L' art de la défaite (Batlik)

note: 5Un disque brillant aussi bien dans le fond que dans la forme ! STEPHANIE, discothécaire - 30 novembre 2019

Batlik est un chanteur que j’affectionne particulièrement et qui n’est malheureusement pas assez « reconnu ». Pourtant cet artiste auteur, [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilCritiques rédigées par SYLVIE, bibliothécaire

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par SYLVIE, bibliothécaire

 

Une femme en contre-jour (Gaëlle Josse)

note: 5Portrait sensible SYLVIE, bibliothécaire - 18 octobre 2019

Voici le nouveau roman de Gaëlle Josse, cette excellente auteure, gagnante du dernier prix Passerelle avec une « longue impatience ».
Ce court roman dresse le portrait de Vivian Maier, gouvernante, nourrice et surtout photographe amateur qui vécut sa passion toute sa vie, accumulant des milliers de négatifs. Elle ne fut jamais reconnue de son vivant et meurt en 2009 dans un dénuement qui ne lui permettait plus de payer la location du garde meuble qui abritait ses photographies. Ces cartons furent redécouverts, par hasard, par un amateur de photographie qui reconnut rapidement la valeur de ces dernières. Son talent est aujourd’hui unanimement reconnu dans le monde entier et ses photos font l’objet de nombreuses expositions.
Avec le talent qu’on lui connait, Gaëlle Josse dévoile par touches sensibles une femme portée et obsédée par son art malgré l’anonymat et sa condition extrêmement modeste. Elle jette sur ce destin troublant, un regard aigu et intense. Mais c’est sans doute qu’elle voit dans ce personnage de femme et sur son exigence envers son art, un lien, une correspondance avec son propre travail d’écrivain.
Bien plus qu’une biographie, c’est une conception du travail de l’artiste qui est décrite ici, modeste, tenace. Cet art révélé c’est l’adhésion d’une vie.

Oeuvre non trouvée

note: 4court mais puissant SYLVIE, bibliothécaire - 31 janvier 2019

Ce roman prend la forme d’un journal rédigé par une jeune femme vivant à Palerme dans les années soixante. Mal mariée elle s’ennuie avec un homme qui ne lui demande de n’être qu’une bonne épouse, sachant bien se comporter dans leur milieu social aisé. Suite à l’héritage de sa grand-mère, elle reçoit une malle remplie de courriers et de photos. C’est l’occasion pour elle de se pencher sur son enfance passée parmi une famille cosmopolite dont la destinée fut très perturbée par la dernière guerre. Mais c’est aussi une façon d’interroger son présent.
Des photos accompagnent le texte de ce « journal » et de l’ensemble émane à la fois un sentiment de nostalgie un peu suranné, une plongée dans le monde passé et les questionnements forts et bouleversants d’une femme en devenir.

Carbone (Olivier Marchal)

note: 4Sombre polar à la française SYLVIE, bibliothécaire - 8 janvier 2019

Antoine Roca est au bord de la faillite et va déposer le bilan de son entreprise. Cet homme ordinaire, méprisé par son beau-père et bientôt par sa femme va monter une arnaque à l’aide de deux jeunes truands. Mais bientôt rattrapé par le grand banditisme il va devoir affronter les trahisons et les règlements de comptes. On retrouve là les grands thèmes des polars cultes américains comme Casino ou le loup de Wall Street : la gloire, le pouvoir et l’argent, puis le meurtre, la solitude et la déchéance. Carbone est un polar très réussi qui tient en haleine, crescendo, jusqu’à l’apothéose finale. Il est porté par une brochette d’excellents acteurs.

Marianne Faithfull (Marianne Faithfull)

note: 4Irradiant SYLVIE, bibliothécaire - 8 janvier 2019

Construit à partir d’images d’archives et d’entretiens récents, ce film, sur la vie et l’œuvre de Marianne Faithfull est à son image : il sonne juste. Cette femme, née en 1946, propulsée sur le devant de la scène dès l’âge de 17 ans, mariée et mère peu après puis rapidement divorcé, aura eu une vie aventureuse (elle a vécu 4 ans avec Mick Jagger) mais torturée. Elle a connu de nombreuses périodes accrochée à l’héroïne, jouant avec le feu de la vie et de la mort, mais renaissant toujours de ses cendres. Et même aujourd’hui, à plus de 70 ans, sa vitalité et l’énergie qu’elle met dans sa musique et son chant force le respect. Marianne Faithfull, même si elle est moins rebelle aujourd’hui, n’a rien perdue de son exigence avec elle-même, de son talent et de sa voix si évocatrice.

Didier, la 5e roue du tracteur (Pascal Rabaté)

note: 5BD revigorante SYLVIE, bibliothécaire - 1 janvier 2019

Soizic et Didier sont frère et sœur et dirigent une exploitation agricole en Bretagne. Ils recueillent Leur voisin Régis qui vient de perdre sa ferme, vendue aux enchères la veille. Didier est un doux rêveur mais peu efficace au niveau de l’élevage mais surtout, il est bien seul et reste un cœur à conquérir. Soizic et Régis vont se lancer à la recherche de l’âme sœur. Voici une bande-dessinée fine et drôle malgré un réalisme plutôt décapant. Un vrai plaisir qu’on aurait tort d’ignorer !

Le coeur blanc (Catherine Poulain)

note: 5Puissant SYLVIE, bibliothécaire - 29 décembre 2018

Nous sommes dans les années 90, dans une campagne française agricole, parmi les saisonniers. Toute une faune bigarrée qui louent ses bras pour une bouchée de pain. Des étrangers bien souvent et puis des français, échoués là, farouches défenseurs de la liberté que leur offre ce travail, nomade, en pleine nature, avec un patron qui ne le reste qu’un jour ou une semaine. Mais la contrepartie, c’est ce corps à corps avec le labeur éreintant, dans l’intense et accablante chaleur ou le froid mordant quand vient l’hiver. Et puis après le travail, la solitude guette et tous se retrouvent au café. On y dépense l’argent gagné durement la journée et on s’abrutit d’alcool, chaque soir. Rosalindre et Mouna sont deux jeunes femmes, libres et sans attache, elles aussi se déplacent là où le travail se présente. Et pourtant, elles cherchent, elles poursuivent leur quête malgré ou grâce aux fêlures passées et au désir exigeant de se confronter à la brutalité et à la violence des corps et de ne fuir aucune réalité. Voici un roman qui secoue, bien encore après avoir tourné la dernière page, par son souffle dramatique, ses personnages, grandioses et à la fois déchus et surtout, par son âpre puissance vitale.

Retour Haut