Hugo aime Joséphine (Sophie Dieuaide)

note: 3Hugo aime Joséphine Thilléli - 2 août 2020

Ce roman est facile à lire, il fait réfléchir

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle
 

Facebook L'Empreinte


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilPoint de vue sur...

Point de vue sur...

 

Hugo aime Joséphine (Sophie Dieuaide)

note: 3Hugo aime Joséphine Thilléli - 2 août 2020

Ce roman est facile à lire, il fait réfléchir

Hollow (Elephant Stone)

note: 5Pop/rock psychédélique et sitar Julie, bibliothécaire - 1 août 2020

Elephant Stone est groupe de rock/pop psychédélique qui a déjà sorti plusieurs albums. Celui-ci est un album-concept narratif, qui nous raconte la colonisation d’une nouvelle planète après destruction de la Terre. Cette dystopie sépare l’album en 2 partie : dans la première, les titres sont plus rock et sombres comme « Land of the dead », avec son intro réussie au sitar ; et dans la seconde partie, les titres sont plus pop et radieux comme « Fox on the run » ou « The clampdown ». « Hollow » est un album accrocheur et efficace qui mérite plusieurs écoutes !

Room with a view (Rone)

note: 5Evasion garantie avec ce nouvel album Julie, bibliothécaire - 1 août 2020

Le compositeur et producteur français livre avec ce cinquième album, 13 superbes titres. L’ouverture aérienne « Lucid Dream » nous emporte aussitôt, et on se laisse porter par chacun des titres… Rone utilise de nombreux instruments comme le clavecin sur l’excellent « Crapaud doré » et l’orgue sur « Human ». Plutôt tourné vers l’ambient et les mélodies harmonieuses, l’album contient aussi des morceaux variés tels que « Raverie », plus techno mais tout aussi efficace.

Ramages (Birds On A Wire)

note: 5Un album d’une douceur rare... Julie, bibliothécaire - 1 août 2020

Pour ce nouvel album, Rosemary Standley (Moriarty) et Dom La Nena ont sélectionné 16 titres, qu’elles reprennent à leur façon, avec une grande délicatesse. Leurs voix s’harmonisent parfaitement, et on retrouve le violoncelle de Dom La Nena. Les musiques viennent de tous les horizons comme le très beau chant catalan « El cant dels ocells », le titre folk «Shake sugaree », ou encore « Sur la place » de Jacques Brel en ouverture. Pour finir, le duo reprend « Whish you where here » de Pink Floyd…

There is no year (Algiers)

note: 5Soul ET punk ! Julie, bibliothécaire - 1 août 2020

Pour leur troisième album, le groupe originaire d’Atlanta continue de distiller son fameux mélange de soul et de punk / post-punk qu’on lui connaît. Dès l’ouverture avec « There is no year » on retrouve les rythmes effrénés et la voix puissante du chanteur Franklin James Fisher. Des morceaux plus expérimentaux et industriels comme « Chaka » et « Hour of the Furnaces » ; et le très calme et mélancolique « Wait for the sound », apparaissent tout au long de l’album mais le groupe n’oublie pas ses premiers amours avec sa sublime conclusion punk « Void ». Ce mariage original de styles fonctionne toujours…

Un deux trois (Juniore)

note: 5Un deuxième album qui confirme le talent de ce groupe de pop française ! STEPHANIE, discothécaire - 1 août 2020

Avec le groupe Juniore on embarque pour un voyage musical vintage. Les sons sonnent vraiment années 60, la voix de la chanteuse également. Dès le premier morceau « Soudain »nous sommes dans une charmante ambiance rétro, puis un peu plus loin il y a « Walili » très beau morceau instrumental qui détonne et marque une accélération dans le rythme, notamment avec « Ah bah d’accord » et sa ritournelle entêtante. Un deuxième album qui confirme le talent de ce groupe de pop française !

The women who raised me (Kandace Springs)

note: 5Un album de reprises réussi ! STEPHANIE, discothécaire - 1 août 2020

« The women who raised me » est un album où kandice Spring rend hommage aux chanteuses (Ella Fitzgerald, Lauryn Hill, Sade, Nina Simone, Billie Holiday…). qui l’ont inspirée. Cette chanteuse, pianiste, entourée par des figures du jazz (Norah Jones, David Sanborn, Avishai Cohen…), nous offre de superbes reprises comme « I put spell on you », « Pearls », « Killing me softly with his song » ou « Strange fruit ». Les morceaux sont réinterprétés avec brio et grâce à sa voix envoûtante la dimension émotionnelle est bien présente. Un album de reprises réussi !

Safe and sound (Awa Ly)

note: 5Un album qui procure de belles sensations ! STEPHANIE, discothécaire - 1 août 2020

Quatre ans après l’excellent « Five and a feather » Awa Ly revient avec « Safe and sound » et c’est une belle surprise. Un album avec des sonorités soul, jazz, folk, blues et la voix toujours aussi envoûtante de cette artiste aux talents multiples (elle est auteure-compositrice-interprète et actrice). Le morceau « Close your eyes » écrit en hommage à Alaa Salah, jeune femme symbole de la révolte soudanaise est particulièrement émouvant. Accompagnée de musiciens talentueux : Anna Pacéo, Piers Faccini, Moh Kouyaté, elle chante aussi en duo avec Pascal Danaé (du trio Delgrès) ou Arthur H sur « Are you satisfied ? ».Tout au long de cet album elle parvient à nous captiver par sa voix magnifique et une ambiance qu’elle souhaitait « tribale, mystérieuse et mystique ». Un album qui procure de belles sensations !

Keep on (Southern Avenue)

note: 4Une belle découverte soul ! STEPHANIE, discothécaire - 1 août 2020

Pas très connu en France ce quintet originaire de Memphis mérite une écoute attentive. La chanteuse a une voix puissante et chaleureuse et les musiciens qui l’accompagnent sont eux aussi excellentissimes. « Keep on » qui ouvre l’album est très entrainant et nous plonge tout de suite dans l’ambiance « soul ». Pas vraiment de temps morts mais des morceaux qui sortent tout de même du lot avec « Keep on », « Savior », « Lucky », «We are not so different »et « We’re gonna make it ». Une belle découverte soul !

Le pays du commandeur (Ali al- Muqri)

note: 5A la fois drôle et cruel Nathalie bibliothécaire - 30 juillet 2020

Ne cherchez pas l’Irassybie sur une carte du monde, le pays n’existe pas, pas sous ce nom en tout cas. Il est devenu Irassybie aux premiers jours de la Révolution mené par le Commandeur. Mais parce que ce dernier incarne l’essence du tout, Irassybie est devenu Le pays du Commandeur. Despote, le tyran aime que chacun vante ses nombreuses qualités à travers la presse officielle ou la télévision officielle. La population doit lui vouer un véritable culte, s’émerveiller devant l’intelligence de ses décisions. Et gare à celui qui le contrarie, sa lame est affutée et les prisons sont pleines. Un célèbre auteur égyptien désargenté mais réputé se voit convier au Pays du Commandeur pour écrire une énième biographie de l’homme...
Difficile de ne pas reconnaître la Lybie de l’exubérant et tyrannique Mouammar Kadhafi. Avec une pointe d’humour et de sarcasme, Ali Al-Muqri, dresse le portrait d’un despote mais surtout des proches terrorisés qui l’entourent.

Vik (Ragnar Jonasson)

note: 5Une enquête sur fond de mystère Nathalie bibliothécaire - 30 juillet 2020

Vous souvenez-vous de ce jeune policier Ari Thor que j’avais découvert dans Snorj ? Et bien le revoilà dans une nouvelle enquête. Son ancien chef Thomas, désormais policier à Reykjavik, fait appel à ses services pour résoudre une enquête quelques jours avant Noël. Asta, une jeune femme est retrouvée morte au pied d’une falaise. Elle semble s’être suicidée. Cette enquête semble être une formalité mais le plus intriguant pour Ari Thor est le fait que 25 ans plus tôt, la mère puis la jeune sœur d’Asta ont trouvé la mort dans les mêmes circonstances et au même endroit.
Evidemment, comme pour Snorj, vous ne lâchez pas le livre. Une enquête bien ficelée, des personnages sordides et l’heure passe sans que vous ne vous en rendiez compte.

Everdark n° 1 (Romain Lemaire)

note: 5Inventif ! Maryjo, bibliothécaire - 30 juillet 2020

Romain Lemaire nous livre un manga, enfin plutôt un Global-manga puisqu'il est français, dans la plus pure tradition du shonen. Le héros, Neer, est un combattant solitaire. Il veut préserver l'équilibre de la Terre et d'Everdark et il affronte donc les forces de Solaris. Sa rencontre avec Milo, jeune Spiriter et Rhianon une étrange jeune fille issue de Wirvelwind va pimenter son existence déjà bien tumultueuse.
J'avoue que j'ai totalement aimé ces 3 premiers tomes remplis d'action et le coté fantastique de l'histoire est un plus très appréciable. Romain Lemaine nous offre un récit bien construit, inventif sans oublier un dessin magnifique, expressif et réaliste. Je vous invite donc à vous laisser entraîner dans ce voyage réjouissant vers la sphère Everdark.

La petite faiseuse de livres n° 1 (Miya Kazuki)

note: 5Enthousiasmant ! Maryjo, bibliothécaire - 30 juillet 2020

Pourtant hésitante au départ je suis très vite devenue passionnée par cette nouvelle série où Urano Motosu, une jeune femme adorant les livres, se réveille en tant que Main, une petite fille chétive, dans un monde où l'accès aux livres est quasi impossible. Bien évidemment elle va tenter par tous les moyens de remédier à cela.
Adapté du light novel de Miya Kazuki ce manga fait l'apologie du livre mais plus largement de l'écrit, de la mémoire collective. Le dessin est très beau et le scénario bien construit (en même temps l'auteur du roman en fait l'adaptation). On suit avec plaisir le quotidien de Main, de sa famille, de leurs amis mais aussi les efforts de Main pour apprendre à lire et son envie irrésistible de fabriquer un livre par tous les moyens possibles.
Ces deux premiers tomes sont enthousiasmant et l'histoire devrait plaire aux mordus de lecture mais aux autres aussi. A découvrir.

L'île du Diable (Nicolas Beuglet)

note: 4L'île du Diable NATHALIE - 27 juillet 2020

Une histoire captivante qui vous emporte jusqu'à cette ile du diable . Une écriture vive. L'auteur va à l'essentiel , pas de longues pages de descriptions sans intérêt ni trop de fioritures . Un roman efficace qui se lit d'un trait . Idéal pour les vacances !

Son espionne royale n° 2
Son espionne royale et le mystère bavarois (Rhys Bowen)

note: 4Son espionne royale et le mystère bavarois NATHALIE - 27 juillet 2020

Une écriture vive et enjouée qui donne envie de découvrir toutes les aventures de cette charmante lady anglaise qui joue les Sherlock Homes en jupons tout en faisant la révérence à la Reine.

Les enquêtes d'Enola Holmes n° 1
La double disparition (Serena Blasco)

note: 5 Les enquêtes d'Enola Holmes n° 1 La double disparition LYSIE - 25 juillet 2020

Je conseil se livre pour ce qui aime l'aventure ,le suspense mais surtout les enquête car si vous plonger dans ces bandes dessinées vous en trouverez

La lettre d'amour interdite (Lucinda Riley)

note: 4la lettre d'amour interdite Brigitte - 23 juillet 2020

Un récit prenant. Les histoires dans l'histoire font que j'ai mis un moment avant de comprendre l'entièreté du "secret". Très bon livre.

La femme du bout du monde (Barbara Wood)

note: 4la femme du bout du monde Brigitte - 23 juillet 2020

j'ai bien aimé. Se lit facilement.

Les Enfants de la terre
Le clan de l'ours des cavernes 1 (Jean M. Auel)

note: 5les enfants de la terre de Jean Auel Brigitte - 23 juillet 2020

Cette série est absolument géniale. Ce récit qui parle d'une époque très lointaine aborde des aspects de la "construction" humaine de façon simple , finalement assez moderne, et se lit facilement... il m'a touchée profondément.

Cadavre exquis (Agustina Bazterrica)

note: 5glaçant virginie - 20 juillet 2020

Âmes sensibes s'abstenir, le roman le plus hallucinant que je n'ai jamais lu, difficile à lire avant de s'endormir, peut être trop prémonitoire ... et que dire de la fin ?

Les victorieuses (Laetitia Colombani)

note: 5les victorieuses SANDRINE - 17 juillet 2020

génial, tout comme la tresse !

Qui suis-je quand je ne suis pas moi ? (Agathe Lenoël)

note: 2Chronologie d'intérêt moyen SANDRINE - 17 juillet 2020

Je n'ai aimer que le dernier chapitre de son livre. le reste m'a semblé une longue chronologie qui n'apporte pas de lumière sur le fonctionnement de la maladie. Ce n'est pas complètement inintéressant mais c'est trop anecdotique.

Papicha (Rob)

note: 5Hymne à la liberté Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2020

Papicha raconte l’histoire d’une étudiante férue de stylisme confrontée à la montée de l’islamisme dans l’Algérie de la fin des années 90. Elle vend ses créations, aux Papichas, « les coquettes, d’Alger ». Quand l’horreur survient, Nedjma décide de ne pas plier et d’organiser un défilé de mode, comme un rempart face à l’obscurantisme qui s’annonce.
Ce film dépeint la lutte de ces jeunes femmes décidées à défendre leurs espaces de liberté et leurs droits face aux islamistes, hommes et femmes.
Vous allez rencontrer, des héroïnes jeunes, pleine de fougue, qui cherche à trouver un peu d’espoir et de liberté partout où elles peuvent. Une ode à la liberté, au courage, à la vie, traversé de magnifiques moments d’amitié.

Oasis (Isabelle Olivier)

note: 5Cet album nous offre un oasis réconfortant ! STEPHANIE, discothécaire - 15 juillet 2020

L’été est une saison propice aux voyages mais en ces temps incertains voyager en musique est plus sûr. Voilà donc un album qui vous fera voyager au croisement des cultures. La harpe d’Isabelle Olivier se mêle à la guitare de Rez Abbasi et aux percussions de Prabhu Edouard (tablas) et David Paycha (batterie). Sur le morceau « Stepping Stone » cette complémentarité est vraiment mise en valeur. Cet album nous offre un oasis réconfortant !

Méridiens (Chapelier Fou)

note: 5Un album captivant ! STEPHANIE, discothécaire - 15 juillet 2020

Chapelier Fou est de retour et ce nouvel album confirme son talent. Spécialiste de la rencontre entre musique classique et musique électronique il nous offre ici une exploration particulièrement réussie. Le premier morceau « « L’austère nuit d’Uqbar » annonce l’omniprésence de cordes, sur le deuxième « Constantinople » nous avons une succession de boucles et de sons purement électroniques. Avec « Le triangle des Bermudes » nous entrons dans un univers mystérieux presque inhospitalier. Un album captivant !

Lumière noire (Louise Verneuil)

note: 5Un premier album de pop folk très réussi ! STEPHANIE, discothécaire - 15 juillet 2020

Louise Verneuil est une nouvelle venue dans le paysage de la pop française. Elle a choisi son pseudo en référence au nom de l’avenue où vivait Serge Gainsbourg, l’une de ses idoles. Dès le début elle nous séduit avec sa voix douce, légèrement éraillée et nous embarque dans un voyage pour une destination inconnue (« Désert », « L’Evadée-Belle »). Les arrangements sont subtils (« Blue Sunday », « Lumière noire ») et l’émotion est au rendez-vous (« Emerencia », « Love Corail » ou « A mort amant ». Un premier album de pop folk très réussi !

Chickaboom (Tami Neilson)

note: 5Un album original qui vous donnera de l’énergie ! STEPHANIE, discothécaire - 15 juillet 2020

Avec son look singulier et sa voix impressionnante Tami Neilson nous emmène dans un voyage aux sonorités country, soul et rock’n’roll. Avec « Tell me that you love me » elle nous offre une country très dansante, sur « You were mine » un morceau soul de toute beauté et sur « Hey, bus driver » un morceau bien rock’n roll. La pochette de l’album annonce la couleur vintage de cette musique. Un album original qui vous donnera de l’énergie !

Fairy Tail n° 22 (Hiro Mashima)

note: 5Fairy Tail n°22 MARC - 15 juillet 2020

Très bon manga d'une longue série très captivante.

Bleu comme la peur (Ann Cleeves)

note: 2Bleu comme la peur NATHALIE - 13 juillet 2020

Intrigue un peu mince , une des protagoniste de l'histoire meurt rapidement sans explication du pourquoi .. j'ai déjà lu beaucoup mieux de cette auteure...

Aloha (Son Little)

note: 5Un charmeur d'oreilles ! Julie, bibliothécaire - 10 juillet 2020

Pour son troisième album, Son Little continue de charmer nos oreilles avec sa voix de soulman et son interprétation toujours impeccable. Nourri depuis toujours par de nombreuses influences : soul, rock, pop, rythm’n’blues ; l’artiste continue de proposer une musique qui serait un peu le mélange de tous ces genres. Les chansons sont à la fois lumineuses et entraînantes avec « Mahalia » ou « Belladonna », mais aussi touchantes et mélancoliques comme « Suffer » ou le grand final « after all (I must be wrong) ». Après trois ans d’absence, voici un retour qui fait plaisir à entendre…

Peaky blinders (Martin Slattery)

note: 5Pour les amateurs de rock... Julie, bibliothécaire - 10 juillet 2020

Si cette bande originale devrait ravir les fans de la série, elle devrait également plaire aux amateurs de rock. Sur ce double album, on trouve une excellente sélection : du rock, du punk, du folk, du metal… Avec bien sûr le sublime « Red right hand » de Nick Cave and the Bad Seeds, qui sert de générique à la série ; mais aussi des « classiques » avec des artistes tels que The White Stripes, PJ Harvey, David Bowie, Joy Division… Ainsi que des groupes plus récents comme Foals, Idles, Royal Blood… Le choix musical est complètement anachronique pour cette série qui se passe dans les années 20, mais colle parfaitement à l’ambiance de celle-ci. On passe par exemple sans problème d’un morceau folk d’une délicatesse absolue (Laura Marling « What he wrote ») à un morceau très énergique et électrique des Royal Blood !

Notes (Konstantin Kokourov)

note: 5Voyage en Sibérie avec ce jeune compositeur... Julie, bibliothécaire - 10 juillet 2020

Jeune compositeur russe, Konstantin Kokourov, sort un premier album magistral, en hommage à sa terre natale : la Sibérie. Fan de metal et de death metal (on retrouve d’ailleurs une reprise du titre « Air » de Jason Becker, guitariste néo-classique du groupe Cacophony), ses influences sont aussi nourries par des compositeurs classiques tels que Prokofiev et Rachmaninoff. A l’écoute, les compositions sont grandioses (« Flaming sun », « Voices of Siberia) et délicates comme « Whirlwind » ou encore « Waltz of Memoirs », notamment grâce aux sublimes partitions pour piano. Le voyage est instantané et on imagine sans peine la grandeur et la beauté des paysages sibériens… A découvrir !

The new abnormal (Strokes (The))

note: 5Enfin le retour ! Julie, bibliothécaire - 10 juillet 2020

Après 7 ans d’absence, les voilà enfin de retour ! On reconnaît immédiatement le style du groupe : la voix si particulière de Julian Casablancas et les mélodies du duo de guitaristes - Albert Hammond Jr et Nick Valensi- bien que la musique du groupe gagne en nouvelles sonorités. L'album démarre fort avec « The adults are talking », titre entraînant dont la mélodie reste rapidement en tête. L’album contient d’étonnantes bonnes surprises comme « Brooklyn bridge to chorus » et ses synthés complètement rétro ; ou encore la très planante et électronique « At the door ». Sur « Bad decisions » le groupe n’hésite pas à reprendre la mélodie de « Dancing with myself » de Billy Idol. Enfin on retrouve l’essence du groupe avec des titres comme « Why are Sundays so depressing »… Bref, un retour plus que réussi à écouter en urgence !

Primer (Shane Carruth)

note: 3Doliprane avec un verre d'eau Christophe, bibliothècaire - 9 juillet 2020

Aux antipodes d’un Terminator ou d’un Retour vers le futur, Primer compense son manque de moyens et sa mise en scène simple par un scenario parmi les plus complexes en matière de voyage dans le temps. Avec une approche « réaliste » et un rythme plutôt lent, le film se complexifie de plus en plus et vise à pousser le concept de superposition de ligne de temps assez loin.
La traduction française assez inégale (VOST uniquement) n’arrange pas la compréhension. Définitivement pas grand public, ce film se destine aux amoureux de la « Hard SF ».

Le loup en slip n° 2
Le loup en slip se les gèle méchamment (Wilfrid Lupano)

note: 4LE LOUP EN SLIP Thilléli - 9 juillet 2020

Une BD-album pour les jeunes enfants qui a un bon coté humoristique.

Harry Potter n° 2
Harry Potter et la chambre des secrets (Joanne Kathleen Rowling)

note: 4HARRY POTTER ET LA CHAMBRE DES SECRETS Thilléli - 9 juillet 2020

Cette saga hyper connue et très appréciée m'a émerveillé vous avez sans doute vu les films et bah il y a quelques petits détails intéressants dans les livres !

Téa Stilton n° 13
Vol dans l'Orient-Express (Téa Stilton)

note: 5Téa Stilton : VOL DANS L'ORIENT-EXPRESS Thilléli - 9 juillet 2020

C'est un roman facile à lire donc adapté aux lecteurs débutants (il ne faut pas avoir peur des romans de plus de 300 pages !

La vraie recette de l'amour (Agnès Laroche)

note: 4LA VRAIE RECETTE DE L'AMOUR Thilléli - 9 juillet 2020

C'est un roman facile à lire qui ressemble beaucoup à Roméo et Juliette d'ailleurs allez regarder le prénom des personnages mais aussi à Cyrano de Bergerac en fait c'est un mélange entre les deux adapté aux enfants.

Guess what ! n° 1 (Abendsen)

note: 4Pas mal du tout ! Maryjo, bibliothécaire - 8 juillet 2020

Dès les premières pages le décor est planté : on est dans un monde sans pitié où règne la loi de la jungle. D'un côté la police, les forces de sécurité, les riches et le gouverneur. De l'autre des pauvres, des civils, des terroristes... et entre eux, un mystérieux super héros qui défend les droits des plus faibles. Qui sont les bons, qui sont les méchants ? Dans cette société corrompue, difficile de savoir où est la vérité. Ce premier tome est loin d'être parfait, j'ai quand même pris plaisir à lire ce 1er tome mais j'espère une histoire moins éparpillée et plus logique pour la suite.

Aldobrando (Gipi)

note: 5Subtil Maryjo, bibliothécaire - 8 juillet 2020

Si vous aimez l'aventure, laissez vous prendre par ce récit plein de péripéties, découvertes et drames. On y trouve des héros un peu à la Pancho Villa, des êtres malmenés par une époque difficile et cruelle. Aldobrando est orphelin puisque son père à trouvé la mort dans "la fosse" victime d'une injustice. Pour régler une dette, le maître accepte d'élever cet enfant que lui confie le père avant de mourir. S'il n'a pas l'intelligence de tête, Aldobrando a celle du cœur. Pour éviter la mort à son maitre, il part chercher de l'herbe du loup et pour cela il part sur les routes, loin très loin de sa zone de confort. En route, il va d'abord rencontré Sire Gennardo Montecapoleone des deux fontaines... un autre orphelin qui va en faire son écuyer. Ensembles ils partent découvrir le monde...
Venue d'Italie ce one shot est prenant et redonne espoir en l'humanité. Ici il suffit d'un cœur vaillant et pur pour abattre une tyrannie. Les auteurs nous livrent un récit initiatique passionnant et réconfortant. Un très beau moment de lecture.

Black hand & Iron head (David López)

note: 5Originale Maryjo, bibliothécaire - 8 juillet 2020

Cela fait longtemps que je n'étais pas allée au bout d'un comics. Là tout m'a plu : l'histoire, les personnages, le graphisme et le scénario. Rien à redire. Bien au contraire même et c'est sans doute dû aux thèmes sous-jacents car nous ne sommes pas dans un récit qui parle seulement de super-héros (heureusement d'autres comics sont dans ce cas-là) mais on y traite de transmission, quel héritage laisse-t-on à ses enfants ? On y évoque aussi les secrets de famille et tout ce que cela peut générer comme frustration et déception. Il y a aussi une bonne dose d'humour, l'envie de ne pas se prendre au sérieux non plus et j'avoue que tout ça mélangé m'a fait passer un excellent moment de lecture. Bonne lecture à vous !

P'tit Quinquin

note: 3OFNI SEBASTIEN - 6 juillet 2020

Objet Filmique Non Identifié.
Acteurs amateurs au fort accent nordique. scénario qui ne cherche pas à donner du sens = Le petit quinquin.
C'est bizarre, drôle un peu "mauvais genre", à voir sans l'ombre d'un doute ne serait ce que pour la scène de l'enterrement LE moment culte de la série (de toutes les séries françaises réunies ?? Peut être bien...)

Il Miracolo

note: 2Tout ça pour ça... SEBASTIEN - 6 juillet 2020

Ca démarre plutôt bien alors on regarde la suite, mais rapidement ça tourne en rond pour un final des plus décevant... regardez la série the Knick plutôt !

Seoul Station (YEON Sang-ho)

note: 4Animé zombiesque ! SEBASTIEN - 6 juillet 2020

Sanglant et sans pitié avec un petit twist des plus savoureux. C'est très bon, je conseille !

Dernier Train pour Busan (YEON Sang-ho)

note: 5a must see SEBASTIEN - 6 juillet 2020

Genre : Film d'infecté. Affirmatif !!
Mais quel film tout court !!
A voir absolument !

L'enfant et le maudit : Siuil, a Run n° 2
L'enfant et le maudit (Nagabe)

note: 1L'enfant et le maudit Tome 2 NATHALIE - 3 juillet 2020

Manquant depuis le 09/01/2019... dommage pour les lecteurs de la série.

Flipette & Vénère (Lucrèce Andreae)

note: 5Deux soeurs, deux vies...une excellente BD Solange, bibliothéca - 30 juin 2020

Au travers de quelques trois cent pages colorées, nous assistons à l’incursion de Clara, une photographe en devenir, dans la vie de sa petite sœur, Alex. Cette dernière s’est cassé la jambe et Clara vient lui apporter son aide. Mais voilà, les deux sœurs semblent ne rien avoir en commun. Quand l’une est une artiste perdue dans sa pratique de l’art, l’autre est une frondeuse militante qui ne sait pas rester en place.
Lucrèce Andreae offre un reflet complexe et vivant de la jeunesse actuelle, entre rêve, doutes et luttes. Une excellente première bande dessinée, originale autant dans la forme que dans le propos.

Sous la pluie de feu (Philippe Hersant)

note: 4Hommage dantesque Bastien, discothécaire - 27 juin 2020

Mystère, tension et cataclysme se succèdent dans ce troublant concerto pour violon, violoncelle et orchestre composé en 2018 pour commémorer l’armistice de la grande guerre. On écoutera avec d’autant plus d’émotion la première pièce du disque, « Funérailles », composée par le violoniste Lucien Durosoir, qui passa toute la guerre dans les tranchées.

Puput (Cocanha)

note: 4Chants polyphoniques à danser Bastien, discothécaire - 27 juin 2020

Derrière l’usage subversif et poétique du nom occitan de la huppe fasciée, le trio féminin Cocanha fait chanter le patrimoine linguistique occitan, accompagné par la pulsation des tambourins à cordes, des pieds et des mains, et nous emmène sur les chemins d’un pays de cocagne sans cesse réinventé.

Le funambule (James Marsh)

note: 5Poésie extrême Bastien, discothécaire - 25 juin 2020

Au-delà du suspens haletant de la mise en œuvre de ce projet démentiel, ce film réussi à transmettre une définition du sens de la vie et de la poésie. Une performance inutile et absurdement dangereuse devient de la beauté pure.