Flipette & Vénère (Lucrèce Andreae)

note: 5Deux soeurs, deux vies...une excellente BD Solange, bibliothéca - 30 juin 2020

Au travers de quelques trois cent pages colorées, nous assistons à l’incursion de Clara, une photographe en devenir, dans la [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle
 

Facebook L'Empreinte


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Un monde sans rivage (Hélène Gaudy)

note: 5Un roman qui a du souffle SYLVIE, bibliothécaire - 28 avril 2020

Ce roman se présente de premier abord comme un roman d’aventure, retraçant l’expédition Andrée, tentative tragique de trois suédois tentant de joindre le pôle nord en Montgolfière en 1897.
Après seulement deux jours de vol, la montgolfière fuyant de toutes parts devient inutilisable et les trois hommes partent alors à pied vers le sud.
Mais ils sont mal équipés et peu préparés à une pareille expédition. Après trois mois de marche, l’hiver polaire les oblige à s’arrêter sur un îlot déserté où ils trouvent la mort, épuisés.
On resta sans nouvelle des hommes durant de longues années, mais en 1930, on retrouve de manière fortuite les restes de l’expédition, avec le journal d’Andrée et les photos de Strindberg.
A partir de ces traces et des études qui ont suivies, l’auteur relate ces trois mois d’errance tentant d’imaginer leur quotidien et la force qui les anime. Ce roman est aussi une méditation sur la photographie qui fixe les rêves et les souvenirs. L’auteur questionne également ces aventuriers qui ont jalonné les siècles de leurs désirs impossibles mais empreints de tant de poésie. Le livre se ferme par une question sans réponse sur la fin de ces terres d’aventure : les glaces fondent et avec elles tout un territoire presque mythique. Un très beau roman qui a du souffle.