L' art de la défaite (Batlik)

note: 5Un disque brillant aussi bien dans le fond que dans la forme ! STEPHANIE, discothécaire - 30 novembre 2019

Batlik est un chanteur que j’affectionne particulièrement et qui n’est malheureusement pas assez « reconnu ». Pourtant cet artiste auteur, [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Mais leurs yeux dardaient sur Dieu (Zora Neale Hurston)

note: 5Percutant Nathalie bibliothécaire - 14 février 2019

Rien ni personne n’aurait pu imaginer la vie de Janie Mae Crawford, superbe métis à la chevelure magnifique. Sa grand-mère qui est née au temps de l’esclavage a toujours souhaité que sa petite-fille s’élève socialement ; alors elle la convainc de se marier à un vieil homme de plus de 40 ans son aîné. Mais Janie rêve d’amour, d’indépendance. Elle s’enfuit avec un autre homme, Joe. Lorsqu’ils arrivent à Eatonville, il n’y a rien. Juste des noirs. Grâce à sa malice, son ambition et son argent, Joe va construire une ville et en devenir maire. Il attend alors beaucoup de Janie mais surtout qu’elle reste à sa place, ne fréquente que des gens importants, ne se mêle pas à la vie et aux conversations des habitants. Alors Janie fait bonne figure, elle rentre en dedans d’elle comme elle dit. A la mort de Joe, elle continue comme si jusqu’à l’arrivée de Tea Cake, plus jeune qu’elle mais qui va l’ouvrir à la vie. Grâce à lui, elle va enfin se réaliser en tant que femme et vivre comme elle l’entend.
C’est un livre immense sur le monde des noirs qui apprennent la liberté, sans qu’on ne leur ait enlevé les menottes de l’esclavage. Rien que pour ça, il faut le lire.
L’écriture peut au départ être un frein mais après quelques pages on se laisse embarquer par cette façon de parler.