AccueilCritiques rédigées par Janine

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Janine

 

Un drôle d'ami (Elise Broach)

note: 5Gros coup de coeur pour ce roman Janine - 2 septembre 2018

Une écriture facile à lire et prenante.
Une trame amusante.
Du suspens.
De l'amitié, et de l’amour familial.
De belles découvertes en peinture.
J'ai tout aimé dans ce roman, le parallèle entre la famille odieuse de James, et celle si chaleureuse des cafards ; le côté polar, la facilité de lecture et en même temps une histoire bien construite, où l'on apprend beaucoup ,et que l'on ne lâche pas. Et bien entendu toutes les découvertes autour de la peinture, des musées etc ... et même une petite balade dans New York.
Sans oublier les illustrations de Kelly Murphy, au trait noir, comme des tableaux de Dürer.
Mes petits-enfants l'ont dévoré et beaucoup aimé aussi.

Trois filles en colère (Isabelle Pandazopoulos)

note: 5Excellent ; mon coup de coeur de l'année probablement. Janine - 18 mai 2018

Au-delà des souvenirs, ce livre a la grande qualité de nous présenter non pas juste les événements de 68, mais surtout ce qui les a amenés. Sous couvert d'un roman, très facile à lire et très prenant, nous voyons vivre les années précédentes, et comprenons comment on en est arrivé là. Et pas seulement en France, puisque la Grèce des colonels, et Berlin et la construction de son mur y ont une grande place.

Roman épistolaire, parsemé de quelques documents et photos d'époque. Roman à la fois très riche et très facile, même si on ne connait pas la période.

Et ce vent de liberté qui souffle sur toute l'Europe, dont personne ne sortira indemne, mais qui nous a changé à jamais.

Complètement cramé ! (Gilles Legardinier)

note: 5Quel bonheur ce roman ! Janine - 17 octobre 2015

Quel bonheur ce roman !
Je m'attendais à une petite lecture drôle et déjantée, et en fait, c'est un beau roman, tendre et chaleureux, quoique avec énormément d'humour.
Ca m'a parfois un peu fait penser à Ensemble c'est tout, mais en bien plus agréable à lire !
Je l'ai dévoré d'un bout à l'autre sans reprendre mon souffle !


Extrait :
- En France, ce sont les blancs qui commencent, c'est la même chose chez vous ?
- Depuis que le premier tournoi d'échecs s'est tenu à Londres lors de l'Exposition universelle de 1851, il en est ainsi partout dans le monde. Mais est-il normal que roi et reine aient encore leur tête dans votre jeu ?

Le grand mensonge de la famille Pommerol (Valentine Goby)

note: 3Un peu décevant Janine - 8 octobre 2015

Un peu décevant à mon goût.
Une bonne idée de départ, voyager immobile chez soi, pour donner le change et faire croire que ce voyage dont on rêvait, et dont on a tant parlé, se réalise.
Seulement, vivre chez soi totalement caché, c'est ennuyeux, et du coup, le livre l'est un peu aussi.
Jusqu'à ce que Juliette découvre ce qui se cache derrière sa cave. Là, l'intérêt revient, et on se prend au jeu.
Après quoi, j'attendais la fin pour voir comment ils allaient s'en tirer, et la fin aussi m'a un peu déçue.
Démasqués, pas démasqués ? on a l'impression qu'il manque quelque chose.
Une pirouette finale, c'est sympa, mais ce n'est pas une fin de livre !
C'est la première fois que je suis un peu déçue avec un livre de la collection "En voiture Simone !" de Thierry Magnier. Mais c'est tout de même une collection bien agréable.

Guerre (Janne Teller)

note: 4Indispensable et hélas encore dans l'actualité! Janine - 8 octobre 2015

Un excellent petit fascicule, 50 pages, format passeport, et ressemblant tout à fait à un passeport européen.
Hélas, toujours d'actualité, voire plus que jamais.
L'auteur interpelle le lecteur, puisque tout le texte est à la deuxième personne du singulier.
Et essaie de nous faire vivre la guerre, non pas de l'extérieur, comme tout ce qu'on peut lire ou voir à la télé, mais de l'intérieur, en supposant que ça nous arrive à nous ici, en France.
Un peu comme les excellents dessins de Zep, suite aux problèmes de réfugiés en cet automne 2015 (TROUVER LIEN ?) mais son a déjà plus de dix ans, et hélas, il n'a pas vieilli.
A lire, et faire lire à tous.
Mais attention malgré sa petite taille, et son format qui fait penser aux "Petite Poche" Magnier, pas pour les enfants, mais à partir de l'adolescence.
A la fois parce que quelques descriptions sont dures, parce que ça pourrait inquiéter beaucoup les enfants plus jeunes. Et aussi parce que sans doute, ils n'ont pas le recul nécessaire pour comprendre combien il s'agit d'une situation "miroir", l'auteur a inversé ce que vivent les réfugiés actuels (je pense par exemple à la situation des couples mixtes).
L'auteur précise en postface que le texte traduit est adapté selon le pays de traduction.
Ce qui permet de "vivre" de l'intérieur ce conflit.

La double vie de Cassiel Roadnight (Jenny Valentine)

note: 4Bon roman quoique un peu lent au début Janine - 8 octobre 2015

Un bon roman, mais loin pour moi du coup de coeur que j'avais eu avec "La Fourmilière".
Il y a longtemps que je voulais lire ce livre, à la fois à cause de l'auteur, et parce que ce thème de quelqu'un qui s'installe dans une famille, en se faisant passer pour l'enfant disparu, m'intéressait, même s'il est assez classique.
Finalement, dans la première moitié du livre, je me suis un peu ennuyée.
J'ai pourtant tremblé avec Chap à l'idée qu'il fasse un faux pas et soit découvert, j'ai compati à son malaise d'être un imposteur, tout en se sentant terriblement bien d'avoir trouvé une famille. Surtout, j'ai été à la fois attristée et révoltée par les passages avec le grand-père, cette lamentable façon d'avoir coupé ce pauvre garçon du peu qu'il avait, de tout ce qui constituait son enfance et son seul point d'attache.
Malgré cela, j'ai trouvé le texte un peu long.
Et puis soudain, la famille parfaite qui vient de trouver bascule dans le drame, les questions, la recherche inquiète (et inquiétante) de la vérité.
Et à partir de là, plus question de lâcher ce livre.
Bien que très différents, on retrouve un peu des similitudes dans certains personnages. Un garçon un peu paumé, au centre de l'histoire, une mère qui a bien du mal à assumer et s'occuper de son ou ses enfants ...

Les ailes de la sylphide (Pascale Maret)

note: 1Très beau roman, très dur aussi par sa chute. Janine - 8 octobre 2015

Encore un superbe roman de Pascale Maret.
Je suis sidérée comme sur des sujets extrêmement différents, elle parvient à nous offrir des romans à la fois très importants, et passionnants à lire. A lire et à faire lire, d'urgence !
Celui-ci ne sera pas mon préféré d'elle, parce que le côté fantastique n'est jamais ce qui m'accroche le plus, mais malgré cela, et bien que je n'y connaisse rien en danse, j'ai été emportée et l'ai lu sans le lâcher.
Si prise par l'histoire que j'en ai oublié le premier chapitre et le pourquoi de cette narration, et que la chute m'a prise au dépourvu.

Merci Madame Maret de nous offrir de telles histoires.

Oeuvre non trouvée

note: 5Super, pour tout âge ! Janine - 14 novembre 2014

Petit livre carré (14x14) très épais (140 pages en carton mince).
Une vraie histoire totalement décousue, les enfants ne s'en lassent pas.
Ma petite-fille (en grande section de maternelle) a choisi qu'on lise à 2 voix, elle la page de gauche, où est écrit en gros l'objet nouveau, moi la page de droite, qui reprend pour enchaîner.
On s'amuse beaucoup.
Et arrivé à la fin ... retour au début.
Je crois bien que si on avait eu le temps, on aurait recommencé !
Un album bien agréable, qui peut servir aussi d'imagier, ou de début de lecture.
Offert ensuite à un enfant plus jeune, il a tant aimé, ses grandes soeurs aussi, que ceux qui l'ont vu l'ont offert à leur tour à d'autres.
Bref une réussite.

Photos en bazar (Ursus Wehrli)

note: 4Excellent. Janine - 6 novembre 2014

On adore à tout âge.
Mes petites-filles ont passé de longs moments à tout regarder / comparer.
Parce que non seulement l'essentiel des objets / personnes de la page de gauche sont bien rangés sur celle de droite, mais il y aussi des détails qui changent (volets ouverts / fermés par exemple).
Les pois du bol, ou les poissons, nous ont particulièrement fait rire.
Et bonus, quand on se décide à refermer l'album, les pages de garde sont encore plus drôles ; non seulement on joue à rechercher le tout, mais par exemple la transformation des pièces de monnaie n'est pas évidente au premier abord !

La craie magique (Geneviève Brisac)

note: 2Bof ! Janine - 6 novembre 2014

L'idée est bonne, une craie qui permet de faire vivre ce qu'on dessine.
Sauf que .... ça commence page 27 à prendre vie, pour un livre qui en compte 37 !
Il n'y a vraiment pas grand chose dans cette histoire.
A part l'idée de créer une copine, et une jolie chute, ce qui n'est pas forcément fréquent dans les courts livres pour enfants.
Sur le même thème, autant relire Emilie et le crayon magique, d'Henriette Bichonnier, paru il y a 35 ans et toujours réédité. Très drôle et où il se passe réellement plein de choses.

Oeuvre non trouvée

note: 3Pas pour moi ! Janine - 4 novembre 2014

Un beau texte, avec plein de choses intéressantes et importantes, sur la vie, l'art, l'amour, etc.
Mais à mon grand regret, je n'accroche pas vraiment.
C'est beau, ça se lit vite, c'est plein d'émotion, mais ...
J'ai toujours du mal avec les textes d'Alex Cousseau j'avoue. Et j'ai du mal à les faire passer aux enfants.

Supermoyen (Susie Morgenstern)

note: 4Eloge de la curiosité Janine - 4 novembre 2014

Encore un petit Mouche très intéressant.
J'aime beaucoup Susie Morgenstern, même si tous ses livres ne m'ont Pas plu.
Ici, le début m'a paru un peu "facile" : un enfant qui souffre de ne jamais être plus que moyen, et qui se découvre bon en piano, c'est sympathique, mais ça n'aidera Pas ceux qui ne trouvent justement Pas en quoi ils peuvent être bons.
Mais ensuite, au gré des rédactions un peu surprenantes que donne la maîtresse, Alexandre va se mettre à réfléchir réellement à ce qu'il peut faire pour s'améliorer. Et ça devient fort intéressant.
Je ne sais si les petits lecteurs concernés en tireront réellement profit, mais ça vaut la peine d'essayer et peut-être de leur lire.

Oeuvre non trouvée

note: 4Un vrai plaisir ce petit roman. Janine - 4 novembre 2014

Au début , on se dit que c'est une histoire gentillette, genre vie au jour le jour, suite d'anecdotes amusantes.
Mais avec un gros plus : ça se passe dans un pays où nous avons (pour la plupart) tout à découvrir. La vie dans cette région de Norvège, entre montagne et fjord, ne ressemble guère à la nôtre. Et les enfants ont une liberté que nous ne connaissons plus en France depuis longtemps.
Tonje, 10 ans, va seule à peu près où elle veut, aussi bien en montagne que prendre le ferry ou entrer chez les voisins.
Et puis peu à peu, on entre dans une histoire de famille, de secrets en non-dits, et ça devient encore plus intéressant.
Avec la petite Tonje, qui est peut-être une "petite terreur", mais qui a tant d'affection et d'amitié à donner.

Quelques petits points de traduction m'ont un peu perturbée.
Tout au long du livre, Tonje est qualifiée de "petite furie"
Pourquoi le titre est-il "la petite terreur ..."
Et "fier comme un bar-tabac" (à vérifier) m'a vraiment laissée perplexe.
En France, il arrive semble-t-il que l'expression Fier comme Artaban soit ainsi curieusement déformée par erreur ; mais de la part d'un traducteur ? Est-ce de l'humour, une traduction d'une phrase aussi malvenue en Suédois ?
A part ces petits détails, une lecture que je recommande vraiment, tout comme la précédente "Cascades et gaufres à gogo".

Bienvenue à Griffstone (Eva Ibbotson)

note: 4Eva Ibbotson, c'est toujours un plaisir de lecture ! Janine - 4 novembre 2014

Une lecture agréable, divertissante, qui fait malgré tout réfléchir, et surtout, qu'on lit avec un plaisir extrême.
Peu importe le sujet, on se régale.
Celui-ci est peut-être moins "important" que certains autres, quoique on y parle quand même de protection de la nature, du désir de posséder des animaux originaux même s'ils coûtent beaucoup de souffrances, du choix entre posséder, et aimer, etc ...
Mais on y rencontre aussi avec plaisir, un château assez délabré, des enfants débrouillards, des fantômes surprenants.

Oeuvre non trouvée

note: 2Gentillet, sans plus. Janine - 4 novembre 2014

Calamity Mamie fait plein de bêtises, c'est bien connu !
Attention, spoiler ...
Ici, elle commence par abandonner les enfants à sa garde devant une vitrine de Noël, pour revenir avec plein d'achats inutiles.
Puis son sapin s'écroule.
Puis elle intervertit tous les cadeaux de Noël.
Et enfin oublie d'enfourner le repas.
Mis à part que ça parle de Noël, et qu' à la période, on lit volontiers les histoires de Noël, ça n'amusera (peut-être) vraiment que les plus jeunes.
Et était-il indispensable à la fin, sur la mini biographie des auteurs, d'écrire "Dans la famille de Jean-Louis Besson, personne ne croyait au Père Noël."

A quoi servent les clowns ? (Anne Percin)

note: 4Quel joli petit roman. Janine - 11 octobre 2014

Un de mes préférés d'Anne Percin.
Elle nous introduit dans la vie de cette famille en grande difficulté, mais que l'amour fait tenir, et aussi dans l'intimité des gens du cirque. On aborde plein de questions, le racisme, les animaux en captivité, la famille.
Des situations pas drôles, mais abordée avec naïveté par la fillette de 7 ans, c'est vraiment un régal de lecture.
Avec de plus beaucoup de choses positives, et une fin bien agréable, c'est un livre à lire absolument.
Et cette volonté de Melinda de pouvoir enfin retourner à l'école est aussi un point positif, pour des enfants qui ne voient pas forcément l'intérêt d'y aller, vu qu'ils n'en sont pas privés.
On voudrait citer plein de petites phrases tellement elles sont belles !

Extrait :
"- Un clown, c'est quelqu'un qui te fait marrer quand tu voudrais pleurer. Parce que plus ça va mal, plus c'est dur de rire, et plus t'en as besoin."

Esclave (Pascale Maret)

note: 5 Un livre comme je les aime ! Janine - 11 octobre 2014

Une très belle évocation de l'esclavage, sans que les détails donnés ne soient trop durs, permettant la lecture par des enfants assez jeunes.
Malgré tout, on voit bien les horreurs de l'esclavage, et les différentes situations possibles : esclaves dans la maison, sur les plantations, fuites, nègres marrons, etc ...
Le roman est agréable à lire, parce qu'on suit la vie d'Ana, 10 ans, fille de chef en Afrique, qui a perdu son père lors de sa capture, puis sa mère dans le bateau.
Tout n'est pas toujours horrible, puisque elle rencontre aussi des gens à qui elle va s'attacher.
Et la fin est pleine d'espoir.
Un joli roman donc pour évoquer l'esclavage avec les plus jeunes, d’autant que, malgré une lecture très fluide, tout est expliqué, aucun besoin de connaissances préalables pour comprendre.
Une fois encore, Pascale Maret, sur un sujet douloureux, nous a concocté une histoire à la fois passionnante, et très instructive.

vie merveilleuse (Une) (Melissa Pigois)

note: 5Un livre extraordinaire Janine - 7 octobre 2014

Un texte rayonnant et positif, dont on émerge, à la fois un peu "sonné", mais plein d'émotion et de chaleur, et curieusement, d'optimisme.

Décidément, Dominique Brisson, qui surgit toujours là où on ne l'attend pas, est vraiment une auteure à découvrir et à suivre.

J'avais lu "Gros sur la tomate" et apprécié ce joli petit roman sur un enfant qui s'emmêle un peu dans les mots, les textes et les idées, mais avec des personnages très gais et positifs.
Récemment, j'ai particulièrement aimé "On dirait le sud" un "road-movie" très gai, très frais et réconfortant.

Yann, en 5e, voue une adoration sans borne à sa soeur, de 2 ans plus âgée.
Une soeur d'abord très complice, avec qui tendresse et fou-rires se succèdent.
Puis peu à peu, une adolescence particulièrement difficile éloigne sa soeur, mais il ne lui en veut, et essaie de l'aider, de toutes ses forces.

La trame est originale, un abécédaire brodé qu'elle garde au dessus de son lit et dont elle caresse une lettre différente chaque soir, sans lui dire à quel mot elle pense.
Dès le début on comprend que le temps présent n'est plus à la gaieté, mais la tension monte lentement au fil des chapitres, de façon presque insoutenable.

Oeuvre non trouvée

note: 1Non ! Janine - 27 septembre 2014

Ça commence comme une histoire assez banale, un animateur qui a insisté pour emmener 5 ados "en difficulté" en rando. Vivre ensemble, en baver un peu, ça doit leur faire découvrir autre chose.
La 1e partie, le sujet est assez intéressant, la vie et la cohabitation de ces six personnes. Avec quelques allusions à leur passé, à leur mal-être, que j'attendais de voir développé.
Sauf que, est-ce dû à l'écriture, j'ai eu du mal à m'y intéresser. Je languissais de passer à autre chose, je n'aurais pas dû !
2e partie : l'animateur disparaît, la peur monte. Ca tourne un peu au thriller, heu ce n'était pas ça que j'avais commencé à lire.
Dernière partie : il semble qu'on comprenne avant les ados ce qui se passe, l'angoisse continue à monter.
Jusqu'à une fin totalement glauque, et en même temps seulement évoquée. Et d'ailleurs, j'ai relu trois fois, et à mesure, j'étais de moins en moins sûre de ce que je devais comprendre :-/

Quel est l'intérêt d'un tel roman ?
Décourager les initiatives de ce type ? Dommage
Faire avancer le discours écolo et pro nature ? Il me semble avoir lu des tas d'autres textes plus agréables et au moins aussi efficaces dans ce but.

Je regrette, je vois que ce livre est souvent apprécié ; pour ma part, je ne trouve rien à sauver là-dedans !! Même pas de plaisir de lecture.

Je, tu, il m'embête (Michel Van Zeveren)

note: 3Pas le meilleur, mais joli album amusant Janine - 21 septembre 2014

Une amusante conjugaison de verbe embêter, dans une classe aux animaux très variés.
Puisqu'on s'embête, pourquoi ne pas embêter les autres ?

Pas mon préféré de Michel Van Zeveren (Je trouve "Et pourquoi ?" beaucoup plus drôle) mais un album qui plait.

Les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen (Arto Paasilinna)

note: 4Pas le meilleur Paasilinna, mais qu'est-ce qu'on rit ! Janine - 11 septembre 2014

Du Paasilinna, donc excellent pour se changer les idées.
Pas le meilleur, mais fort drôle tout de même.
Le début est un peu répétitif, mais ensuite, ça devient beaucoup plus amusant et inattendu.
Evidemment, quand le principal moyen de transport des protagonistes, ce sont les fourgons funéraires, on peut s'attendre à ce que l'humour soit parfois un peu noir !

J'aime beaucoup parce que c'est souvent burlesque, mais pas déjanté. Il y a une vraie histoire, des personnages souvent attachants, ou horripilants.
Et on apprend ici plein de choses sur les anges, mais aussi les démons !!!

La découverte de l'Amérique par les Turcs ou Comment l'Arabe Jamil Bichara, défricheur de terres vierges, venu en la bonne ville d'Itabuna pour satisfaire aux nécessités du corps, s'y vit offrir fortune et mariage ou encore Les fiançailles d'Adma (Jorge Amado)

note: 4Un court roman tellement drôle. Janine - 11 septembre 2014

Qu'importe que les Turcs ici ne soient pas Turcs, qu'importe que le sujet ne soit pas vraiment la découverte de l'Amérique !!
On ouvre un roman de Jorge Amado, et on sait qu'on va passer un bon moment.
Bien sûr ce n'est pas politiquement correct, bien sûr les femmes ne sont pas vraiment traitées avec respect, mais qu'est-ce qu'on s'amuse.
C'est truculent, exagéré, drôle mais aussi profond.
Ça ne vaut pas ses longs romans, comme Tieta d'Agreste, mais si vous voulez rire, sourire, découvrir un Brésil à la fois caricaturé mais si bien décrit, n'hésitez pas !
Extrait :
"Quant à dire, comme le faisaient certains par jalousie, que c'était un adversaire déterminé du travail, qu'il l'avait en sainte horreur, comme c'est souvent le cas des gens instruits, c'est là, bien évidemment, pure injustice et malveillance.
S'il est vrai qu'en sa prime jeunesse, le professeur (ainsi l'appelait-on souvent par déférence) s'était refusé obstinément à entreprendre des activités peu en rapport avec ses capacités intellectuelles, il n'y avait pas de travailleur plus assidu et ponctuel que lui à une table de poker ou de tout autre jeux de hasard. De hasard ?"

Oeuvre non trouvée

note: 5Un beau coup de coeur. Janine - 11 septembre 2014

Un très joli roman, parfois drôle, souvent émouvant.
La naïveté de Victor, sa modestie face à ses capacités, nous le rendent tout de suite attachant.
Les personnages secondaires sont bien campés, on s'y intéresse aussi, comme notamment cet étonnant ami Haïçam.
Et bien entendu, on fond pour Marie-José.
Je crois que j'ai tout aimé dans ce roman, même si je ne comprends pas forcément grand chose aux moteurs de Panhard !
Un petit bonbon à déguster tranquillement.

Oeuvre non trouvée

note: 5Quel bonheur l'écriture d'Eva Ibbotson Janine - 1 septembre 2014

Chaque lecture d'un de ses romans est pour moi un petit ravissement.
Celui-ci ne fait pas exception.
J'ai particulièrement aimé la partie se déroulant dans le pensionnat de Delderton, et appris à la fin du livre que c'était quasi autobiographique. Avoir fréquenté une telle école est peut-être une partie d'explication au plaisir que l'on éprouve à lire ses textes.

Le résumé du roman n'est pas le plus important.
Quel que soit le sujet, elle le transforme en un vrai bonheur de lecture.
Ici, on rencontre d'abord une fillette qui est le rayon de soleil de ses proches, puis on suit avec plaisir sa découverte d'une école hors norme. Où elle se fait remarquer par son habitude de s'inquiéter beaucoup plus pour les autres que pour elle-même.
Où un petit garçon se désole parce que, au lieu d'apprécier la liberté qu'on lui laisse, il voudrait bien intégrer une école où on lui dit ce qu'il doit faire, où on le punit, et où on apprend à jouer au cricket.
Ensuite, à force de volonté, Tally va réussir partir pour la Berganie, et là, tout bascule.
Quel dommage que la 4e de couverture dévoile ce qui se passe plus loin que la page 200 !

Mon père est américain (Fred Paronuzzi)

note: 5Très beau roman, primé par des ados de 4e-3e (Prix Ado 2014) Janine - 29 août 2014

Un sujet difficile, à la fois par le côté secret de famille, le fait que la mère de Léo assume seule la vie de la famille, les explications, etc ... et surtout que le père ne soit pas simplement emprisonné, mais surtout dans le couloir de la mort.
Au passage un beau plaidoyer contre la peine de mort, sans insistance mais en présentant bien les choses.
J'ai aimé le côté plus léger apporté par la rencontre d'Esther, par l'amitié avec Yannis, et ensuite, par le contact avec la famille américaine.
Je ne suis pas certaine qu'ajouter le thème de l'homosexualité était indispensable dans un roman aux sujets déjà denses (juste pour être "dans l'air du temps" ? ou bien une évidence pour l'auteur, parce que leur escapade à quatre est une bouffée d'air frais et de joie dans un livre assez sombre ?) mais c'est frais, souriant, alors on ne va pas se plaindre !

Je ne connais pas l'auteur, mais on a vraiment l'impression qu'il se souvient parfaitement de son adolescence (ou qu'il n'en est pas sorti ?).

J'ajouterais que presque toute l'histoire se déroule à Chambéry et qu'il y a un vrai plaisir à retrouver la ville si on la connaît, ou à la découvrir sinon, du Faubourg Montmélian aux Charmettes chez J.J. Rousseau, de Buisson-Rond aux Quatre-Sans-Cul.
On sent que l'auteur aimé sa ville et nous la fait parcourir volontiers.

Oeuvre non trouvée

note: 5Superbe petit roman sur les femmes au Yemen Janine - 29 août 2014

Je suis très intéressée par les romans se déroulant au Yémen, dans ce pays si fermé, où les conditions de vie des femmes sont tellement loin des nôtres, mais j'avoue que j'ai emprunté ce livre sans voir qu'il se passait au Yémen, d'abord dans un village désertique, puis à la capitale Sanaa.
J'avais déjà lu de Janine Bruneau "Ici ou ailleurs", et je trouve qu'elle sait nous présenter des situations très difficiles, mais dans des romans cependant faciles à lire et adapté à l'âge des lecteurs.
Ici, il s'agit d'un roman pour enfants, et les enfants qui le lisent découvriront avec étonnement combien la vie dans certains pays, même de nos jours peut être fondamentalement différente de celle qu'ils vivent.
On suit avec intérêt, tristesse et tendresse, les aventures de Noura, qui grâce à l'héritage laissé par sa maman, non pas des biens, mais le courage et la volonté de s'en sortir, va d'abord découvrir qu'il existe des femmes qui prennent leur destinée en mains. Que certaines peuvent apprendre à lire, et même exercer un métier.
Grâce aussi à son intelligence, et à quelques rencontres heureuses, un espoir sera au bout de son chemin.

Extrait :
"Comment une femme peut-elle être soignée efficacement lorsque c'est son mari, son frère, qui décrit les symptômes au médecin et qui revient avec un traitement approximatif ?"

Oeuvre non trouvée

note: 3Roman graphique ou BD ? Janine - 29 août 2014

Je connaissais Boulet par son blog, et Pénélope Bagieu seulement de nom, je me suis donc lancée sans à priori, sauf que ... j'ai un peu de mal avec la BD, sans doute parce que je m'attache plus au texte qu'aux images, et du coup, j'ai souvent du mal à suivre.
Ca s'est confirmé ici, où j'avais toujours un temps d'hésitation pour savoir si elle était dans ses pensées ou dans la réalité.
A part ça, je l'ai lu sans déplaisir, sans grand enthousiasme non plus.
J'ai aimé le sujet, les réactions d'Eloïse, sa difficulté à parler d'elle à la première personne, se sentant étrangère à son appartement et à sa vie. J'ai apprécié les dessins, simples et clairs, et le petit chat qui se promène sur les pages.
J'ai avancé au long des pages en espérant avoir un peu d'explication à la fin, ou au moins une ouverture, et j'ai été assez déçue de constater que la fin ne diffère en rien des pages qui précèdent, ça aurait pu continuer longtemps comme ça, ou s'arrêter avant.
Au point que je me suis demandée si les auteurs ménageaient une ouverture pour sortir un autre tome.

Bon, l'humour de Boulet m'a manqué, je vais jeter un coup d'oeil à son blog ! Et me replonger dans un vrai roman, pas graphique ;-)

Quand y a trop, y a rien (Muriel Bloch)

note: 3Petit livre sympa mais pas un coup de coeur Janine - 29 août 2014

Au départ, j'ai été un peu désarçonnée par l'écriture, puis je suis mieux entrée dans le livre, mais avec l'impression à la fin d'avoir lu trois histoires différentes.
J'ai mieux compris quand j'ai vu ensuite qu'il fait partie du "feuilleton des Incorruptibles" donc je suppose qu'il a été écrit par différentes classes, ou quelque chose comme ça.

En fait, l'histoire est assez sympathique.
La première partie, où Lotte convainc sa mère de faire un grand tri dans la maison, m'a un peu perturbée, probablement juste parce que moi non plus, je ne sais pas jeter.
Dans la 2e partie, la mère devient artiste malgré elle, c'est un peu déjantée mais assez drôle.
La dernière partie, avec une arrivée imprévue, est tout à fait intéressante, et on sent Muriel Bloch la conteuse à l'aise quand il s'agit de parler de conteurs, et d'une autre vie.

Au final, un petit livre (80 pages) facile à lire, et intéressant sur certains sujets.

Zelda la Rouge (Martine Pouchain)

note: 5Très beau roman Janine - 29 août 2014

J'ai commencé à lire un peu à contrecoeur, car période difficile où j'avais besoin de lectures légères et gaies, je l'avais laissé en dernier mais je n'avais plus le choix.
Et surprise, malgré le sujet, le fauteuil roulant, l'accident, la soeur qui travaille dans une maison de retraite, leur contexte familial pas drôle, j'ai tout de suite accroché, et lu avec plaisir.
Un petit souvenir des Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh, en voyant ces filles se débrouiller seules, sans parents ni famille. Le côté rafraîchissant de leurs colocataires, et d'un ami proche, qui éclaire un peu le livre, et leur vie ; qui leur permet de ne pas se sentir totalement seules.
Et on comprend Julie et sa colère,et on admire Zelda et sa façon d'appréhender les problèmes et les soucis.
De quoi aussi replacer un peu à leur juste valeur nos problèmes de tous les jours, qui nous paraissent parfois plus importants qu'ils ne le sont.

Un regret pour la couverture, que je ne trouve absolument pas appropriée . Et le titre, même s'il s'explique, est bien loin de ce qui fait l'essentiel du livre.
Dommage pour cette collection Exprim, qui nous offre régulièrement de petites pépites, dans le quotidien de jeunes différents, comme Gadji (Lucie Land) ou Le Monde de Charlie (Stephen Chbosky).

Les 9 vies d'Aristote (Dick King-Smith)

note: 3Un peu déçue Janine - 29 août 2014

J'ai lu il y a plus de 20 ans une quinzaine de courts romans de Dick King-Smith, seule ou avec mes enfants, et je me souviens que j'aimais beaucoup ; drôles, bien écrits, des animaux futés et rigolos, j'en garde un assez bon souvenir pour en avoir cherché à offrir à présent à mes petits-enfants.
Quand j'ai découvert à la bibliothèque celui-ci, que je ne connaissais pas, je me suis empressée de l'emprunter. Un King-Smith, et sur un chat, juste ce qu'il me fallait !

Et je n'ai pas été emballée du tout.
Bien entendu c'est pour lecteur débutant, c'est bien écrit, facile à lire, mais pas réussi à me passionner pour les histoires de ce chaton.

Une souris verte et autres délires ou Comment réinventer avec un brin de folie quatre histoires supposées connues (Florence Jenner-Metz)

note: 4Très drôles exercices de style Janine - 29 août 2014

D'excellents "Exercices de style" pour sourire en lisant, ou pour servir de base à des exercices ou des jeux.

Une comptine (Une souris verte), une chanson (Le bon roi Dagobert), une fable (Le renard et le corbeau) et un conte (Les trois petits cochons) déclinés dans cinq à dix textes très différents, de l'énoncé de problème au poème, en passant par les didascalies, charade, haïkus ou horoscope, entretien judiciaire, compte-rendu sportif, recette ....

Le texte de base est repris en début de chapitre, mais ce sont vraiment des textes connus de tous, donc on peut bien apprécier les diverses versions.
On peut ensuite s'amuser à en inventer d'autres, ou simplement se régaler à la lecture.

Cependant, j'ai testé la lecture avec des enfants de 8 et 9 ans, ça ne les a pas intéressé du tout. Il faut être un peu plus âgé je pense pour comprendre et apprécier.

Retour Haut