L' art de la défaite (Batlik)

note: 5Un disque brillant aussi bien dans le fond que dans la forme ! STEPHANIE, discothécaire - 30 novembre 2019

Batlik est un chanteur que j’affectionne particulièrement et qui n’est malheureusement pas assez « reconnu ». Pourtant cet artiste auteur, [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Journal d'un prisonnier de guerre (Shōhei Ōoka)

note: 5Journal d'un prisonnier de guerre Nathalie bibliothécaire - 31 mars 2016

L'armée japonaise est déjà en pleine déroute lorsque Tamura, après une rapide formation, est envoyé sur le front dans les Philippines. Parce qu'il a attrapé la tuberculose, il est envoyé à l'hôpital qui ne l'accepte que parce qu'il a des vivres sur lui et qu'il peut les partager avec le reste des malades. Lorsque les vivres sont épuisés, il est chassé comme tous les autres malades qui peuvent à peu près se déplacer. Son unité ne veut plus de lui, il est malade. Il est donc obligé de rester devant l'hôpital puis de errer sur les chemins lorsque ce dernier est pilonné par les avions américains. Tout le long du chemin, il aperçoit des feux, symboles de la présence philippine mais aussi des soldats américains. Dans son errance, il croise d'autres soldats japonais, affamé, réduit à rien, sans espoir. Le but de chacun est de rejoindre Palompon, le lieu où sont rassemblées tout ce qui reste de l'armée japonaise.
Tamura n'est pas un soldat comme les autres, il pense, il réfléchit, il se questionne sur l'utilité de la guerre, sur l'humanité ou sur ce qui reste de l'humain quand il doit vivre dans les pires conditions.