AccueilA découvrir : critiquesCinéma : les avis sur...

Cinéma : les avis sur...

 

Bonheur au travail (Le) (Martin Meissonnier)

note: 5A voir absolument Sylviane, bibliothécaire - 5 juin 2018

Ce documentaire vous fera découvrir une nouvelle forme d’organisation managériale qui explose le mode pyramidal actuel et permet aux salariés de retrouver le gout et le bien-être au travail. A travers ce reportage nous découvrons neuf entreprises, réparties dans différents continents, qui nous expliquent et prouvent qu’en redonnant la place à l’humain et en instaurant la confiance et la liberté tous salariés peut retrouver le chemin du bonheur au travail.

9 mois ferme (Albert Dupontel)

note: 3Virevoltant et amusant Caro, bibliothécaire - 23 mai 2018

La caméra de Dupontel virevolte dans tous les sens dans ce long-métrage certes un peu farfelu côté scénario. Les acteurs sont excellents et réussissent à donner de la crédibilité et de l'humanité à leurs personnages qui auraient pu tomber dans la caricature. Ce n'est pas très profond mais amusant !

Imogène McCarthery (Alexandre Charlot)

note: 4Délicieux Caro, bibliothécaire - 16 mai 2018

Cette adaptation des célèbres romans d'Exbrayat est délicieusement rétro et amusante. Catherine Frot incarne avec peps l'héroïne chauvine et intrépide, qui n'a pas peur de se battre avec plus fort qu'elle. Les dialogues sont ciselés, comme les clins d'oeil à la culture britannique. C'est rythmé et amusant, très divertissant !

22.11.63 (Kevin Macdonald)

note: 5 Une des meilleures adaptations d’un roman de Stephen king Lila, bibliothécaire - 17 avril 2018

Jake Epping est professeur d’anglais dans un lycée à Lisbon Falls dans le Maine. Un jour, il reçoit un coup de téléphone qui va changer sa vie. Al, qui tient un fast-food dans une ancienne caravane, lui révèle son secret. Il a découvert il y a quelques années un passage secret temporel, qui l’emmène, toujours à la même date, en 1958. Al s’est investit d’une mission mais qu’il ne peut plus réaliser car il est atteint d’un cancer en phase terminal. Il demande alors à Jack d’empêcher Lee Harvey Oswald d’assassiner JFK.
Rien de moins: empêcher l’assassinat de JFK ! Et donc changer le cours de l’histoire. J’ai été embarqué dès le premier épisode et pourtant j’avais lu le roman. Une des meilleures adaptations d’un roman de Stephen king. Le scénario est parfait et les acteurs sont très bons (un James Franco magistral). Le seul regret que je pouvais avoir c'était de me rapprocher de plus en plus de la fin. La fin ? Elle nous chavire entre espérances et regrets pour donner un joli final.

Time out (Andrew Niccol)

note: 5TIME OUT STEPHANIE - 15 avril 2018

De loin le meilleur film de science fiction de distopie que j'ai vu. Quel est le bien le plus précieux que nous ayons tous ? ... le temps !

Ex Libris - The New York public library (Frederick Wiseman)

note: 2Bof Caro, bibliothécaire - 14 avril 2018

Ce documentaire sur les médiathèques que New York s'avère trop long et moyennement passionnant. Avec le parti pris de ne faire aucune voix off ou interview, il se contente de nous montrer des scènes dont l’intérêt varie grandement. Le spectateur européen qui ne connaît pas bien les quartiers de New York manque cruellement d'information lui permettant d'apprécier à leurs justes valeurs les scènes qu'il regarde...

Top of the lake (Jane Campion)

note: 4Polar néo-zélandais Kaeru - 9 avril 2018

Cette histoire nous emmène dans une petite ville de nouvelle zélande près d'un lac mystérieux et dans une nature envoutante mais potentiellement hostile... tous les personnages sont liés par une enquête sur une jeune fille enceinte. L'héroïne principale qui est inspectrice retrouve sa famille, son ex, son passé douloureux et se bat envers et contre (presque) tous pour retrouver la fille et le coupable du viol. Le tout est bien filmé dans une atmosphère un peu étouffante, en camaieu de verts-bleus. Une très bonne et courte série qui donne envie de voir la saison 2 !

The man from nowhere (Lee Jeong-beom)

note: 3Un thriller musclé Kaeru - 9 avril 2018

L'intrigue est assez facile à résumer : un ancien agent secret qui ne se relève pas d'un drame personnel, sort de sa retraite pour aider sa jeune voisine, une fillette kidnappée par d'odieux malfaiteurs. Si tout cela n'est pas très original sur le papier, le réalisateur arrive par sa mise en scène à nous tenir en haleine. Les acteurs excellents et les scènes de bagarres très réussies relèvent le tout.

The Night of (Steven Zailian)

note: 5Magistral ! Lila, bibliothécaire - 25 mars 2018

Une énième série judiciaire, coupable ou pas ? Enquêtes, plaidoiries d’avocats… On a déjà vu ça 1000 fois… et pourtant, The Night Of est au-dessus du lot !
Nasir Khan un jeune étudiant, timide vit dans le Queens, à New-York. Il est fils d’immigrés pakistanais. Un soir, il est invité à une soirée étudiante dans Manhattan. Il emprunte discrètement le taxi de son père mais se perd en chemin. Mais au moment où une jeune et jolie cliente le hèle et monte dans la voiture, et lui demande de la déposer à la plage, sa vie bascule…
Que se passe-t-il quand tout vous accuse d’un meurtre dont vous n’avez aucun souvenir ?
Au-delà de l’intrigue passionnante, The Night Of propose au spectateur d’être tout comme son héros, avalé et broyé par la machine policière, judiciaire et carcérale américaine. De la scène de crime à l’arrestation, de l’incarcération jusqu’au procès final, huit épisodes à couper le souffle. Magistral !

The Swimmer - Le plongeon (Frank Perry)

note: 5The Swimmer le plongeon CHRISTIAN - 13 mars 2018

Je ne connaissais pas ce film, et cela a été une vraie découverte.
captivant de bout en bout avec un Burt Lancaster dans un de ses meilleurs rôles.

Djam (Tony Gatlif)

note: 5Du grand Gartlif. SYLVIE - 13 mars 2018

La Grèce aujourd’hui. Djam, jeune fille intense, fantasque et musicienne est chargée par son oncle de ramener de Turquie la bielle manquante nécessaire à la réparation de son bateau. Commence alors un road movie qui la fera rencontrer une jeune française, échouée à Istanbul abandonnée par son ami. Bien d’autres personnages croiseront leur route. C’est un portrait sensible et vivant de la Grèce d’aujourd’hui avec ses souffrances et sa fierté brisée. C’est aussi une histoire d’amitié, d’amour et de musique, le rebetiko sublimé par la danse et le chant de la jeune actrice.

One more time with feeling (Nick Cave)

note: 4C'est ainsi que les hommes survivent François - 10 février 2018

Les premières minutes, la caméra scrute Nick Cave, tente de le faire rentrer dans le cadre, de le faire interagir, au risque du harcèlement, voire de l'indécence. L'homme se prête au jeu à contrecoeur, agacé, mais on sait qu'il a bien d'autres soucis en tête. Enfin il s'asseoit derrière son piano... et tout prend de la hauteur. La douloureuse reprise du travail créatif avec la présence salvatrice de son vieux complice Warren Ellis, les confidences d'une poignante franchise sur le naufrage émotionnel qu'il est en train de vivre... tout commence à se résoudre, à se sublimer à travers la musique. On sent que c'est fragile, incertain, mais c'est bien là ; et quand l'autre fils, le jumeau bien vivant, vient visiter le studio, on voit comment la vie va peut-être pouvoir continuer pour cette famille. Oui, c'est ainsi que l'on peut survivre, et Monsieur Nick Cave est un grand poète.

Harmonium (Koji Fukada)

note: 1A éviter ! Caro, bibliothécaire - 25 janvier 2018

Peu de dialogues, plein de mystères non élucidés, des invraisemblances et une fin (trop) ouverte ! On termine le film en n'en sachant pas plus qu'au début et on se demande pourquoi on a perdu 2 heures à regarder ce long-métrage qui ne mène à rien... dommage car il y a de bons acteurs !

Libre et assoupi (Benjamin Guedj)

note: 4Un très bon moment CATHERINE - 24 janvier 2018

Joyeux, drôle, léger mais pas si superficiel que ça. L'histoire banale est prétexte à de réelles questionnements sur le sens que l'on donne à sa vie, ses prises de positions, son engagement... Le tout avec des dialogues subtilement hilarants servis par des acteurs toujours justes.

Mort sur le Nil (John Guillermin)

note: 4Une bonne adaptation Caro, bibliothécaire - 23 décembre 2017

Les lecteurs fidèles d'Agatha Christie se régaleront devant se long-métrage qui relate une des plus célèbres enquêtes d'Hercule Poirot. Outre les décors d'époque, le film aligne une belle brochette d'acteurs et une intrigue aux petits oignons. Délicieusement suranné !

Et ta soeur (Marion Vernoux)

note: 2Une comédie ? Caro, bibliothécaire - 23 décembre 2017

Ce film qui est présenté comme une comédie contemporaine ne m'a même pas fait sourire. Entre histoire de famille et histoire d'amour, le mélange prend difficilement.
Le trio d'acteur est certes convaincant mais on est loin du bijou annoncé tant le héros est fade limite stupide, sa meilleure amie bien ordinaire et la sœur de celle-ci une caricature de lesbienne, qui cherche à avoir un enfant à tout prix (désolée spoiler).

Dans ce quasi huit-clos breton, on s'ennuie donc un peu malgré les (soit-disant) rebondissements bien tièdes et les dialogues (trop) ciselés. Heureusement que ce long métrage a le mérite d'être court !

She's so lovely (Nick Cassavetes)

note: 4l'amour fou virginie - 20 décembre 2017

l'amour fou entre deux écorchés vifs, Sean Penn et Robin Wright Penn sont excellents, j'ai adoré.

Nicostratos le pélican (Olivier Horlait)

note: 4Inclassable, original, touchant. CATHERINE - 11 décembre 2017

Un jeune garçon qui vit sur une ile grecque (magnifiques paysages) avec son père veuf, sauve un bébé pélican. Le destin de ces deux êtres va se trouver fortement lié. Belle histoire, à la fois émouvante et pudique, pleine d'humanité, en toute simplicité, une sorte de conte, de rêve...

Big little lies (David E. Kelley)

note: 5Une pépite de narration visuelle et scénaristique. Lila, bibliothécaire - 30 novembre 2017

Madeline, Jane et Céleste se lient d’amitié par l’intermédiaire de leurs enfants, elles ne se doutent pas qu’elles vont se retrouver, des mois plus tard, au centre d’un tragique accident, survenu à la fête de l’école. Qui est mort ? Crime ou accident ? Secrets, rumeurs et mensonges ne faisant pas bon ménage, tout l’univers de la petite ville de Monterey va être secoué. Une minisérie époustouflante et très bien menée. Dilemme entre vies professionnelles et vie de famille, divorce, viol, violence conjugale, tromperie... autant de thèmes abordés en profondeur et avec justesse. Agréablement surprise, j'ai commencé la série sans vraiment y croire et pourtant malgré quelques lenteurs, cette série se révèle être une pépite de narration visuelle et scénaristique. Une histoire prenante, des actrices impressionnantes.

les Chemins de la liberté (Peter Weir)

note: 5Quand l'instinct de survie vous faire abattre des montagnes STEPHIE - 23 novembre 2017

Durant la 2nde guerre mondiale, il y a eu les camps de concentration mais aussi les goulags, moins relatés et pourtant loins d'être une sinécure.
Une histoire vrai inspirante. A voir.

Incendies (Denis Villeneuve)

note: 5Un film dur mais beau. STEPHIE - 23 novembre 2017

Les affres de la guerre dans toute leur horreur.

Difret (Zeresenay Mehari)

note: 5Difret STEPHIE - 23 novembre 2017

Les coutumes traditionnelles et les droits de la femme s'entrechoquent en Ethiopie. Superbe!

A perdre la raison (Joachim Lafosse)

note: 5sidérant Mélanie, bibliothéca - 22 novembre 2017

Murielle et Mounir s’aiment. Ils se marient, puis s’installent chez le docteur Pinget, père adoptif de Mounir. Ils n’en partiront pas, même après la naissance de leurs quatre enfants. Redevables de la bonté d’un beau-père qui couvre tous leurs besoins mais transforme chaque cadeau en barreau de prison, dépendant matériellement et financièrement de leur bienfaiteur, le jeune couple ne prendra jamais son envol. L’émancipation naturellement rêvée par Murielle se révèle impossible, et le piège se referme, jusqu’au drame.

Tout a déjà été dit et analysé sur ce film belge découvert à Cannes en 2012 et inspiré d’un fait divers sordide qui traumatisa la Belgique en 2007 : le traitement de l’infanticide (nul spoiler ici car nul suspens dans ce film qui commence par la fin), l’asphyxie provoquée par la promiscuité au sein d’une cellule familiale dysfonctionnelle, la violence sourde qui règne sans que jamais une goutte de sang ne soit versée, l’aliénation qui annihile toute énergie vitale. Et surtout la lente et inéluctable descente aux enfers d’une femme emmurée dans sa vie et qui perd la raison, jusqu’à la pure folie. Enfin, la terrassante sensation de dépossession, de vide immense, de douleur insupportable, incarnée par Emilie Duquenne qui sidère et qui hante, longtemps après le visionnage. Tout a été dit sur ce film mais rien ne sert plus d’en parler, il faut maintenant le voir…

Manchester by the sea (Kenneth Lonergan)

note: 5cataclysme émotionnel Mélanie, bibliothéca - 8 novembre 2017

Il y a les drames dont on se remet et ceux dont on ne se remet pas. C’est bien de cela qu’il s’agit dans Manchester by the sea. Sous ses airs de petit film indé discret, ce long-métrage du peu connu Kenneth Lonergan s’avère être un saisissant cataclysme émotionnel, une œuvre bouleversante, absolument déchirante.
C’est là que Lonergan réussit son coup de maître : réhabiliter le mélodrame, le rendre noble et puissant tout en évitant religieusement d’en user les codes les plus embarrassants. Même si l’équilibre semble parfois périlleux à tenir, avec quelques scènes sur le fil du rasoir, il parvient magistralement à éviter les embûches du tire-larmes. Il ne reste alors que l’essentiel : la peinture naturaliste d’une famille empêtrée dans le deuil et les portraits magnifiques de ceux qui la composent. Portraits incarnés par des acteurs tous habités, sans exception. Et quand toute la tristesse du monde se concentre dans le seul regard de l’inoubliable Casey Affleck, damné, qui traîne son malheur épaule courbées, dans un silence de glace, comme si les mots ne servaient plus à rien, alors c’est notre cœur qui manque de se figer...
C’est lent, âpre, brut comme ce morne décor, écrin mélancolique qui embrasse tout entier les personnages désemparés. Pourtant l’on rit parfois, avec cet adolescent attachant qui veut avancer et vivre pleinement malgré la peine. Ces moments de respiration, ces touches de comédie au sein du drame sont salutaires : la vie coûte que coûte et malgré tout.

The homesman (Tommy Lee Jones)

note: 5Anti-Western - 31 août 2017

XIXe siècle dans un petit bled du Nebraska. Le climat, les maladies et les hommes rendent la vie dure et entrainent dans la folie 3 femmes. Mary, célibataire et fervente pionnière, accepte de les ramener à l’Est où elles seront soignées. Dans cette expédition dangereuse, sur une terre aride et peuplée d’Indiens, elle rencontre Georges, vieux voleur sans état d’âme, qui va l’accompagner.
Tommy Lee Jones signe un anti-Western. L’Ouest ses terres vierges et fertiles sont ici un véritable enfer. Les pionniers des miséreux vivant dans des taudis. L’Est est vu comme la terre promise avec sa civilisation et son confort. Mais la quête que mène Mary va s’avérer sans issue… Un film fort.

Crimson peak (Guillermo del Toro)

note: 5Poétiquement macabre Camille, bibliothéca - 19 août 2017

Del Toro nous offre un conte gothique empreint d'un romantisme surnaturel. Les acteurs évoluent à l'ère victorienne, somptueusement retranscrite par les parures et décors. L'intrigue du film est prenante, on ne s'ennuie pas. Une histoire fantastique avec des fantômes comme on aimerait en voir plus souvent.

conquête (La) (Xavier Durringer)

note: 4remarquable jeu d'acteur CATHERINE - 26 juillet 2017

Les comédiens, et notamment Denis Podalydès, "endossent" le costume d'homme politique (Sarkosy pour Denis P) avec un talent remarquable !

Lovers (Isabel Coixet)

note: 3belle histoire d'amour virginie - 14 juillet 2017

Les acteurs jouent très juste, notamment Ben Kingsley et Patricia Clarkson, Penelope Cruz est resplendissante et lumineuse.

Deux jours à tuer (Jean Becker)

note: 5bouleversant virginie - 13 juillet 2017

Humour noir, émotion, un film à voir

Tyrannosaur (Paddy Considine)

note: 3sombre virginie - 13 juillet 2017

Quand l'enfer au quotidien laisse briller au bout du tunnel l'espoir d'une rédemption...

Qui a envie d'être aimé ? (Anne Giafferi)

note: 4Ah Dieu ! CATHERINE - 12 juillet 2017

Inspiré d'une histoire vraie (roman de Thierry Bigot heu Bizot), le film rend bien l'ambiance du propos. Le regard d'Antoine sur lui-même, ses proches et les relations qu'il entretient avec eux se trouvent chamboulées par l'expérience qu'il vit en secret. Le sentiment de solitude causé par le fait de ne pouvoir partager cette expérience intime et taboue, et les malentendus qui en découlent... Un Philippe Duquesne en Prêtre... de bons comédiens, un bon film sur le sujet.

Quai d'Orsay (Bertrand Tavernier)

note: 4Une très bonne surprise CATHERINE - 12 juillet 2017

Je ne m'attendais pas à ça (je n'avais jamais entendu parler de ce film).
Dès le début, le rythme est donné. Arthur Vlaminck a "un train de retard" face à un ministre survolté (joué par T. Lhermitte vraiment irrésistible, dans les deux sens du terme), une vraie tornade. Le personnage joué par Niels Arestrup, qui, lui, est posé, ancré, imperturbable, joue sur d'autres leviers. L'opposition (complémentarité) est très réussie... En bref, un film qui se laisse regarder avec grand bonheur.

Cuisine et dépendances (Philippe Muyl)

note: 5A déguster CATHERINE - 12 juillet 2017

Pour ceux qui aiment ce genre de films, c'est un régal : les répliques, le jeu des acteurs, la psychologie des personnages, les mimiques, les hésitations, les incompréhensions... plus vrai que vrai et plein d'humour (scène où Bacri est au téléphone pour chercher un hôtel en pleine nuit, très très drôle, entre autres). Vous avez compris, je recommande, film à déguster.

Le fantôme de Canterville (Yann Samuell)

note: 5J adore se film SOLÈNE - 7 juillet 2017

C est mon film préféré

The knick - Saison 1 (Steven Soderbergh)

note: 5un anti-Urgences... version année 1900 MYRIAM - 20 juin 2017

Une série sur les débuts de la chirurgie avec toutes les recherches, expérimentations possibles qui peuvent vous faire tourner de l’œil tellement le réalisme est prenant.
Mais sur ce fond de série médicale (un peu gore je l'avoue) se décline aussi d'autres thèmes tous aussi importants en ce début de siècle à New York : le racisme omniprésent, la domination masculine, les disparités sociales, les magouilles financières...
Bref une série vraiment prenante, avec des acteurs brillants et attachants (Clive Owen épatant dans son rôle de médecin de génie, renfermé, drogué...) et une bande-son totalement en adéquation avec l'ambiance !

Broadway therapy (Peter Bogdanovich)

note: 3Juste amusant... Caro, bibliothécaire - 20 juin 2017

Dans un style à la Woody Allen, Peter Bogdanovich nous emmène dans un vaudeville new yorkais, qui fait sourire parfois mais qui est vite oublié après visionnage...

Le Garçon et la bête (Mamoru Hosoda)

note: 4Un ours grincheux et un enfant perdu = un animé plein d'énergie ! Myriam, bibliothécaire - 7 juin 2017

Après La Traversée du temps et les Enfants loups, Mamoru Hosoda nous entraîne une fois de plus dans un monde imaginaire plein de vie, de surprises et de questionnements.
Ce film d'animation est un condensé de sensibilité, de sagesse, d'action, d'amitié, d'amour et d'humour. C'est aussi un parcours initiatique prenant où se mêlent les thèmes de l'apprentissage, de la crise d'identité, de l'importance ou non des liens du sang... et bien d'autres encore.
Le tout à voir en vostfr bien entendu pour une immersion totale dans l'univers fantastique et farfelu de ce réalisateur japonais !

Chair de poule (Rob Letterman)

note: 5Monstres fantastiques ESTELLE - 19 avril 2017

Film fantastique en lien avec la série mais néanmoins très accessible aux non-lecteurs. Des clins d’œil aux personnages emblématiques, ainsi qu’une mise en scène de son auteur, R.L. Stine, donne même envie de se plonger dans la série par la suite. Film intégré dans son temps avec des références numériques empreintes d’humour …

Moi, Daniel Blake (Ken Loach)

note: 5film MARIO - 8 avril 2017

très beau film,qui reflète malheureusement la précarité actuelle et l'abérration de notre système

Casting s (Pierre Niney)

note: 1refaite le casting FABIEN - 26 mars 2017

Quand j'ai vu le casting, je me suis dit, c'est un programme court qui semble intéressant, mais après avoir visionné quelques épisodes, je me suis dit que l'absurde et le ridicule ne tue pas, mais m'ennui fortement.

Heureusement la plupart des acteurs ont su rebondir dans leur carrières et on su faire oublier cette série.

Friday night lights - Saison 1 (David Boyd)

note: 5Une série qu’il faut prendre le temps de découvrir ! Lila, bibliothécaire - 23 mars 2017

Dillon, Texas. Une petite ville où le seul jour qui compte c’est le vendredi, soir de match pour l’équipe de football américain du lycée, les Panthers. Un portrait humaniste de l'Amérique profonde, explorant les arcanes du sport pré-universitaire. Une série parlant de football US adolescent au fin fond du Texas. Le pitch me faisait fuir le plus loin possible. J’ai mis du temps avant de la regarder ( je n’avais plus rien sous la main !) J'ai apprécié qu'une série, au premier abord plutôt réactionnaire, ne tombe que rarement dans la facilité en abordant des thèmes sociétaux comme le racisme ou le droit à l'avortement.
J’ai été surprise par la justesse humaine des personnages et par la manière dont ils m'ont touchée au fil des saisons. Car ce qui intrigue, c’est la justesse de la description d’une petite ville américaine éloignée des côtes, la place du sport lycéen et des ados, la religion,…
Voilà une série qu’il faut prendre le temps de découvrir !

The killing (Charlotte Sieling)

note: 5Addict ! Marie, bibliothécaire - 26 février 2017

Sarah Lund, enquêtrice danoise mise au placard à la fin de la première saison, revient pour 10 jours d’enquête à haut risque.
10 épisodes, 10 jours d’investigation haletante. Meurtres en série beaucoup plus complexes qu’on ne le suppose.
Les sphères politique, de l’armée et de la police sont impliquées…. Aargh !!!je suis complètement addict de cette série.Scotchée, sonnée….

Vie parisienne (La) (Jacques Offenbach)

note: 4i love Paris FABIEN - 26 février 2017

Je connaissais déjà les oeuvres d'Offenbach, mais là c'est nouveau, dynamique et très agréable à entendre.

Mais pas que, car la mise en scène de cet opéra est aussi très réussis, colorée, drôle, moderne et avec de la danse, j'ai adoré.

Love and friendship (Whit Stillman)

note: 4Intrigues amoureuses Caro, bibliothécaire - 15 février 2017

Au 18e siècle, les femmes de la haute société n'ont pas de statut véritable en dehors de celui de leur mari. Quand celui-ci décède, elles se retrouvent souvent démunies.
L'héroïne de ce film est donc une veuve très intrigante, qui n'hésite devant rien (mensonges et manipulations) pour arriver à ses fins (un mariage avantageux). Détestable et pitoyable en même temps, elle sera toutefois contrariée dans ses plans...
L'histoire est amenée de manière plutôt amusante avec un découpage en chapitres qui rappellent le livre "Lady Susan" de Jane Austen duquel il est adapté.
Les décors, costumes et surtout les dialogues de ce film sont aussi particulièrement réjouissants !

Rocco et ses frères (Luchino Visconti)

note: 5tragédie moderne HERVE - 26 janvier 2017

Devenu un classique, le film de Visconti nous fait une description de l'Italie du début des années 60, où on quitte en masse un Sud arriéré pour s'installer dans les grandes villes modernes du Nord. Au risque de perdre ses traditions et de faire éclater des familles.

Lumières du faubourg (Les) (Aki Kaurismäki)

note: 4Drame de la solitude HERVE - 26 janvier 2017

Reprenant le canevas classique du film noir (avec sa femme fatale, par exemple), Aki Kaurismaki dresse le triste constat d'une société urbaine qui enferme de plus en plus les gens dans une solitude extrême et où règne l'injustice. Un très beau drame, sobre mais efficace.

La pendaison (Nagisa Oshima)

note: 4Percutant ! HERVE - 26 janvier 2017

S'inspirant d'un fait divers, le trublion de la Nouvelle Vague japonaise livre un film réquisitoire non seulement contre la peine de mort, mais aussi contre la politique ouvertement raciste du gouvernement nippon envers les ressortissants coréens.

A peine j'ouvre les yeux (Leyla Bouzid)

note: 5Film choc - 21 janvier 2017

Farah, jeune tunisienne, cherche à vivre sa vie sans contrainte. Elle découvre la vie noctambule, le militantisme politique et chante dans un groupe de rock. Mais sa mère qui connait bien les codes de la société tunisienne pré-révolutionnaire tente de l’en empêcher.
Film choc, qui nous montre le bouillonnement de la société tunisienne avant la révolution de jasmin. Cette jeunesse aspire à plus de liberté, à un mode de vie moins contraint, à la libération des femmes, mais déplait au pouvoir en place et aux services de surveillance des citoyens.

The Lobster (Yorgos Lanthimos)

note: 4Sélection ticket or Frédérique, biblioth - 18 janvier 2017

Cette fable fantastico-réaliste est tout à la fois grinçante, irritante, fascinante et hypnotique.
Un film qui ne laisse pas indifférent et dont la fin invite à la réflexion. Pour les amateurs de l'humour noir poussé à son plus haut degré.

Les revenants (Fabrice Gobert)

note: 5Captivante Lila, bibliothécaire - 12 janvier 2017

Un beau jour, dans une petite ville de montagne dominée par un barrage, plusieurs personnes disparues des années plus tôt réapparaissent. Elles ne présentent aucune blessure, n’ont aucun souvenir des circonstances de leur mort ni même aucune conscience d’être morts. Pour eux, le temps s’est arrêté. Pourquoi les gens reviennent-ils à la vie ? Pourquoi le niveau du barrage baisse - t- il ? Comment sait-on si on est mort ? Pourquoi les morts reviennent ? Quel est le lien avec le barrage ? Tous tentent de reprendre le cours de leur vie alors que d'étranges phénomènes apparaissent. La première saison est tout simplement envoûtante, angoissante, mystérieuse, passionnante, on a envie d'en savoir plus à chaque minute qui passe...
Une première saison qui a su captiver. Dommage que la seconde saison n'ait pas tenu les promesses de la première !


Emprunter


4 SEMAINES
NOMBRE DE PRÊTS ILLIMITÉ

(sauf DVD et collections BU)
+ d'infos

Partager "Emprunter " sur facebookPartager "Emprunter " sur twitterLien permanent