Moi en double (Mademoiselle Navie)

note: 5Impressionnant Maryjo, bibliothécaire - 11 juillet 2019

BD originale tant par le dessin que par le sujet. En plus, elle peut être lue autant par des personnes [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Le piano oriental (Zīnaẗ Abī Rāšid)

note: 3Quel bel hommage à Abdallah Chahine ! Maryjo, bibliothécaire - 2 février 2016

L'histoire de ce piano, c'est d'abord l'histoire d'un homme, Abdallah Kamanja, passionné depuis l'enfance par la musique, et qui devint pianiste de renommée mondiale. Dans les années 50, à Beyrouth, après de longues années de réflexion et de recherche sur un vieux piano classique, Abdallah, ingénieux et joyeux musicien, trouve enfin la solution à son problème : Comment parvenir à jouer sur un même piano le fameux quart de ton présent dans la musique orientale puis les notes de la musique occidentale ? ou comment passer d'une musique à l'autre sans avoir à changer d'instrument ? Avec un piano bilingue ! Entre les notes noires et blanches, nous est racontée aussi l'histoire plus récente de sa petite-fille, venue en France dans les années 2000. Imprégnée de la musique et de la langue française transmises par son grand-père, elle a tricoté depuis toujours " une langue faite de 2 fils fragiles et précieux ", et elle dit que " le français et l'arabe sont inextricables, liés, ils sont ma langue ". C'est un délice de l'écouter ( Oui, on a l'impression de l'entendre ! ) nous raconter directement ses expériences linguistiques ! Les jeux de mots entre les langues, les onomatopées forment encore une musique extraordinaire, née de la richesse de sa double culture.
J'ai adoré cette BD vibrante, foisonnante. Le dessin, en noir et blanc, diffuse des couleurs, des sons et une joie de vivre qui ne peuvent que vous envahir. Quel bel hommage à Abdallah Chahine ! Offrez-vous son " oriental bouquet " (1965) !