AccueilA découvrir : critiquesRomans : les avis sur...

Romans : les avis sur...

 

Dans les angles morts (Elizabeth Brundage)

note: 5très bon livre FLORENCE - 14 juin 2018

Dans cette histoire il y des meurtres et un psychopathe qui est pour moi le personnage le moins intéressant. Les autres personnages sont profonds, passionnants. On y croise des personnes qui font ce qu'elles peuvent pour continuer avec leur vie cabossée, leurs souffrances, leurs mauvais choix. Il y a de l'amitié vraie, de l'amour, des phrases d'une réelle beauté. Très bon livre. Il faut se laisser prendre par cette histoire

La salle de bal (Anna Hope)

note: 4un asile si parfait virginie - 13 juin 2018

Glaçant, l'histoire se déroule et nous laisse confiants, une belle hisoire d'amour se profile...

D'acier (Silvia Avallone)

note: 3LOLITALIENNES DOMINIQUE - 11 juin 2018

Deux pères comme on en voudrait jamais. Le premier, brute épaisse qui n'hésite pas à cogner, le second vivant de trafics et de magouilles. Deux mères qui subissent, sans vraiment oser se révolter. Voilà le décor de ces deux lolitas, qui jouent à être des femmes bien avant l'heure. Mais leur apprentissage chaotique de la gent masculine ne saura que les décevoir et finalement l'amour qui les unit, bien que coupable, emportera tous les préjugés d'une Italie en pleine mutation. D'acier a les qualités et les défauts d'une première oeuvre, malgré son audace, le jeu alterné de ses principaux personnages manque quelque peu de retenue. Une fougue que saura d'avantage maîtriser S. Avallone dans ses romans suivants.

Marina Bellezza (Silvia Avallone)

note: 4L'AMOUR VACHE DOMINIQUE - 6 juin 2018

La schizophrénie italienne racontée à travers l'amour impossible d'un jeune couple. Marina Bellezza a une apparence et une voix tout à fait digne de son nom et se laisse emporter par le "star system" d'une américanisation à outrance. Andréa suit, pour sa part, une voie lactée. Il reconstitue un troupeau de "grises alpines" comme celui qu'élevait son grand-père dans la rudesse des montagnes.
Dans une écriture enjouée, pleine de fougue et de rebondissements, Avallone nous conte ce "Roméo et Juliette" des temps berlusconiens, où la vérité se révèle peut être dans une de ses réflexions: "Ce ne pas vrai que ce qui compte, c'est où on arrive. Ce qui compte, c'est d'où on vient."

L'atelier des miracles (Valérie Tong Cuong)

note: 4L'atelier des miracles CHRISTEL - 4 juin 2018

Très belle écriture. On se laisse embarquer dans l'histoire et on est surpris à chaque page et ce jusqu'à la dernière. Jamais pathos toujours juste...

Chroniques de San Francisco n° 9
Anna Madrigal (Armistead Maupin)

note: 5A MAN AND A GIRL DOMINIQUE - 31 mai 2018

Secret de polichinelle, Anna Madrigal, c'est aussi An(n)a-gramme: A man and a girl! L'auteur a la nostalgie des temps divins, où nous n'étions qu'un, avant que le sexe ne vienne tout "foutre" en l'ère. Et oui, sexus, dont il est à l'origine, veut dire section, séparation en deux. Quelle idée! Anna et la plupart de ses acolytes, essaient tant bien que mâle, de retrouver cette unité que nos plus profonds gènes ont gardé en mémoire. C'est l'aboutissement (livre 9) d'une saga très originale pour ne pas dire "originelle", dans le finistère d'un monde occidental où les affirmations se noient dans un océan des plus pacifiques.

Une longue impatience (Gaëlle Josse)

note: 5Vivre d’attendre, mourir d’attendre Guy, bibliothécaire - 29 mai 2018

Il n’est pas facile de se remettre de la lecture de ce roman poignant. Il faut déjà sécher ses larmes avant de pouvoir parler de la détresse d’Anne, cette mère qui attend désespérément le retour de son fils parti en mer pour fuir la brutalité de son beau-père. Gaelle Josse a la faculté de nous plonger dans une atmosphère lourde, dans les pensées et les sentiments les plus profonds de son héroïne dont le cœur saigne mais qui survit grâce à l’espoir. Ce récit dépeint un drame, aussi personnel qu'universel : la douleur de l'absence, la peur du vide, l'attente inexorable.
L’écriture est d’une extrême justesse et d’une infinie délicatesse malgré l’aspect tragique de la situation.

Comment apprendre à s'aimer (Yukiko Motoya)

note: 1Ennuyeux Caro, bibliothécaire - 23 mai 2018

Je n'ai pas du tout réussi à trouver un quelconque intérêt à l'histoire de cette femme qu'on retrouve à différents âges de la vie dans différentes scènes... Je n'ai pas non plus trouvé le lien avec le titre du livre tant ces scènes décousues n'apportent pas grand chose à la compréhension du personnage. Un bon point seulement : ce roman est court !

Konbini (Sayaka Murata)

note: 3Sur des personnalités marginales Caro, bibliothécaire - 23 mai 2018

Ce roman très court écrit dans un style simple et efficace relate le mal-être de deux êtres différents. L'héroïne compte sur sa sœur qui lui trouve des excuses pour ses "bizarreries" : elle travaille à mi-temps malgré de bonnes études, n'a pas de petit ami et ne souhaite pas particulièrement fonder une famille. Elle s'épanouit pourtant au travail : une supérette de quartier où elle excelle dans la vente et la gestion des marchandises. C'est là qu'elle rencontre un homme qui lui aussi pense différemment.. Ils vont se trouver et tenter de devenir des êtres "normaux" aux yeux de la société en adoptant un comportement normé. Mais est-ce là la clé du bonheur ?
Quand on connaît la société japonaise qui suit des codes sociaux stricts, ce roman prend tout son sens. Dans un pays où un clou ne doit pas dépasser, on comprend le malaise de ceux qui sont ou se sentent différents. Ce roman apporte une réponse cette question difficile : comment puis-je être moi-même et heureux ?

Trois filles en colère (Isabelle Pandazopoulos)

note: 5Excellent ; mon coup de coeur de l'année probablement. Janine - 18 mai 2018

Au-delà des souvenirs, ce livre a la grande qualité de nous présenter non pas juste les événements de 68, mais surtout ce qui les a amenés. Sous couvert d'un roman, très facile à lire et très prenant, nous voyons vivre les années précédentes, et comprenons comment on en est arrivé là. Et pas seulement en France, puisque la Grèce des colonels, et Berlin et la construction de son mur y ont une grande place.

Roman épistolaire, parsemé de quelques documents et photos d'époque. Roman à la fois très riche et très facile, même si on ne connait pas la période.

Et ce vent de liberté qui souffle sur toute l'Europe, dont personne ne sortira indemne, mais qui nous a changé à jamais.

La vie à mille décibels (Rachael Lucas)

note: 4Très bon roman. Maryjo, bibliothécaire - 3 mai 2018

Les situations réalistes, le ton juste et pudique mais sans langue de bois permettent d'appréhender les difficultés rencontrées par une personne souffrant de ce syndrome. Grace est attachante. Elle sait qu'elle est différente et elle l'assume, même si ce n'est pas simple tous les jours. Très beau personnage. Une histoire sans pathos inutile et pourtant l'empathie est là.

Vers la beauté (David Foenkinos)

note: 3L'ÉVAPORÉ... DOMINIQUE - 2 mai 2018

La figure de style de Foenkinos est de nous dissimuler une motivation bien plus tragique que celle qu'il nous laisse supposer à travers "l'évaporation" de son héros. Ce thème de la personne qui abandonne tout, cher à la littérature japonaise, est repris par l'auteur tout comme la possibilité de communiquer avec les disparus, propre au shintoïsme. La beauté est peut être celle de ce pont fragile qui enjambe le Styx, un monde flottant nous permettant de nous libérer de nos plus profondes souffrances.

L'art de perdre (Alice Zeniter)

note: 5un livre nécessaire, flamboyant, touchant FLORENCE - 26 avril 2018

Nous marchons dans les pas de Ali, de ses amis, de sa famille : Ali qui sera considéré harki et qui partira d'Algérie en 1962. C'est sa vie , celle de ses enfants et petits enfants que ce livre nous raconte. Le récit est très bien écrit, on vit avec les personnages, on les comprend, on est touché au cœur. Tout le monde devrait lire ce livre, cette histoire c'est une part de nous. Livre magnifique.

Ma dernière chance s'appelle Billy D. (Erin Lange)

note: 4Prenant et réconfortant. Maryjo, bibliothécaire - 24 avril 2018

Une très belle histoire d'amitié entre deux garçons qui n'ont pourtant rien en commun à priori. Dane et Billy sont extrêmement attachants. Leur amitié improbable va leur permettre d'aller au bout des choses et de mettre des mots sur leurs maux.
Prenant et réconfortant.

Autopsie d'un rebond (Eric Cervos)

note: 5Un roman qui ne manque pas de ressort ! Guy, bibliothécaire - 24 avril 2018

Voici un roman étonnant, qui décoiffe. L’auteur ne cesse de jouer avec les mots. Son style est une sorte de mélange entre Frédéric Dard et Michel Audiard, ce qui donne un cocktail explosif et beaucoup d’humour. Mais les frasques sulfureuses d’Erik Rosa, célèbre auteurs de best-sellers cachent en réalité un parcours professionnel et sentimental chaotique. C’est lorsqu’il évoque son passé que le récit devient plus grave et plus profond. Il témoigne, à travers son expérience, de sa désillusion et des changements survenus dans l’industrie chimique. La mondialisation a entrainé une concentration des grandes entreprises françaises qui se sont progressivement focalisées sur les bénéfices reversés à leurs actionnaires au dépend des employés. Pour sortir la tête haute d’un milieu professionnel qu’il ne reconnait plus, pour enfin réaliser ses rêves Erik a pris des risques, il a opté pour une reconversion sans filet. Ce mélange de fiction et de réalité donne de la puissance à ce roman qui ne manque pas de ressort. J’attends avec impatience le prochain !

La disparition de Stephanie Mailer (Joël Dicker)

note: 1Voyage au bout de l'ennui Lila, bibliothécaire - 17 avril 2018

Un quadruple meurtre, une disparition, une enquête qui de va de rebondissements en invraisemblances. Des révélations, des retournements de situations et n’oublions surtout pas les personnages !
Ha les personnages, ils sont aussi crédibles que moi dans un film de série Z. Tout ça pour que finalement le coupable soit …non je ne vais pas l’écrire.
J’ai tenu 300 pages et ces 300 pages étaient un voyage au bout de l’ennui.

Silence radio (Alice Oseman)

note: 5Très jolie découverte Océane - 17 avril 2018

J'ai été happée par l'histoire, pour moi il n'y a pas eu de longueur dans l'histoire. J'ai trouvé le style de l'auteure fluide et du coup les pages se tournaient toutes seules.
J'ai beaucoup aimé les sujets et les questions soulevées pas l'auteur : la sexualité, le harcèlement et la haine sur les réseaux sociaux, l'importance des notes et des études dans notre société.
Les personnages principaux était très bien décrit, mais j'ai trouvé que certains personnages secondaires était trop laissé dans l'ombre...

L'analphabète qui savait compter (Jonas Jonasson)

note: 5Un roman plein d'humour Océane - 17 avril 2018

Je ne connaissais pas l'auteur, et j'avoue que je n'étais pas trop sûr de mon choix en lisant le résumé. Mais finalement j'ai été conquise !
Le roman est bourré d'humour ! Les situations sont plus rocambolesque les unes que les autres. Les personnages sont attachants (même si certains sont parfois énervant) et l'histoire est très bien rythmé, avec pas mal de rebondissements !
Un très, très bon moment de lecture !

NEED (Joelle Charbonneau)

note: 5Need STEPHANIE - 15 avril 2018

Très bon thriller au sujet des réseaux sociaux, à faire lire aux adolescents et aux parents. Il pourrait être adapté en film ! belle découverte, merci à la médiathèque de l'avoir mis en avant.

Un avion sans elle (Michel Bussi)

note: 4un avion sans elle STEPHANIE - 15 avril 2018

Fidèle à Michel Bussi, bonne intrigue jusqu'au bout !

Millénium blues (Faïza Guène)

note: 5Millénium blues Co - 15 avril 2018

une vision de notre société dépeinte avec un oeil acéré

Terres promises (Milena Agus)

note: 1TERRES PROMISES MILENA AGUS FRANCOISE BIBLIOTHECAIRE - 11 avril 2018

Malgré les épreuves et les conflits familiaux, les personnages du roman, Italiens pauvres de Sardaigne, poursuivent, comme tout à chacun, leur recherce du bonheur, leur terre promise. Ils s'adaptent aux circonstances de la vie, forts de leurs convictions. Felicita, l'enfant unique d'Esther et Raffaele, croit en la bonté des être humains, à la gentillesse qui, loin d'être un signe de bêtise, rend la vie plus acceptable et les hommes meilleurs. La grâce de Milena Agus opère une nouvelle fois dans ce dernier récit, court et dense à la fois.

Parce que je déteste la Corée (Kang-myoung Chang)

note: 4La Corée du Sud, est-ce vraiment l’enfer ? 
 Nathalie bibliothécaire - 10 avril 2018

Kyeno est une jeune femme de 27 ans. Elle travaille dans un service de veille de cartes de crédit. Ce travail n’a rien d’exaltant. D’ailleurs sa vie n’a rien d’exaltant. Elle rêve d’émigrer en Australie. Pourquoi l’Australie ? Parce que c’est le pays occidental le plus proche. Elle déteste son pays car elle n’y a pas sa place. Elle ne sort pas d’une grande université, ses parents sont pauvres. Elle sait qu’elle n’a aucun avenir, du moins que cet avenir ne correspond pas aux normes de la société sud-coréenne. Dans ce court roman, nous découvrons une société sud-coréenne loin des idées que l’on peut se faire. Il n’est là pas question de société où la technologie est reine, où chaque individu marche dans la même direction.
Au contraire, il parle des individus qui ne se retrouvent pas dans cette société très hiérarchisée et qui préfèrent partir.

Les rêveurs (Isabelle Carré)

note: 5Un récit vibrant et poétique Guy, bibliothécaire - 10 avril 2018

Isabelle Carré, nous raconte son enfance dans les années 70. Lucide et inspirée, avec une écriture délicate, elle renoue les fils de la mémoire. La narration navigue au fil des chapitres entre les époques, les personnages et les points de vue sans que jamais le lecteur ne s’égare. Son enfance et son adolescence sont pleines de rêves pour échapper à une réalité parfois difficile à supporter. Nous la suivons discrète et souvent incomprise par des parents qui se débattent dans leur vie. Ils ont un problème d’identité et ne sont pas toujours à la hauteur en termes d’éducation. Dans cette famille un peu égarée, elle cherche sa place. Heureusement, l’imagination l’aide à s’abstraire de ce monde d’adultes immatures. Son large sourire cache des tourments plus profonds que le théâtre parviendra à lui faire dépasser. J’appréciais déjà l’actrice et je dois avouer que la romancière m’a touché. Elle se confie avec une grande simplicité de ton, sans pathos, ni jugement de valeur. Dans un récit vibrant et poétique, elle nous fait cadeau de ses blessures, de ses failles qui l’ont aidée à grandir.

Les 5-5 n° 1
En équilibre (Anne Plichota)

note: 4Robin des bois moderne Un excellent roman qui permet d'entrer par une petite porte dans l'univers assez étonnant et fascina - 7 avril 2018

Un premier tome bien construit, un brin didactique par moment. Mais l'ensemble se tient et prône la tolérance, l'acception de l'autre tel qu'il est et le don de soi pour construire un monde meilleur.
Vivement la suite !

Les vigilantes
Le foyer (Fabien Clavel)

note: 1Assez décevant Un excellent roman qui permet d'entrer par une petite porte dans l'univers assez étonnant et fascina - 7 avril 2018

J'ai trouvé ce premier tome assez décevant. Pourtant l'histoire a tout pour plaire mais il manque un je ne sais quoi pour faire la différence et rendre ce roman passionnant.
Tout est assez convenu et du coup j'y ai trouvé très peu d'originalité. Dommage car l'univers est intéressant et plutôt d'actualité.

Eliza et ses monstres (Francesca Zappia)

note: 4Fanfictions Un excellent roman qui permet d'entrer par une petite porte dans l'univers assez étonnant et fascina - 7 avril 2018

Un excellent roman qui permet d'entrer par une petite porte dans l'univers assez étonnant et fascinant des "fanfictions".
Les deux personnages principaux sont touchants, maladroits et crédibles dans leur découverte et l'apprivoisement de l'autre à l'heure du premier amour.
Rien de "gnangnan" dans cette histoire à l'humour incisif et salvateur. Un petit régal.

Silence radio (Alice Oseman)

note: 3Silence radio Un excellent roman qui permet d'entrer par une petite porte dans l'univers assez étonnant et fascina - 7 avril 2018

J'ai bien aimé mais j'ai trouvé l’histoire un peu "plate" par moments. Deux jeunes, solitaires, artistes, écorchés vifs, qui se lient d’amitié sans ambiguïté amoureuse. La pression qu’ils subissent vis- à- vis de leurs avenirs avec la fac en particulier... la maltraitance, la sexualité à assumer et/ou à affirmer... tous les ingrédients sont là pour faire une belle histoire.
Mais pas de coup de cœur.

Stéréotypes (Gilles Abier)

note: 4Intéressant Un excellent roman qui permet d'entrer par une petite porte dans l'univers assez étonnant et fascina - 7 avril 2018

J'ai bien aimé ce récit dystopique français. De l'action et de la réflexion au programme. C'est toujours intéressant de voir les dérives d'une société qui sous prétexte de sauver l'Humanité devient une dictature. De voir aussi comment la résistance s'organise etc.
Pas un coup de cœur mais je l'ai lu avec plaisir et intérêt.

L'amie prodigieuse n° 4
L'enfant perdue (Elena Ferrante)

note: 4MISE EN ABIME DOMINIQUE - 6 avril 2018

Au bout de 2000 pages, ressurgit, plus d'un demi siècle plus tard, les deux poupées disparues dans les ténèbres de la cave d'un "parrain" redouté. On se demande si elles ne sont pas transpercées d'aiguilles, tant elles semblent être le double d'Elena et de son ami prodigieuse Lila, au vu de tous les malheurs qu'elles ont dû affronter.
L'auteure est une spécialiste du dédoublement, Elena Ferrante, s'est longtemps dissimulée derrière ce patronyme, on sait aujourd'hui qu'il s'agit d'Anita Raja. Elena est aussi le prénom de son héroîne qui dans son roman est-elle-même romancière! Enfin, elle est partagée entre sa brillante carrière littéraire qui l'arrachera du milieu sordide où elle est née, et son désir de revenir dans ces ruelles populaires de Naples d'où son alter-ego Lila n'a jamais décollé. Seule la trahison d'un sermon (ne pas raconter l'intime de leur enfance) mettra fin à cette amitié aux allures d'envoutement, chargé de sortilèges. Le malpropre de la littérature?

Les loyautés (Delphine de Vigan)

note: 5Perturbant!!! KAREN - 27 mars 2018

Mon avis est partagé sur ce livre!!!! Je me suis d'abord pris dedans puis j'ai été un peu déçue par la fin, ayant un gout d'inachevé mais en même temps c'est Delphine de Vigan et ses fins sont toujours différentes de ce qu'on attend. Et finalement plusieurs jours après l'avoir terminé je n'arrête pas d'y penser et il y a des chances qu'il fasse parti des livres qui m'ont profondément marqué. Un livre dont on ne sort pas indemne, qui amène vraiment à réfléchir . Delphine de Vigan a l'art pour écrire et décrire les liens humains et la souffrance humaine.

Certaines n'avaient jamais vu la mer (Julie Otsuka)

note: 5Superbe lecture Océane - 26 mars 2018

Ce roman nous raconte l'histoire de jeune Japonaises qui ont immigré aux Etats-Unis au début du XXè siècle. Une magnifique lecture, qui m'a permis de me rappeler que l'apartheid ne concernait pas uniquement les Afro-américains, mais qui m'a aussi fait découvrir un pan de l'Histoire américaine : la déportation des Japonais résidant aux Etats-Unis pendant la seconde guerre mondiale. Un récit dont pratiquement chaque phrase commence par "nous", qui nous donne l'impression d'avoir des milliers de voix qui nous le racontent. Je me suis laissée porter, transporter.. et j'ai adoré ! Une sublime découverte

Magda (Mazarine Pingeot)

note: 4Très intéressant MARYSE - 21 mars 2018

Comment son enfant devient terroriste ? c'est le thème du livre. M Pingeot est prof de philo et des fois elle "théorise" un peu longuement mais toujours intéressant. Et puis c'est aussi un roman avec rebondissement. Très contente d'avoir lu ce livre

Chanson de la ville silencieuse (Olivier Adam)

note: 5Un beau roman Guy, bibliothécaire - 20 mars 2018

La fille d’Antoine Schaeffer, ex-star de la chanson française, tente dans ce roman de rembobiner le film de sa vie. Son père à l'apogée de sa gloire a tout plaqué pour aller vivre en ermite à la campagne. Toujours à la merci des paparazzis, il a fini par disparaître totalement. S’est-il véritablement suicidé ou s’agit-il d’une mise en scène ? La quête de ce fantôme de père à partir de souvenirs désordonnés permet à l’héroïne de se retrouver elle-même et de grandir. Olivier Adam est fidèle à ses thèmes favoris : la fuite, l'errance, le mal- être et la solitude.
Un roman mélancolique, à fleur de peau qui rend hommage aux musiciens.

Les loyautés (Delphine de Vigan)

note: 5Boulversant Guy, bibliothécaire - 20 mars 2018

Dans ce roman choral à quatre voix, l’auteur nous fait partager l’inquiétude d’Hélène vis-à- vis de Théo son élève âgé de douze ans et demi. Depuis quelques semaines il a une attitude étrange. Les parents de Théo sont divorcés, c’est la guerre entre eux. Il vit en garde alternée passant d’un monde à l’autre, du laisser-aller de son père à la rigidité de sa mère. Son ami Mathis ne va pas bien non plus, il subit les remontrances de sa mère Cécile qui n’apprécie pas Théo et l’influence qu’il a sur lui. Les deux amis, pour échapper à leur vie qui les insupporte, boivent en cachette. Cette attitude suicidaire va faire remonter à la mémoire d’Hélène ses propres traumatismes. A partir de ce contexte dramatique, Delphine de Vigan s’interroge sur les loyautés intimes qui sont l’essence de chacun d’entre nous.
Elle démontre que ces liens intérieurs qui nous définissent et qui parfois nous élèvent ou nous emprisonnent sont différents selon notre éducation, notre milieu social et notre vécu. Un récit intime, délicat et parfois bouleversant.

Magda (Mazarine Pingeot)

note: 5Magda MONIQUE - 18 mars 2018

J'ai eu un plaisir immense de lire Magda de Mazarine Pingeot.

Voleur, espion et assassin (Iouri Bouïda)

note: 4BOUÏDA sauvé des eaux DOMINIQUE - 15 mars 2018

Eau se dit vodka en russe. Elle a débordé sur toutes berges où vit un peuple laissé pour compte par ses dirigeants. Bouïda a échappé à la noyade générale grâce à une passion irrésistible: Lire! Il nous raconte le grand démantèlement de l'URSS, la corruption, la misère, la folie et les espoirs d'un pays impossible à gouverner sans que l'économie qui l'arrime aux grandes puissances capitalistes, ne prenne le pas sur le partage idéalisé. La glasnost (transparence) a enfin trouvé quelqu'un pour essuyer les verres, qui soit digne de la pensée d'Edmond Jabès: "Le visible est une rayure sur la vitre de l'invisible".

Artemis Fowl n° 1 (Eoin Colfer)

note: 4Lecture sympathique Océane - 10 mars 2018

J'ai apprécié cette lecture. Et surtout le monde décrit par l'auteur ! Reprendre légendes et folklore et les modifier pour le mettre à sa sauce, c'est très bien pensé et très bien fait.
J'ai apprécié le personnage principal, un enfant de 12 ans qui est le futur maître du mal, et qui est assisté par un serviteur hyper-doué, j'ai trouvé ça sympa (et à plusieurs reprise ça m'a fait penser au manga black buttler).
Même si à la base c'est un roman jeunesse (ça se ressent assez dans l'écriture), j'ai quand même pris plaisir à lire ce premier tome =)

Le ministère du bonheur suprême (Arundhati Roy)

note: 3CACHE-MIRE DOMINIQUE - 28 février 2018

En découvrant le titre, on pourrait s'attendre à suivre une aventure qui nous ménerait au coeur de l'ancestrale sagesse hindoue. Aussi quelle surprise de découvrir, dès les premières pages, que les héros de ce ministère ne sont que marginaux, travestis, rebelles et parias. Presque tous finissent par élire domicile dans le refuge d'un cimetière de la mégapole Delhi (25 millions d'habitants). L'auteure en fait le centre rayonnant de cette immense fourmilière pour ceux qui ont échappé à la haine raciale (le Cachemire à feu et à sang), aux préjugés des castes et à la corruption généralisée d'une Inde "moderne" que même l'imposant éléphant Ganesh ne peut plus dissimuler.

Une vie comme les autres (Hanya Yanagihara)

note: 5Hymne à l'amitié Lila, bibliothécaire - 27 février 2018

Je sais que je n’aurais pas les mots pour vous donner envie de lire ce roman qui m’a bouleversé, secoué, fasciné… captive de cette histoire jusqu’à la fin. J’ai refermé ce livre en étant heureuse d’avoir partagé trente ans de la vie de Willem, Malcolm, JB et surtout Jude. De suivre leurs trajectoires, leurs échecs, leurs réussites, leurs peines, leurs joies… C’est une aventure masculine, une amitié tenace, une histoire de soutien, d’amour et d’admiration.
Et c’est très rare les romans qui parlent de l’amitié masculine.
Un roman beau et triste à la fois.

« – C’est une excellente histoire (…) Je vais te raconter.
– Avec plaisir. Je t’écoute, ai-je dit.
Et il a raconté… »

Demain, il sera trop tard (Jean-Christophe Tixier)

note: 4Pas mal Maryjo, bibliothécaire - 27 février 2018

Dans l'ensemble j'ai bien aimé ce roman. L'intrigue est intéressante et donne au lecteur des sujets de réflexion. On est dans une dystopie assez originale mais aussi un récit d'anticipation plutôt réaliste.
Par beaucoup d'aspects ce roman fait froid dans le dos et augure un futur difficile. Ici on est dans la fiction mais le pas peut être vite franchi.

Vera (Karl Geary)

note: 4Un régal SYLVIE - 27 février 2018

Premier roman de Karl Geary, irlandais expatrié aux Etats-Unis, voici un récit qui fait preuve d’une maitrise certaine. Sonny est un jeune lycéen, issu d’un milieu populaire de Dublin. Il donne occasionnellement un coup de main à son père maçon. Et ce jour-là, ils doivent réparer un mur d’une belle maison cossue dont la propriétaire ne tarde pas à intriguer le garçon par ses silences et son mystère.
Voici un roman tout en nuances mais qui aborde de front des sujets d’une grande puissance émotionnelle. On est rapidement happé par le récit de la naissance de cette passion hors normes.

4 3 2 1 (Paul Auster)

note: 4CONTE A REBOURS DOMINIQUE - 24 février 2018

1. Le grand-père de P. Auster débarque à New York. 2. On lui conseille d'oublier son nom de juif russe. 3. On lui suggère de dire à l'agent d'immigration qu'il s'appelle Rockefeller. 4. Au moment où on le lui demande, il ne s'en souvient plus et s'exclame en yiddish "Ikh hob fargessen! (J'ai oublié!) et l'agent croyant entendre Ichabod Fergusson, l'enregistre sous ce nom.
Tout repose sur des malentendus, c'est ainsi que l'auteur va développer 3 scénarios possibles. Ils aboutissent au bout de la main de ce petit fils prodigue qu'il est devenu et qui nous révèle finalement comment un même individu peut voir évoluer sa destinée dans un sens ou dans un autre, selon ses capacités d'adaptation.

Laisse tomber les filles (Gérard de Cortanze)

note: 1Sympa MARYSE - 21 février 2018

Quand on est de la génération des "héros" du livre et que, comme eux, on a écouté Salut les Copains, c'est plaisant ! et on chante à nouveau !

L'ordre du jour (Éric Vuillard)

note: 1L'ORDRE DE LA COLLUSION DOMINIQUE - 13 février 2018

Editions Ates Sud, directrice Françoise Nyssen et entre autre ministre de la Culture! Il n'en fallait pas plus pour donner le Goncourt à un ouvrage bien mince (150 pages, un record!) qui radote une fois de plus sur la collusion entre grand capital et le fascisme. A qui cela Profite? "Plus jamais ça", bien entendu, mais tellement d'autres sujets d'aujourd'hui mériteraient d'être traités et récompensés...

Scarlett Epstein rate sa vie (Anna Breslaw)

note: 4Pour rire un peu Un excellent roman qui permet d'entrer par une petite porte dans l'univers assez étonnant et fascina - 10 février 2018

Ce qui m'a surtout plu dans ce roman c'est la bonne dose d'humour qui jalonne le récit tout du long.
Le personnage de cette anti-héroïne est bien vu. Désabusée et virulente elle n'en reste pas moins attendrissante. J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Ruth qui m'a beaucoup fait rire.
Un moment de détente, simple, sans prise de tête mais quelque part réconfortant.

Aux délices des anges (Cathy Cassidy)

note: 2Dommage... Jade - 7 février 2018

Assez déçu de ce roman, même style que les volumes précédents et donc aucune touche d'originalité...
Je m'attendais à un peu de nouveauté de la part de l'auteur, dommage ^^'

Les huit montagnes (Paolo Cognetti)

note: 5Un texte fort SYLVIE - 7 février 2018

Dans ce roman qui a reçu le prix Médicis étranger, la montagne est au centre du récit, c’est la véritable héroïne du livre. Elle est abordée d’une écriture très poétique et sensible mais qui ne cache pas sa violence et sa rudesse.
Le narrateur connait bien la montagne du Val d’Aoste, il y a passé de nombreux été de son enfance. Il y avait noué là une puissante amitié avec un jeune montagnard avec qui il a partagé ses jeux et son amour des lieux sauvages particuliers. Il y revient, après plusieurs années d’absence passées en ville et à parcourir des pays étrangers. Il retrouve avec bonheur ses montagnes et ses habitants.
Voici un roman puissant par les sujets qui l’habitent : la nature, la montagne, la force de l’amitié Il est puissant aussi par son écriture extrêmement évocatrice. Et on entre de plein pied dans cet univers même s’il nous est étranger.

Grosse folie (Raphaële Frier)

note: 4Z'awards 2018 Un excellent roman qui permet d'entrer par une petite porte dans l'univers assez étonnant et fascina - 7 février 2018

Ce que j'aime chez cet éditeur, Talents Hauts, et notamment dans cette collection "Ego" c'est qu'on y traite de sujets forts. Ce titre ne déroge pas à la règle puisqu'il nous parle de Chloé, en surpoids, et de Quentin, un garçon solitaire, fan de jeu vidéo et de musique.
De leur improbable rencontre va naitre une histoire d'amour. Mais comme toutes les histoires d'amour cela ne va pas se faire sans heurts. Car, il y a le regard des autres qui se pose sur ce couple et forcément l'un va avoir peur et l'autre mal. Car on le sait bien, si les sentiments ne se commandent pas, pour autant ce n'est pas toujours facile d'assumer d'aimer quelqu'un que la société juge "hors norme" .
Après lu le remarquable "Mauvais fils" du même auteur, j'avais hâte de lire son nouveau livre. Et je n'ai pas été déçue du tout.

Les huit montagnes (Paolo Cognetti)

note: 5Poignant BENOIT - 7 février 2018

Un récit plein de sincérité, émouvant et plein de vie qui nous fait partager 30 ans de la vie des deux principaux protagonistes. Un récit sur la vie, la famille et surtout l’amitié avec pour toile de fond la montagne et la nature , omniprésentes. Un excellent moment que cette lecture….


Emprunter


4 SEMAINES
NOMBRE DE PRÊTS ILLIMITÉ

(sauf DVD et collections BU)
+ d'infos

Partager "Emprunter " sur facebookPartager "Emprunter " sur twitterLien permanent