Une maternité rouge (Lax)

note: 5Un migrant culturel Lila, bibliothécaire - 5 novembre 2019

Au Mali en fuyant les djihadistes, le jeune Alou découvre, une statue « une maternité » dans un vieux baobab. [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilPoint de vue sur...

Point de vue sur...

 

Une maternité rouge (Lax)

note: 5Un migrant culturel Lila, bibliothécaire - 5 novembre 2019

Au Mali en fuyant les djihadistes, le jeune Alou découvre, une statue « une maternité » dans un vieux baobab. De peur qu'elle ne soit pas détruite par les islamistes fanatiques qui ne supportent pas l'art et les traces du passé. Un vieux sage, lui donne pour mission d’aller mettre cette statue à l’abri à Paris. C'est donc au péril de sa vie qu'Alou entreprend le voyage des migrants pour la sauver et peut-être se sauver.
Ce récit est une fable, émouvante, d'une grande beauté, de mots et de long silence, le silence d’une traversée humaine, d’une horreur quotidienne. J'ai apprécié que l'épilogue ne tombe dans aucune facilité. A lire.

Ceux que je suis (Olivier Dorchamps)

note: 5A découvrir...absolument ! BIB SOUAD - 5 novembre 2019

Ce livre est le voyage de trois nés et élevés en France. A la mort de leur père, ils apprennent que celui-ci veut être enterré dans son pays d'origine, le Maroc. Ce maroc qu'ils n'ont jamais connu. Ils ne comprennent pas le choix de leur père. On suit Marwan, un des fils, professeur d'histoire, qui va découvrir qui était son pére et ce Maroc dont il leur parlait tant, et qu'ils méprisaient.
J'ai beaucoup aimé ce livre écrit avec dans une langue simple mais avec pleins d'émotions et quelques touches d'humour pour endre le sujet plus léger même si il ne l'est pas.
Un livre magnifique qui parle de deuil, des liens familiaux, de l'identité et du rapport complexe aux origines. Il nous fait découvrir le Maroc avec ses traditions, ses rites et certains aspects sombres de la societé marocaine à travers un secret dévoilé. On nous montre comment se construire et trouver sa place quand on est ni français ni marocain ou tout du moins quand les autres nous le font sentir comme tel. Ce roman m'a beaucoup touché , il est à découvrir...absolument !

Les fillettes (Clarisse Gorokhoff)

note: 5La plume est inimitable, à la fois poétique et directe Guy, bibliothécaire - 5 novembre 2019

Rebecca est une femme âgée à peine d’une trentaine d’année, depuis son enfance elle est habitée par la peur : peur de la vie ou de la mort ? Des autres ou d’elle-même ? Pour calmer cette angoisse existentielle, dès l’adolescence elle va se faire des cocktails de médicaments, rien de plus facile son père est pharmacien ! Puis en vieillissant elle va compléter cette addiction avec la drogue et l’alcool. C’est d’ailleurs en consultant une psychologue qu’elle va rencontrer son mari. En effet, Marina la mère d’Anton, reçoit de temps en temps Rebecca et essaye de l’aider à sortir de ses addictions. Anton est tout de suite tombé amoureux, il savait qu’avec elle il aurait « la vitesse et l’ivresse ». Ensemble, ils ont eu rapidement trois fillettes et Anton a espérer secrètement que ses filles sauveraient sa femme. En créant la mère pourrait-il réparer la femme ? Ce roman merveilleusement bien écrit est poignant. Mais ce roman est loin d’être larmoyant bien au contraire, il y a beaucoup d’amour, de vie dans ce récit. Il n’est pas facile de vivre en société, il émane de cette famille hors norme un grain de folie, une liberté qui font du bien.

La Saveur des ramen (Eric Khoo)

note: 3Emouvant Kaeru - 31 octobre 2019

Masato part à Singapour sur les traces de sa mère, aujourd'hui décédée. Il y découvre son histoire, l'histoire d'amour de ses parents qui fait écho avec celle du pays. La cuisine, qui a unit ses géniteurs, lui permettra de faire le pont entre ses deux pays d'origine et de se rapprocher de sa grand-mère. Chronique douce amère, ce film nous émeut tant cette histoire de métissage et de famille est universelle.

Le Diabolique docteur Mabuse (Lang Fritz)

note: 4Un must CATHERINE - 26 octobre 2019

Un grand classique, à voir pour la culture générale. Détail amusant : la cigarette est un vrai personnage et enfume allègrement les salles de réunion ;-) !

Tout contre elle (Le Bomin Gabriel)

note: 1Bof... CATHERINE - 26 octobre 2019

Je m'attendais à bien mieux. Globalement, les acteurs jouent bien, mais je ne comprends pas la logique du personnage de la "femme de ménage maître-chanteur", qui finalement change d'avis... On ne sait pas pourquoi elle fait du chantage, ni pourquoi elle n'en fait plus... Et la fin n'est absolument pas éclairante. Film pour le moins obscur...

The exotica album (Oyvind Torvund)

note: 4cartoon exotica Bastien, discothécaire - 24 octobre 2019

Oyvind Torvund est un compositeur norvégien qui vient à la fois du rock et des musiques improvisées. Il convie l'ensemble contemporain Bit20 à se promener dans un univers mêlant l'exotica des années 60 à des digressions bruitistes cartoonesques. Un drôle d'album édité par le label d'Oslo Hubro music, qui nous fait découvrir une excitante scène jazz/expérimentale actuelle.

Octobre (Soren Sveistrup)

note: 5Digne de "The Killing" Lila, bibliothécaire - 22 octobre 2019

Quel lien entre un crime commis dans les années 80, l’enlèvement de la fille de la ministre des Affaires sociales du Danemark, Rosa Hartung, le meurtre de Laura Kjaer… Chargés de l'enquête, la jeune inspectrice Naia Thulin et l'inspecteur Mark Hess un petit bonhomme fabriqué à partir de marrons et d'allumettes près du corps. Dessus cette figurine, les empreintes de la fille de Rosa Hartung présumée morte.
J’ai beaucoup aimé le duo d’enquêteurs formés presque par hasard. L’enquête est passionnante, l’intrigue est plus que prenante et la fin …
Dès les premières pages, l’auteur nous propulse dans une enquête qui m’a happé jusqu’à la fin ! Premier roman policier d'un auteur qui a fait ses débuts comme scénaristes de séries télé notamment de la superbe série The Killing.

Vaste comme la nuit (Eléna Piacentini)

note: 5Auteur à suivre Nathalie, bibliothécaire - 22 octobre 2019

Pour son dernier roman, l’auteur vous embarque dans cette enquête avec un talent incroyable. Elena Piacentini aborde avec cette histoire les secrets de famille tus depuis des années mais qui pour les générations suivantes sont des freins à l’épanouissement. Et lorsque ces secrets concernent une communauté, cela devient bien plus compliqué à défaire les fils pour reconstruire l’histoire et avancer. J’avais été déçue par son roman Art brut ! Mais avec ce nouveau roman, tout est pardonné. A découvrir absolument.

Veggie tendance vegan (Charlotte Bousquet)

note: 5Un très bon roman Maryjo, bibliothécaire - 22 octobre 2019

Un très bon roman qui traite de la maltraitance des animaux mais pas que. On y suit aussi les premiers émois, les relations avec les enseignants, l'amitié, la famille... l'auteur nous dresse le portrait d'une génération engagée, qui défend ses idées et souhaite éveiller les consciences.
Un roman dans l'air du temps mais avec du sens. A lire aussi pour le personnage central, Chris.

Soif (Amélie Nothomb)

note: 1Grosse déception ! Maryjo, bibliothécaire - 22 octobre 2019

J'attendais plus de profondeur dans le traitement du sujet alors qu'elle le survole juste.
Aucune originalité, j'avoue que j'ai même trouvé cela ennuyeux et que j'ai dû faire un effort pour aller jusqu'au bout (alors que le roman n'est pas vraiment épais).
Même si l'écriture , le ton "Nothomb" sont là là, il manque ce petit quelque chose en plus qui nous fait aimer un livre. Grosse déception !

Les yeux rouges (Myriam Leroy)

note: 5Une femme seule Guy, bibliothécaire - 22 octobre 2019

Denis, un internaute prend contact sur facebook avec une journaliste chroniqueuse sur une radio publique. Habituée à être contactée par des auditeurs, elle ne se méfie pas. Il faut dire que l’approche est habile et d’apparence inoffensive. Puis au fil des échanges, les choses prennent une toute autre tournure. Pourtant, elle ne fait rien pour encourager la discussion, elle reste distante. Denis a senti que l’animatrice était plutôt du genre à se laisser faire et ne pas savoir comment se défaire d’un gêneur. Donc la cible idéale pour un prédateur de son espèce car Denis est l’animateur d’un compte facebook où il se fait appeler « Denis la menace ». J’ai aimé ce roman parce qu’il en dit long sur notre époque et sur la dérive des réseaux sociaux. Internet est la porte ouverte au meilleur comme au pire. Myriam Leroy démonte les rouages d’un piège pas si virtuel que ça et nous met en garde. Elle le fait souvent avec humour malgré la gravité de la situation.

Des poignards dans les sourires (Cécile Cabanac)

note: 4 Une famille haïssable ? Nathalie bibliothécaire - 22 octobre 2019

Catherine Renon vient de rentrer de week-end avec ses trois enfants mais à son retour son mari semble être parti. Aucune trace de lui, son armoire et ses tiroirs sont vides. Certes son couple était en crise mais elle n’imaginait pas qu’il parte sans un mot, notamment pour ses enfants. Au moins, elle n’aura plus à supporter son alcoolémie et ses crises de colère. Tant mieux, elle va pouvoir reprendre sa vie en main ainsi que l'entreprise qui n'est plus l'ombre de ce qu'elle était. L'absence du mari et l'attitude de Catherine étonnent. J’ai beaucoup aimé l’intrigue, les fils qui se tendent en direction des suspects potentiels, la complexité des relations familiales et les haines qui en résultent. J’ai peut-être été un peu déçue par la fin mais cela n’a pas empêché le plaisir que j’ai ressenti à lire ce roman.

Ce que savait la nuit (Arnaldur Indriðason)

note: 4Une nouvelle série, un nouvel enquêteur Nathalie bibliothécaire - 22 octobre 2019

Le cadavre d’un homme disparu depuis 30 ans est découvert par des touristes allemands partis en randonnée. Il y a 30 ans, l’enquête sur la disparition d’un homme avait été confiée à Konrad, aujourd’hui policier à la retraite. L’enquête est relancée mais le seul suspect à l’époque est aujourd’hui mourant et il continue à clamer son innocence. Il en appelle d’ailleurs à Konrad pour qu’il l’innocente avant de mourir. Parallèlement, l’ancienne chef de Konrad lui demande d’enquêter à nouveau. Un soir, une femme frappe à la porte de Konrad, elle lui demande de trouver l’assassin de son frère qui a été renversé quelques mois auparavant. Elle est persuadée que c’était volontaire.
Y-a-t-il un lien entre les 2 enquêtes ? Si vous pensiez retrouver votre inspecteur fétiche Erlendur, vous allez être déçu mais rassurez-vous Konrad est à la hauteur. J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce roman.

Elle le gibier (Élisa Vix)

note: 4Une intrigue qui happe Lila, bibliothécaire - 22 octobre 2019

Chrystal a soutenu brillamment sa thèse elle est docteur en neurosciences, spécialisée dans la maladie d'Alzheimer mais aucune perspective de recrutement dans un laboratoire. Elle est donc au chômage, jusqu’au jour où elle est engagé chez Medecines, le leader mondial dans le renseignement et le conseil auprès des clients et des professionnels de santé. Dès le début du roman, on sait qu’un drame s’est produit. Mais on ne sait pas lequel. C’est à travers différents témoignages de ceux qui ont connues Chrystal, interrogés par un mystérieux enquêteur, qu’on découvre la personnalité de la jeune femme et les problèmes auxquels elle s’est heurtée. Le puzzle va se reconstituer, pour former le tableau final ...140 pages d'une efficacité redoutable. J’ai beaucoup aimé ce roman, l’écriture…tout.

Blanc mortel (Robert Galbraith)

note: 4Efficace Lila, bibliothécaire - 22 octobre 2019

C’est le 4ème tome des enquêtes du détective Cormoran Strike. Une réussite qui doit beaucoup au duo atypique formé par Cormoran Strike et Robin Ellacott. Deux personnalités que tout semble opposer, mais qui s’avèrent complémentaires à plus d’un titre. Cette quatrième enquête commune le prouve une fois de plus ! Des enquêtes classiques, menée par des protagonistes qui ne le sont pas... Addictif, passionnant, servi par des intrigues bien ficelée et des personnages bien campés et attachants.Que demander de plus?
Et de quoi parle ce dernier opus : D’une histoire qui va nous plonger dans les dessous crasseux du monde politique et de l’aristocratie britannique. Mais pas que… Laissez-vous tenter…

Les compromis (Maxime Calligaro)

note: 4Meurtre au sein du Parlement Europpéen Lila, bibliothécaire - 22 octobre 2019

Qui a tué Sandrine Berger, eurodéputée verte ? Un amant éconduit ? Des rivalités politiques ? Des forces occultes au service d’intérêts économiques ?
Émile, son jeune assistant parlementaire décide de mener l’enquête, aidé par le correspondant permanent d’un grand journal français. Rarement l’Union européenne ne m’a semblé aussi concrète que dans ce livre.
Bien écrit, bien construit, l’intrigue est pleine de rebondissements jusqu’à la fin complétement inattendue. Un très bon moment de lecture.

42e rue (Laurent Valière)

note: 5Superbe, indispensable ! Caro, bibliothécaire - 19 octobre 2019

Pour qui s'intéresse au sujet bien sûr, ce bouquin est une vraie bible abordant tous les aspects des comédies musicales : Broadway, cinéma, chorégraphes, auteurs, acteurs, musiciens etc... le tout avec beaucoup d'illustrations !

Les sisters n° 1
Un air de famille (William Maury)

note: 5les sisters NOELIE - 19 octobre 2019

superrr un des meilleur livre que je n'ai jamais lue

Une femme en contre-jour (Gaëlle Josse)

note: 5Portrait sensible SYLVIE, bibliothécaire - 18 octobre 2019

Voici le nouveau roman de Gaëlle Josse, cette excellente auteure, gagnante du dernier prix Passerelle avec une « longue impatience ».
Ce court roman dresse le portrait de Vivian Maier, gouvernante, nourrice et surtout photographe amateur qui vécut sa passion toute sa vie, accumulant des milliers de négatifs. Elle ne fut jamais reconnue de son vivant et meurt en 2009 dans un dénuement qui ne lui permettait plus de payer la location du garde meuble qui abritait ses photographies. Ces cartons furent redécouverts, par hasard, par un amateur de photographie qui reconnut rapidement la valeur de ces dernières. Son talent est aujourd’hui unanimement reconnu dans le monde entier et ses photos font l’objet de nombreuses expositions.
Avec le talent qu’on lui connait, Gaëlle Josse dévoile par touches sensibles une femme portée et obsédée par son art malgré l’anonymat et sa condition extrêmement modeste. Elle jette sur ce destin troublant, un regard aigu et intense. Mais c’est sans doute qu’elle voit dans ce personnage de femme et sur son exigence envers son art, un lien, une correspondance avec son propre travail d’écrivain.
Bien plus qu’une biographie, c’est une conception du travail de l’artiste qui est décrite ici, modeste, tenace. Cet art révélé c’est l’adhésion d’une vie.

Legacy ! Legacy ! (Jamila Woods)

note: 5Des chansons chargées d’histoire... Julie, bibliothécaire - 16 octobre 2019

La chanteuse livre avec ce deuxième album un superbe hommage à son héritage culturel, son univers et en livre divers messages sur la société, les discriminations raciales ou encore la place des femmes. Des chansons chargées d’histoire, qui portent chacune le nom d’une icône de l’artiste. Le premier et excellent titre « Betty » (Pour Betty Davis) est un mélange de diverses influences, comme tout au long de l’album : soul, r’n’b, jazz et hip-hop. Sur « Basquiat », on se laisse entraîner par la basse et le refrain entêtant ; et enfin on est séduit par la belle voix soul de l’artiste et les chœurs gospel sur « Baldwin ». Un album riche, qui montre une femme engagée et sensible…

Metz (Bess)

note: 5Un groupe méconnu à découvrir... Julie, bibliothécaire - 16 octobre 2019

Voici le troisième album des français de bESS. Parmi leurs influences, le groupe cite principalement la brit-pop et des groupes comme Radiohead et The Divine Comedy. A l’écoute, on découvre de très bons titres pop-rock, aux mélodies efficaces tel « Dance in the sand ». Si quelques titres sont en anglais, la majorité de l’album est écrite en français et révèle une très belle plume : des textes poétiques et d’une grande délicatesse, à l’image de « Metz », « Laisse toi aller » ou encore le superbe et poignant « Alep (Prenons la Route) ».

Black Pumas (Black Pumas)

note: 5Un album parfaitement réalisé, qui devrait plaire aux amateurs de soul Julie, bibliothécaire - 16 octobre 2019

Premier album pour ce nouveau groupe texan de soul vintage. Le sextet est porté par Adrian Quesada, producteur et compositeur mais aussi par le talentueux chanteur Eric Burton, qui envoûte nos oreilles dès le premier titre « Black Moon Rising » grâce à sa voix chaude. Sur l’excellent « Fire », les influences sont un peu plus rock et blues, comme on le note à l’écoute du riff de guitare très efficace… Enfin, le dernier titre « Sweet Conversation » à la guitare acoustique est superbe, la voix du chanteur se fait douce et chaleureuse…

This wild willing (Glen Hansard)

note: 5Le grand retour de Glen Hansard... Julie, bibliothécaire - 16 octobre 2019

Pour son quatrième album solo, Glen Hansard (chanteur guitariste de The Frames) a convié de nombreux musiciens pour l’enregistrement, dont des musiciens classiques iraniens rencontrés un an plus tôt. Les compositions laissent beaucoup de place à l’improvisation et aux instruments comme sur le petit bijou « Don’t settle » où tout y est : guitare, cordes, cuivres, piano… Et la voix de Glen Hansard se fait plus discrète, presque murmurée comme sur le très beau titre « I’ll be you, be me » ou en spoken-word sur « Who’s gonna be your baby now ». Enfin, le dernier titre « Leave a light » est plus traditionnel et clôt parfaitement ce superbe album qui devrait plaire aux amateurs de folk…

Un si petit oiseau (Marie Pavlenko)

note: 5Edifiant ! Maryjo, bibliothécaire - 15 octobre 2019

Au départ j'ai failli laissé tomber ma lecture. Je trouvais ça pesant et très cliché. Puis, il y a l'arrivée d'Aurèle qui petit à petit illumine cette histoire de reconstruction de toute une famille.
Le ton est juste comme il faut, il y a beaucoup d'amour, de l'humour et d'optimisme finalement.
L'être humain peut se sortir de tout si il le décide et qu'il n'est pas seul. Édifiant.

Zaroff (Sylvain Runberg)

note: 5Une belle surprise Maryjo, bibliothécaire - 15 octobre 2019

Au départ je ne voulais pas lire cette BD mais le magnifique dessin a attiré mon attention, même s'il est beaucoup trop classique pour moi. Mais dès les premières cases je me suis laissée prendre à l'histoire et j'ai tout lu d'une traite.
Certaines scènes d'action sont dignes d'un film documentaire. La lutte à mort que se livre les deux camps se révèle épique est digne d'un film d'aventure.
Une jolie surprise.

L'asperge (Sarah Morant)

note: 5Excellent Maryjo, bibliothécaire - 15 octobre 2019

Un bon roman sur le syndrome d'Asperger. Le personnage d'Ali est très attachant et permettra sans doute à certains de découvrir que les autistes peuvent aussi étudier, vivre, aimer. Certaines choses les dérangent c'est vrai. Et alors ? Ce livre parle aussi de liens fraternels, amicaux, d’amour, de tolérance, d’acceptation de l’autre, de soi dans sa différence. Excellent.

Le bal des folles (Victoria Mas)

note: 5Entrer dans la danse Lila, bibliothécaire - 15 octobre 2019

Venez au spectacle de ces femmes jugées folles et internées. D’un côté les idiotes et les épileptiques, de l’autre, les folles, les hystériques et les maniaques... Regardez les danser...
Voyez comme elles dansent, comme elles rient, s’agitent...
Vous le tout Paris venez assister à ce bal déguisé, spectateur de ces femmes exposées, exhibées par le docteur Charcot, célèbre neurologue.
Mais qui sont les vraies folles ? Celles qui osent, celles qui les jugent, ou celles qui les lisent..? Ou bien les hommes qui viennent les regarder danser ?
C’est en nous immergeant dans les coulisses terrifiantes de la psychiatrie balbutiante du XIXème siècle censée soigner les “aliénées” que l’auteure nous scotche et nous bouleverse.

Rouge impératrice (Léonora Miano)

note: 5Un rêve de réconciliation ? Lila, bibliothécaire - 15 octobre 2019

L’écrivaine nous transporte au XXIIe siècle, dans une Afrique unifiée appelée Katiopa, entre prospérité et autarcie. Ilunga, le chef de l’Etat, et Boya, l’universitaire sont amoureux, leur liaison va devoir faire face aux complots identitaires, aux jalousies, aux enjeux de pouvoirs. Au cours du XXIème siècle Les Sinistrés de la vieille Europe sont venus trouver refuge dans cette Afrique prospère. Mais leurs descendants, Les Fulasi, sont menacés d’expulsion par le chef de l’Etat. C’est une satire, un conte politique, social, féministe, magique et romantique. Avec une ironie mordante et décomplexée, Léonora Miano a su me captiver ou plus exactement m’envoûter.

Les choses humaines (Karine Tuil)

note: 5Brillant Guy, bibliothécaire - 15 octobre 2019

Cinq personnages principaux constituent la trame de ce roman : Claire Farel, brillante intellectuelle féministe, Jean son ex-mari, journaliste politique vedette de la télévision, leur fils Alexandre étudiant brillant promis à un bel avenir et enfin Adam Widman, le nouveau compagnon de Claire et père de Mila.
Karine Tuil à travers eux brosse un portrait d’une certaine France contemporaine, celle du monde du pouvoir et des élites intellectuelles. Son analyse est fine, souvent critique et mordante. Au fil du récit porté par une écriture précise et dense la tension monte. Elle ajoute au fur et à mesure des éléments qui font que l’on ne peut plus lâcher le roman. J’ai beaucoup aimé ce récit parce qu’il parle du destin et des rapports de pouvoir dans la société mais également dans la sphère privée. L’écriture est magistrale, elle est vive, ne laisse jamais de répit. Fiction et réalité se mélangent admirablement. Karine Tuil a l’art de saisir notre monde actuel dans sa vérité mais aussi dans sa cruauté. Elle démonte les mécanismes de la machine judiciaire et dresse un sévère constat de l’ambition, du pouvoir et des réseaux sociaux.

Anima (Thom Yorke)

note: 5Un album totalement envoûtant ! STEPHANIE, discothécaire - 10 octobre 2019

Fan de Radiohead et de Thom Yorke en particulier j’attendais avec impatience son nouvel album solo. Et c’est un réel plaisir de retrouver cet univers aussi riche et cette voix si singulière. Comme le musicien ne fait jamais les choses à moitié et qu’il est toujours innovant, cet album est accompagné d’un court métrage réalisé par Paul Thomas Anderson et disponible sur Netflix. Dans la lignée de l’album The Eraser il nous offre un univers sombre mais fascinant avec des nappes électroniques subtiles qu’il magnifie par des lignes de basses (« Impossible knots ») ou des chœurs (« I am a very rude person »). L’album se termine sur un titre au rythme particulièrement hypnotique. Un album totalement envoûtant !

Echo (Brandt Brauer Frick)

note: 5Un album original et surprenant ! STEPHANIE, discothécaire - 10 octobre 2019

Derrière le nom Brandt Brauer Frick se cache un trio de musiciens allemands qui ont fait le choix depuis une dizaine d’années de proposer une musique où le classique et l’électronique fusionnent. Un résultat vraiment intéressant qui sonne très « musique de film » car les sons nous plongent dans des ambiances parfois étranges (« Decades ») mais aussi plutôt dansantes (« Extend », « Masse »). Les sonorités acoustiques (piano, cordes, cuivres) apportent une touche chaleureuse à l’ensemble. A noter la participation de Catherine Ringer sur le très bon titre « Encore ». Un album original et surprenant !

Double dreaming (Camp Claude)

note: 5Un album de pop efficace et réjouissant ! STEPHANIE, discothécaire - 10 octobre 2019

Camp Claude c’est l’alliance de deux membres du groupe Tristesse contemporaine et de la chanteuse franco-américaine Diane Sagnier. Ce qui interpelle au premier abord c’est le rythme du premier titre très pêchu et très entrainant. Par ailleurs, la voix suave de la chanteuse contribue à capter notre attention et nous promet de bons moments. La musique est un mélange de pop électro rock alternant entre rythmes effrénés (« Double dreaming », «Do it ») et ballades tout en délicatesse (« Old Downtown », « Horses »). Un album de pop efficace et réjouissant !

Avante delirio (Saulo Duarte)

note: 5Voilà un album qui va vous donner une belle énergie positive ! STEPHANIE, discothécaire - 10 octobre 2019

La musique brésilienne présente une grande diversité de styles et de sons. Avec ce premier album solo Saulo Duarte nous offre une musique mélange des cultures caribéennes et amazoniennes de sa région. Ce disque il l’a voulu cosmopolite, à l’image de toutes les influences musicales qu’il a intégrées. Bien que la population brésilienne soit aujourd’hui divisée par le contexte politique il souhaite rester positif et ouvert, sa musique doit permettre aux gens de se changer les idées, de s’amuser. Comme celle de Bob Marley il pense que sa musique peut transmettre un message politique engagé tout en faisant danser. Voilà un album qui va vous donner une belle énergie positive !

Voyager à vélo (Paule David)

note: Guide pratique du cyclo-camping 2018 GUY - 5 octobre 2019

Ouvrage manquant d'objectivité, catalogue publicitaire plus qu'ouvrage censé aider les apprentis voyageurs.
Très déçu, je conseille de consulter le guide édité par "Cyclo Camping International" plus neutre en la matière.

Grand National (Roland Buti)

note: 4Le mystère du palace... Nathalie bibliothécaire - 1 octobre 2019

Carlo traverse une crise. Sa femme l’a quitté il y a 2 ans et il peine à retrouver une vie normale. Heureusement il a son employé. Force de la nature, ancien professeur de français au Kosovo, il s’est reconverti dans l’entretien des jardins lorsqu’il a compris que les mots ne suffisaient plus. Mais il vient de se faire agresser. Et pour finir, l’établissement de retraite qui héberge sa mère vient de lui signaler sa disparition. Il se lance à sa recherche et la retrouve dans un ancien palace,
le Grand National, palace qui fut important dans sa vie de jeune fille. Carlo va découvrir alors quelques moments de la vie de sa mère.
Il est dommage que ce fils n’aille pas au bout de sa relation avec sa mère. Qu’est-ce qui le retient ? Son employé parvient naturellement à tisser un lien et finalement son personnage semble bien plus abouti humainement.

Jour de courage (Brigitte Giraud)

note: 3Petite déception Guy, bibliothécaire - 1 octobre 2019

Ce roman manque à mon goût de respiration et de rythme. J’ai l’impression que Brigitte Giraud a mis dans son ouvrage tous les sujets à la mode qui lui feront peut-être accéder à la liste des nominés pour les prix littéraires. Dommage, c’est un écrivain que j’aime beaucoup et c’est la première fois que je suis déçu non pas par l’écriture qui est toujours aussi fluide mais par le sujet abordé et son traitement.

Le chant de l'assassin (Roger Jon Ellory)

note: 4C’est noir, c’est beau... Lila, bibliothécaire - 1 octobre 2019

C’est l’histoire d’une promesse. Avant sa sortie de prison, Henry a promis à son codétenu Evan, qui lui est condamné à perpétuité, de remettre une lettre à sa fille Sarah. Il se rend à Cavalry, une petite ville sur lequel le shérif Carson Riggs, le frère d’Evan, règne sans partage et surtout sans concession et il ne veut surtout pas qu’Henry retrouve Sarah. Mais une promesse est une promesse ! Une promesse qui va bouleverser la vie d’Henry et des habitants de Calvary. Quels secrets hantent cette paisible bourgade texane ? Que s’est-il vraiment passé entre les deux frères ?
L’intrigue pourrait être celle d’un roman ordinaire, mais une fois encore, RJ Ellory est parvenu à m’embarquer dans son histoire avec une facilité déconcertante.

Un livre de martyrs américains (Joyce Carol Oates)

note: 5Les vérités dérangeantes Lila, bibliothécaire - 1 octobre 2019

Avec sa plume exceptionnelle, Joyce Carol Oates [ajouter], aborde le sujet explosif de l’avortement à travers l’histoire de deux hommes : un médecin qui pratique des avortements et son assassin. Elle raconte l'impact de leur absence sur leur famille, en particulier leurs filles. Elle explore à la fois les origines du drame et ses conséquences sur leur vie. Comment réagir et continuer à vivre après un tel drame? Comment se construire un avenir qui ne soit enchaîné au passé? Qui sont véritablement les nouveaux martyrs américains? Elle pose un regard intelligent, complexe et nuancée sur ce débat qui divise l’Amérique.
Une fois de plus je suis soufflé! Joyce Carol Oates est une romancière époustouflante ! Un roman puissant qui nous secoue, nous bouscule, un véritable tour de force. Remarquable !

Willy Ronis by Willy Ronis (Willy Ronis)

note: 5Un must ! Caro, bibliothécaire - 18 septembre 2019

Ce livre retrace toute la carrière de Willy Ronis, un des plus grands photographes du XXe siècle. Chaque image est remise dans son contexte par le photographe lui-même, qui apporte aussi divers commentaires sur son œuvre. C'est juste magnifique et aussi instructif, un must pour tous les amateurs de photographie en noir et blanc !

Not waving, but drowning (Loyle Carner)

note: 5Un flow calme et de belles instrus... Julie, bibliothécaire - 12 septembre 2019

Le rappeur anglais signe ici son deuxième album : du hip-hop posé, un flow calme avec de belles instrus sur chaque morceau. Loyle Carner raconte en toute simplicité des moments de sa vie, et n’hésite pas à adresser de doux messages à ses proches : sa mère avec le premier titre « Dear Jean ». Les titres s’enchaînent et on retient la présence de guests tels que Jordan Rakei sur l’excellent « Ottolenghi » ou encore Jorja Smith sur « Loose ends ». Un rap poétique, proche du parlé comme sur le très beau « Krispy » et son superbe solo au bugle. En bref, un album à ne pas laisser de côté.

Divinely Uninspired to a Hellish Extent (Lewis Capaldi)

note: 5Une voix à découvrir ! Julie, bibliothécaire - 12 septembre 2019

Souvent comparé à « un Adele masculin » et véritable phénomène venu d’Ecosse, Lewis Capaldi montre avec ce premier album son immense talent. Le charme opère et on reste sans voix à l’écoute des titres poignants, et superbement interprétés tels que « One », « Lost on you » ou encore l’excellent « Someone you loved » (chant et piano avec une douce mélodie). C’est d’ailleurs avec ce genre de compositions intimistes qu’il est le plus bouleversant (« Bruises »). Une voix magnifique, de belles compositions… Voici un artiste et un album à découvrir….

La terre invisible (David Chalmin)

note: 5Voyage garanti avec les pépites électroniques de David Chalmin... Julie, bibliothécaire - 12 septembre 2019

Premier album du compositeur et producteur (qui a déjà une carrière bien remplie), « La terre invisible » propose six titres superbes qui nous plongent dès la première écoute dans un autre monde… Le premier morceau « A l’aube » est lumineux et doux, les rythmes sont plutôt lents et les nappes aériennes… Mais au fur et à mesure, les beats deviennent plus lourds, le rythme s’accélère (« Matière Noire », « Vertige ») et on entre dans un véritable labyrinthe auditif… Avant de revenir vers de délicates notes au piano sur « Lumière blanche ». Les remarquables compositions de David Chalmin nous emmènent loin…

Designer (Aldous Harding)

note: 5Le retour de la trop discrète Aldous Harding Julie, bibliothécaire - 12 septembre 2019

La néo-zélandaise signe un superbe retour avec ce nouvel album et propose des perles folk-pop, qui nous envoûtent dès la première écoute. Les mélodies sont toujours aussi soignées comme sur le très entraînant et un peu rétro « The Barrel ». Sur « Zoo Eyes » et « Damn », la chanteuse n’hésite pas à moduler sa voix, passant ainsi du grave à l’aigu, montrant une fois de plus son talent… Enfin, l’artiste se surpasse sur la très belle et sobre ballade « Heaven is empty », chargée d’émotion… Une interprétation et un songwriting menés avec brio et originalité…

La jeune fille et la nuit (Guillaume Musso)

note: 5la jeunne fille et la nuit LESLIE - 8 septembre 2019

topissime ! Musso nous fait échafauder des hypothèses et comme toujours, on est loin de la vérité. Il est très fort !

Laço umbilical (Lucibela)

note: 5 Un très beau voyage musical en terres capverdiennes ! STEPHANIE, discothécaire - 4 septembre 2019

Lucibela est une jeune chanteuse cap-verdienne qui souhaite continuer le travail que Cesaria Evora a commencé en chantant les genres musicaux comme la morna et la coladeira. On la compare d’ailleurs à la star car sa musique se rapproche beaucoup de la sienne et parce qu’elle parvient, comme elle, à transmettre beaucoup d’émotions avec sa voix chaude et douce. Le duo avec le chanteur Bonga « Dona Ana » est un morceau typique de la morna, délicieusement nostalgique. Un peu plus loin c’est la coladeira qui est mise en avant avec les morceaux « Profilaxia » et « Mi e dode na bô Cabo verde », plus rythmés et dansants. Un très beau voyage musical en terres capverdiennes.

True love (Gemma and The Travellers)

note: 5Un album qui va ensoleiller votre été et votre rentrée ! STEPHANIE, discothécaire - 4 septembre 2019

Une bien belle découverte musicale avec cet album « True love » de Gemma & The Travellers qui nous propose une plongée dans une ambiance très « Motown », une soul music typique des années 60. Le groupe se compose de quatre musiciens talentueux (guitares, batterie, saxophone) et d’une chanteuse à la voix puissante et chaleureuse. Pas de temps mort, les morceaux s’enchaînent et nous enchantent. Un album qui va ensoleiller votre été et votre rentrée !

Cuz I love you (Lizzo)

note: 5Lizzo ose et en impose ! STEPHANIE, discothécaire - 4 septembre 2019

J’avoue avoir été tout de suite intriguée par la pochette de cet album de Lizzo, une jeune femme qui semble s’assumer sans trop se préoccuper des stéréotypes. A l’écoute de l’album pas de déception, elle est une artiste singulière, sûre d’elle, qui malgré sa formation musicale classique a finalement choisi le monde du hip-hop et du RnB. Et c’est tant mieux car elle apporte une touche féministe et audacieuse, beaucoup d’humour et d’auto dérision, notamment sur le morceau « Truth hurts » ou l’excellent « Tempo » en duo avec Missy Elliott. Lizzo ose et en impose !

Satis factory (Mattiel)

note: 5Mattiel s’impose comme une digne représentante du Rock’n’roll ! STEPHANIE, discothécaire - 4 septembre 2019

Dès les premières notes j’ai été séduite par la voix singulière de la chanteuse Mattiel sur le morceau « Moment of Death ». Il y a tout au long de l’album « Satis factory » une belle énergie rock, un son résolument vintage inspiré des sixties. « Rescue you » reste dans cette même lignée suivi par le titre « Je ne me connais pas » et son superbe clip dans lequel la chanteuse joue avec brio un barbu bien macho… Avec cette voix singulière, ce son rock vintage de qualité, Mattiel s’impose comme une digne représentante du Rock’n’roll !

Padmaavat (Sanjay Leela Bhansali)

note: 5Padmaavat FANNY - 3 septembre 2019

Un des plus beau film du cinéma Indien, majustueux, fascinant, touchant, un arc en ciel de couleurs. Merci à la Médiathéque de Valence pour ce bijou. Un petit espace avec des films Indiens ainsi que d'autres pays serais un vrai plus pour découvrir différentes cultures. MERCI d'avance