AccueilCritique

Critique

 

La nuit se lève (Élisabeth Quin)

note: 5Un témoignage vif, enlevé et souvent drôle Guy, bibliothécaire - 17 mai 2019

Elisabeth Quin, journaliste sur Arte est atteinte d’un glaucome. Dans son ouvrage, elle fait part de son combat pour repousser la perte inéluctable de la vision. Elle décrit le changement de son quotidien et son adaptation à la maladie. Elle témoigne de son parcours parfois avec humour, brocardant au passage certains médecins qui manquent souvent de compassion. Mais elle dépasse aussi son cadre personnel en s’interrogeant sur l’identité des non-voyants à travers de nombreuses références littéraires. Les chapitres sont courts, elle ne tombe jamais dans le pathos et utilise souvent l’autodérision. Pourtant le propos est grave et la souffrance bien présente. Un récit original, bien écrit même si parfois certains passages donnent l'impression d'un assemblage de notes sur les artistes et autres personnalités aveugles. Malgré tout, cet ouvrage est empreint d’une grande sagesse face à la progression du handicap. Même diminuée, la vie vaut la peine d’être vécue...