AccueilCritique

Critique

 

Sois mort et tais tois (Imbert Imbert)

note: 5Une voix et une contrebasse à écouter ! Julie, bibliothécaire - 8 mars 2018

Avec cet album, Imbert Imbert nous livre des morceaux d’une grande sensibilité. Accompagné du contrebassiste Bruno Chevillon et de sa compagne : sa contrebasse, l’artiste nous séduit avec ses textes sombres (« A chaque battement de mon cœur »), crus et drôles comme la chanson d’amour « L’air con ». « Sois mort et tais toi » accroche tout de suite : sa poésie d’une noirceur si particulière contraste avec son air enjoué. L’accompagnement des contrebasses est d’une efficacité redoutable avec les textes si originaux et impertinents de l’artiste.