Calendar girl
Juin (Audrey Carlan)

note: 1Nul MARYSE - 20 octobre 2017

Je ne comprends même pas que ce livre soit à la bibliothèque ou bien il faut ajouter une section "vulgaire" [...]

AccueilPoint de vue sur...

Point de vue sur...

 

L'ange qui boite (Jean-Marie Kerwich)

note: 5L'INSOUTENABLE LEGERETE DE LA PLUME DOMINIQUE - 21 octobre 2017

Imaginez un nouveau né qui viendrait au monde avec la capacité de la parole et le don d'écrire! Kerwich est cet envoyé du ciel qui s'émerveille de tout, c'est à dire des plus petits riens. Ce nomade qui suspend son pas, de peur d'écraser la beauté d'une feuille morte, nous replace au coeur de la poésie et dans ce qu'elle n'aurait jamais du cesser d'être: l'enchantement de celui qui sait qu'il ne gardera jamais rien pour lui...

Calendar girl
Juin (Audrey Carlan)

note: 1Nul MARYSE - 20 octobre 2017

Je ne comprends même pas que ce livre soit à la bibliothèque ou bien il faut ajouter une section "vulgaire" ou "porno" !

Async (Ryuichi Sakamoto)

note: 5Un album méditatif… Julie, bibliothécaire - 19 octobre 2017

L’album commence par « Andata » avec une douce mélodie au piano, suivie d’un orgue et de nappes électroniques discrètes et comme embrumées … « Async », le nouvel opus de célèbre compositeur japonais Ryuichi Sakamoto s’écoute lentement, avec attention afin de mieux « entendre » chaque son, chaque texture. Ainsi sur « Walker » on entend ce qui pourrait être des bruits de pas dans l’herbe avec des sons très doux. Sur « Fullmoon », un poème de Arseni Tarkovski est récité en plusieurs langues : « Parce que nous ne savons pas quand nous allons mourir (…).» Le compositeur nous livre quatorze morceaux hors du temps, délicats et introspectifs…

Un sale boulot (Christopher Moore)

note: 4Original Caro, bibliothécaire - 18 octobre 2017

Quand on commence à lire Christopher Moore, on ne peut plus s’arrêter. Après avoir dévoré ses deux romans se déroulant à Melancholy Cove, je me suis lancé dans ce pavé, qui ne dénote pas du reste de l’œuvre de l'auteur. En effet, on y retrouve son imagination débordante (ici un jeune veuf père de famille se transforme en collecteur d'âmes de défunts) et son humour qui nous arrache un sourire même dans les situations les plus tristes. Ce roman est prenant et plein de suspense, on se laisse prendre facilement par cette histoire fantastique.

Chaleur (Joseph Incardona)

note: 3Court et étonnant Caro, bibliothécaire - 13 octobre 2017

Inspiré d'un fait réel, ce court roman met en scène deux personnages pour le moins originaux mais très différents. Dans un style ciselé, il montre leur rivalité dans le cadre d'un concours de... sauna.
Je m'attendais à un roman très drôle mais il est plutôt grinçant. Il est bien écrit mais les personnages sont trop originaux pour être vraiment crédibles à mon avis...

Le jour d'avant (Sorj Chalandon)

note: 1L’écriture de Chalandon est comme toujours percutante Nathalie bibliothécaire - 12 octobre 2017

Le 27 décembre 1974, la mine de Saint-Amé Lievin tuait 42 de ses mineurs. Parmi les morts, Joseph Flavent, fils de paysan et grand frère adoré de Michel. Devenu un jeune homme, Michel fuit la région, il ne veut pas « être dévoré » par la mine qui lui a pris son frère mais aussi son père et sa mère dévorés eux par le chagrin...Lire un roman de Sorj Chalandon n’est jamais décevant. Tout en abordant l’univers d’une époque et d’une économie qui se meurt, il n’en oublie pas de parler de l’humain, de sa faiblesse et de la culpabilité.

Femme à la mobylette (Jean-Luc Seigle)

note: 5 Un texte merveilleusement bien écrit et bouleversant Guy, bibliothécaire - 12 octobre 2017

Malgré son prénom, Reine fait partie de la France d’en bas, celle qui vit avec les moyens du bord, au jour le jour. Son existence est difficile, elle se retrouve avec ses trois enfants sur les bras parce que le père l’a abandonnée pour rejoindre une femme plus riche. Reine est fragile psychologiquement, elle manque de maturité et a parfois des comportements étranges. Ce qui la tient debout c’est son esprit plein de poésie et son amour pour les autres. Un jour elle décide de déblayer son jardin encombré par de nombreux objets laissés par son mari et elle va découvrir une mobylette bleue... Un texte merveilleusement bien écrit et bouleversant qui rappelle le réalisme poétique du cinéma des années trente.

Nos richesses (Kaouther Adimi)

note: 5Un beau roman lumineux Lila, bibliothécaire - 12 octobre 2017

Une balade avec Camus dans les ruelles de la casbah d'Alger, une conversation avec Antoine de St Exupéry, un café avec Abdallah, ouvrir la porte de « Nos vraies richesse… Kaouther Adimi, nous plonge dans la vie d’un quartier d’Alger aujourd’hui, mais aussi dans une émouvante reconstitution de la vie D’Edmond Charlot. Un roman fort et émouvant où « les vraies richesses » prennent tout leur sens. Un beau roman au récit lumineux et nostalgique qui retrace le parcours d’Edmond Charlot qui a voué sa vie aux livres.

Volume 1 (BNQT)

note: 5Un super-groupe à découvrir ! Patricia - 12 octobre 2017

Ce super-groupe anglo-américain joue un rock inspiré et élégant. Les cinq chanteurs de cinq groupes différents (Midlake, Grandaddy, Franz Ferdinand, Band of Horses, Travis) ont proposé chacun deux chansons pour cet album mélodique bien agréable à écouter et à réécouter. Mes titres préférés : Failing at Feeling, Real Love et surtout Fighting the World pour son univers très rock. Un Volume 2 bientôt ?

Le mari de mon frère n° 1 (Gengoro Tagame)

note: 3Ca dégomme les clichés ! Kaeru - 11 octobre 2017

Quand un père de famille recoit chez lui le mari (étranger)de son frère décédé, cela suscite bien des interrogations chez lui. en premier lieu, pourquoi s'est-il éloigné de ce jumeau qui lui avait avoué son homoséxualité ? Qui était ce frère et comment vivait-il concrètement avec son mari ? Peut-on aimer un "beau-frère" si inattendu et "hors normes" ? L'auteur n'hésite pas à aborder tous les sujets même les plus délicats concernant l'homosexualité masculine. Il y a parfois des ficelles un peu grosses mais ce premier tome laisse augurer une série qui je l'espère deviendra plus originale...

La bataille du Sénat (Suzette Bloch)

note: 5Livre très instructif GASPAR - 11 octobre 2017

Ce livre permet d'avoir une solide connaissance du sénat , de ses coulisses et du bicamérisme. Il mêle histoire et politique , formidable.

Party (Aldous Harding)

note: 5Des morceaux épurés et mélancoliques à souhait, d’une beauté envoûtante… Julie, bibliothécaire - 10 octobre 2017

Aldous Harding nous livre de magnifiques compositions folk sur cet album : neuf titres délicats aux mélodies enchanteresses. La particularité de cette jeune chanteuse est d’avoir une voix, ou plutôt plusieurs voix, lui permettant de passer des aigus (« Party », « The world is looking for you») a une voix profonde et grave comme sur le superbe titre « Imagining my man » où elle est accompagnée par une simple mélodie au piano et des cris d’enfants. Autre pépite de cet album : le dernier titre « Swell does the skull » : magnifique ballade folk à la guitare où la douce voix de l’artiste nous transporte complètement et nous laisse … sans voix ! « Party » regorge de morceaux épurés et mélancoliques à souhait, d’une beauté envoûtante…

Cosmétique à l'huile de coco (Stellina Huvenne)

note: 4Super Caro, bibliothécaire - 6 octobre 2017

La coco est utilisée dans de nombreux domaines, notamment la cosmétique bio. Les produits de beauté bio sont souvent chers ou bien de qualité médiocre. Avec ce livre, nous pouvons désormais les fabriquer nous même. Savons, crèmes, shampoings, rien n'est oublié !

The witch (Pumarosa)

note: 4« The Witch » nous ensorcelle avec ses dix titres ! Julie, bibliothécaire - 3 octobre 2017

Des morceaux de plus de 5 minutes qui naviguent entre pop-rock et rock indie, des rythmes complexes, des mélodies efficaces …Voici Pumarosa avec son premier album plus que réussi. Dès « Dragonfly » on se laisse envoûter par la voix puissante et magnifique de la chanteuse Isabel Munoz-Newsome. Si le charme continue d’opérer à chaque titre (comme sur la très rythmée « Red » avec ses vocalises magiques et son côté funky), « Priestess » se démarque par ses plus de 7 minutes très bien construites avec sa ligne de basse entraînante et son sax hypnotisant. Tout comme « Barefoot », sorte de ballade folk-électro géniale. A écouter !

Femme à la mobylette (Jean-Luc Seigle)

note: 5Histoire poignante FLORENCE - 2 octobre 2017

C'est dur de vivre quand on est pauvre, fragile et sans armes face à l'immensité et la complexité du monde. Cette femme la mobylette possède une magnifique richesse intérieure mais qu'est ce que cela vaut pour notre société? Y a t il une chance pour les plus vulnérables? histoire bouleversante et triste.

Les fleurs d'hiver (Angélique Villeneuve)

note: 5la guerre 14-18 Colette - 29 septembre 2017

Très beau roman, au style sensible et émouvant. Nous vivons la guerre de 14-18 en compagnie d'un couple dont l'homme, poilu dans les tranchées, revient blessé et mutique et la femme avec leur enfant survit dans la misère. Comment vont-ils pouvoir se retrouver, revivre, recommencer ?

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie (Virginie Grimaldi)

note: 5Drôle, émouvant, magnifique!!!! KAREN - 27 septembre 2017

Je n'avais pas été autant émerveillée par un livre depuis longtemps. Il m'a fait rire, m'a ému, m'a captivé. J'ai eu de la peine quand je l'ai terminé. Tellement fort ce qu'il nous fait ressentir!!! Il ne faut pas passer à coté. Un concentré de plaisir et d'émotions!

Culottées : des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent n° 2
Culottées (Pénélope Bagieu)

note: 5Des femmes exceptionnelles Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Dans ces deux tomes, Pénélope Bagieu donne la parole à 30 femmes. Certaines sont connues mais beaucoup d'autres sont de parfaites inconnues, malgré leur contribution dans différents domaines.

Je tiens à remercier l'auteure d'avoir eu cette belle intiative. Grâce à elle, j'ai découvert le destin de femmes absolument exceptionnelles. Leur courage, leur force, leur besoin de liberté, d'innover, d'exister leurs a fait transcender toutes les règles mises en place par la société, la religion, les hommes.

Certaines de ces femmes resteront dans ma mémoire encore longtemps. Je pense aux soeurs Mirabal, héroînes et martyrs de la lutte contre le dictateur Rafael Trujillo en République Domicaine (je vous conseille aussi le livre d'Elsie Fontenaille "Les trois soeurs et le dictateurs"), ou à Phulan Devi, jeune indienne qui a été maltraité, violé, humilié par les hommes riches, de sa communauté. Elle a survécu aux pires horreurs et s'est battue contre les riches, pour les pauvres. Devenue parlementaire elle sera assassinée en 2001. Ou encore Naziq al-Abib, activiste syrienne avec des racines kurdes, née dans une famille bourgeoise qui grace à sa détermination, sa gentillesse et sa compassion oeuvrera toute sa vie pour son peuple. Et tant d'autres...

Grâce à ces femmes, à leur combativité, quelle soient avec des armes ou simplement intellectuelle, la cause des femmes a progressé. Qu'elles aient été actrices, sportives, inventeurs, volcanologues, femmes au foyer... elles ont toutes ajouté leur pierre à l'édificie et permit, chacune à leur manière, l'émancipation des femmes.
Il était temps qu'on leur rende hommage. Merci Pénélope Bagieu pour ce très beau travail.

Culottées : des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent n° 1
Culottées (Pénélope Bagieu)

note: 5Des femmes exceptionnelles Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Dans ces deux tomes, Pénélope Bagieu donne la parole à 30 femmes. Certaines sont connues mais beaucoup d'autres sont de parfaites inconnues, malgré leur contribution dans différents domaines.

Je tiens à remercier l'auteure d'avoir eu cette belle intiative. Grâce à elle, j'ai découvert le destin de femmes absolument exceptionnelles. Leur courage, leur force, leur besoin de liberté, d'innover, d'exister leurs a fait transcender toutes les règles mises en place par la société, la religion, les hommes.

Certaines de ces femmes resteront dans ma mémoire encore longtemps. Je pense aux soeurs Mirabal, héroînes et martyrs de la lutte contre le dictateur Rafael Trujillo en République Domicaine (je vous conseille aussi le livre d'Elsie Fontenaille "Les trois soeurs et le dictateurs"), ou à Phulan Devi, jeune indienne qui a été maltraité, violé, humilié par les hommes riches, de sa communauté. Elle a survécu aux pires horreurs et s'est battue contre les riches, pour les pauvres. Devenue parlementaire elle sera assassinée en 2001. Ou encore Naziq al-Abib, activiste syrienne avec des racines kurdes, née dans une famille bourgeoise qui grace à sa détermination, sa gentillesse et sa compassion oeuvrera toute sa vie pour son peuple. Et tant d'autres...

Grâce à ces femmes, à leur combativité, quelle soient avec des armes ou simplement intellectuelle, la cause des femmes a progressé. Qu'elles aient été actrices, sportives, inventeurs, volcanologues, femmes au foyer... elles ont toutes ajouté leur pierre à l'édificie et permit, chacune à leur manière, l'émancipation des femmes.
Il était temps qu'on leur rende hommage. Merci Pénélope Bagieu pour ce très beau travail.

La terre des fils (Gipi)

note: 5Magnifique Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

La sortie d'une nouvelle BD de Gipi est toujours pour moi une bonne nouvelle. Dès la première page, le dessin âpre et tellement expressif de Gipi m'a envouté. Les maîtres mots de ce récit sont ; mémoire, écriture et transmission.

Après la fin du monde, un père survit tant bien que mal avec ses deux fils. Il ne leur a rien raconté sur la vie d'avant l'apocalypse. Il ne leur a pas appris à lire ou à écrire. Tout ce qu'il veut inculquer à ses fils c'est à survivre dans un monde en totale déliquescence. Pas d'amour, pas de gestes tendres, juste une brutalité quotidienne, des coups et des avertissements pour leur éviter la mort qui rode. Mais, les deux garçons grandissent et se posent de plus en plus de questions, n'hésitent pas à transgresser les règles du père.

C'est un récit qui m'a beaucoup touché. Il est comme le dessin, âpre, dur, violent, impitoyable et malgré tout entre le besoin de savoir ce que leur père cachait et l'envie de survivre émerge une petite étincelle d'espoir que les choses peuvent changer.

Dark Museum n° 1
American gothic (Alcante)

note: 5Coup de coeur 2017 Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Iowa, Etats-Unis 1930. En pleine crise économique, la famine pousse toute une petite ville aux pires extrémités.
Avez-vous déjà pris le temps de demander ce qu'il se cache derrière une toile, une photo ? Mais attention, votre curiosité pourrait vous valoir de nombreux cauchemars...

J'ai vraiment beaucoup aimé cette BD d'un tableau connu, "American gothic" de Grant Wood. A partir de ce tableau les auteurs ont concocté une histoire qui tourne très vite au gore, à l'horreur et qui malgré tout reste crédible. Car à situation extrême, solution extrême.

Les auteurs évoquent avec justesse la situation économique, la détresse des gens qui n'ont pas de travail, pas d'argent pour nourrir leur famille. De plus, le travail de mise en pages, des couleurs, et sur les visages aux expressions très explicites ajoute du relief au récit.

Un seul regret c'est qu'on arrive bien trop vite à la fin du récit. J'attends avec impatience de lire la suite. Nouvelle peinture, nouveau contexte, nouvelle histoire...

Mr. Ferraille (Winshluss)

note: 5Que du bon Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Les requins marteaux on eut la très bonne idée de compiler les aventures de notre cynique ami robot, Mr. Ferraille.

Avec un humour décapant, un ton provocateur et absolument non politiquement correct, les deux auteurs tirent à boulets rouges sur tous les clichés qu'on peut trouver dans la BD depuis les année 30. Et ils n'ont peur de rien. Et en fait c'est rafraichissant, drôle et ça fait un bien fou de rire de leurs caricatures lapidaires.

Je ne dirais qu'une chose : encore, encore !

Shi n° 1
Au commencement était la colère... (Zidrou)

note: 5Surprise surprise Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Quelle bonne surprise que cette BD ! Un scénario bien construit, sans temps mort et avec beaucoup d'action. Un très beau dessin qui colle parfaitement à l'époque et au récit. Sans oublier des personnages principaux attachants. Dès la première page j'ai été embarquée dans cette histoire qui nous plonge dans l'époque victorienne, en pleine exposition universelle. Nous sommes à une époque où les femmes n'avaient aucun droit. Elles se devaient d'être de bonnes épouses, de bonnes mères et surtout de ne jamais remettre en question les décisions des hommes.
Cette BD raconte l'histoire de deux femmes, très différentes l'une de l'autre, l'une est angalise et l'autre japonaise, et qui malgré leurs différences, notamment celui de la langue, vont s'entraider et bouleverser leur avenir.
Impossible de lacher ma lecture en cours de route. Zidrou et Homs m'ont donné l'impression d'être complétement au coeur de l'action. L'histoire m'a émue. Le récit est dur. nous sommes au 19e siècle est à cette époque l'Angleterre n'était pas un pays aussi policé que maintenant. La vie était dure pour les "petites gens". Les riches écrasaient de leur mépris tout ceux qui n'étaient pas de leur condition sociale, blancs, riches et anglais.
A présent, il me faut attendre la suite car j'ai envie d'en savoir plus sur ce qui va arriver à nos deux héroïnes et quel est le lien avec les quelques pages qui se déroulent à notre époque.

Pas mon genre ! (Yatuu)

note: 5Histoire de genres Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Il va falloir qu'un jour les choses changent vraiment. A savoir que ce n'est pas parce qu'on est une fille qu'on aime obligatoirement le rose, le maquillage ou les fringues. Ni parce qu'on est un garçon qu'on aime se battre, les jeux vidéo, le foot etc.
Marre des stéréotypes et du dictat de la société qui imposent aux enfants de se comporter en fonction de leur sexe. Avec cette BD, Yattu dénonce fort à propos et avec un humour mordant certains clichés qui perdurent.

Les beaux étés n° 3
Mam'zelle Estérel (Zidrou)

note: 5L'été sera chaud Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

L'été approche et comme chaque année depuis 3 ans, Zidrou et Jordi Lafebre nous invite à retrouver la famille Faldérault qui se préparer à passer de bonnes vacances. Sauf que cette année au programme, les beaux-parents de Pierre sont du voyage. Les choses vont donc être un peu différentes. Moins relaxantes on va dire.

Je ne sais pas si c'est parce que ce tome ne fait aucun écho à mes propres souvenirs mais je l'ai trouvé différent et moins passionnant que les deux autres. Pourtant, il y a des moments savoureux et cocasses. Toujours beaucoup de bonhommie, de bonne humeur et ce leitmotiv qu'il faut prendre les choses comme elles viennent, qu'il faut prendre les gens comme ils sont et que notamment en vacances, il ne sert à rien de s'énerver. il suffit de regarder la couverture pour comprendre les tenants et aboutissants de cette histoire.
"Chouchous, qui veut des chouchous? "

Nuages et pluie (Loo Hui Phang)

note: 5Onirique Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Avec cette BD attendez-vous à faire un voyage poétique, étonnant et même étrange.

Tout commence après la première guerre mondiale. Werner se retrouve à errer de ville en ville en Asie. Surnommé "le boche" par tous les Français qu'il croise, Werner n'a pas la vie facile. Il encaisse coups et insultes sans rien dire car il se sent coupable de la mort de son ami Georg. Un jour, au Laos, il se retrouve par hasard à faire une livraison dans une ville tenue par des chinois. Là se trouve une usine d'objets manufacturés par toute une ribambelle d'hommes en noir. Werner ne resiste pas à l'offre d'emploi qu'on lui propose...

Je suis complétement tombée sous le charme de ce récit hypnotique à la fois étrange, cruel, poétique, érotique, mystique, onirique, rédempteur... je vous invite donc à faire votre propre voyage au sein de cette BD atypique.

Montana 1948 (Larry Watson)

note: 5Atmosphère, atmosphère Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Dans cette petite ville du Montana, juste quelques années après la guerre, le père de David est shérif et son oncle Franck, le docteur, est héros local. David a un peu honte de ce père qui n'a pas fait la guerre à cause d'une blessure à la jambe. Lorsque Marie, la jeune Indienne qui s'occupe de David, tombe malade et refuse de se faire soigner par Franck, les langues vont se délier et David et son père vont découvrir un secret de famille peu reluisant.

Cette BD est une adaptation du roman noir éponyme de Larry Watson. J'avoue ne pas l'avoir lu donc je ne peux pas dire si l'adaptation est fidèle mais en tout cas j'ai bien aimé. Il y a une "atmosphère" dans ce récit, ou on navigue entre des thèmes importants tels que népotisme, racisme, lien du sang et fin des illusions. On suit l'histoire à travers le regarde de David. C'est apre, rude, violent. Entre des gens bienveillants et d'autres prêts à tout pour sauvegarder les apparences on est au coeur d'une intrigue sociale noire au racisme ordinaire. Marquant.

Gift n° 3 (Yuka Nagate)

note: 5Encore et toujours Maryjo, bibliothécaire - 27 septembre 2017

Dans ce tome 3 on retrouve Tamaki et toujours plus d'horreurs. Entre les manipulations, duplicité, ceux qui ont deux visages, ceux qui sont franchement mauvais, ceux qui ne sont pas tels qu'on pourrait le croire... le monde dans le quel évolue Tamaki et très dangereux. Et puis il y a Tamaki, toute jolie, qui ressemble à une poupée, qui semble n'avoir aucun état d'âme et qui punit "les baleines" sans aucun remord.

J'avoue que j'aime vraiment beaucoup cette série noire de noire. Elle est toujours aussi gore donc certaines scènes peuvent paraître choquantes à des yeux non avertis.
Mais se déroulement du récit se poursuit en mettant en avant des personnages secondaires mais indispensables ce qui permet de mieux cerner l'histoire. Reste à attendre la suite pour en savoir un peu plus.

Rosalie l'infâme (Évelyne Trouillot)

note: 5Rosalie l'infame COLETTE - 23 septembre 2017

Premier roman d’une professeur née à Haïti.
Rosalie l’infâme est un bateau négrier qui transportait des esclaves capturés en Afrique jusqu’à St Domingue. Ce roman est l’histoire d’une lignée de femmes plongées brusquement dans la terreur et luttant pour garder leur dignité. Dans cet univers déshumanisant où des êtres humains sont maltraités au-delà du concevable, une histoire d’amour nait entre un esclave marron et Lisette, l’héroïne. Evelyne Trouillot parvient à dépasser l’horreur pour raconter la tendresse et la bonté.
Roman très émouvant, décrivant implacablement la société esclavagiste du 18ème siècle à Saint-Domingue.

Twisted toons, vol. 2 (Stu Brown)

note: 5Swing virtuose Patricia - 22 septembre 2017

Selon The Times et Mojo Magazine, cet album est un des 10 meilleurs albums de jazz de 2016, je n'ai pas écouté assez de CD de jazz pour confirmer mais je peux vous dire que la virtuosité de Stu Brown est de faire swinguer Looney Tunes, Tom & Jerry, Droopy, etc. et de nous faire ressentir toute la tendresse qu'il éprouve pour ces célèbres personnages de "vieux" dessins animés.

Soumission (Michel Houellebecq)

note: 5OU EST LE BEC? DOMINIQUE - 22 septembre 2017

Finalement, François, ce professeur de lettres en mal d’aimer, se convertirait à l’Islam, convaincu que nombre de ses relations qui l’ont précédé, ont pu tirer parti de la polygamie en cours pour accéder à une vie amoureuse plus épanouie.
« L’Islam ne fait que légaliser une situation qui existe aussi depuis toujours chez les occidentaux, mais sous un mode hypocrite, honteux et conflictuel » se justifie un de ses supérieurs qui tente de le convaincre.
Le conditionnel est malgré tout au bon emploi, car Houellebecq qui s’identifie à son personnage à la première personne du présent tout au long de son ouvrage, passe à ce mode dans les dernières pages, au moment justement du passage à l’acte.
Toutefois l’auteur semble nostalgique d’une religion patriarcale, pour preuve son professeur qui est un spécialiste de Huysmans, lui-même converti au catholicisme en fin de vie. « La mort du père » semble être au coeur des préoccupations de Houellebecq et c’est à mots couverts qu’il s’interroge sur les bienfaits d’une parité homme-femme en marche dans notre civilisation occidentale.

Capitol vision (Talisco)

note: 4A écouter pour prolonger l’été ! Julie, bibliothécaire - 20 septembre 2017

Douze morceaux et autant de tubes en puissance pour ce deuxième album de Talisco. Des titres pop-rocks entraînants à souhait (« Monsters and black stones », « Loose » « The Martian Man »,…) nous plongent dans l’univers lumineux de l’artiste à grand renfort de guitares électriques, de chœurs et de batterie. Il y a également des morceaux qui se distinguent comme « Sitting with the Braves » avec ses influences psychédéliques ; ou encore « Before the dawn » plus calme, qui se termine par un solo de batterie époustouflant. Mention spéciale à « Behind the River » où Talisco montre tout son talent de chanteur ! Un album qui met en forme, à écouter pour prolonger l’été !

The young pope (Devlin)

note: 5Une bande originale de grande qualité ! Julie, bibliothécaire - 13 septembre 2017

The Young Pope bénéficie d’une b.o d’exception. Les 2 albums se composent de titres très variés. On retrouve de la musique classique, de la musique italienne, des morceaux rock et pop comme l’excellent morceau d’ouverture qui sert de générique à la série : « Watchover » de Devlin (qui reprend Hendrix), morceau électro-rock instrumental accrocheur. Autre style très présent : la musique électronique, avec la participation de nombreux artistes talentueux tels que Max Richter, Trentemoller, Flume ou encore Melodium avec « Kissing Desease » morceau à la mélodie touchante. L’ambiance générale des albums est calme et reposante, malgré quelques morceaux rythmés qui viennent insuffler de l’énergie par moments. Une bande originale de grande qualité à ne pas louper !

Les coins obscurs (Ruth Rendell)

note: 2Tout à fait invraisemblable LOIC - 10 septembre 2017

Les bases de départ étant invraisemblables, leurs conséquences et le déroulement de l'histoire développent vite le malaise chez le lecteur, qui doit se forcer pour aller au bout par curiosité seule.

Conspiration (Éric Giacometti)

note: 2Roman de gare LOIC - 10 septembre 2017

Vaguement inspiré des "Rivières pourpres" ou du "Da Vinci Code", une pâle imitation à lire pour passer le temps en attendant le train. Procédé de plus en plus à la mode semble-t-il, deux histoires distinctes sont racontées en alternance à chaque chapitre. On comprend vite comment les lire de façon plus simple.

Les vacances de Mma Ramotswe (Alexander McCall Smith)

note: 1Ennuyeux LOIC - 10 septembre 2017

Pas bien vu ce qu'il y avait de policier là-dedans, il ne se passe absolument rien, ce n'est que du babillage puéril. L'auteur prétend sans doute retranscrire la mentalité des noirs du Botswana, mais il n'est lui-même ni noir ni Botswanais...

Partials (Dan Wells)

note: 5Surprenant Maryjo, bibliothécaire - 8 septembre 2017

Ce 1er tome est percutant. C’est presque un coup de cœur.
J’ai suivi les aventures de Kira et ses amis avec plaisir. Kira est une héroïne forte, tenace, prête à tout pour sauver ceux qu’elle aime. Elle a du Katniss en elle mais l’histoire n’a rien à voir.
Passionnant, de nombreux rebondissements, une héroïne énergique, du suspens… autant d’ingrédients qui donnent au lecteur l’envie d’en savoir toujours plus. Un soupçon de romance et de révélations fracassantes font de ce roman une valeur sure.

Vernon Subutex n° 2 (Virginie Despentes)

note: 4SUPER ! CassisMenthe - 6 septembre 2017

C'est le deuxième livre que je lis de Virginie Despentes et j'ai adoré ! Le premier volume était un peu cru sur quelques passages mais très accrochant. Et on suit les aventures de Vernon puis de sa compagne dans son salon de tatouage avec beaucoup d'attachement et d'amusement aussi.

Petite Afrique (Somi)

note: 4Une magnifique voix à découvrir Julie, bibliothécaire - 6 septembre 2017

Somi est une jeune chanteuse de jazz-soul reconnue qui possède une voix exceptionnelle. Avec « Petite Afrique », elle rend hommage à Harlem, quartier de New-York. Somi nous parle des différences culturelles, de la place de chacun, comme à travers ces paroles percutantes dans « Alien » : « I’m an African in New York/ I’m an alien, a legal alien… ». Ces quatorze morceaux sont un mélange de jazz et de musique africaine comme sur l’excellent « The Wild One » aux rythmes entraînants. La chanteuse nous embarque aussi pour des ballades envoûtantes et douces (« They’re like ghost », « Holy Room »). Autre titre à ne pas manquer : le génial « Gentry » aux sonorités plus « soul » en duo avec Aloe Blacc ! Voilà une magnifique voix à découvrir !

Ouï (Camille)

note: 5Un grand OUI à ce « Ouï » original et libérateur ! STEPHANIE, discothécaire - 6 septembre 2017

Cela faisait 6 ans qu’elle n’avait pas sorti de disque et c’est avec beaucoup de plaisir que nous la retrouvons pour cette nouvelle aventure musicale. Camille occupe une place particulière dans le monde de la chanson française, elle expérimente, elle innove et surprend à chaque création. Il y a une belle harmonie tout au long de cet album, la chanteuse danse avec les mots (« Sous le sable »), joue avec sa voix ou plutôt « ses » voix (« Fontaine de lait ») et nous entraîne dans son univers singulier. OUÏ avec un tréma sur le i, "c'est s'ouvrir et écouter" et il faut prendre le temps sur chaque morceau pour apprécier toutes les nuances. Alors oui un grand OUI à ce « Ouï » original et libérateur !

Les larmes noires sur la terre (Sandrine Collette)

note: 5le choc DELPHINE - 5 septembre 2017

une histoire qui fait herisser les poils
il faut de 1 voire 2 mauvaises décisions pour que la vie devienne un enfer et quand on croit qu'on ne peut pas tombe plus bas... il y a tjs pire.
Un groupe de femmes résiste, supportent, se joue des mauvais tours entre elles mais c'est bien ce groupe, et seulement ce groupe qui peut les sauver
Une histoire de femmes poignante et dérangeante car très proche du vrai

Camillo (Camillo)

note: 1Camillo Jean-MARIE - 2 septembre 2017

Bonjour
La notice biographique ne correspond pas!
https://fr.wikipedia.org/wiki/Camillo_Felgen

The homesman (Tommy Lee Jones)

note: 5Anti-Western Pierre-Jean, bibliot - 31 août 2017

XIXe siècle dans un petit bled du Nebraska. Le climat, les maladies et les hommes rendent la vie dure et entrainent dans la folie 3 femmes. Mary, célibataire et fervente pionnière, accepte de les ramener à l’Est où elles seront soignées. Dans cette expédition dangereuse, sur une terre aride et peuplée d’Indiens, elle rencontre Georges, vieux voleur sans état d’âme, qui va l’accompagner.
Tommy Lee Jones signe un anti-Western. L’Ouest ses terres vierges et fertiles sont ici un véritable enfer. Les pionniers des miséreux vivant dans des taudis. L’Est est vu comme la terre promise avec sa civilisation et son confort. Mais la quête que mène Mary va s’avérer sans issue… Un film fort.

Cigarettes After Sex (Cigarettes After Sex)

note: 5Laissez vous tenter par ces ballades romantiques et obscures ! STEPHANIE, discothécaire - 30 août 2017

Cigarettes after sex ce nom étrange prend tout son sens à l’écoute de cet album car on se sent vraiment bien dans cette atmosphère vaporeuse, bercés par la voix androgyne et sensuelle de Greg Gonzalez. Le disque s’ouvre sur « K », titre très aérien et très sensuel, « Each time you fall in love » est un titre romantique qui pourrait vous donner le frisson… Les titres se succèdent et on est envoûté par cette voix qui nous susurre tant de choses agréables ... “J’aime enfermer dans un rêve, dans une sorte de ballade romantique et obscure”. Laissez-vous tenter vous ne le regretterez pas !

Stories (Rami Khalifé)

note: 4Voilà un compositeur contemporain qui ne manque pas de talent ! STEPHANIE, discothécaire - 30 août 2017

Né dans une famille où la musique tient une grande place Rami Khalifé a su se démarquer. Dans l’album « Stories » il propose une musique singulière qu’il définit lui-même comme « une espèce de concerto pour piano futuriste ». Le disque s’ouvre sur « Resistance » morceau très « impressionnant », un peu plus loin « Club Romantik » nous fait frissonner de plaisir, puis « The aftermath » nous invite à la méditation. Quand on sait que le piano lui a littéralement sauvé la vie à Beyrouth lorsqu’il n’était encore qu’un enfant, on est encore plus réceptif à toute cette beauté et on perçoit la dimension « urgente » de ces créations qui évoquent la guerre, l’enfance, la joie... Voilà un compositeur contemporain qui ne manque pas de talent !

Vocello (Henri Demarquette)

note: 4Un bijou qu’il serait dommage de ne pas partager ! STEPHANIE, discothécaire - 30 août 2017

Constatant que le répertoire pour chœur a capella et violoncelle solo se réduisait à presque rien, Henri Demarquette lance en 2013 un programme de création musicale appelée « Vocello » en collaboration avec l’ensemble vocal Sequenza 9.3. Il s’agit pour la plupart de créations « nouvelles » réalisées par des compositeurs contemporains tels que Eric tanguy, Philippe Hersant, Thierry Escaich ou d’adaptations de musiques anciennes arrangées pour violoncelle et voix. L’album s’ouvre sur la sublime lamentation de Didon de Henry Purcell où le violoncelle est la voix de Didon et le chœur se transforme en orchestre. Plus loin le « Stabat mater » d’Eric Tanguy transmet une très grande émotion… Un bijou qu’il serait dommage de ne pas partager !

Step off (ESG)

note: 5cold groove Bastien - 24 août 2017

Quatre soeurs du Bronx à la fin des années 70 ont réussi à synthétiser différents genres de l'époque (funk, hip hop, no wave) pour générer une musique simple et habitée, alliant résonnances mélancoliques et grooves irrésistibles

Yo amaneci (Andres Landero)

note: 5cumbia colombienne Bastien - 24 août 2017

une sélection impeccable de chansons entêtantes du roi de la cumbia au large sourire (communicatif)

Around félicité (Kasai All Stars)

note: 5Kinshasa en ébullition Bastien - 23 août 2017

L'immense et multiple ville de Kinshasa bouillonne d'une énergie musicale fulgurante. Dans le merveilleux film d'Alain Gomis, la musique sacrée d'Arvo Pärt interprété par l'Orchestre symphonique Kibanguiste croise la lutherie sauvage et électrique du Kasai Allstar. Un disque de remixes par des pointures de la scène électronique redouble le plaisir (Ramzi, Clap Clap, Daedelus...). Une bande-son contrastée et intensément vivante !

Mario batkovic (Mario Batkovic)

note: 4Vaste accordéon Bastien - 23 août 2017

La virtuosité de Mario Batkovic sert une musique édifiante qui évoque volontiers Philip Glass ou Colin Stetson par l'exploration de textures de son instrument, tout en gardant une grande puissance mélodique