélodies terriblement efficaces !

The animal spirits (James Holden)

note: 5Un album étrange à découvrir Julie, bibliothécaire - 17 mai 2018

James Holden est un compositeur, DJ, et producteur anglais qui n’hésite pas à faire des expérimentations musicales. Par le passé, il s’est tourné vers la techno ou encore la musique minimaliste. Avec ce nouvel album, il casse les frontières entre les genres et nous livre des compositions à la fois électroniques, mais aussi folk, jazz, world… L’introduction « Incantation for inanimate object » nous plonge dans un autre monde, avec ses chœurs graves et ses sons... Sur « Spinning dance », une flûte accompagne les instruments pour un superbe résultat, entre musique traditionnelle et électro. Un peu plus loin, le morceau « Thunder moon gathering » continue de nous faire voyager avec ses 7 minutes électro-jazz et sa progression « folle » des instruments.

Imogène McCarthery (Alexandre Charlot)

note: 4Délicieux Caro, bibliothécaire - 16 mai 2018

Cette adaptation des célèbres romans d'Exbrayat est délicieusement rétro et amusante. Catherine Frot incarne avec peps l'héroïne chauvine et intrépide, qui n'a pas peur de se battre avec plus fort qu'elle. Les dialogues sont ciselés, comme les clins d'oeil à la culture britannique. C'est rythmé et amusant, très divertissant !

Le grand livre des tests de recrutement

note: 5explications détaillées CHRISTOPHE - 5 mai 2018

Très bon livre.
Il ne se contente pas de proposer des tests, il explique les tests actuels et leur utilisation par ceux qui les font passer.
Mieux comprendre la nature des tests, c'est mieux les réussir.

Patria (Fernando Aramburu)

note: 5A lire absolumnent FLORENCE - 4 mai 2018

J'ai dévoré de livre. J'ai gardé l'histoire en moi pendant longtemps. L'auteur raconte les dégâts du terrorisme sur les familles, les villages. Il nous rappelle que le fanatisme politique est une impasse. c'est un livre qu'il faut lire absolument.

Le joueur d'échecs (David Sala)

note: 4Un régal. Maryjo, bibliothécaire - 3 mai 2018

Si au premier abord le dessin ne m'attire pas plus que ça, force est de constater qu'il est parfait pour le récit. On dirait des tableaux.
Côté scénario c'est une bonne adaptation du roman de Stefan Zweig.
La mise en page, la construction des cases ajoutent à l'intrigue de la force, de la sensibilité et de la profondeur.

La vie à mille décibels (Rachael Lucas)

note: 4Très bon roman. Maryjo, bibliothécaire - 3 mai 2018

Les situations réalistes, le ton juste et pudique mais sans langue de bois permettent d'appréhender les difficultés rencontrées par une personne souffrant de ce syndrome. Grace est attachante. Elle sait qu'elle est différente et elle l'assume, même si ce n'est pas simple tous les jours. Très beau personnage. Une histoire sans pathos inutile et pourtant l'empathie est là.

Vers la beauté (David Foenkinos)

note: 3L'ÉVAPORÉ... DOMINIQUE - 2 mai 2018

La figure de style de Foenkinos est de nous dissimuler une motivation bien plus tragique que celle qu'il nous laisse supposer à travers "l'évaporation" de son héros. Ce thème de la personne qui abandonne tout, cher à la littérature japonaise, est repris par l'auteur tout comme la possibilité de communiquer avec les disparus, propre au shintoïsme. La beauté est peut être celle de ce pont fragile qui enjambe le Styx, un monde flottant nous permettant de nous libérer de nos plus profondes souffrances.

Le guide pratique du micro-entrepreneur (Gilles Daïd)

note: 5Parfait Caro, bibliothécaire - 26 avril 2018

De tous les livres sur ce sujet, celui-ci est le plus détaillé et complet avec des références aux textes de loi et des formulaires. Un indispensable !

L'art de perdre (Alice Zeniter)

note: 5un livre nécessaire, flamboyant, touchant FLORENCE - 26 avril 2018

Nous marchons dans les pas de Ali, de ses amis, de sa famille : Ali qui sera considéré harki et qui partira d'Algérie en 1962. C'est sa vie , celle de ses enfants et petits enfants que ce livre nous raconte. Le récit est très bien écrit, on vit avec les personnages, on les comprend, on est touché au cœur. Tout le monde devrait lire ce livre, cette histoire c'est une part de nous. Livre magnifique.

Génération zéro (Fred Van Lente)

note: 5J'ai adoré. Maryjo, bibliothécaire - 24 avril 2018

Génération Zéro ce sont des jeunes dotés de pouvoirs psychiques. Libres, ils viennent en aide aux ados qui en ont vraiment besoin. C’est ainsi qu’ils arrivent dans la vie de Keisha. Rook est en apparence une ville parfaite, mais en apparence seulement…
L’histoire, les personnages sont bien construits et donnent incontestablement au récit du relief. L’humour, le sérieux, les affres de l’adolescence avec ses conflits, rejets etc. sont très bien vus. Très drôle aussi le clin d’œil à la série "Archie comics", sans oublier certains personnages tels que Gamète.
J’ai adoré.

Ma dernière chance s'appelle Billy D. (Erin Lange)

note: 4Prenant et réconfortant. Maryjo, bibliothécaire - 24 avril 2018

Une très belle histoire d'amitié entre deux garçons qui n'ont pourtant rien en commun à priori. Dane et Billy sont extrêmement attachants. Leur amitié improbable va leur permettre d'aller au bout des choses et de mettre des mots sur leurs maux.
Prenant et réconfortant.

Autopsie d'un rebond (Eric Cervos)

note: 5Un roman qui ne manque pas de ressort ! Guy, bibliothécaire - 24 avril 2018

Voici un roman étonnant, qui décoiffe. L’auteur ne cesse de jouer avec les mots. Son style est une sorte de mélange entre Frédéric Dard et Michel Audiard, ce qui donne un cocktail explosif et beaucoup d’humour. Mais les frasques sulfureuses d’Erik Rosa, célèbre auteurs de best-sellers cachent en réalité un parcours professionnel et sentimental chaotique. C’est lorsqu’il évoque son passé que le récit devient plus grave et plus profond. Il témoigne, à travers son expérience, de sa désillusion et des changements survenus dans l’industrie chimique. La mondialisation a entrainé une concentration des grandes entreprises françaises qui se sont progressivement focalisées sur les bénéfices reversés à leurs actionnaires au dépend des employés. Pour sortir la tête haute d’un milieu professionnel qu’il ne reconnait plus, pour enfin réaliser ses rêves Erik a pris des risques, il a opté pour une reconversion sans filet. Ce mélange de fiction et de réalité donne de la puissance à ce roman qui ne manque pas de ressort. J’attends avec impatience le prochain !

Book of rhapsodies, vol. 2 (Ghost Train Orchestra)

note: 4Jazz de cartoon Bastien - 20 avril 2018

Brian Carpenter, fondateur du Ghost train orchestra a redécouvert la musique des années 20-30 et s’est mis à transcrire des 78 tours pour big band survolté. Il en résulte un jazz hyper imagé à l’humour irrésistible, évoquant des atmosphères rétro au charme élégant et décalé.