Critique

 

Le pays du commandeur (Ali al- Muqri)

note: 5A la fois drôle et cruel Nathalie biliothécaire - 30 juillet 2020

Ne cherchez pas l’Irassybie sur une carte du monde, le pays n’existe pas, pas sous ce nom en tout cas. Il est devenu Irassybie aux premiers jours de la Révolution mené par le Commandeur. Mais parce que ce dernier incarne l’essence du tout, Irassybie est devenu Le pays du Commandeur. Despote, le tyran aime que chacun vante ses nombreuses qualités à travers la presse officielle ou la télévision officielle. La population doit lui vouer un véritable culte, s’émerveiller devant l’intelligence de ses décisions. Et gare à celui qui le contrarie, sa lame est affutée et les prisons sont pleines. Un célèbre auteur égyptien désargenté mais réputé se voit convier au Pays du Commandeur pour écrire une énième biographie de l’homme...
Difficile de ne pas reconnaître la Lybie de l’exubérant et tyrannique Mouammar Kadhafi. Avec une pointe d’humour et de sarcasme, Ali Al-Muqri, dresse le portrait d’un despote mais surtout des proches terrorisés qui l’entourent.