Énergie extrêmes (Sylvain Lapoix)

note: 1Energie extrêmes CECILE - 2 août 2017

Les leviers économiques et politiques sont identifiés avec clarté, et restent accessibles pour le lecteur

AccueilCritiques rédigées par STEPHANIE, discothécaire

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par STEPHANIE, discothécaire

 

Lamomali (M.)

note: 5Un album irrésistible ! STEPHANIE, discothécaire - 25 juillet 2017

Le nouvel album de M « Lalomali » est un magnifique hommage à la kora et à la musique malienne. Entouré d’une pléiade de musiciens talentueux (Toumani Diabaté, Fatoumata Diawara, Oxmo Puccino, Ibrahim Maalouf…) Matthieu Chedid nous offre un album de haute qualité qui débute avec le superbe « Manitoumani » qui vous touche en plein cœur, le plaisir se prolonge avec « Cet air » ou « Une âme ». Tout au long de l’album se succèdent onze titres irrésistibles où les voix et les instruments se mêlent en parfaite harmonie. Voilà un disque que je vais écouter en boucle pendant longtemps !

Elements (Zenzile)

note: 4Un album envoûtant ! STEPHANIE, discothécaire - 7 juillet 2017

Zenzile est un groupe « inclassable », qui propose des albums qui peuvent aller du dub à l'électro en passant par le rock. Sur « Elements » nous retrouvons bien des ambiances en lien avec l’air, le feu, la terre et l’eau. L’album s’ouvre avec le titre « Bird » très aérien, vient ensuite « Outsight » morceau plutôt terrien et « enflammé ». L’album se poursuit avec une succession d’atmosphères planantes, parfois brutes mais toujours contrebalancées par des moments de douceur. Un album envoûtant !

The visitor (Kadhja Bonet)

note: 4Un moment de douceur à savourer sans modération ! STEPHANIE, discothécaire - 7 juillet 2017

Kadhja Bonet, jeune musicienne californienne de 28 ans propose un album court mais intense. L’Intro nous plonge dans une ambiance très aérienne, et nous amène tout délicatement vers le magnifique morceau (« Honeycomb ») vraiment très sensuel… Tout au long de l’album on se laisse porter par la voix totalement irrésistible de la chanteuse (« Fairweather friend »). On entre sans aucune réticence dans cet univers pop avec des influences soul, jazz et une orchestration vraiment très réussie. Un seul bémol, le format trop court de cet album. Un moment de douceur à savourer sans modération !

Foule color (Oai Star)

note: 4Un hymne à la France multicolore ! STEPHANIE, discothécaire - 14 juin 2017

« Foule color », le dernier album de Oaï Star est un hymne à la France « multicolore », cette « France qui se mélange ». Une succession de titres prônant la solidarité et l’importance du brassage des identités. Des thèmes très sérieux sur des rythmes festifs (reggae, hip-hop, punk, musique électronique) qui visent à faire danser, rassembler par la musique. « Commence à tourner » est un joli hommage à « Je danse le mia », « La pêche aux cabossés », bon titre ragga résume bien la démarche du groupe. Oai Star appelle à un réveil des consciences (« Ding Dang Dong »), le tout dans un joyeux bordel musical !

Que la nuit m'emporte (Bruit Qui Court)

note: 4Une musique « de combat » intense et vibrante ! STEPHANIE, discothécaire - 14 juin 2017

Avec cet album « Que la nuit m’emporte » le groupe toulousain Bruit qui court nous offre des textes forts, scandés voire hurlés, symbole d’une révolte naissante, d’un ras le bol du système, une invitation à ne pas baisser les yeux (« Ne baisse pas les yeux »), à refuser les diktats, la soumission (« Je n’ai pas peur », « Eux n’existent pas »). Il s’agit de frapper fort avec les mots, des mots qui « claquent », qui heurtent, tout en faisant une part belle à la musique, la basse, la batterie, le trombone et les claviers qui livrent un son brut et entêtant. « Je n’ai pas peur et toi non plus » scande la voix sur « Je n’ai pas peur » comme pour s'en convaincre et nous indiquer que « sans la peur nous sommes libres ». Bruit qui court propose une musique « de combat » intense et vibrante !

A ta merci (Fishbach)

note: 5Une artiste originale et fascinante ! STEPHANIE, discothécaire - 3 juin 2017

Lauréate des Inouïs du Printemps de Bourges de 2016, meilleure révélation des Transmusicales de Rennes de 2016, Fishbach est devenue en quelques mois une figure majeure de la pop française. Un succès bien mérité pour un album de haute qualité. Elle nous propose une pop très influencée par la musique des années 80 dont elle a extrait la « substantifique moelle ». « Ma voie lactée » qui ouvre l’album illustre cela merveilleusement. Les textes, bien qu’hantés par la mort, ne tombent jamais dans le morbide (« Mortel », « Eternité »). Cette chanteuse a une voix incroyable, « qui en impose » et qui rappelle par moment celle de Catherine Ringer. Une artiste originale et fascinante !

Ensen (Emel)

note: 5Un album criant d'authenticité ! STEPHANIE, discothécaire - 3 juin 2017

Gros coup de cœur pour le deuxième album d’Emel Mathlouthi figure de la révolution tunisienne avec son titre emblématique « Kelmti Horra ». L’album s’ouvre sur le superbe « Instant », où on retrouve la voix magnifique de la chanteuse, chaleureuse, expressive et puissante ainsi que des beats electro percutants et envoûtants. Et tout au long de l’album c’est cette voix exceptionnelle, cette fusion de rythmes orientaux et de boucles electro qui nous subjuguent, notamment sur « Ensen Dhaif » ou « Sallem ». Cet album « Ensen » (« Humain » en arabe) est une ode, un appel à l’humanité présente en chacun de nous, une volonté de mettre en lumière le rassemblement des cultures dans une époque de repli identitaire. Un album magnifique, très émouvant et criant d’authenticité.

Horizons lointains (Constantinople)

note: 4Une musique originale et harmonieuse ! STEPHANIE, discothécaire - 18 mai 2017

Les quatre instruments (setar, kanun, accordéon et violoncelle) du quatuor Constantinople & Belem fusionnent et proposent un mélange très réussi de sonorités orientales et européennes. Une musique originale et harmonieuse !

Alasia (Vakia Stavrou)

note: 4Une musique riche en émotions ! STEPHANIE, discothécaire - 18 mai 2017

Elle nous vient de Chypre et propose une musique à l’image de sa voix « envoûtante et déchirante ». Son album nous fait voyager en terres grecques mais aussi brésiliennes, portugaise ou espagnole….Une musique riche en émotions !

Sociedade Recreativa (Sociedade Recreativa)

note: 4Un beau voyage musical en terres brésiliennes ! STEPHANIE, discothécaire - 18 mai 2017

Le groupe Forro de Rebeca est un trio franco-brésilien qui souhaite mettre en valeur le forro, musique traditionnelle du nord-est du Brésil. Pour cet album ils ont travaillé avec le producteur américain Maga Bo et propose une fusion de rythmes traditionnels avec des arrangements électroniques. Par touches discrètes, subtiles les effets électroniques habillent les morceaux sans jamais prendre le dessus. Le résultat est vraiment très agréable avec un rythme dansant, joyeux. Un beau voyage en terres brésiliennes.

Almot Wala Almazala (Naïssam Jalal)

note: 4Un très bel hommage au peuple syrien ! STEPHANIE, discothécaire - 18 mai 2017

"Almot wala almazala", ce titre, traduit de l'arabe signifie « la mort plutôt que l'humiliation » et symbolise la volonté de la part de Naïssam Jalal de rendre hommage aux martyrs de la révolution syrienne. Une suite de morceaux qui souhaitent témoigner de la souffrance de tout un peuple et d’une révolte toujours en cours... La flûte semble représenter par son omniprésence, tantôt douce et tantôt vive, la parole du peuple syrien. Le dernier titre est d’une grande beauté, laissant entendre la souffrance, la colère mais aussi une lueur d’espoir avec la batterie et le rythme qui s’accélère. Un très bel hommage au peuple syrien !

Hôrôn (Seydou Boro)

note: 4Un artiste aux multiples talents ! STEPHANIE, discothécaire - 9 mai 2017

Seydou Boro est un artiste aux multiples talents. Connu en tant que chorégraphe, il propose avec cet album du blues mandingue. Sa voix grave et sensuelle nous séduit tout au long des 12 titres.

Hologram imparatorlugu (Gaye Su Akyol)

note: 4Le nouveau monde musical de Gaye Su Akyol STEPHANIE, discothécaire - 9 mai 2017

Avec cet album de Gaye Su Akyol, « star du rock turc », nous voyageons entre rythmes traditionnels moyen-orientaux et rythmes rock plutôt psychédéliques. Dès le premier titre « Hologram » les violons dialoguent avec la guitare avec frénésie, sur « Eski Tufek » et sur le dernier titre « Berdus » le mélange est parfait, avec des rythmes très entêtants. Encore un bel exemple de cette scène stambouliote qui combat le conservatisme culturel en offrant des créations originales et très créatives. Cette artiste nous offre un « nouveau monde musical», à l’image de sa pochette !

Lune de jade (Guo Gan)

note: 4Une musique douce et subtile ! STEPHANIE, discothécaire - 9 mai 2017

Voilà un disque qui réunit la Chine et la Turquie avec deux excellents musiciens, Guo Gan et son violon traditionnel chinois (erhu ) et Emre Gultekin et ses luths traditionnels turcs. Le titre « Lune de jade » symbolise le rapprochement de ces deux cultures puisqu’elle est un élément clé de la poésie, de la littérature et de l’imaginaire turc et chinois. Le premier morceau (« L’amoureuse chinoise ») et le dernier (« Tribute to Hasret Gultekin) illustrent bien cette combinaison parfaite entre ces deux musiques. Une musique douce, subtile, propice à la méditation.

I see you (XX (The))

note: 4Un album très agréable ! STEPHANIE, discothécaire - 19 avril 2017

The XX revient avec un troisième album qui propose une pop moins minimaliste et beaucoup plus « dansante » à l’image de sa pochette argentée et brillante. On peut penser que le producteur Jamie XX n’est certainement pas étranger à ce changement. Le premier titre « Dangerous » est très dansant et très « électronique », le deuxième « Say something loving » est une ballade très sensuelle où les voix des deux chanteurs s’accordent parfaitement. Et tout au long des 10 plages on retrouve cette belle complicité avec certains points culminants (« Lips », « On hold » ou « I dare you »).

At swim (Lisa Hannigan)

note: 4Une musique qui invite à la quiétude ! STEPHANIE, discothécaire - 19 avril 2017

Ancienne collaboratrice de Damien Rice, Lisa Hannigan évolue désormais seule. J’ai découvert l’univers de cette artiste lors d’un concert d’Agnès Obel et j’ai été séduite par cette voix pure, cristalline qui, malgré la noirceur des thèmes abordés, transmet une énergie et une force positives. Dans son album « At swim » il n’y a d’ailleurs pas de titres gais et entrainants mais la musique et la voix de la chanteuse sont tellement délicates, pures que vous avez l’impression d’être comme dans un cocon (« Prayer for the dying » ou « We, the drowned »). Une musique qui invite à la quiétude.

Carry your kin (The Breath)

note: 4Un grand moment de douceur ! STEPHANIE, discothécaire - 8 avril 2017

La chanteuse irlandaise Rioghnach Connolly et le guitariste Stuart McCallum (The Cinematic Orchestra) ont collaboré sur ce premier album du quatuor The Breath (créé pour l’occasion). « Carry your kin », un titre plein de promesses et un album dont les morceaux débordent de douceur et de délicatesse. La voix de la chanteuse tout en retenue, les guitares aériennes, tout cela contribue à la grande émotion qui se dégage, notamment sur le titre « Boat song » qui évoque la disparition d’hommes en mer… A l’image de la pochette, cette musique donne envie de fermer les yeux et procure un sentiment de plénitude !

Starboy (The Weeknd)

note: 5Un album totalement addictif ! STEPHANIE, discothécaire - 8 avril 2017

Attention écouter le dernier album de The Weeknd comporte des risques : vous serez certainement pris d’une irrépressible envie de mettre le volume très fort, de vous mettre à chanter, à danser et de le passer en boucle… Le premier morceau (« Starboy ») et le dernier («I Feel it coming ») sont des tubes, deux merveilles groove et funky produites avec la collaboration du talentueux duo Daft Punk. La suite de l’album est une succession de perles plutôt house avec « Rockin », electro-rock pour « False Alarm », RnB très efficace avec « Party monster » ou « Reminder » ou soul rap avec l’excellent « Sidewalks ». The Weeknd donne à entendre dans ce dernier album toute l’étendue de son immense talent avec cette succession de titres d’une efficacité et d’une diversité musicale incroyables. Un album totalement addictif !

Going, going... (Wedding Present (The))

note: 4Un album fascinant ! STEPHANIE, discothécaire - 21 mars 2017

Groupe phare de la vague noise/punk/shoegaze de la fin des années 80, The Wedding Present revient avec un neuvième album très réussi. Le disque démarre par une série de morceaux instrumentaux qui nous envoûtent avec un rythme de batterie omniprésent, des voix splendides sur « Marblehead » ou un dialogue piano-violon sur « Sprague ». Le ton change à partir du cinquième morceau et on retrouve un son plus explosif, très rock (« Two Bridges »). A noter que l’album contient vingt titres et un DVD proposant une vidéo par titre. Un album qui surprend autant qu’il fascine !

Oeuvre non trouvée

note: 4Une musique douce et originale STEPHANIE, discothécaire - 21 mars 2017

Dès la première écoute on est interpellé par cette voix suave, ce son épuré… Derrière cet étrange nom « Chocolate Genius Inc » se cache Anthony Thomson, guitariste bien connu de la scène underground new-yorkaise. Dans cet album, on navigue entre folk intimiste («Detroit »), soul (« Thinking about it »), blues (« Swing batta batta ») sans jamais tomber dans le médiocre. Une musique douce, pure, originale avec juste ce qu’il faut de folie.

Utopies en ruine (Vie d'Artiste (La))

note: 4Laissez-vous porter par cette énergie brute et poétique ! STEPHANIE, discothécaire - 10 mars 2017

Après l’excellent album concept « Ferré, ce rap », le groupe La Vie d’artiste publie son premier album « Utopies en ruine ». Le premier morceau « Poésie du désastre » donne le ton : le flow de Trublion annonce l’effondrement d’un système. Entre trip hop, slam et dub (avec la voix du chanteur reggae Rod Anton) le groupe aborde des sujets profonds, dénonce les aberrances du système… L’album se termine sur « Cent milliards d’étoiles », comme une lueur parmi le chaos, un « nouvel horizon sans peur »… On se laisse porter par cette énergie brute et poétique !

Five and a feather (Awa Ly)

note: 4Un album atypique et harmonieux ! STEPHANIE, discothécaire - 10 mars 2017

Dans cet album mélange de soul, jazz et folk nous sommes sous le charme de la voix d’Awa Ly, sublimée par une orchestration de haut vol (la kora de Ballaké Sissoko, la contrebasse de Greg Cohen, le erhu de Guo Gan…). Il y a de très beaux moments comme « Storyteller »,« Let me love you » ou « Here » en duo avec Faada Freddy. Notons que la passion pour la musique lui vint jeune et résulte d’influences multiples, notamment grâce aux conseils d’écoute d’un discothécaire de sa ville d’origine… Un album à l’image de sa créatrice : atypique, chaleureux et harmonieux !

Homes (Gilad Hekselman)

note: 4Une musique chaleureuse et réconfortante ! STEPHANIE, discothécaire - 23 février 2017

Guitariste au talent indéniable, Gilad Hekselman produit un cinquième album « Homes » en trio, avec Joe Martin à la contrebasse et alternativement Marcus Gilmore et Jeff Ballard à la batterie. Ce disque capte l’attention dès la première écoute car malgré les différents styles joués il y a une réelle fluidité, une douceur grâce au jeu délicat et harmonieux des musiciens. On retrouve des accents de samba avec le titre « Samba em preludio », du jazz-rock avec « Cosmic Patience » ou « Last train home » et du bop avec « Parisian thoroughfare ». Une musique chaleureuse et réconfortante !

Quimeras (Juan de Lerida)

note: 4Une musique festive et émouvante ! STEPHANIE, discothécaire - 23 février 2017

Issu de la diaspora gitane espagnole, Juan De Lerida est emblématique d’une génération que l’on a baptisée “flamenco nuevo”, tournée vers les musiques actuelles mais qui n’abandonne pas pour autant les caractéristiques fondamentales du flamenco. Ainsi dans cet album « Quimeras », il s’est entouré de musiciens capables d’aborder tous les « rivages » musicaux, pour enrichir son flamenco de couleurs et d’harmonies nouvelles (musique classique, jazz, musique balkanique…). Cette musique à la fois émouvante et festive nous transporte car « Le flamenco de Juan Lerida s’offre le monde et nous offre le monde ».

Sem Nostalgia / Remix Nostalgia (Lucas Santtana)

note: 5Le nouveau visage de la guitare brésilienne ! STEPHANIE, discothécaire - 8 février 2017

Lucas Santtana redonne un nouveau souffle au traditionnel voz e violao (voix-guitare), hérité de João Gilberto. Sem Nostalgia est un disque qui, excepté quelques sons d'insectes, a été entièrement réalisé, bidouillé à l'aide de sa seule guitare et de samples. Tous les sons sur ce disque ont bel et bien été joués sur une guitare : des lignes de basse aux percussions jouées quant à elle sur le corps de l'instrument. Le premier morceau « Super violao mashup » contient des sons samplés, retravaillés de Baden Powell, Jao Gilberto, Jorge Ben ou Gilberto Gil. Le chanteur guitariste fait preuve d’une grande créativité et apparaît comme un artiste très novateur de la scène brésilienne actuelle !

Rodrigo y Gabriela (Rodrigo Y Gabriela)

note: 5Un duo de guitaristes exceptionnels ! STEPHANIE, discothécaire - 8 février 2017

Fans inconditionnels de Metallica, Pantera ou Megadeth, Rodrigo Sánchez et Gabriela Quintero sont issus de la scène thrash-metal de Mexico. Pourtant c’est avec leurs guitares classiques, qu’ils parvenus à « enflammer » les foules. Ce duo fonctionne à merveille : Rodrigo joue les mélodies et Gabriela joue les parties rythmiques arrivant même à imiter la batterie en tapotant sur sa guitare à certains endroits stratégiques. Ils nous offrent d’ailleurs deux superbes reprises de Led Zeppelin (Starway to heaven ») et Metallica (« Orion »). C’est vraiment fascinant de voir ce jeu merveilleusement complémentaire et tellement harmonieux, notamment avec le titre« Ixtapa ». Les morceaux s’enchaînent sans temps mort et témoignent de l’indéniable virtuosité des deux guitaristes. Cet album paraissait en 2006 et 10 ans plus tard il s’écoute avec toujours autant de plaisir !

Vianney (Vianney)

note: 4Un album introspectif et émouvant ! STEPHANIE, discothécaire - 11 janvier 2017

Il nous avait surpris avec son premier album "Idées blanches", Vianney est de retour avec un second album sans surprise mais tout aussi charmant. Il se livre davantage n'hésitant pas à casser quelque peu son image de "gendre idéal", notamment avec le morceau "Fils à papa". Les arrangements de cordes sont particulièrement réussis et donnent une dimension émotionnelle encore plus importante. Vianney réussit à nous captiver avec sa voix atypique, ses textes sincères, son émotion à fleur de peau…

L' ankou (Melissmell)

note: 5Un beau symbole de rock au féminin ! STEPHANIE, discothécaire - 31 décembre 2016

L'Ankou c'est le "passeur d'âmes" dans les légendes bretonnes, celui qui vient chercher les morts pour les emmener vers l'ailleurs... Ce choix de titre pose d'emblée l'album dans une tonalité sombre. On commence néanmoins sur un air enfantin, moment de douceur avant... la tempête. Car c'est avec force et conviction que Melissmell chante, des textes poétiques, délicats sur une musique rock puissante, comme « Le chant des éclairés », magnifique morceau qui surprend et subjugue à la fois. Et c'est cela la grande force de cette artiste : des textes percutants voire bouleversants, la puissance du rock et une authenticité qui vous touche en plein cœur !

Head carrier (Pixies)

note: 4Retour gagnant pour ce grand groupe de rock ! STEPHANIE, discothécaire - 31 décembre 2016

Séparés en 1992, reformés en 2004, les Pixies sont de retour avec un nouvel album très réussi. La bassiste « d’origine » Kim Deal est remplacée par une musicienne d’origine argentine Paz Lenchantin. L’album s’ouvre sur « Head carrier », un morceau très « Pixies » avec des couplets calmes et mélodiques suivis de couplets très énergiques et bruyants. Le troisième titre « Baal’s back » est un morceau « puissant » qui confirme la grande capacité vocale du chanteur. Sur « All I Think About Now » on retrouve avec plaisir une guitare qui rappelle celle de “Where is my mind”, un de leurs morceaux « mythiques ». Retour gagnant pour ce grand groupe de rock !

Do NOT obey (Baba Zula)

note: 4Un bijou de rock psychédélique oriental ! STEPHANIE, discothécaire - 28 décembre 2016

Le groupe BaBa ZuLa est né à Istanbul en 1996 autour de Levent Akman, Murat Ertel et Çoşar Kamçı, et incarne l’effervescence culturelle et l’éclectisme musical de cette mégalopole cosmopolite. Après avoir participé à la bande originale du film Mustang de Deniz Gamze Ergüven (4 César dont celui de la meilleure musique), le groupe revient avec un nouvel album « Do not obey », symbole de leur volonté d’une musique libre. Mélange de musique traditionnelle turque, de rock’n’roll et d’électro, leur musique est toujours aussi innovante, riche et inspirante. Un bijou de rock psychédélique oriental !

Kidayu (Vaudou Game)

note: 4Une musique qui va vous donner de l'énergie ! STEPHANIE, discothécaire - 28 décembre 2016

Vaudou Game le groupe formé par le chanteur Togolais Peter Solo, est de retour avec un deuxième album « Kidayu ». Dès le premier morceau on est embarqué dans une ambiance « funky » avec des rythmes très dansants. Le troisième titre « La Vie c’est bon » est un morceau à écouter dès le matin qui vous boostera pour toute la journée. Le sixième titre « La dette » est une superbe perle « funky ». On retrouve tout au long de l’album une énergie et un rythme afro-funk qui ne peuvent pas laisser indifférent. A écouter sans modération !

Luneworks (Mmoths)

note: 4Un voyage musical dépaysant ! STEPHANIE, discothécaire - 5 novembre 2016

Jack Colleran alias MMOTHS est un jeune musicien adepte de l’expérimentation sonore. Il est préférable d’écouter cet album dans son ensemble pour réaliser que nous partons pour un voyage mental très dépaysant. A nous d’imaginer ce que l’on veut voir et ressentir durant ce voyage. Le premier morceau « You » nous emporte dans les hauteurs, « Eva » nous ramène à la terre par la forte présence de voix humaines. Avec « Body studies », l’ambiance est à nouveau plus céleste… Un album aussi séduisant que déconcertant !

Max Jury (Max Jury)

note: 4Un album qui va enchanter votre cœur et votre esprit ! STEPHANIE, discothécaire - 5 novembre 2016

A 24 ans Max Jury vient de sortir un premier album très prometteur. Originaire de l’Iowa, le pianiste et chanteur définit lui-même son style comme un mélange de « soul vintage, de rock’n’roll et de pop contemporaine ». L’album s’ouvre sur un titre « Numb » aux sonorités gospel, on retrouvera ces mêmes sonorités un peu plus loin avec le très beau titre « Princess ». Avec « Ella’s moonshine » il nous propose un morceau plus « country ». « Great american novel » est un morceau piano-voix très romantique avec des arrangements de cordes magnifiques. Un album qui va enchanter votre cœur et votre esprit !

Hopelessness (Anohni)

note: 4Un album magistral ! STEPHANIE, discothécaire - 5 novembre 2016

Anohni est le nouveau nom d’Antony Hegarty (leader d’Antony and the Johnsons), devenue femme. C’est un réel plaisir de retrouver cette voix bouleversante, reconnaissable entre mille. L’artiste a choisi de changer également de style de musique proposant ici non des envolées mélancoliques au piano mais de véritables perles « électro – pop ». L’album s’intitule « Hopelessness » (désespoir) et on y retrouve une grande émotion dans la voix (« Drone bomb me », « I don’t love you anymore ») ainsi que dans les textes qui décrivent avec amertume l’état du monde catastrophique (désastres écologiques, terrorisme, guerre…). Un album magistral !

Magnetismo (Yegros (La))

note: 5De la Nu cumbia qui va vous faire danser ! STEPHANIE, discothécaire - 28 juillet 2016

La Yegros est une artiste « underground » en Argentine, proposant une cumbia très moderne appelée « Nu cumbia » genre électro inspirée de la cumbia colombienne. Elle apporte donc des touches d’électro aux rythmes sud-américains créant ainsi des morceaux très dansants tels les morceaux « Carnabailito » ou « Chicha roja ». Attention cet album va vous donner une envie irrépressible de vous déhancher, à réserver pour les soirées d’été, lorsque la chaleur s’estompe…

Tropix (Céu)

note: 5Un disque idéal pour l'été ! STEPHANIE, discothécaire - 28 juillet 2016

Pour son quatrième album l’artiste brésilienne Céu nous offre un album parfait pour l’été. « Tropix » est la contraction des mots « tropical » et « pixel » comme une volonté d’affirmer son désir de proposer une musique qui met à l’honneur ses racines brésiliennes en y intégrant des pointes d’électro. On est sous le charme de ces rythmes entêtants et de la voix de la chanteuse toujours aussi suave et charmante (« Sangria ») qui nous invitent à la flânerie et au lâcher prise. Un disque idéal pour l’été !

Transsiberian (Thylacine)

note: 5Un voyage musical très dépaysant ! STEPHANIE, discothécaire - 28 juillet 2016

L’été est souvent l’occasion de faire des découvertes musicales, l’esprit étant sans doute plus réceptif et enclin au voyage. Et c’est un voyage à bord du célèbre Transsibérien que nous propose le compositeur électro français Thylacine. L’album il l’a composé durant son périple de 9288 kilomètres en 13 jours : un album-concept conçu à partir de sons récoltés tout au long de ce parcours (annonces en gare de Moscou, battements entêtants des roues sur les rails, chants polyphoniques …). Accompagné d’une équipe vidéo ce projet a été filmé et a donné lieu à un mini documentaire, le processus de création étant pour Thylacine aussi important que la création en elle-même. Laissez-vous tenter par ce voyage très dépaysant !

Sounds of the yesteryear (Charles X)

note: 4Un artiste original à découvrir STEPHANIE, discothécaire - 28 juillet 2016

« Sounds of yesteryear » (« Les sons de l’année passée ») : Charles X annonce la couleur, il aime les traditions et la black music en général. Il a beaucoup écouté Michael Jackson, Nina Simone, D’Angelo, Led Zeppelin ou Maxwell, et c’est cette culture musicale riche et éclectique qui lui a permis de créer son propre univers musical. Mélange de soul et de hip-hop, il passe de l’un à l’autre avec une grande facilité. Il suffit d’écouter les deux premiers titres pour s’en rendre compte (« Can you do it ? » et « New way of life »). Un artiste original et un univers singulier à découvrir !

Opening (Superpoze)

note: 4Un voyage vers des contrées mystérieuses STEPHANIE, discothécaire - 28 juillet 2016

Superpoze est un auteur-compositeur et musicien français de musique électronique. Avec cet album « opening » il nous propose un incroyable voyage, un voyage vers des contrées mystérieuses, accueillantes et luxuriantes. Dès la première écoute on est subjugué, le deuxième morceau « North » est d’une beauté renversante. Ce jeune musicien au talent immense a seulement 22 ans et a déjà monté son propre label Combien Mille Records avec l’aide de quelques amis. Voilà une musique électronique instrumentale éthérée qui va vous embarquer du début à la fin. Alors laissez-vous aller, la chute n’en sera que plus douce à l’image du dernier morceau « Home is where I am ».

Marlon Williams (Marlon Williams)

note: 5Une musique qui fait du bien au coeur ! STEPHANIE, discothécaire - 22 juillet 2016

Marlon Williams propose un album country- folk très plaisant. Ce musicien nous vient de Nouvelle – Zélande et a très tôt baigné dans la musique country et bluegrass. L’album s’ouvre avec un « Hello Miss Lonesome » très rythmé, très country. Avec « Dark Child » et « I’m lost without you », deux titres mélancoliques, on découvre vraiment la voix particulièrement charmante et suave de Marlon Williams. Dans « Strange things » il nous transporte dans un autre temps, tel un cowboy, un hobo qui chanterait sa solitude … Une musique qui fait du bien au cœur !

Jardins migrateurs (Ablaye Cissoko)

note: 4Un moment privilégié à partager ! STEPHANIE, discothécaire - 22 juillet 2016

Descendant d’une famille de griots, Ablaye Cissoko joue de la kora depuis l’âge de huit ans. Il est un passeur qui souhaite faire le lien entre la tradition et la création contemporaine. « Jardins migrateurs » est la rencontre entre l’art des griots de l’empire mandingue et celui des bakhsis « poètes médiévaux » de la région du nord-est de l’Iran. Un héritage que le musicien souhaite faire découvrir aux générations d’aujourd’hui en offrant ce dialogue très réussi entre la kora, le setar, le tombak, la viole et les voix des chanteurs. Un album qui nous invite à un moment privilégié propice à la méditation et à la réflexion sur le devenir de l’humanité !

While the heart beats... (Nadeah)

note: 4Du son rock et funky ! STEPHANIE, discothécaire - 22 juillet 2016

Dès le premier titre l’oreille est séduite avec le son très disco et funky de « Met a man ». Avec « Ordinary colours » c’est en duo que Nadeah continue de nous charmer avec un morceau pop-rock très réussi. Les titres s’enchaînent avec des mélodies très accrocheuses, des ballades envoûtantes (« Run »), des morceaux plus « pêchus » (« Darling »). Femme de caractère, indépendante, elle dénonce dans le clip de « Met a man » la culture du selfie, le dictat de l’image sexy ! Cette artiste mérite une écoute attentive !

Pretend (Seinabo Sey)

note: 5Un premier album sans fausses notes ! STEPHANIE, discothécaire - 7 juin 2016

Pretend est le premier album de Seinabo Sey, chanteuse dotée d’un grand talent. L’album s’ouvre avec un titre très réussi « Younger », tube en puissance, le troisième morceau « Poetic » est un morceau digne d’une Alicia Keys… Avec « Hard time » nous sommes tout-à-fait sous le charme et « Easy » donne à entendre les sérieuses capacités vocales de cette jeune chanteuse. Pas de déception, tous les morceaux sont vraiment réussis, empreints de soul, de R’n’B et d’une pointe d’électro. Un premier album sans fausses notes !

Jigouli driver (Lavach')

note: 4Un voyage musical cosmopolite ! STEPHANIE, discothécaire - 31 mai 2016

Lavach c’est le nom d’un groupe formé par quatre musiciens avides de voyages et d’aventures humaines. Quatre compères qui se connaissent depuis longtemps et qui proposent « une musique vivante, élaborée pour danser ». Nous partons pour un voyage en Arménie, en Bulgarie en passant par la Martinique avec des compositions alliant musiques traditionnelles et sons urbains. L’émotion est aussi au rendez-vous sur des titres traditionnels arméniens où la voix de la chanteuse nous prend au corps. Embarquez pour un voyage émouvant, cosmopolite et dansant !

Oeuvre non trouvée

note: 4Un voyage musical doux et subtil STEPHANIE, discothécaire - 25 mai 2016

Pour son nouvel album, Vieux Farka Touré a collaboré avec Julia Easterlin, chanteuse d’origine géorgienne. Ce duo nous propose une rencontre originale et très réussie entre le blues africain moderne de celui que l’on surnomme le « Hendrix du Sahara » et le folk expérimental d’une jeune chanteuse dotée d’une voix très captivante. L’effet est flagrant sur les titres « Masters of war » (reprise d’un titre de Bob Dylan) et « Took my brother down ». Voilà une combinaison de folk, de blues, de rock et de pop qui vous fera voyager tout en douceur et en subtilité…

Medin' Aqui (Cie Guillaume Lopez)

note: 4Un voyage musical riche et varié STEPHANIE, discothécaire - 19 mai 2016

Avec cet album « Medin’ Aqui » embarquez pour un voyage en terres méditerranéennes, entre musiques traditionnelles, musette, chansons arabo-andalouses. L’album s’ouvre en terres occitanes avec un morceau « Medin’Alla », festif et dansant. Avec « Lejos de ti » nous sommes maintenant en terres espagnoles. Un peu plus loin, « La Nouba » nous transporte au Maghreb avec Amine Tilioua qui chantent des poèmes arabo-andalous. Un voyage musical riche et varié qui vous mènera de Toulouse à Tlemcen !

Tiny pause (Yppah)

note: 4Un voyage tout en douceur ! STEPHANIE, discothécaire - 11 mai 2016

Yppah vous offre un voyage tout en douceur dans des contrées inconnues, entre ciel et terre (« Separate ways forever »), entre rêve et réalité (« Little dreamer »). Les ambiances entre sons acoustiques et sons électroniques ne sont jamais sombres mais plutôt chaleureuses et lumineuses. Cette electronica nous transporte sur des terres « nouvelles », accueillantes et régénérantes à l’image du DJ Bonobo ou du groupe Boards of Canada. Un album qui va vous permettre de faire une « petite pause » et de retrouver une belle énergie !

South Atlantic blues (Scott Fagan)

note: 4Un trésor oublié à (re)découvrir ! STEPHANIE, discothécaire - 26 avril 2016

South Atlantic Blues est le premier album de Scott Fagan sorti il y a… 50 ans. Dès le premier morceau « In my head » nous sommes embarqués dans l’histoire de ce chanteur, subjugués par cette voix douce et mélancolique. Une voix qui rappelle celle de Bowie, notamment sur « The Carnival is ended ». Cet album est une succession de pépites musicales, à la fois pop, folk et blues avec des arrangements et des mélodies splendides qui vous prennent « au corps ». On se demande vraiment pourquoi ce disque n’a pas eu le succès escompté auprès du public de l’époque. Il serait dommage de passer encore une fois à côté de ce trésor !

Avalanche (Maison Tellier (La))

note: 4Une musique folk atemporelle STEPHANIE, discothécaire - 26 avril 2016

Depuis dix ans, La Maison Tellier, groupe français originaire de Rouen, creuse petit à petit son sillon dans le paysage de la chanson française, avec une musique folk atemporelle. Encore une fois, sur ce nouvel album, la voix de Yannick Marais alias Helmut Tellier nous interpelle, rappelant parfois celle de Manset sur certains morceaux. Les deux premiers titres captent tout de suite notre attention et finit de nous « capturer » avec « J’ai rêvé d’avalanches ». Un morceau « pop » particulièrement réussi, notamment grâce à ses très belles mélodies. « Haut, bas, fragile » morceau quasiment a capella nous offre un instant vraiment « précieux »… On entre dans cette maison avec beaucoup de plaisir !

L. (Raphaële Lannadère "L")

note: 4Un retour réussi ! STEPHANIE, discothécaire - 26 avril 2016

Nous l’avions connu en 2011 sous le nom de L, elle revient avec ce deuxième album sous son vrai nom, Raphaële Lannadère. C’est sa voix qui vous envoûte dès le premier morceau « J’accélère ». Dans le second « Sur mon île » elle rend un très bel hommage à la chanteuse Lhasa. Cette artiste donne à entendre tellement de poésie dans des combinaisons de mots où l’audace et la tendresse s’entremêlent parfaitement… On ne peut qu’être touché par ce mélange de force et de fougue, le tout réalisé avec une infinie délicatesse.

Son Little (Son Little)

note: 5Un artiste au talent aussi grand que les Etats-Unis STEPHANIE, discothécaire - 2 avril 2016

Dès les premières notes de "I'm gone" on se sent transporté aux Etats-Unis et on est séduit par le grain de voix de Son Little. Le voyage se poursuit et le charme continue d'opérer avec les excellents "Nice Dreams" et "Your Love will Blow we away...". Voilà un album riche et varié, tantôt rock sur "Toes" ou "Go Blue Blood Red", tantôt gospel sur le magnifique "O Mother", tantôt blues sur "Lay Down" "Doctor's In". Son Little séduit aussi par cette incroyable capacité à jongler avec les styles avec une facilité déconcertante. Un premier album porté par une voix de velours et réalisé de main de maître qui laisse présager un bel avenir à cet artiste au talent aussi grand que les Etats-Unis !

Currents (Tame Impala)

note: 5Une fusion de styles très réussie ! STEPHANIE, discothécaire - 2 avril 2016

Avec ce nouvel album Tame Impala a mis de côté son rock psychédélique pour des sonorités plus électro, funk et disco avec des guitares moins présentes au profit des synthétiseurs. L’album s’ouvre sur « Let it Happen », morceau de 8 minutes qui nous séduit avec ses synthés planants et son rythme disco très dansant. Un peu plus loin, « The Less I Know the Better », morceau disco-funk totalement irrésistible, témoigne de ce nouveau tournant musical pris par le groupe. Une fusion de styles particulièrement réussie !

Elements (Ludovico Einaudi)

note: 4Un moment de douceur irrésistible ! STEPHANIE, discothécaire - 2 avril 2016

Encore une fois le compositeur et pianiste italien Ludovico Einaudi nous transporte dans un nouveau voyage "hors du temps". Nous entrons dans un univers empli de douceur, d'émotions et juste ce qu'il faut de mélancolie. L'album s'ouvre avec "Petricor" et ses notes de piano envoûtantes," Night" continue de nous séduire avec de très belles montées au violon. Avec "Whirling winds" nous sommes transportés dans un nouveau monde... Une musique tout simplement irrésistible !

Pagodes (Jono McCleery)

note: 5Un album au pouvoir addictif STEPHANIE, discothécaire - 2 avril 2016

Jono McCleery a prêté sa voix à des groupes comme Portico ou Maribou State, et nous offre aujourd’hui, en solo, son album Pagodes. Le disque s’ouvre sur « This Idea of us », magnifique ballade dont les arrangements de cordes et la voix du chanteur accentuent le côté dramatique. S’ensuit une très belle reprise du titre de Robert Wyatt « Age of Self », « Since I » et ses touches electro parfaites. Les titres s’enchaînent et lorsqu’on arrive sur le dernier morceau « So Long » on a une seule envie : réécouter tout l’album.

Mali is... (Mali Music)

note: 5Un cocktail musical très agréable ! STEPHANIE, discothécaire - 5 mars 2016

Mali Music nous propose un « cocktail musical » des plus agréables mélangeant avec brio son old school et sonorités r’n’b, rap et reggae. Le résultat est très mélodieux et la voix douce et suave de Kortney Jamaal Pollard alias Mali Music ne peut pas laisser indifférent. Il fait partie de ces artistes qui, dans la lignée de John Legend, ont le pouvoir de vous envoûter et de vous procurer beaucoup d’émotions…Ce Mali is… est une bien belle réussite !

I quit you dead city (The Red Goes Black)

note: 5Du nouveau dans le rock français ! STEPHANIE, discothécaire - 5 mars 2016

Après avoir connu le succès sur certaines scènes comme Les Vieilles Charrues en 2014, The Red Goes Black nous propose leur premier album. Dès le premier morceau « It’s all gone » la couleur de l’album est annoncée : du bon rock-blues américain. Les mélodies et les refrains sont parfaits (« Mr Something »), les solos de guitare sont d’une redoutable efficacité et la voix du chanteur pleine de promesses. Sur certains morceaux on pense beaucoup aux Black Keys (« Fear of change ») et c’est plutôt une très bonne nouvelle ! Voilà des bretons qui devraient marquer le paysage du rock français !

Le matin du pélican (Eskelina)

note: 5Une bien belle interprète à découvrir ! STEPHANIE, discothécaire - 25 février 2016

Eskelina nous vient de Suède et elle nous offre un album très plaisant composé avec Florent Vintrigner (La Rue Ketanou) aux textes et Christophe Bastien (Debout sur le zinc) à la musique. A une époque où l’électro s’invite sur de nombreux albums elle a choisi de proposer un folk acoustique apaisant. De sa voix légèrement éraillée elle vous conte des histoires d’amour (« L’amoureuse » ou « Emilie »), de femmes (« femme Fleury »), de voyages (« La valise rose »). Les chansons s’enchaînent avec cohérence, les mélodies restent en tête. Une bien belle interprète à découvrir !

Entre mille bévues (Batlik)

note: 5Des mélodies entêtantes STEPHANIE, discothécaire - 3 février 2016

Batlik est un artiste singulier de ce qu’on appelle « La Nouvelle scène française ». Avec ce neuvième album, enregistré sous son propre label A Brûle Pourpoint, il entre dans sa dixième année de carrière mais ne fait pas partie des grosses ventes de la chanson française. Pourtant cet artiste auteur, compositeur, interprète et producteur indépendant gagne à être plus connu. Dans ce live il nous propose une sélection de titres phares de son répertoire comme « Encore », « Généalogie » ou « Enfumée ». Des textes d’une grande subtilité, un jeu de guitares percutant, une section de cuivres très efficace, des mélodies entêtantes, voilà ce qu’on pourrait dire de ce très bon album d’un artiste trop discret.

F.F.S. (FFS)

note: 4Le retour réussi de Franz Ferdinand ! STEPHANIE, discothécaire - 23 janvier 2016

FFS c’est la fusion de deux groupes de pop : Les Franz Ferdinand, groupe anglais culte des années 2000 et les Sparks, groupe américain des années 70. Le titre qui ouvre l’album « Johnny delusional » annonce la couleur, c’est sur un rythme trépidant que nous entraîne les F.F.S. Les voix des chanteurs s’entremêlent parfaitement et même si on reconnait, plus particulièrement, la patte des Sparks sur « «Dictator’s son » et celle des Franz Ferdinand sur « Call girl » leurs deux styles se marient à merveille.  Sur le titre « Collaborations don’t work », on comprend qu’ils partagent également un certain goût pour l’humour.  Voilà un album de pop très réussi !

Live at the Jamboree, Barcelona (Andrea Motis)

note: 4Un moment de jazz à savourer sans modération ! STEPHANIE, discothécaire - 23 janvier 2016

Elle est jeune, ravissante, elle joue de la trompette, du saxophone et chante merveilleusement bien. Cette perle se nomme Andrea Motis et nous vient d’Espagne. Découverte par Joan Chamorro, elle a fait ses classes au sein du Sant Andreu Jazz Band (un big band d’enfants et adolescents de Barcelone). Elle interprète des standards (« Summertime », « I fall in love too easily ») avec une précision et une maturité exceptionnelles, prouvant qu’elle a déjà tout d’une grande. Un moment de jazz à savourer sans modération ! 

Nathaniel Rateliff & the Night Sweats (Nathaniel Rateliff)

note: 4Un album de soul réjouissant STEPHANIE, discothécaire - 23 janvier 2016

Nathaniel Rateliff est un amoureux du folklore blues rock du sud des États-Unis. Son dernier album, signé sur la légendaire compagnie Staxx Records est un vibrant hommage à la soul des années 50. L'album s’ouvre avec "I need never get old", morceau incroyable digne des plus grands standards « soul » où les cuivres sont d'une redoutable efficacité et le rythme très prenant. Dans un autre style "S.O.B." surprend avec sa teinte gospel, imprégné d'une joie de vivre communicative. Un disque de soul percutant et réjouissant.

Ester Rada (Ester Rada)

note: 5étoile montante STEPHANIE, discothécaire - 18 décembre 2015

Ester Rada nous offre un premier album au son très coloré : entre soul, reggae, afrobeat, r’n’b et ethio-jazz.  Elle reprend notamment une chanson de Muluken Melese « Nanu Ney », certainement  en référence à ses origines éthiopiennes. Multi-instrumentiste comme on peut le constater sur le clip du titre « Life Happens », elle est aussi une excellente chanteuse, sorte de diva « soul » qui nous rappelle par moments Lauryn Hill ou Erykah  Badu. Cette « étoile montante de la scène israélienne » n’a sûrement pas fini de nous envoûter !

Like I'm a warrior (Emilie Nicolas)

note: 4Très bon album d’électro pop STEPHANIE, discothécaire - 18 décembre 2015

La magie des réseaux sociaux a encore frappé avec cette nouvelle chanteuse qui nous vient de Norvège. Il a fallu juste quelques titres postés sur Soundcloud pour qu’ Emilie Nicolas prenne conscience de son talent « musical ». Le titre qui ouvre l’album « Nobody knows » met en valeur la voix de cristal de cette chanteuse, sur « Us » on retrouve l’univers calme et contemplatif de James Blake. Même si la douceur domine l’ensemble, certains morceaux « percutants » montrent un autre côté plus sombre tel « Fail ». Voilà donc un très bon album d’électro pop qui emprunte autant au R’N’B qu’à la dance ou à l’Electronica.

It will be dark when we get there (Vadim Vernay)

note: 5Inclassable STEPHANIE, discothécaire - 2 décembre 2015

It will be dark when we get there ( si nous marchons lentement, il fera nuit lorsque nous arriverons), un bien drôle de titre d’album pour un artiste… hors normes. On ne sait pas vraiment où veut nous amener Vadim Vernay tout au long de l’album, on comprend en tout cas que le chemin ne sera pas de tout repos. Les titres évoquent des thèmes plutôt « obscurs » (« Bring me chaos »), un esprit tourmenté (« Our disease ») mais ils parviennent à nous captiver. De sa voix douce et suave il nous invite pour un voyage mystérieux et on se laisse embarquer avec plaisir. Un album inclassable qui surprend par son audace !

Blues (The) (Robert Johnson)

note: 4Le blues mythique de Robert Johnson STEPHANIE, discothécaire - 13 novembre 2015

Robert Johnson n'a pas eu une longue carrière de musicien, mais quand il a enregistré les morceaux présents sur ce double album, en 1936 et 1937, il s'est imprégné de nombreux bluesmen de son époque, puisant son inspiration dans les blues de ceux-ci. Sa musique et sa voix sont touchantes, comme sur "Rambling on my mind". Son jeu de guitare est efficace, avec une bonne rythmique et le jeu est précis. On retrouve également "Crossroad blues", considérée comme un chef d'oeuvre et reprise par Eric Clapton. A l'écoute de ses enregistrements où le "grain" est présent, on est plongé dans ce blues du Delta tant joué il y a environ 80 ans. Robert Johnson, le guitaiste torturé aux nombreux problèmes ne s'attendait certainement pas à devenir un mythe du blues. Heureusement ces enregistrements ont survécu, et méritent d'être écoutés.

Get back home (John Lee Hooker)

note: 4Un enregistrement de légende ! STEPHANIE, discothécaire - 13 novembre 2015

Ce qui saute aux yeux en manipulant pour la première fois la pochette de cet album, c’est la date et le lieu de son enregistrement. La date tout d’abord, parce que c’est celle de mon anniversaire. Le lieu ensuite, car « Get back home… » a été enregistré à Pau, ville du sud-ouest de la France insuffisamment reconnue comme un haut lieu du blues mondial. Sauf qu’à Pau, il y avait à l’époque le studio Monestier-Lemay. Et que c’est là-bas, dans la tranquillité du Béarn de 1969, que John Lee Hooker, bluesman de légende né à Clarksdale dans le Mississippi, a pu donner toute sa mesure, en solitaire avec sa guitare comme seule compagne, sur de nouvelles interprétations de chansons figurant à son répertoire depuis déjà pas mal d’années. Tel le fameux Boogie Chillen de 1948.

She lyin' (Skip James)

note: 4Une légende du Blues à (re)découvrir STEPHANIE, discothécaire - 13 novembre 2015

Skip James est le représentant le plus connu du « Bentonia sound », un style de blues local caractérisé par une guitare accordée en mineur, une voix très haut perchée et un répertoire extrêmement sombre. Sa personnalité ténébreuse  et mélancolique se reflète dans cet album avec les titres “Hard Time Killin' Floor Blues” (le meilleur blues sur la Dépression de 1929), “Devil Got My Woman” (que reprendront Johnny Temple ou Robert Johnson) ou encore le lugubre “Cypress Grove Blues”. Skip James joue « avec ses tripes », il y a une charge émotionnelle importante dans chacun de ses morceaux. C’est une figure marquante de l’histoire du Blues à découvrir.

Nach (Nach)

note: 4Un premier album de pop rock éclectique et généreux STEPHANIE, discothécaire - 8 octobre 2015

Sœur de M, fille de Louis Chedid, Nach a choisi de se faire un nom toute seule, comptant sur le soutien du public.  « Avec ma famille on cultive nos différences », son instrument fétiche est d’ailleurs le piano au contraire de son frère. Auteur, compositeur et interprète Nach avoue s’inspirer de Nina Simone, Radiohead et des Rita Mitsouko.  Elle réalise un album original avec  des mélodies très efficaces à l’image du titre qui ouvre l’album « Cœur de pierre ».

Kitsuné new faces II (Beau)

note: 4Les nouveaux visages de l' electro-pop STEPHANIE, discothécaire - 8 octobre 2015

Depuis 10 ans maintenant, le label franco-japonais Kitsuné s’attache à découvrir « Les nouveaux talents de la scène électro-rock ». Cette compilation permet d’écouter 15 artistes  pour la plupart inconnus. L’album s’ouvre avec  un titre du groupe Beau (duo de filles) très aérien et sensuel. Vient ensuite Oslo Parks et sa pop électro très dansante puis Danglo moment de pur bonheur electro avec des samples hypnotisants… Une compilation qui permet de découvrir des « nouveaux visages »  du paysage electro-pop et qui donne envie d’en entendre davantage !

Mille éclairs (Baden Baden)

note: 4Un album entre frénésie et calme ! STEPHANIE, discothécaire - 8 octobre 2015

Avec ce deuxième album de Baden Baden nous naviguons entre frénésie et calme. Les textes sont travaillés, les mots percutants,  contrebalancés par une musique aérienne. Entièrement écrit en français, cet album du groupe parisien de pop-indé prouve que rock et langue française ne sont pas incompatibles et peuvent même s’accorder en toute harmonie. A noter deux instrumentaux d’une grande beauté « Finalmente » et « Criminel ». Mille éclairs comme une révélation, une libération, le calme après l’orage. 

Le départ (Zaza Fournier)

note: 4Une Zaza Fournier toujours aussi espiègle ! STEPHANIE, discothécaire - 30 septembre 2015

Zaza Fournier est de retour avec un troisième album au style « mordant », oscillant entre chanson française traditionnelle et pop moderne. On commence avec le titre « Garçon », une entrée en matière plutôt originale où on retrouve son langage « gouailleur », son écriture ciselée et souvent taquine. L’accordéon est, bien sûr, toujours omniprésent et apporte cette touche vintage particulière. Elle peut nous toucher sur certains morceaux (« Paupières closes », « Hôtel des acacias »), nous séduire sur d’autres avec des mélodies entêtantes (« La Java des imposteurs ») et nous faire sourire avec des jeux de mots malicieux et espiègles (« Garçon », « Tigre »). Irrésistible !

Sound & color (Alabama Shakes)

note: 4Un album irrésistible ! STEPHANIE, discothécaire - 30 septembre 2015

Après un premier album qui a connu un succès mérité les Alabama Shakes sont de retour avec « Sound & Color ». Le son est différent moins roots, plus rock, un rock gorgé de soul, magnifié par la voix incroyable de la chanteuse Brittany Howard. Le titre d’ouverture « Sound & Color » nous met délicatement dans l’ambiance puis c’est au tour de « Don’t wanna fight » de nous enchanter avec son rythme délicieusement dansant qui fait penser au dernier album des Black Keys. Gros coup de cœur aussi pour « Miss You », morceau sur lequel on pense forcément à Janis Joplin mais aussi à Nina Simone.  Ce second album est totalement irrésistible !

Alvorada (Ophélie Gaillard)

note: 4Un carnet de voyage musical exceptionnel ! STEPHANIE, discothécaire - 30 septembre 2015

Ophélie Gaillard, accompagné de son violoncelle magique, nous invite à un périple musical de l'Espagne à l'Amérique du Sud. On commence avec des extraits des « Siete cancones populares espanolas » de Manuel de Falla où le violoncelle danse avec la guitare classique et les castagnettes. Puis c'est avec le bandonéon que le violoncelle nous amène vers l'Argentine avec ses accents très nostalgiques, « Alvorada » nous invite au Brésil et « El manisero » met à l'honneur la rumba de Cuba. La violoncelliste rend un très bel hommage à cette tradition musicale latino américaine populaire ou savante qu'elle affectionne particulièrement.

Retour Haut