The Fall - Saison 1 (Jakob Verbruggen)

note: 3Original Caro, bibliothécaire - 6 avril 2020

Cette série policière se démarque car nous suivons en parallèle un tueur en série, effrayant par son côté "Monsieur [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilPoint de vue sur...

Point de vue sur...

 

The Fall - Saison 1 (Jakob Verbruggen)

note: 3Original Caro, bibliothécaire - 6 avril 2020

Cette série policière se démarque car nous suivons en parallèle un tueur en série, effrayant par son côté "Monsieur tout le monde", et l'équipe de police chargée de le coincer. Gillian Anderson incarne avec brio une femme forte, à la tête de l'équipe de police. La série se focalise sur ces 2 personnages principaux antagonistes et le suspense vient dans les progrès ou non de l'enquête - alors qu'on voit le tueur s'enfoncer de plus en plus profondément dans la violence et les mensonges... une série en 3 saisons seulement (ouf !).

Bienvenue à High Rising (Angela Thirkell)

note: 4Un bol d'air frais Caro, bibliothécaire - 6 avril 2020

Ce roman qui se passe dans les années 30 est franchement savoureux par son humour british et son histoire légère mais sensible. Le style est enlevé, les personnages attachants malgré leurs défauts ; on est dépaysé à la fois par le lieu et l'époque... ce roman est un bol d'air frais qui fait du bien !

PC Trucs et Astuces n°33 : 30 novembre 2018

note: 1Que des vieilles revues ! JEAN-MARTIN - 5 avril 2020

Offre déplorable, que de l'ancien !!!!!

Astérix n° 38
La fille de Vercingétorix (Jean-Yves Ferri)

note: 1Prolix GILLES - 4 avril 2020

Didier Conrad (auteur de la très bonne série Les Innommables) a très bien su adapter son dessin à l'univers d'Astérix. En revanche, la qualité des scénarios de René Goscinny n'a jamais été égalée. Depuis Astérix chez les belges, la série est décevante. Hergé a évité cet écueil en interdisant toute suite à son oeuvre.

Les sorcières d'Astria n° 5
Le grand examen de magie (Marliese Arold)

note: 5Les sorcières d astria SONIA - 4 avril 2020

Bonjour j'ai lu les 5 tomes des sorcières d astria très jolies histoire je vous les recommande de les lire émouvante histoire merci beaucoup

Les contes de la rue Broca (Pierre Gripari)

note: 1Violent NATHAN - 30 mars 2020

Extrait de la fin de la 1e histoire: "Les marchandes eurent toutes en même temps le crâne fracassé, ouvert, avec toute la cervelle qui sortait."
Et ce n'en est qu'un parmi d'autres.
Cela me parait complètement inadapté à des histoires pour enfants.

Comme une gazelle apprivoisée (Barbara Pym)

note: 4Tranche de vie Caro, bibliothécaire - 23 mars 2020

Pour qui connait la vie de village, vous ne serez pas dépaysé car le vie de ce village britannique des années 50 ne change pas beaucoup de celle d'aujourd'hui, religion anglicane en moins. Les deux personnages principaux sont deux "vieilles filles" de caractères très différents. C'est surtout dans la psyché de Belinda, la plus âgée et érudite des deux, amoureuse du quelque peu pédant et un peu flemmard archidiacre depuis 30 ans (sans espoir car il en a épousé une autre), que nous entrons.
La vie de village se mène au rythme des repas donnés entre amis, des messes, des visites que les uns rendent aux autres. En réalité, il ne se passe presque rien mais la vie quotidienne n'est elle pas ainsi, faite de non-évènements ? Pourtant les coeurs et les âmes des protagonistes, eux, sont beaucoup plus étonnants et bourgeonnent de sentiments et réflexions divers. C'est d'ailleurs la grande qualité de l'auteur de nous faire suivre les pensées et délicats états d'âme de Belinda. A travers son regard, on découvre les caractères et travers des autres habitants et l'on rit parfois gentimment à leurs dépends.
Barbara Pym a écrit ce livre à 22 ans, elle fait preuve pourtant de beaucoup de maitrîse et de maturité dans ce premier roman.

Qui va à la chasse... (Mignon Good Eberhart)

note: 4Une découverte ! Caro, bibliothécaire - 23 mars 2020

Publié en 1930, ce roman reste intemporel grâce à son unité de lieu et son ambiance étouffante si bien décrite par l'auteur. Un huit-clos angoissant dans une maison d'où l'on ne peut s'échapper à cause d'une tempête de neige et où les cadavres disparaissent pourtant... une célèbre auteure américaine à découvrir, contemporaine d'Agatha Christie, beaucoup plus renommée dans nos contrées.

Drummerz (Franck Vaillant)

note: 5Vas y Francky GILLES - 21 mars 2020

L'idée de Franck Vaillant a été de rejouer des morceaux de batteurs, compositeurs. Simples ou plus sophistiqués, ces bases servent de tremplins au trio. Pari réussi.

J'ai pas volé Pétain (Bruno Heitz)

note: 5Polar rural GILLES - 21 mars 2020

Du polar rural français des années 60. Bruno Heitz maîtrise son sujet et l'époque. Dessin simple, presque naïf mais efficace. Ambiance originale, on s'y croirait !

L'asperge (Sarah Morant)

note: 5Asperger GILLES - 21 mars 2020

Le syndrome d'Asperger est aussi très bien abordé avec la BD La différence invisible de Mademoiselle Caroline et Julie Dachez.

Formica (Fabcaro)

note: 5Formica-ble GILLES - 18 mars 2020

Humour décalé. Les situations quotidiennes partent en vrille et deviennent ubuesques. Si le quotidien vous convient, abstenez-vous !

Une aventure de John Difool n° 1
L'Incal noir (Alexandro Jodorowsky)

note: 5In-call GILLES - 18 mars 2020

Bourré de symboles, Jodo s'en donne a coeur joie et Moebius y exprime tout son talent. L'épopée S-F en 6 albums a donné naissance à 7 séries mais reste, à mon goût et de très loin, inégalée.

Un an (Jean Echenoz)

note: 4"Si nous ne nous perdions pas, nous serions perdus" GILLES - 18 mars 2020

Victoire fuit Paris. Un an d'errance et de galère. Intrigue mystérieuse mais le style Echenoz est là, et c'est l'essentiel. L'histoire se croise avec "je m'en vais" du même auteur.

Après la vie (Lucas Belvaux)

note: 5Bravo Belvaux ! GILLES - 17 mars 2020

Trilogie avec Cavale et Un couple épatant. Le pari osé et réussi de Lucas Belvaux de réaliser 3 films dont le genre (polar, comédie...) et le point de vue sont différents à chaque volet.

She's so lovely (Nick Cassavetes)

note: 3Penn maxi male GILLES - 17 mars 2020

Prix d'interprétation masculine à Cannes en 1997 pour Sean Penn. Robin Wright Penn y est adorable (so lovely).

Un an de cabane (Olaf Candau)

note: 5Un régal GUY - 12 mars 2020

Une année de la vie d'un homme dans un coin paumé du Yukon, simplement, humainement et joyeusement écrite.
Lorsque s'est tournée la dernière page, j'ai un peu mieux compris cette envie de partir, de solitude choisie.
... Plus que qq semaines avant d'enfourcher mon fidèle destrier... Youpiii !

Comme des images (Clémentine Beauvais)

note: 5Captivant du début à la fin Maryjo, bibliothécaire - 10 mars 2020

Intéressant sans être transcendant.
J'ai aimé dans l'ensemble mais j'ai trouvé que par moment c'était cousu de fil blanc. La réaction, voir le manque de réaction, de tout le monde face à la diffusion de la vidéo m'a dérangée quand même un peu. Sans oublier cette histoire de manipulation amicale...
Le roman se lit vite et permet d'aborder certains thèmes avec des jeunes.

Mécanique céleste (Merwan)

note: 5Superbe ! Maryjo, bibliothécaire - 10 mars 2020

Quelle BD magnifique ! Dans ce monde post apocalyptique où les survivants tentent tant bien que mal de survivre, la mécanique céleste est un jeu, une sorte de ballon prisonnier utilisé pour départager deux partis. Mais c'est un peu la lutte du pot de fer contre le pot de terre car la communauté la plus riche ne respecte pas les règles du jeu et est prête à tout pour gagner.
Voilà en gros le pitch. Dès les premières pages on est dans l'ambiance. De l'action, de la rapidité, un dessin très beau qui convient parfaitement au récit. Des personnages haut en couleurs, très attachants.
Merwan a l'art et la manière de donner du rythme à son histoire et le graphisme est magnifique.
Un moment de lecture plus qu'agréable.

Soeur Marie-Thérèse des Batignolles n° 7
Ainsi soit-elle ! (Maëster)

note: 4Le retour ! Maryjo, bibliothécaire - 10 mars 2020

Après10 ans d'une longue absence voilà le retour de notre incorrigible religieuse hors-norme, notre soeur Marie-Thérèse nationale, toujours aussi soupe au lait, bagarreuse, drôle et attachante. J'ai vraiment beaucoup ri tout du long car avec Maëster il faut regarder chaque case avec précision tellement les détails, les hommages... foisonnent. Et c'est aussi ce qui fait pour moi le charme de cette BD.
Dans ce tome on assiste au procès de Soeur Marie-Thérèse qui va avoir l'aide inatendue de Jésus, envoyé sur Terre pour sauver une âme en perdition. Celle de Marie-Thérèse bien évidemment. Rien ne sera bien sûr aussi simple que ça.
Alors si vous cherchez un bon moment de détente, à ne penser à rien d'autre qu'à trouver les clins d'oeil cachés par l'auteur dans ses cases, ce tome est pour vous. Ca fait un bien fou de rire aux éclats devant les écarts de langage et de comportement de soeur Marie-Thérèse ! Merci beaucoup M. Maëster !

Surface (Olivier Norek)

note: 5surface d'olivier Norek GILBERT - 6 mars 2020

remarquable
histoire complétement prenante
style d'écriture au même niveau
auteur à suivre

Don't replace me by a machine (Mohamed Abozekry)

note: 4oud, saz et batterie Bastien, discothécaire - 6 mars 2020

Les frères Mohammed et Abdallah Abozekry sont nés au Caire dans les années 90. L’un joue du luth, l’autre du saz, deux instruments sublimes en formes de fruits mûrs que l’on retrouve dans le Moyen et le proche orient. Après avoir chacun mené des carrières internationales de concert et d’enseignement, ils se retrouver pour un projet commun teinté d’occident avec la compagnie du batteur Nicolas Thé

L' esprova (Sourdure)

note: 4Transe occitane Bastien, discothécaire - 6 mars 2020

Sourdure c’est un drôle de nom pour une étrange musique que fabrique Ernest Bergez. Installé dans le Livradois Forez, il exhume des ritournelles vieilles comme les volcans d’Auvergne, fait chanter le patois et son violon sur des rythmes ternaires texturés d’électronique et de bruitages. Sourdure est un projet emblématique d’une musique qui creuse les particularités d’un territoire et d’une culture à la recherche de nouvelles passerelles et de nouveaux possibles

It wasn't even close (Your Old Droog)

note: 5Hip hop 90s Bastien, discothécaire - 6 mars 2020

Your old droog n’est pas si vieux, c’est un rappeur américano ukrainien de Brooklyn, qui n’invente rien mais perpétue une tradition de rap east-cost ultra convaincante, au point qu’on l’ait pris un temps pour un alias du chanteur Nas. Un art maitrisé de la boucle mélancolique samplée dans une multitude de genres, qui fera le succès du boom bap des années 90. Ses influences sont clairement assumées, et il a d’ailleurs la bonne idée d’inviter des rappeurs mythiques sur ses albums, à l’instar du titre RST, où Your old droog donne la réplique au rappeur masqué MF Doom.

Among your fears (Buck)

note: 5blues-punk primitif Bastien, discothécaire - 6 mars 2020

Buck est un duo de Saint Brieuc qui compose et décompose une musique caverneuse, qui plonge ses racines dans un terreau de delta blues primitif, de psychobilly horrifique et de post-punk énervé. Un très bon album sorti sur le très rock label Beast records

Bestioles, retour vers la canopée (Jean Poinsignon)

note: 5bio-musique Bastien, discothécaire - 6 mars 2020

Jean Poinsignon fait ce qu’il appelle de la bio-musique, c’est-à-dire qu’il utilise comme matière sonore des sons naturels animaux, émis par une multitude d’insectes, de batraciens et bien sûr d’oiseaux, enregistrés en France et dans le monde entier. Ainsi, une oreille naturaliste attentive pourra par exemple reconnaître dans le morceau "dans la canopée" : une huppe fasciée, une grive dorée, et un butor étoilé. Une prodigieuse symphonie animale !

L'art invisible (Scott McCloud)

note: 5L'art invisible de Scott McCloud GILLES - 1 mars 2020

The référence. A lire et à relire. Parcourt les différents courants, techniques de la BD. Indispensable !

Once (John Carney)

note: 5Un petit bijou irlandais CATHERINE - 1 mars 2020

Comme quoi on peut encore faire un beau film avec de petits moyens. La bande-son est exceptionnelle et pour des musiciens qui jouent aux acteurs, ils se débrouillent très bien! A regarder (et surtout à écouter) d'urgence.

En liberté ! (Pierre Salvadori)

note: 5En liberté ! GILLES - 27 février 2020

Salvadori en liberté totale, joue avec le scénario, l'humour, le truculent et le spectateur. Excellente prestation de Pio Marmaï. Enfin une comédie qui fait rire !

Un jour sans (Rémy Benjamin)

note: 3Un jour sans GILLES - 27 février 2020

Scénario sympathique, très beau travail de la couleur (du même scénariste). Un vocabulaire emprunté à l'époque aurait été un plus.

The promised neverland n° 1 (Kaiu Shirai)

note: 5mélange d'intrigue d'action de suspense et de stratégie MERYEM - 25 février 2020

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Puis en découvrant une vérité où l'orphelinat etait en fait une prison
Il faut fuir ou mourir
J'ai beaucoup aimer cette série je ne m'en lasser jamais une fois dedans c'est difficile de s'en débarrasser
Vive le manga!!

Guess what ! n° 1 (Abendsen)

note: 5Guess what MERYEM - 22 février 2020

La métropole de Hasgar est traversée par une imposante muraille. Côté ouest, un immense ghetto, où terrorisme et misère font des ravages. Côté est, dans le centre-ville, de hautes tours ultramodernes, où vivent les riches et les dirigeants.
Dans le chaos du quartier pauvre, un nouveau héros fait son apparition. Armé d’une barre de métal, le visage caché sous un masque à gaz, les oreilles recouvertes d’un casque crachant de la musique, il sort de nulle part quand le désespoir est à son comble et écrase ses ennemis dans un déchaînement de violence compulsive. On l’appelle… Guess What !
Le gouverneur, qui ne peut laisser un tel élément perturbateur en liberté, fait appel à Nika, soldate d’élite, pour enquêter. Mais aussi aguerrie soit-elle, la jeune femme est loin d’imaginer les terrifiants secrets enfouis dans les bas-fonds de Hasgar…

Blue phobia (Eri Tsuruyoshi)

note: 5blue phobia ''ma justice en bleu'' MERYEM - 20 février 2020

Ce tome est vraiment reussi quand on le lit on est attiré par le livre qu'on oublie que notre monde existe et qu'on est plonger dans l'univers du manga si on le lit on arrive plus à se détacher du manga ce manga est destiné a plusieurs lecteur que j'ai envie de faire montrer que ce manga à du sens dans notre vie et de comprendre aussi que nous sommes pas seuls ce manga à marquer un peu ma vie
Ce manga est vraiment reussi !!!!!!
Dommage qu'il est que en une seule tome

Les nocturnes (Tess Corsac)

note: 4Original Maryjo, bibliothécaire - 20 février 2020

Une bonne histoire bien menée. Du suspens, de l'action et plein de questions sur le bien fondé de certaines xpériences, sur l'humanité de certains même.
Ca m'a fait à certaines expériences comme dans "La vague" mais ça peut aussi nous permettre de nous interroger sur notre assiduité à suivre tranquillement calé dans notre canapé, certaines émissions de téléréalité... Rien n'est innocent.

Moon brothers (Sarah Crossan, Sarah)

note: 5Un roman engagé, poignant Maryjo, bibliothécaire - 20 février 2020

Du début à la fin ce roman m'a tenu aux tripes. J'ai aimé la façon dont est racontée l'histoire en prose libre. J'ai aimé que le présent alterne avec les souvenirs de Joe.
J'ai aimé la pudeur, le réalisme, l'engagement politique. Ce que j'ai bien aimé aussi c'est que l'auteur parle de cette Amérique des exclus et des laissés-pour-compte sans en faire non plus trop. Juste raconter l'histoire de ces jeunes, pauvres, de différenes ethnies qui se retrouvent coincés dans des stéréotypes tenaces qui leurs collent à la peau. Pas d'avenir, pas d'envie autre que celui d'aller voir ailleur si l'herbe est plus verte. C'est souvent grâce à cet infime espoir qu'ils réussissent à survivre, un jour après l'autre. Et puis, l'auteur aborde le problème du système judiciaire américain qui permet, dans certains états, de condamner à mort des personnes à peine majeures. Et puis elle questionne : comment une famille survit-elle à la condamnation à mort d'un de ses membres ? Comment continuer à vivre quand les médias, les autres gens vous considèrent aussi coupable que la personne incarcérée ? Toutes ces questions et plus sont traités dans ce roman qui malgré ses 400 pages se lit quasiment d'une traite.
C'est un roman poignant sans être larmoyant qui permet de mettre en exergue tout un pan de la société américaine occultée bien souvent par le mirage qu'est Hollywood.
Coup de coeur.

Blue phobia (Eri Tsuruyoshi)

note: 5Un thriller intense Maryjo, bibliothécaire - 20 février 2020

Blue phobia est un manga absolument magnifique. Dèjà la couverture donne le ton avec très beau graphisme.
Ensuite l'hstoire de ce jeune homme amnésique qui se réveille dans un laboratoire qu'une mystérieuse jeune fille, aux membres bleus, vient secourir.
Au centre du récit, la recherche scientifique et ses débordements. Peut-on au nom de la science faire tout et n'importe quoi ? Doit-on pour le bien de l'Humanité sacrifier une poignée de personnes ? Jusqu'où peut-on déontologiquement aller sans franchir la fragile ligne entre l'humain et le monstrueux ?
Voilà plusieurs questions qu'a suscité ce manga pendant et après sa lecture.
Un excellent manga à faire lire et lire absolument.

La ballade du soldat Odawaa (Cédric Apikian)

note: 5Une légende est née ! Maryjo, bibliothécaire - 20 février 2020

Non ce n'est pas une éniéme BD sur la guerre de 14-18. C'est au contraire une sorte d'hommage à des soldats amérindiens, snipers dans l'armée canadienne. Le héros de cette BD est inspiré par un véritable héros améridien, Francis "Peggy" Pegamagabow (1891-1952). J'étais partie pour lire une ou deux pages et je n'ai pas pu décrocher avant la fin. C'est à la fois un récit historique et d'aventure. J'ai vibré, j'ai été étonné par les ruses recherchées mises en place par ces soldats, par leur intégration au sein du contingent. Le capitaine de l'armée canadienne est un personnage très intéressant aussi. Sans oublier le "chasseur" désireux de laver le nom de son frère.
Il ne faut pas oublier que si l'histoire est très bien construite et prenante le dessin et les couleurs habillent le texte d'une magnifique façon. Alors oui c'est horrible car c'est la guerre et la guerre c'est sale et sanglant mais ça fait partie de l'Histoire de l'Humanité. Il est bon de ne pas oublier les faits et les personnes. Merci aux auteurs pour ce moment de lecture inoubliable.

Le bateau de Thésée n° 1 (Toshiya Higashimoto)

note: 5Excellent ! Caro, bibliothécaire - 14 février 2020

Tout d’abord, je dois dire que la qualité du dessin de ce manga est incontestable : les décors bien sûr mais surtout les traits des visages des personnages, qui sont très fins et précis. MAIS c’est bien sur l’histoire qui est extrêmement originale et prenante qui accroche le lecteur. On s’attache énormément au personnage principal qui a connu tant de malheurs et on a envie de résoudre avec lui les énigmes qui se présentent à lui ; le suspense est d’ailleurs savamment distillé par l’auteur, ce qui nous tient en haleine.
Bref ce premier tome est vraiment prometteur !

El ciudadano ilustre (Mariano Cohn)

note: 5A la fois loufoque et pleins de valeurs Frane - 14 février 2020

Personnage principal qui sort des standards, confrontation du monde intellectuel européen et de villageois authentiques argentins

Magdalene (FKA Twigs)

note: 5Etonnant, étrange et efficace Julie, bibliothécaire - 12 février 2020

FKA Twigs a créé la surprise avec ce nouvel album. Neuf titres aussi déroutants les uns que les autres : que ce soit avec la délicate ouverture « Thousand eyes » et le chant quasi mystique tout en superpositions ; ou encore avec le superbe titre « Mary Magdalene » et son intro à la harpe et au xylophone. L’artiste n’en finit pas de triturer et jouer avec toutes sortes de sons et sa voix, pour notre plus grand plaisir comme sur le rythmé et prenant « Fallen alien ». Enfin, elle livre une magnifique interprétation touchante, sur le dernier titre « Cellophane », beaucoup plus calme et moins expérimental. Magnifique !

Laurent (It It Anita)

note: 5Une superbe surprise ! Julie, bibliothécaire - 12 février 2020

Les belges devraient ravir les amateurs d’indie et noisy rock. Les influences sont nombreuses (notamment celles de Sonic Youth) et le groupe n’hésite pas à alterner entre noisy (« Denial », « 11 »), punk, hardcore (« User guide ») et même post-rock avec le titre principalement instrumental en deux parties « Tanker ». La deuxième partie de ce titre, plus calme, détonne avec une voix féminine qui clame un texte poignant et déroutant. Mais ce que l’on retient surtout de l’album c’est son côté explosif, sous pression comme l’excellent « Say no » ; ses riffs et sa batterie sous adrénaline. Enfin, le dernier titre « We are nothing » clôt plus calmement l’album avec sa mélodie prenante et ses 8 minutes saisissantes...

Roseaux (Roseaux)

note: 5A découvrir ! Julie, bibliothécaire - 12 février 2020

Roseaux c’est un trio talentueux (Emile Omar, Clément Petit er Alex Finkin) dont les compositions mêlent soul, jazz, folk et blues. Ils livrent un album aux multiples inspirations et sonorités, dont les titres sont interprétés par des invités de marque. En effet, le groupe est rejoint par de nombreux artistes : Aloe Blacc (« Daily Bread »), Mélissa Laveaux sur le titre plus folk « You can discover », mais aussi Blick Bassy, jazzy sur « Mè Ni Wè » et poignant sur « Libäk » ; ou encore Ben L’Oncle Soul sur le superbe titre « I am going home ». Roseaux, c’est un album original et chaleureux à découvrir absolument…

Immanent fire (Emily Jane White)

note: 5Un album folk redoutable... Julie, bibliothécaire - 12 février 2020

Impossible de rester insensible à la voix magnifique d’Emily Jane White. Une voix à la fois douce et puissante, mise en valeur par des arrangements sobres. Pour son sixième album, l’artiste aborde principalement la destruction de la nature par l’homme… Ses mélodies folk sont d’une efficacité redoutable : qu’il s’agisse de la douce mélodie au piano sur « Dew », ou encore des cordes sur « Washed away ». Le calme général du disque est parfois bousculé par de très beaux morceaux, plus épiques tels que « Drowed » ou encore le dernier et sublime titre « The gates at the end », qui conclut parfaitement l’album avec son ambiance à la fois grave et d’une remarquable délicatesse. Emily Jane White nous ensorcelle, et on en redemande !

Demon Slayer n° 1 (Koyoharu Gotouge)

note: 5démon slayer MERYEM - 8 février 2020

Ça parle du temps des samouraïs et des ninjas et surtout celle du temps de samouraï c'est une serie d'horreur et d'action j'ai beaucoup aimer cette série où le garçon avec sa sœur demon qui veut faire l'impossible
Vivement la suite de la série !

Heroines game n° 1 (Tabasa Iori)

note: 5mangas des princesses avec noirceurs MERYEM - 8 février 2020

Ce manga reprend avec noirceur les princesses des différents contes de fées. Il y règne une ambiance sombre et inquiétante. Les contes sont revisités : un jeu du chat et de la souris assassin prend place. Les princesses doivent s’affronter manches après manches dans des combats cruels et d’une violence inouïe. Ce manga plein d’action, de situations macabres, avec une ambiance de thriller, vous fera frissonner de plaisir et de peur.
Cette série nous montre une autre facette des contes à laquelle habituellement nous ne faisons pas attention.

I'm a freak baby, vol. 2 (Budgie)

note: 5Monstre poilu Bastien, discothécaire - 7 février 2020

Quelle surprise de découvrir cette compilation de nom inconnus où figurent quatre chevelus sur des carcasses de voitures au coucher de soleil. Sous l’intulé heavy psych et hard rock britanique, on pourrait s’attendre à trouver les grands Black Sabbath, Deep Purple et Led Zeppelin, mais on découvre finalement une fourmillante scène souterraine et inventive (aussi bien pour les noms de groupe que musicalement), assez éclairante sur l’air de son temps, alliant la décomplexion libertaire des années 60 et la rage post-industrielle des années 70. Bruitages, cris, guitares hurlantes et basses monstrueuses sont au rendez-vous, de quoi vous faire pousser une moto entre les jambes.

Darktown (Thomas Mullen)

note: 1Darktown ARIELLE - 1 février 2020

Ce livre est une merveille! Roman policier,mais plus roman que policier ; extrêmement intéressant, très bien écrit -bien traduit, aussi-, le genre de roman que l'on vit plus qu'on ne le lit. J'étais triste d'arriver la dernière page ! Heureusement il doit y en avoir deux autres derrière celui-ci. J'ai éprouvé -presque ?- autant de plaisir qu'à lire James Lee Burke, mon chouchou. Et je dis "presque" sans doute parce que ce n'est que le premier...

De bonnes raisons de mourir (Morgan 1980-.... Audic)

note: 1De bonnes raisons de mourir ARIELLE - 1 février 2020

Excellent roman policier, aussi bien écrit que bien documenté, vraiment très intéressant !

Trois garçons (Jessica Schiefauer)

note: 5Etrange et dérangeant Maryjo, bibliothécaire - 29 janvier 2020

C'est un roman étrange à l'univers fantastique. A un moment j'ai été gêné par l'image que l'auteur donnent des hommes forcément tous mauvais, Il y a certes des scènes de harcélement très violentes qui m'ont mises mal à l'aise. Mais tomber dans le systématisme est assez eprturbant.
Je pense sincèrement que je n'ai pas tout compris dans cette histoire mais je me suis laissée prendre au jeu de cette fille qui se transforme en garçon pour être libre.
C'est un roman étrange et dérangeant mais innovant.

Le bleu de tes mots (Cath Crowley)

note: 4Une jolie romance Maryjo, bibliothécaire - 29 janvier 2020

Une jolie histoire où amour et amour des livres se mêlent. Henry m'a fortement agacé par moment. Est-il possible d'être aussi benêt ? Je sais que l'amour rend aveugle mais là c'est du masochisme. Sinon, ce qui est surtout intéressant c'est cette librairie de livres d'occasion avec lesquels des inconnus communiquent , se lient d'amitié voire plus.
Cet échange là est bien plus passionnant à mes yeux.