Les inconsolés (Minh Tran Huy)

note: 5Une héroïne entre deux mondes Nathalie bibliothécaire - 26 mai 2020

Le château d’Etambel a abrité l’une des plus belles histoires d’amour, tragique mais magnifique. Aujourd’hui, il ne reste plus grand-chose [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle
 

Facebook L'Empreinte


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

The Lobster (Yorgos Lanthimos)

note: 3Inabouti Caro, bibliothécaire - 3 janvier 2017

Pour rentrer dans ce film, il faut accepter dès le départ la société étrange qui nous est présentée. Celle-ci ne jure que par le couple, le célibat est vu comme une tare et les célibataires se voient transformés en animal s'ils ne trouvent pas rapidement l'âme sœur.
La première partie du film, la plus réussie, montre le héros incarné, par Colin Farrell bouffi, dans un hôtel où les célibataires sont parqués dans l'objectif de trouver un partenaire. La seconde partie se situe dans une forêt où les rebelles tentent de survivre. Ceux-ci sont des célibataires endurcis qui refusent toute idée de couple et d'amour. Bref des deux côtés de la société, la même intransigeance et l’intolérance, un extrémisme castrateur.
Le film souffre de sa longueur, de son interprétation (ah l'inexpressivité agaçante des acteurs !) et de sa fin ouverte et extrêmement frustrante. Bref, si l'idée de départ était bonne, on a l'impression que le réalisateur s'est perdu en chemin... et du coup on cherche un peu le message du film.