AccueilCritiques rédigées par Lila, bibliothécaire

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Lila, bibliothécaire

 

Oeuvre non trouvée

note: 4Une freque captivante ! Lila, bibliothécaire - 12 octobre 2017

Dès années 60 à fin 2011, on a un panorama impressionnant d’une société guindée, coincée, répressive qui voit surgir une jeunesse qui rue dans les brancards, tombant dans tous les excès en réaction aux conventions et à l’hypocrisie bien-pensante.

Nos richesses (Kaouther Adimi)

note: 5Un beau roman lumineux Lila, bibliothécaire - 12 octobre 2017

Une balade avec Camus dans les ruelles de la casbah d'Alger, une conversation avec Antoine de St Exupéry, un café avec Abdallah, ouvrir la porte de « Nos vraies richesse… Kaouther Adimi, nous plonge dans la vie d’un quartier d’Alger aujourd’hui, mais aussi dans une émouvante reconstitution de la vie D’Edmond Charlot. Un roman fort et émouvant où « les vraies richesses » prennent tout leur sens. Un beau roman au récit lumineux et nostalgique qui retrace le parcours d’Edmond Charlot qui a voué sa vie aux livres.

Quand sort la recluse (Fred Vargas)

note: 5Un retour tant attendu... Lila, bibliothécaire - 1 août 2017

Le commissaire Adamsberg et son équipe sont enfin de retour. Une sombre histoire de morsure d’araignée intrigue le commissaire et une partie de son équipe. La recluse nom de l’araignée qui vit cachée est coupable de plusieurs morts, pour la plupart des personnes âgées. Meurtres ou pas ? C’est ce que le commissaire va tenter d’élucider. L'esprit aiguisé du commissaire et sa légendaire intuition ne lui épargneront pas les égarements et les fausses pistes. Vargas fait du Vargas. Mais c'est tellement bien.

Les filles au lion (Jessie Burton)

note: 5Une histoire qui vous capte et vous transporte ! Lila, bibliothécaire - 1 août 2017

En 1967, Odelle, une jeune femme originaire de Trinidad travaille dans une galerie à Londres, elle rêve de devenir écrivain. En 1936, Olive est une jeune femme qui rêve de se consacrer à la peinture, mais sont père, un célèbre marchand d'art n'imagine même pas qu'un grand peintre puisse être une femme. Odelle voudrait écrire mais, manque de confiance en elle. Olive se cache pour peindre. Quel lien entre ces deux jeunes femmes ?
Deux très beaux portraits de femmes, deux histoires de création. J’ai eu l'impression de me tenir aux côtés d'Olive pendant qu'elle peignait dans son grenier; ou d'arpenter Londres avec Odelle. C'est une histoire qui vous capte et vous transporte avec bonheur dans un univers que vous n'avez pas du tout envie de quitter.

Les furies (Lauren Groff)

note: 5Un livre drôle et dérangeant Lila, bibliothécaire - 9 mai 2017

Que vaut l’un des romans préférés de l’ex-Président Obama ? Il est bien, même très bien ce roman. Cela fait quelques mois que je n’ai pas lu un si bon roman. Comment vous donner envie de lire ?
Lotto et Mathilde étudiants, ont le coup de foudre, se marient. Ils forment un couple magnifique, suscitent l’envie de leur entourage. Dans la première partie, c’est Lotto le personnage principal que l’on suit des années : de ses tentatives infructueuses pour devenir comédien jusqu’ à finir par s’imposer en dramaturge reconnu, aidé par Mathilde qui reste dans l’ombre de son mari …Dans la deuxième partie du roman, on fait vraiment connaissance avec Mathilde, et là on va de surprises en étonnements. On découvre un personnage bien plus intéressant, passionnant que le lumineux Lotto. Malgré quelques longueurs, ce roman est superbement bien écrit, beau, étonnant; il explore sans merci le malentendu qui est parfois à la source de nombreuses d’histoires d’amour.
Les personnages sont bien campés, terriblement vivants et j’ai quitté avec regret Mathilde et Lotto.

Born to run (Bruce Springsteen)

note: 5Springsteen ! Lila, bibliothécaire - 9 mai 2017

J’aime beaucoup Bruce Springsteen, j’aime ce qu’il chante, les histoires qu’il raconte sur l’Amérique prolétaire, l’injustice économique, le chômage, le racisme…Springsteen est un fabuleux conteur. Et ce que l’on peut imaginer de cet artiste à travers ses chansons, ses prises de positions…on le retrouve dans cette autobiographie.
Sa vie et son œuvre se confondent. Honnête, sincère, intransigeant et touchant, il n'élude rien de sa vie, de sa dépression, la genèse de ses albums… Plus qu’une star, Bruce Springsteen est une véritable légende vivante de la culture musicale américaine. Issu des classes populaires, il deviendra au cours du temps leur porte-drapeau et comme l’a dit l'ancien Président Obama « Je suis le Président mais le Boss c’est Springsteen ».
Venez faire un tour dans le New Jersey et ailleurs en compagnie de Springsteen, vous ne le regretterez pas !

Friday night lights - Saison 1 (David Boyd)

note: 5Une série qu’il faut prendre le temps de découvrir ! Lila, bibliothécaire - 23 mars 2017

Dillon, Texas. Une petite ville où le seul jour qui compte c’est le vendredi, soir de match pour l’équipe de football américain du lycée, les Panthers. Un portrait humaniste de l'Amérique profonde, explorant les arcanes du sport pré-universitaire. Une série parlant de football US adolescent au fin fond du Texas. Le pitch me faisait fuir le plus loin possible. J’ai mis du temps avant de la regarder ( je n’avais plus rien sous la main !) J'ai apprécié qu'une série, au premier abord plutôt réactionnaire, ne tombe que rarement dans la facilité en abordant des thèmes sociétaux comme le racisme ou le droit à l'avortement.
J’ai été surprise par la justesse humaine des personnages et par la manière dont ils m'ont touchée au fil des saisons. Car ce qui intrigue, c’est la justesse de la description d’une petite ville américaine éloignée des côtes, la place du sport lycéen et des ados, la religion,…
Voilà une série qu’il faut prendre le temps de découvrir !

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets (Lola Shoneyin)

note: 5Un petit bijou plutôt féroce Lila, bibliothécaire - 23 mars 2017

Pourquoi Bolanle, séduisante, intelligente, cultivée, fraîche émoulue de l'Université, promise à un avenir brillant, décide-t-elle de devenir la quatrième épouse de Baba Segi de vingt ans son aîné ? Pourquoi choisit-elle de s'enfermer ainsi dans une vie domestique, à la merci d'un homme trivial et inculte, quoique touchant par sa naïveté ? Elle pense qu’ainsi elle aura une vie tranquille, enfin, c’est ce qu’elle croit…
Voici un petit bijou, plutôt féroce sous ses dehors de gentille farce. L'auteure sait rendre tous ses personnages attachants et la construction en chorale rend le tout très vivant, tout en offrant un panorama de la société nigériane contemporaine.

L'Arabe du futur n° 2
Une jeunesse au Moyen-Orient, 1984-1985 (Riad Sattouf)

note: 5Vivement la suite ! Lila, bibliothécaire - 3 mars 2017

Voici enfin la suite des aventures du jeune Riad Sattouf Nous sommes en 1984. La Syrie est aux mains d'Hafez al-Assad, le père de l'actuel chef du régime syrien, Bachar al-Assad. Riad et sa famille franco-syrienne vivent dans un petit village à côté de Homs. Le jeune Riad, avec ses cheveux blonds, bouclés jusqu'aux oreilles, entre à l'école pour qu'il puisse recevoir une bonne instruction comme son père l'avait reçu jadis...
J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir le jeune Riad et sa famille. On fait connaissance avec de nombreux personnages secondaires, tous particulièrement bien brossés. Mais c’est surtout le père égoïste, toujours de mauvaise foi, fantasque qui retient l’attention. Avec une forme de tendresse parfois acerbe, mais toujours teintée d’humour, Riad Sattouf décrit sa jeunesse dans la Syrie des Assad. Vivement La suite !

Mitterrand (Philippe Richelle)

note: 4Original Lila, bibliothécaire - 22 février 2017

L’histoire propose un angle de vue original et encore peu connu de la vie d’un homme politique qui a marqué le 20ème siècle : sa jeunesse étudiante, loin encore de toute ambition politique, il aspire avant tout à devenir un brillant écrivain. C'est une des parties controversées de sa vie. Celle qui le voit travailler dans le gouvernement de Vichy sous le Maréchal Pétain et sous l'occupation allemande.
Les auteurs nous offrent un éclairage tout en finesse sur ce personnage qui deviendra bien des années plus tard une figure emblématique de la Ve République. C’est l'occasion de découvrir un homme qui aura laissé une empreinte forte dans notre pays que l'on apprécie ou non l’homme.

Un travail comme un autre (Virginia Reeves)

note: 5Un trés beau roman Lila, bibliothécaire - 17 février 2017

Année 20, Roscoe n'a jamais voulu être fermier. Il a toujours été fasciné par l'électricité et en a fait son métier. Mais quand sa femme hérite de la ferme familiale, par amour pour elle, il abandonne son métier pour s’occuper de l’exploitation. Mais à cette époque la ferme n’a pas d’électricité. Roscoe décide alors de détourner illégalement une ligne électrique jusqu'à la ferme. Malheureusement la supercherie est découverte et tout va changer pour Roscoe, sa famille, son employé ….
Le portrait émouvant d'un homme, d’une passion, d’une époque. Un premier roman très prometteur !

Le jour où le bus est reparti sans elle (Béka)

note: 2Sirupeux ! Lila, bibliothécaire - 17 février 2017

Clémentine a du vague à l’âme et le moral dans les chaussettes. Elle décide de participer à un séminaire qui doit la « reconnecter avec son moi », vaste programme. Mais, car il y a un mais, le bus dans lequel elle devait retrouver « son moi », l’oublie lors d’une escale dans une épicerie. Évidemment l’épicier est super sympa , il l’héberge, lui raconte des contes et des petites histoires zen…Et grâce à cet oubli et à la zenitude de l’endroit, des personnages, Clémentine va…Va quoi ? Vous l’avez deviné ? Non ? Eh bien lisez la BD, dans un endroit zen avec une tasse de thé et un gâteau au chocolat. Pourquoi un gâteau au chocolat ? Mais tout le monde sait que le chocolat guérit de tout !
Le dessin et les couleurs sont très belles, quant à l’histoire, pour certains, elle va leur faire un bien fou, pour ma part je l’ai trouvée sirupeuse à souhait !

Le port secret (Maria Oruna Reinoso)

note: 4Un Un bon polar espagnol, ça vous dit ? Lila, bibliothécaire - 1 février 2017

Oliver Gordon a hérité d’une propriété en Espagne, qu’il décide de transformer en un hôtel. Mais pour cela des travaux s’imposent. Au cours des travaux, les ouvriers exhument le cadavre momifié d’un bébé (qui semble daté de la Guerre civile) accompagné d’une mystérieuse et anachronique amulette aztèque. Qui est cet enfant ? Est-il mort à sa naissance ? Des questions auxquelles essaient de répondre Valentina Redondo, policière maniaque de l’ordre et son équipe. Surtout qu’à cette macabre découverte s'ajoutent deux crimes commis sur des personnes âgées. À mesure qu’avance l’enquête, se mêlent au récit les fragments d’un journal anonyme ouvert pendant les prémices de la Guerre civile. J'ai beaucoup aimé ce Port secret, c'est un bon polar brillamment construit. Maria Oruña réussit à mêler les deux récits habilement, l’enquête est bien menée et le journal dévoile un personnage de plus en plus inquiétant mais dont l’identité n’est percée qu’à la fin.

S'enfuir (Guy Delisle)

note: 5Prenant Lila, bibliothécaire - 26 janvier 2017

J’aime beaucoup les BD de cet auteur et j’attends toujours avec une certaine impatience sa nouvelle production.
Comment s’enfuir quand on est otage ? Comment surmonter sa peur ? Ses angoisses ? Comment vivre au quotidien 111 jours de captivité sans savoir si on va être relâché ou tué ? C’est cela que raconte Guy Delisse à travers l’histoire vraie de Christophe André. Christophe André travaille depuis trois mois dans la ville de Nazran, en Ingouchie, à l'ouest de la Tchétchénie. C’est sa première mission humanitaire lorsqu’il est enlevé le 2 juillet 1997.
Comment raconter sur 400 pages une histoire qui pourrait être ennuyeuse, sans action ? C’est tout le talent de l’auteur qui a su, avec une grande sensibilité,- retranscrire ce huit-clos, à nous faire vibrer avec et pour André. Prenant et captivant, un récit qui m’a tenu en haleine jusqu’au bout.

Qui est vraiment Donald Trump ? (Laure Mandeville)

note: 4Le mystère Trump ?!? Lila, bibliothécaire - 26 janvier 2017

Ce livre très bien écrit, simple et très documenté, analyse la vague de colère irrépressible qui a conduit Donald Trump à la Maison Blanche. Il nous permet de comprendre ce que le phénomène Trump révèle de la révolte profonde qui secoue l’Amérique. Elle dresse un portrait de Donald Trump, de sa famille, de son grand-père, chercheur d'or en Alaska…de cet homme qui offre du rêve à l'Amérique moyenne qui a toujours aimé les riches !
Cet homme est peut-être moins caricatural qu’il n’y paraît et beaucoup moins stupide qu’il n’en a l’air. Et l’Histoire dira très vite s’il peut vraiment mener une politique sur les lignes idéologiques qu’il a défendues pendant la campagne...

Les revenants (Fabrice Gobert)

note: 5Captivante Lila, bibliothécaire - 12 janvier 2017

Un beau jour, dans une petite ville de montagne dominée par un barrage, plusieurs personnes disparues des années plus tôt réapparaissent. Elles ne présentent aucune blessure, n’ont aucun souvenir des circonstances de leur mort ni même aucune conscience d’être morts. Pour eux, le temps s’est arrêté. Pourquoi les gens reviennent-ils à la vie ? Pourquoi le niveau du barrage baisse - t- il ? Comment sait-on si on est mort ? Pourquoi les morts reviennent ? Quel est le lien avec le barrage ? Tous tentent de reprendre le cours de leur vie alors que d'étranges phénomènes apparaissent. La première saison est tout simplement envoûtante, angoissante, mystérieuse, passionnante, on a envie d'en savoir plus à chaque minute qui passe...
Une première saison qui a su captiver. Dommage que la seconde saison n'ait pas tenu les promesses de la première !

La femme aux cartes postales (Claude Paiement)

note: 5Jazz à Montréal Lila, bibliothécaire - 12 janvier 2017

En 1957, Rose, une jeune fille quitte son village de la Gaspésie au Canada avec le rêve de devenir chanteuse de jazz à Montréal. Rose retrouve un ami de son village, Roméo, pianiste doué parti quelques années plus tôt vivre à Montréal. Elle va rencontrer le succès, l’amour et bien sûr ….
2002, Victor Weiss vient d’apprendre que son frère jumeau, qu’il n’a jamais connu, est mort dans les attentats du World Trade Center. Il décide de partir à la recherche de ses parents biologiques. Quel lien entre Rose, le jazz et ce Victor Weiss ?
Deux intrigues pour une histoire passionnante de rêve de gloire et de la quête de ses origines.
J’ai bien aimé découvrir le Montréal des années 50, ses clubs de jazz, sa musique… Si le scénario est très bon, le dessin de Jean-Paul Eid est juste superbe avec un crayonné tout en finesse.

Joséphine Baker (José-Louis Bocquet)

note: 5Une héroïne de roman Lila, bibliothécaire - 12 janvier 2017

Quelle belle et magnifique BD et qui mieux que Catel et Boquet pour raconter la vie de Joséphine Baker, d’une femme extraordinaire, à la vie hors norme, une femme qui a vécu plusieurs vies en une.
Les auteurs nous dévoilent toutes les facettes de cette femme emplie de convictions : muse de nombreux artistes, Reine du music-hall, militante contre la ségrégation raciale, agent du contre-espionnage de la France Libre, mère adoptive d’une douzaine d’enfants venus d’horizons divers… Je ne connaissais de Joséphine Baker que quelques bribes de sa vie, grâce aux auteurs, j’ai découvert une femme extraordinaire, une héroïne d’un grand et beau roman, une personnalité pétillante, une force de la nature qui s’est donnée corps et âme à ses passions…les magnifiques dessins en noir et blanc de Catel nous font découvrir le destin incroyable de ce personnage unique ! Quel que soit le sujet auquel ils s’attaquent, Catel et Bocquet ne déçoivent jamais. N’hésitez pas une seule seconde.

Là où les lumières se perdent (David Joyce)

note: 5Captivant Lila, bibliothécaire - 12 janvier 2017

A 18 ans, Jacob a abandonné le lycée et travaille pour son père, baron de la pègre locale. Sa vie est une spirale de violence qui paraît sans fin. Heureusement, il y a Maggie, son amie d’enfance dont il est amoureux depuis toujours. Jacob veut tout quitter, partir avec Maggie, recommencer une autre vie, loin de son père. Mais une bagarre qui tourne mal remet en question son départ et Jacob voit les rares portes de sortie se refermer devant lui.
Au centre de ce roman, il y a un fils et son père, l’héritage familial, la violence, l’amour... Un roman beau, sombre, comme je les aime. Ce bouquin captive, envoûte, capture !

Petit pays (Gaël Faye)

note: 5Magnifique Lila, bibliothécaire - 4 janvier 2017

Petit pays c’est celui d’une enfance heureuse au Burundi niché au cœur de l'Afrique des grands lacs, au sud du Rwanda. Une enfance gaie et joyeuse entre un père français, une mère rwandaise exilée au Burundi depuis l’âge de quatre ans et une petite sœur Ana. Cette enfance lumineuse et idyllique dans un beau pays en paix c’est celle de Gabriel le narrateur, 10 ans. Mais le coup d’Etat du 21 octobre 1993, va lui faire quitter de façon brutale le monde de l’enfance. C’est le début de la guerre civile et le commencement d’un déchaînement meurtrier et d’une violence inouïe entre les Tutsi et les Hutu, une haine historique, un massacre qui durera des années. Le pays s’écroule, les amitiés et la famille avec. Dés les premières pages, Gabriel m’a embarqué dans son histoire, celle de sa famille, de son pays, dans l’insouciance de son enfance… et puis la guerre. Je l’ai lu d’une traite sans m’arrêter. Un récit riche d'humanité et de sensibilité, sans fard, sans drame ni larmoiement, juste sincère.

Cannibales (Régis Jauffret)

note: 3Manque de saveur Lila, bibliothécaire - 14 décembre 2016

Noémie aime Geoffrey. Et puis, un jour, comme les histoires d’amour finissent mal en général, elle le quitte. Mais comme elle est diabolique, elle envoie sa lettre de rupture à la mère de Geoffrey ! Elles vont s’écrire régulièrement et au fil de leur correspondance se tissent une amitié malsaine, qui aboutit au projet machiavélique de tuer Geoffrey pour le dévorer ensuite. Un roman original et bien écrit. C’est un récit étouffant de méchanceté et je me suis étonnée moi qui n’ai aimé jusqu’à présent aucun livre de l’auteur d’avoir finalement bien aimé cette histoire même si elle manquait d’un peu saveur.

L'autre qu'on adorait (Catherine Cusset)

note: 1??? Lila, bibliothécaire - 14 décembre 2016

Après avoir eu une aventure avec Thomas, Catherine et lui sont devenus amis. Une belle amitié, Catherine considère Thomas comme son "âme sœur". Thomas Bulot est beau, brillant, passionné, il semble promis à un avenir radieux. A 23 ans, Thomas intègre la prestigieuse université de Columbia à New-York pour écrire sa thèse sur Proust. Mais il ira d’échecs en défaites, il se trouvera bientôt au bord du précipice… Jusqu’à ce 22 avril 2008 où le drame arrive… Thomas se suicide à 39 ans. C’est l’histoire d’une amitié, forte, intense qui dure mais qui est aussi malmenée par la maladie de Thomas. Je suis encore à me demander si j’ai aimé ou pas ce livre. Au début je l’ai trouvé intéressant et finalement c’est sans grande émotion que j’ai refermé le livre. Dommage car j’aime beaucoup l’écriture de Catherine Cusset.

City on fire (Garth Risk Hallberg)

note: 1Trop de tout ! Lila, bibliothécaire - 14 décembre 2016

Difficile de résumer ce pavé choral de presque 1000 pages. Faisons simple : la nuit du réveillon 1976, une jeune femme est retrouvée presque morte dans Central Park. Autour de cet événement gravite toute une cohorte de personnages extrêmement divers, que l’on va suivre jusqu’au black-out du 13 juillet 1977, avec quelques flash-back dans les années précédentes. J’ai déclaré forfait autour de la page 800, je n’en pouvais plus trop long, beaucoup trop long, indigeste, plat...noyée dans les pages et les multiples personnages.
J'ai l'impression d'avoir lu un énième roman américain qui essaie de sortir des clichés en cherchant une originalité qui est déjà devenue habituelle (le rock et la drogue, le couple homosexuel, le riche héritier qui veut échapper à son destin). trop long, trop touffu, trop foisonnant...Trop de tout !

California girls (Simon Liberati)

note: 2Dérangeant Lila, bibliothécaire - 14 décembre 2016

En 1969, le meurtre de Sharon Tate et de ses amis par les disciples de la secte de Charles Manson avait bouleversé l’Amérique et signé la fin du Flower Power. L’auteur reconstitue trente-six heures de la vie de la « famille Manson », avant, pendant et après l’assassinat de Sharon Tate et de ses amis en août. Meurtres qui avaient choqué l’Amérique et signé la fin de l'utopie des Sixties, de l'illusion " peace and love " d'un monde qui avait secrété ses propres monstres. Son récit tient le plus souvent du rapport d'autopsie : aucun détail, même le plus sordide, n'est épargné au lecteur.
Une accumulation qui donne vite la nausée… Face à ce récit, nous ne sommes que des observateurs, totalement impuissants. L’une des lectures les plus dérangeantes de la rentrée littéraire. Sur le même sujet, mais avec un angle de vue très différent, j’ai aimé le premier roman d’Emma Cline, The girls.

Castro (Reinhard Kleist)

note: 5Passionnant ! Lila, bibliothécaire - 30 novembre 2016

Quelques mois avant la révolution de 1958, Karl Mertens, journaliste allemand s’envole pour Cuba afin de faire le portrait de Fidel Castro. Témoin privilégié de la révolution, il se fait raconter l'enfance de l'homme, ses premières interventions armées, son exil au Mexique et la rencontre avec le Che. Parmi les rebelles, il fait l'expérience des premières heures de la révolution, les combats, le départ de Batista, la prise de pouvoir de Castro, la baie des Cochons, la crise des missiles cubains. Reinhard Kleist réalise une œuvre passionnée et passionnante qui questionne le destin de l’homme, entre libérateur flamboyant et dictateur cynique, ainsi que les réactions qu’il a déclenchées. Férue ou non d’histoire politique, je me suis laissée emporter par la magie de ce récit qui tient autant au caractère objectivement passionnant de la vie politique cubaine durant la seconde moitié du 20e siècle et par le charisme de Castro. Je vous conseille la lecture de ce carnet de bord d'une révolution cubaine, d'hommes et de femmes, d'un pays.

Entre ici et ailleurs (Vanyda)

note: 5Métissage Lila, bibliothécaire - 23 novembre 2016

J'aime beaucoup cette auteure que je suis déjà depuis quelques années et j'attends toujours avec une certaine impatience une nouvelle BD. Coralie, une jeune femme de 28 ans, se découvre une nouvelle vie : célibataire, vivant sans colocataire, ayant du mal à se trouver un nouveau rythme de vie. Sur un défi de son frère, elle s’inscrit à un cours de capoeira. Elle rencontre de nombreuses personnes différentes, l’amenant à s’interroger sur le métissage et le rapport que l’on peut avoir à nos propres cultures.
Un savant mélange d’humour, d’amour, d’humanité, et d’introspections, servi par de très jolis dessins et coloris, nous retrouvons tout ce que l’on aime de Vanyda, les personnages sont très travaillés, ce qui permet aux lecteurs de voir et de ressentir leurs émotions.

Wake up America n° 2 (John Lewis)

note: 5Passionnant ! Lila, bibliothécaire - 23 novembre 2016

Dans le premier tome, nous découvrons l’enfance de John Lewis et le début de son combat contre la ségrégation raciale. Dans ce second opus, alors qu'il s’apprête à participer à la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009 John Lewis se souvient... Entre 1963 et 1966, il a participé à des protestations non violentes dans des restaurants de Nashville, a joué un rôle dans les "voyages de la liberté" qui s'opposaient à la ségrégation dans les gares routières du Sud. Il a été arrêté, subi des violences. Enfin, il a été un des principaux orateurs du défilé historique de Washington en août 1963. Difficile de ne pas être admiratif de ce combat mené sans armes ni violence par ces hommes et femmes alors que se déchaînaient sur eux la violence et la haine des ségrégationnistes…
Ce n’est pas seulement une autobiographie passionnante, c’est aussi un formidable témoignage historique qui continue malheureusement à avoir de tristes résonances aujourd’hui… Les faits sont là, bruts, et il n’y a pas grand chose à rajouter.

Juliette (Camille Jourdy)

note: 4Délicat Lila, bibliothécaire - 23 novembre 2016

Juliette, jeune femme un peu hypocondriaque, un peu perdue, solitaire, quitte Paris pour son village natal. L'histoire tendrement banale de Juliette qui fait un retour aux sources auprès de sa famille n’est pas simple entre un père fantasque et une sœur débordée.

Un récit subtil sur le quotidien, ses tracas mais aussi ses joies...Le tout est brossé avec douceur et délicatesse par Camille Jourdy.
Je vous recommande chaudement cette belle histoire qui sent bon le chocolat chaud, l’amitié, la famille…

Oeuvre non trouvée

note: 5Captivante Lila, bibliothécaire - 23 novembre 2016

Un beau jour, dans une petite ville de montagne dominée par un barrage, plusieurs personnes disparues des années plus tôt réapparaissent. Elles ne présentent aucune blessure, n’ont aucun souvenir des circonstances de leur mort ni même aucune conscience d’être morts. Pour eux, le temps s’est arrêté. Pourquoi les gens reviennent-ils à la vie ? Pourquoi le niveau du barrage baisse - t- il ? Comment sait-on si on est mort ? Pourquoi les morts reviennent ? Quel est le lien avec le barrage ? Tous tentent de reprendre le cours de leur vie alors que d'étranges phénomènes apparaissent. La première saison est tout simplement envoûtante, angoissante, mystérieuse, passionnante, on a envie d'en savoir plus à chaque minute qui passe...
Une première saison qui a su me captiver. Dommage que la seconde saison n'ait pas tenu les promesses de la première !

Le sang du monstre (Ali Land)

note: 4La fille d’un monstre est-elle forcément un monstre ? Lila, bibliothécaire - 15 novembre 2016

Milly/Annie, ado de 15 ans a dénoncé sa mère, une tueuse en série. Elle est placée dans une famille d’accueil où elle tente de se reconstruire en attendant le procès de sa mère. Mais son séjour dans cette famille ne se passe pas comme prévu… C’est à travers le récit de Milly/Annie que son histoire et celle de sa mère se déroulent. Mais dès les premières pages, on sait, on sent que même si elle semble tout nous dire, il y a un secret qu'elle ne nous avoue pas. Quel est ce lourd fardeau ou cette terrible révélation qui nous attend ?
Une ambiance prenante, dérangeante par moment, angoissante, déroutante. Entre empathie et répulsion, impossible de lâcher ce livre !
La fille d’un monstre est-elle forcément un monstre ?

Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés (Jami Attenberg)

note: 5A découvrir Lila, bibliothécaire - 15 novembre 2016

Portée par de multiples voix et des extraits de son journal intime, l’auteure fait émerger l’incroyable figure romanesque de Mazie. Une héroïne méconnue mais inoubliable dès que vous aurez fait sa connaissance. On se régale et on savoure l'histoire de cette femme à la fois si ordinaire et si extraordinaire.

Un personnage comme seule la réalité sait en façonner, mais comme seuls les romanciers savent le raconter... N'hésitez pas une seconde, ce livre ne vous quittera plus, vous n'aurez qu'une envie, celle de partager votre plaisir de lecture et l'intense émotion qu'il procure.

Bloodline (Todd A. Kessler)

note: 5Une famille sans histoire ou presque... Lila, bibliothécaire - 20 octobre 2016

Nous étions une famille sans histoire ou presque ...

La plage, le soleil de Floride...Un superbe hôtel en bord de mer, les Rayburn, une famille d’apparence parfaite. Jusqu’au jour où l’aîné de la fratrie considéré par certains comme le mouton noir, revient dans sa famille. Son retour va réveiller de lourds secrets familiaux enfouis sous le bonheur apparent de cette famille parfaite. Malgré un résumé évoquant une histoire presque banale, c’est une agréable surprise de dévorer cette série agréable et complexe, pleine de rebondissements et de surprises. En définitive, à l’exception de quelques longueurs, la première saison de Bloodline s’avère intense et captivante.
Mais pourquoi une deuxième saison ?

The girls (Emma Cline)

note: 5Perturbant et fascinant Lila, bibliothécaire - 20 octobre 2016

L'été de ses quatorze ans, Evie rongée par l'ennui, mal dans sa peau, va croiser le chemin d'une bande de jeunes filles, nimbées d'une aura mystérieuse, presque surnaturelle et magnétique. Elle est fascinée et veut à tout prix connaitre la communauté où elles vivent, elles et bien d'autres, sous la direction de Russell, gourou charismatique … Sans le savoir, Evie vient de mettre le pied dans le monde ténébreux des sectes et sa vie va basculer d’une façon qu’elle n’aurait jamais pu imaginer. Fascination, drogues, sexe, elle s’enfonce dans une spirale infernale sans présager une seconde du déchaînement de violence qui s’annonce…
Un premier roman comme je les aime : captivant et vibrant. J'ai été absolument subjuguée par ce roman, où tout fonctionne parfaitement : l’intrigue addictive, les personnages profonds, et l’écriture subtile, parfaite. Perturbant et fascinant.

Les vies de papier (Rabih Alameddine)

note: 4Quel personnage ! Lila, bibliothécaire - 29 septembre 2016

Aaliya Saleh a passé presque toute sa vie au milieu des livres. Mariée à 16 ans répudiée presque aussitôt, elle s’est affranchie du carcan que voulaient lui imposer sa famille et la société libanaise. Elle s’est construite une vie entourée de livres. Comme chaque début d’année, elle se lance dans la traduction d’un roman en Arabe, l’occasion pour elle de nous raconter sa vie. Grâce à elle, j’ai déambulé dans les rues de Beyrouth, j’ai aimé Hannah, et surtout j’ai rencontré Aaliya, quel personnage !
Un très beau roman d'une femme amoureuse des livres et de la littérature.

Chanson douce (Leïla Slimani)

note: 5Une berceuse envoutante Lila, bibliothécaire - 29 septembre 2016

Des parents débordés par leur quotidien, des enfants, la mère qui veut reprendre son travail, la recherche d’une nourrice…Et enfin Louise est engagée, c’est une nounou pas comme les autres, qui va bouleverser leur vie. Dès les premières pages, un drame est annoncé, il ne nous reste qu'à remonter le fil des évènements et des non-dits pour tenter de comprendre l'inexplicable. Car rien n’est simple dans cette histoire. Avec une écriture directe et rigoureuse, un rythme digne d’un thriller, l’auteure réussit un roman d’une grande force.
C'est une berceuse lente, horrible, envoûtante...qui ne vous lâche pas, qui continue de vous trotter dans la tête longtemps, très longtemps !

Love story à l'iranienne (Jane Deuxard)

note: 5L’amour au pays des Mollahs ! Lila, bibliothécaire - 18 août 2016

Cette BD nous plonge dans l’Iran d’aujourd’hui. Dans un pays où le pouvoir religieux décide encore des codes de conduite, où les relations entre les jeunes sont soumises à l’interdit. Comment se rencontrer lorsque l’on a 20/ 30 ans ? Comment vivre l’amour ? Comment aimer lorsque pour le faire on doit braver la religion, les idéologies, les croyances, les traditions, le régime dictatorial des Mollahs ? Comment les jeunes vivent-ils leurs relations amoureuses si contrariées par les autorités ? On est touchés, émus, révoltés, fascinés, étonnés, amusés, surpris par tous ces couples et ces témoignages. Plusieurs décennies après Persepolis, voici une nouvelle photographie de l’Iran. Des révoltes sont pourtant passées par là… mais le pays semble être resté bloqué dans un patriarcat et un obscurantisme de plus en plus pesant pour la génération actuelle. Je vous conseille vraiment ce reportage dessiné.

Le premier qui voit la mer (Zakia Héron)

note: 5Un témoignage passionnant et sensible Lila, bibliothécaire - 18 août 2016

Ce roman à quatre mains défile sous nos yeux tel un journal intime qui s'ouvre en 1956 sur l'enfance de Leïla, 8 ans, de ses cinq sœurs et deux frères. Elle vit dans un quartier habité surtout par des colons parce que son père a hérité du cinéma du quartier. On va la suivre ainsi jusqu’en juillet 2011, soit sur une cinquantaine d’années...J’ai aimé ces voix de femmes de deux générations, la voix de celle qui s’est exilée et celle qui est née en France. Récit à deux voix, celle d'une mère et de sa fille qui évoque 50 ans de souvenirs personnels entre la France et l'Algérie. Les thèmes évoqués - exil, identité, transmission, racisme...- sont forts et rendent le récit particulièrement intéressant car, tout en prenant du plaisir à notre lecture, ils nous interpellent, nous questionnent …Le livre se termine au moment de l’éclatement des printemps arabes, en 2011...

Black panthers (Stephen Shames)

note: 5Un moment d'histoire ! Lila, bibliothécaire - 10 août 2016

Huey P. Newton et Bobby Seale ont fondé le Parti des Black Panthers, en 1966, en Californie. Le parti fait irruption sur la scène avec une vision militante pour le changement social et l'autonomisation des Afro-Américains. Ses méthodes étaient très controversées tant et si bien qu'en 1968, le chef du FBI J. Edgar Hoover a décrit l'organisation comme la plus grande menace du pays à la sécurité intérieure.
Au plus fort du mouvement, de 1967 à 1973, le photographe Stephen Shames eu accès à l'organisation. Il a photographié les manifestations de rue, les protestations, les combats, mais aussi des moments de réunions. La confiance que lui ont accordée les dirigeants de ce mouvement a permis d'avoir une galerie de photos qui témoigne d’un moment de l’histoire mouvementée de l’Amérique des années 60-70.

Vipère au poing (Hervé Bazin)

note: 4Affreusement délicieux ! Lila, bibliothécaire - 9 août 2016

Ce livre est une autobiographie romancée de l’auteur. Il raconte l’histoire de Jean Rezeau et de ses frères qui doivent aller vivre avec leur mère Folcoche à la mort de leur grand-mère. C’est un portrait affreusement délicieux d’une haine mutuelle entre une mère et son fils. Hervé Bazin raconte avec un certain humour noir les comportements de son entourage : sa mère acariâtre et méchante; son père, falot et lâche; son cadet, cafteur; et son aîné, victime. Il y aussi dans ce roman l’agressivité, la révolte d’un enfant qui ne supporte pas les brimades et les humiliations de sa mère qui n’éprouve aucun sentiment maternel à l’égard de ses fils. Mais c’est aussi un cri d’un enfant qui ne se soumet pas, qui défie sa mère et qui rend coup pour coup.
Excellent roman sur l'enfance, l'éducation et leur complexité.

Une veuve de papier (John Irving)

note: 5Irving ! Lila, bibliothécaire - 9 août 2016

L’été 1958, un jeune étudiant de 16 ans, Eddie, partage le temps d'un été la vie d'une famille. Marion et Ted sont en train de se séparer. Pour sauver leur mariage, ils ont fait un enfant, Ruth qui a 4 ans. Rapidement, Eddie va devenir l'amant de Marion. A la fin de l’été celle-ci abandonne sa fille, son mari, son amant et n’emporte avec elle que les photos de ces deux garçons morts dans un accident. Le livre se poursuit 30 ans plus tard, lorsque Ruth a 35 ans et revoit Eddie, le fameux amant de sa mère. Ils évoquent tous les deux cette époque douloureuse.
Fidèle à lui-même, John Irving nous plonge dans la vie d’une famille, de leurs souffrances, de leurs espoirs.
Il parle si bien de Marion pour qui la perte de ses deux garçons est beaucoup plus forte que l’amour qu’elle pourrait avoir pour sa fille. A partir d'un sujet difficile et douloureux, l'auteur a écrit un superbe roman. J'ai été profondément touchée par l'humanité des personnages et leur histoire tragique.

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit (Celeste Ng)

note: 5Un suspens impeccable du début à la fin ! Lila, bibliothécaire - 9 août 2016

Etats-Unis en 1977. James, le père, immigrant chinois devenu professeur d'université, a rencontré Marilyn en 1957 dans une classe où il enseignait la culture américaine. Marilyn rêvait de devenir médecin, mais à l'époque, et selon sa mère, il fallait mieux qu'elle soit une parfaite femme au foyer mais certainement pas avec un Asiatique. Alors qu'elle se découvre enceinte de Nathan, son premier enfant, elle renonce à contrecœur à ses études et se marie avec James au grand désespoir de sa mère. Plusieurs années plus tard, Lydia, la seconde des trois enfants de Marilyn et James, disparaît noyée dans un lac proche de chez elle. Meurtre? Suicide? Accident? Un roman complexe et fascinant, écrit avec beaucoup de finesse et qui traite aussi bien des illusions perdues, de la famille et des non-dits, de la détresse adolescente et de l'héritage qu'on lègue malgré soi. C’est un roman envoûtant, le premier de Celeste Ng, qui ne laisse pas indifférent, qui fait réfléchir au poids du passé et de la famille sur le destin d'une adolescente ordinaire…Un roman au suspense impeccable du début à la fin.

American girl (Jessica Knoll)

note: 5Au delà des apparences ! Lila, bibliothécaire - 9 août 2016

Ani est la femme parfaite : elle a l’appartement, le physique, le job, et le mec de rêve. J'ai commencé ce livre en me disant pffft encore un livre sur une new-yorkaise working-girl aux bottines dernier cri et à la chevelure de rêve, vouée au culte de l’apparence, une vraie tête à claques qui semble vivre dans une bulle rose et dorée. Ce qui semblait commencer comme un mix de chick litt et de roman de lycée se révèle finalement beaucoup plus fin et brillant que le laisse paraître les premières pages … Je ne vais pas vous en dire plus sur l’histoire de TifAni sauf que j’ai vraiment apprécié de me laisser porter et basculer progressivement dans quelque chose auquel je ne m’attendais pas.
Un roman que je n'ai pas lâché ! Malgré une inégalité dans les différentes parties du roman et quelques maladresses, ce roman est assez magnétique.

C'est Chic (Nile Rodgers)

note: 5Un faiseur de tube ! Lila, bibliothécaire - 19 juillet 2016

Si je vous dis, Kiss, Diana Ross, Michael Jackson,
David Bowie, Madonna, Claude Nougaro …et j’en passe, le nom de Nile Rodgers pour les plus jeune, ne vous dit rien mais si je vous dis « Get lucky » des Daft Punk, je commence à vous intéresser ! C’est l’histoire presque normale d’un génie dont le nom ne nous dit pas forcément grand chose, mais qui a une place plus qu’importante dans l’Histoire, et dans la tête de chaque amateur de musique, quelle qu’elle soit. J’ai lu ce livre avec de la musique plein la tête, des chansons écrites, produites par Niles Rodgers, sans savoir que la plupart était de lui. Comme toute bonne autobiographie, Nile Rodgers parle de son enfance, ses premières expériences musicales jusqu’à la gloire avec son groupe Chic, ces multiples collaboration. Il n’occulte pas ses années sexe, drogues, alcool….Mais l’essentiel n’est pas là, c’est quand il parle de musique, de la genèse d’une chanson, d’un album, d’un son et de Bernard Edwards, l’autre moitié de Chic, que Nile Rodgers est passionnant. et vous apprendrez quel groupe les a inspiré, vous n'allez pas en croire vos yeux ! Lisez ce livre mais avant de commencer préparer une playlist : Chic, bien sur, mais aussi Bowie, les Sister Sledge, Madonna, …et Daft Punk.
Ce livre rend heureux, et la musique de Nile Rodgers encore plus.

Fargo - Saison 1 (Adam Bernstein)

note: 5Un bijou d'humour noir ! Lila, bibliothécaire - 19 juillet 2016

À Bemidji, Minnesota, arrive Lorne Malvo, un tueur à gages qui, par le fait du hasard, donne un coup de main à un type ordinaire Lester Nygaard, un "loser" méprisé par sa femme, par son frère… Il va semer la mort et révéler la nature profonde et parfois sombre, des habitants de cette ville perdue dans la neige et le froid. Alors que la police enquête sur les agissements de Malvo, une adjointe pugnace commence à démêler le vrai du faux concernant ce sombre individu pour le moins insaisissable… Inspiré du film des frères Coen la série à su s’émanciper du film. Fargo est drôle, piquant, intrigant, malsain et superbement filmé. La série est absolument géniale et j'ai vraiment beaucoup aimé les jeux d'acteurs, notamment Billy Bob Thornton qui livre une performance absolument époustouflante de subtilité en composant un tueur à gages déconcertant de suavité menaçante. Cette série est un petit bijou d’humour noir.

Oeuvre non trouvée

note: 5Le dernier d'entre eux ! Lila, bibliothécaire - 12 juillet 2016

Avez-vous entendu parler de John Lewis ? Non ? Député noir élu à la chambre des représentants depuis 1986, il fut l’un des "Big Six", les six grands leaders de la lutte qui mit fin à la ségrégation raciale à la fin des années 50.
Dans cet bio-graphique, il nous ouvre sa mémoire et raconte son histoire. De son Alabama natale aux sit-in de protestation dans le Tennessee… voyage au cœur de l’Histoire. Voyage au cœur du combat pacifique et non violent pour la justice. Fascinant destin que celui de John Lewis !
J’ai aimé cette immersion dans son enfance, sa découverte de la ségrégation, sa vocation qui s'impose dès les premières années, son engagement. Les sit-ins, les marches pour la liberté et autres actions qui ont permis des avancées décisives pour l’égalité.
Si tout le monde connaît Martin Luther King, Rosa Parks, d’autres acteurs du mouvement des droits civiques restent encore méconnus. John Lewis est de ceux-là, c’est un véritable héros. À découvrir et à faire découvrir sans tarder. J’ai été très émue par la dignité de ces hommes face aux outrages et humiliations vécus. Nate Powell dépeint avec beaucoup de talent la biographie captivante de John Lewis.

Orfeo (Richard Powers)

note: 5Un pur délice Lila, bibliothécaire - 5 juillet 2016

Peter Als, 70 ans, ancien compositeur et grand amateur de sciences à ses heures, est soudainement recherché par la police pour suspicion d'acte terroriste. Innocent de toutes ces accusations grotesques, il décide de prendre la fuite et devient un criminel recherché dans tout le pays... Avec Peter Els, personnage haut en couleurs et si attachant, le lecteur traverse l'histoire musicale contemporaine, ses évolutions et ses expérimentations.
Richard Powers écrit une véritable déclaration d'amour à la musique, personnage principal de son roman, héroïne de nos vies. Je suis sidérée devant le pouvoir de Powers à faire vivre la musique avec des mots. On se laisse embarquer avec délice dans ce long fleuve musical.

Shameless : US - Saison 1 (Todd Holland)

note: 5Politiquement incorrect ! Lila, bibliothécaire - 5 juillet 2016

Bienvenue chez les Gallagher, une mère partie vivre sa vie loin de sa famille, un père alcoolique, égocentrique, odieux et six enfants dont l'aînée tente tant bien que mal de tous les éduquer : Bienvenue dans le quotidien de la famille Gallagher. Une famille pauvre qui galère, se débrouille, survit, s’amuse …Aussi brillante dans le fond que dans la forme. On est bien dans cette famille haute en couleurs ! L’humour est omniprésent, parfois trash pour le meilleur, et pour le pire. On prend un plaisir immense en regardant Shameless.
Ca fait du bien de sortir du politiquement correct !

Le fantôme de Gaudi (El Torres)

note: 4Sur les pas de Gaudi ! Lila, bibliothécaire - 5 juillet 2016

Qui peut en vouloir aux œuvres de Gaudi ? Qui sème des mort dans les monuments de Gaudi ? Et pourquoi Gaudi ? Antonia sauve in extremis la vie d'un vieillard qui ressemble étrangement au célèbre architecte Gaudi. Dans le même temps des cadavres s'accumulent dans les lieux imaginés et construits par le célèbre architecte, laissant l'inspecteur chargé de l'enquête de plus en plus dans le brouillard. Mais quand Antonia va être impliquée comme témoin direct dans un des meurtres, tout va changer : et si le fantôme de Gaudi était la clé de toute l'affaire ? L'hommage à Gaudi donne envie de se promener dans Barcelone pour découvrir ou redécouvrir cette très belle ville et l'enquête est très bien menée : dès que l'on pense avoir cerné les choses, un nouvel élément vient tout remettre en question.

Dix petits nègres (Agatha Christie)

note: 5Un huit clos prenant Lila, bibliothécaire - 14 juin 2016

C'est en 1939 que paraît Dix Petits nègres, mon roman préféré. Une des meilleures et plus célèbres intrigues d'Agatha Christie ! Dix petits nègres ou comment commettre le crime parfait. Dix personnes, n'ayant en apparence aucun lien entre elles, sont invitées par un mystérieux monsieur O'Nyme sur une île déserte dont on dit qu'elle aurait été achetée par une star de cinéma. Mais très vite, une voix les accuse tous d'un crime commis par le passé.
« Dix petits nègres s’en allèrent dîner. L’un d’eux étouffa et il n’en resta plus que neuf.» ... Ce huis clos sur cette île vous plonge dans une angoisse et un suspense jusqu'à la dernière page !
Ce livre lu dans mon lit à l'âge de 12 ans à la lueur d'une lampe de poche a marqué une grande histoire d'amour entre moi et les romans d'Agatha Christie !

Neverhome (Laird Hunt)

note: 5Un beau portrait de femme Lila, bibliothécaire - 14 juin 2016

"J'étais forte, lui pas, ce fut donc moi qui partis au combat pour défendre la République" Lorsque la Guerre de Sécession éclate, Constance décide de quitter sa ferme de l’Indiana et de partir à la place son mari. Elle se travestit en homme, prend le nom d’Ash Thompson et rejoint les rangs de l’armée Nordiste. On suit Constance sur les champs de bataille où elle accomplit de hauts faits d'arme et se forge une solide réputation dans l'armée. Ce qu’elle vit pendant cette guerre : la violence, les carnages, ses rencontres, l’enfermement…elle le raconte à son mari dans les lettres qu’elle lui envoie.
Un superbe portrait de femme courageuse, difficile à saisir, trouble… Fabuleuse plongée dans le quotidien à travers le regard d'une femme engagée et enragée. Un roman d’une densité incroyable. Pendant la Guerre de Sécession aux États-Unis, au moins 500 femmes se sont enrôlées, au Nord comme au Sud, en se faisant passer pour des hommes. Ce sont leurs mémoires que fait résonner ce roman.

Les intéressants (Meg Wolitzer)

note: 5Fantastique ! Lila, bibliothécaire - 14 juin 2016

1974, six ados se rencontrent dans un camp de vacances, se lient d’amitié et se baptisent « les intéressants » ! Ils se jurent de rester amis pour l’éternité et de devenir intéressants, persuadés que l'avenir fera d'eux des personnes singulières. Sous la plume de Julie dite Jules, nous allons les suivre pendant 40 ans. Ca parle d'amitié, d'amour, de la vie. De la manière dont on se construit, des chemins que l'on prend ou que l'on ne prend pas. Très rares sont les romans qui m’ont serré la gorge et piqué les yeux.
J’ai adoré. Je ralentissais ma lecture pour retarder le moment de la séparation !

Happy valley - Saison 1 (Tim Fywell)

note: 5Surprenante ! Lila, bibliothécaire - 8 juin 2016

Dans une petite ville au milieu des vallées du Yorkshire, un enlèvement tourne mal. Le lieutenant Catherine Cawood est en charge de cette affaire qui coïncide avec la sortie de prison de l’homme qu’elle juge responsable du suicide de sa fille 8 ans plus tôt...
Quoi ? encore une série policière ? Oui mais pas seulement. C’est surtout un beau, très beau portrait de femme. Catherine Cawood, 47 ans, divorcée, deux enfants, grand-mère et sergent de police. Flic humaine et idéaliste, Catherine voit ses convictions ébranlées lorsque Tommy Lee Royce le violeur de sa fille, sort de prison. Ce polar sur fond de misère sociale s'appuie sur un scénario brillant, qui se distingue notamment par la richesse de personnages aux personnalités fouillées. Il offre à l'actrice Sarah Lancashire, un superbe rôle de femme. Elle crève l’écran dans ce rôle de flic amochée et pugnace, sans jamais tomber dans l’excès. Elle a tout d'une héroïne de Ken Loach. Cette série prouve que le genre de la série policière est encore capable de se renouveler et de surprendre.

Le dernier témoin (Sŏngjong Kim)

note: 4Une enquête en Corée du Nord Lila, bibliothécaire - 26 mai 2016

Corée du Sud, janvier 1972, un homme condamné à mort sort de prison, sa libération n'intéresse personne. Un an plus tard, le cadavre d’un homme est retrouvé, l’inspecteur O Pyongho est chargé de l’affaire. Quel est le lien entre ce meurtre, la libération d’un vieil homme et la découverte d’un nouveau meurtre ? Quel indice va découvrir l’inspecteur qui va le mener jusque dans les années 50 et la sombre période de la guerre avec le Nord ?
Le rythme est lent mais l'intrigue fonctionne. A travers les souvenirs et les récits des différents témoins ou acteurs plus ou moins lointains du drame, l'histoire avance vers son dénouement et fait de nous Le dernier témoin.
C'est la première fois que je lis un roman d'un auteur sud-coréen, une manière de faire connaissance avec ce pays et son histoire. Dommage que la traduction ne facilite pas toujours la lecture de ce polar.

Dans la peau d'un migrant (Arthur Frayer-Laleix)

note: 5Un travail exceptionnel ! Lila, bibliothécaire - 26 mai 2016

Pendant près de deux ans par intermittence, le journaliste s’est glissé dans la peau d’un migrant, dans le quotidien de ceux qui cherchent à quitter leur pays. Au lieu de parler des migrants arrivés à destination, il voulait plutôt montrer comment ils vivent, se déplacent, sont hébergés et envoient de l’argent à leur famille. «Je voulais montrer tous ces instants silencieux». Une vraie étude de terrain qui ouvre l'esprit, le coeur, sur le 5ème monde qu'est celui des migrations vers l'Europe. Il approche les passeurs, logeurs, intermédiaires du trafic d’êtres humains. Puis redevient journaliste pour interroger policiers, magistrats, avocats, et vivre parmi les migrants.
Un travail exceptionnel, qui rend visible un « cinquième monde ».
Un monde aux répercussions encore sous-évaluées.

Oeuvre non trouvée

note: 5Une ambiance envoûtante ! Lila, bibliothécaire - 19 mai 2016

La quête de Guillaume de Baskerville et de son élève est un des romans policiers les plus réussis que j'ai eu l'occasion de lire... Mais c'est bien plus que cela ! Ce qui fait que le livre est passionnant, c'est son côté très documenté quant à la pensée religieuse des XIVe-XVe siècles, avec l'affrontement entre les différentes conceptions théologiques. Le Christ était-il pauvre ou non, l'Eglise doit-elle se plier à la pauvreté ou non, doit-on laisser le savoir à la portée de tous ?...
A la fois thriller populaire et traité théologique, dense et érudit (mais pas inaccessible !), historique et métaphysique, ce roman, selon les propres mots de l'auteur, laisse au lecteur une grande liberté d'interprétation. Bref, un roman d'une richesse hallucinante, baigné d'une ambiance médiévale envoûtante. Ce roman est une pure merveille.

The leftovers - Saison 1 (Peter Berg)

note: 5Captivant Lila, bibliothécaire - 19 mai 2016

Le 14 Octobre, 2% de la population mondiale a tout simplement... disparu ! Sans aucune explication ni signe annonciateur. Trois ans plus tard, à Mapleton, les habitants essaient de vivre tant bien que mal cette inexplicable disparition. Pourquoi 2% de la population a-t’elle disparu ? On comprend bien dès le départ qu’on ne saura probablement jamais pourquoi les 2% ont disparu. The Leftovers serait-elle, encore, une histoire consacrée à la réapparition mystérieuse de personnes disparues ? Ou, pire, une enquête sans fin pleine de rebondissements sur les raisons de cette disparition ? Non pas du tout ! La grande audace avec cette première saison : celle de ne jamais aller fouiller du côté des disparus mais de se concentrer uniquement et totalement sur ceux qui sont restés. The Leftovers se déroule sur 10 épisodesavec un récit captivant, presque hypnotique, qui frôle la perfection. J’aime vraiment l’atmosphère de la série, ses scènes parfois étranges, parfois insoutenables, parfois chargées d’émotions… J’aime les séries où je me laisse porter par une lenteur et une bande-son accompagnées d’une réalisation et de jeux d’acteurs impeccables.

Mustang (Deniz Gamze Ergüven)

note: 5Liberté ! Lila, bibliothécaire - 12 mai 2016

Un film qui dénonce avec force la pression sociale turque
(mais qui existe ailleurs également), les conventions, les traditions, les interdits sur les jeunes filles. Ce film met en scène cinq adolescentes rebelles, animées par les mêmes désirs de liberté. La réalisatrice dont c’est le premier film nous dit clairement qu'il faut garder l'espoir, qu'il y a des espaces de liberté à sauvegarder ou à conquérir. Même si le combat quotidien est difficile… Des actrices lumineuses, dont la beauté et la fraîcheur explosent à l'écran, magnifiquement filmées dans un trop plein de vie qui n’a de cesse de jaillir de toute part et de nous éblouir.

Timbuktu (Abderrahmane Sissako)

note: 5Percutant ! Lila, bibliothécaire - 12 mai 2016

Timbuktu aborde avec beauté, force et humour la destruction de la culture et des traditions par l'ignorance, la convoitise et la brutalité de l'islamisme radical. Au-delà de la beauté visuelle de ce film extraordinaire, on est frappé par sa fragilité, qui est comme une métaphore de l'extrême fragilité de la culture humaine. Un film d'une force inouïe Je ne me souviens pas d’avoir été aussi touchée, émue, choquée et révoltée à la fois. Ce film réussit à traiter un sujet sensible d'une manière réaliste sans clichés. Une belle leçon d’humanité !

La bombe (Frank Harris)

note: 5Envie de lire un très bon roman ? Lila, bibliothécaire - 12 mai 2016

«Je m’appelle Rudolph Schnaubelt. C’est moi qui ait lancé la bombe qui tua huit policiers et en blessa soixante à Chicago, en 1886.» Rudolph Chnaubelt est un vieil homme, avant de mourir, il éprouve le besoin de raconter sa vie. Jeune, il émigre d’Allemagne aux Etats-Unis, à Chicago. Pour survivre, il est contraint à travailler dans des usines. Il subit comme ses collègues, en grande majorité émigrés eux aussi des conditions de travail inhumaines. Le 1er mai 1886, à Chicago, les ouvriers quittent une manifestation quand la police charge avec une extrême violence. Le 4 mai 1886, à Chicago, Haymarket Square, des centaines d’ouvriers (en majorité étrangers) sont rassemblés pour faire valoir leurs droits. Une bombe explose, tue 8 policiers et en blessent des dizaines. Rudolph Schnaubelt est l’auteur de cet attentat. Porté par l’écriture forte de Frank Harris, ce roman qui entremêle fiction et faits réels nous plonge dans la vie des travailleurs immigrés surexploités et sous-payés, des grèves, des luttes sociales, des manifestations,… toutes ces manifestations qui donnèrent naissance au 1er mai. Passionnant de bout en bout, ce roman est d’une actualité impressionnante. L'auteur parvient à nous toucher, nous scandaliser, nous émouvoir grâce à son écriture directe et sans concession. Envie de lire un bon roman, un très bon roman ? Ne ratez pas La Bombe.

Papillon de nuit (Roger Jon Ellory)

note: 5Excellent ! Lila, bibliothécaire - 14 avril 2016

Nous sommes 36 jours avant l’exécution de Daniel Ford, condamné à mort. Chaque jour il reçoit la visite d’un prêtre pour discuter avec lui et le préparer à la mort. On apprend alors par flash-back tout ce qui est arrivé dans la vie de Daniel et ce qui l’a mené dans le couloir de la mort. Il parle de Nathan, son meilleur ami. Ils se sont rencontrés quand ils avaient tout les deux 6 ans au début des années 50 dans l’état de Caroline du Sud. Un état majoritairement ségrégationniste, ou une amitié entre un blanc et un noir est impensable. 30ans plus tard, Daniel est dans le couloir de la mort condamné pour le meurtre de Nathan.
Pourquoi a-t-il assassiné son meilleur ami ? Quelles circonstances ont pu le pousser à l’inimaginable ? Des les premières lignes l’auteur nous embarque dans une excellente histoire. C’est l’histoire d’une amitié, d’un meurtre, d’une folie, d’un pays, de toute une époque, d’un système. C’est un portrait de l’Amérique des années 1950 aux années 1980 à travers la vie, le regard de Daniel. En lisant ce roman, j’ai retrouvé le même plaisir et la même intensité qu'avec Seul le Silence.

Une colère noire (Ta-Nehisi Coates)

note: 5L'Amérique d'Obama ? Lila, bibliothécaire - 14 avril 2016

On aurait pu penser que dans l’Amérique d’Obama, la société américaine avait en partie évacué son passé ségrégationniste. Quelle naïveté de ma part ! Ce livre nous fait découvrir la réalité des jeunes hommes noirs, souvent issus des quartiers pauvres des grandes villes américaines, et qui n'ont comme horizon que la délinquance ou la prison. La couleur de la peau est un marqueur social indélébile, qui enferme dans un carcan le destin de ces citoyens devenus la mauvaise conscience de l'« American Dream ». L’écrivain a eu l’idée d’écrire ce livre après les sanglots de son fils de 15 ans, Samori, suite à l’acquittement des policiers responsables de la mort de Michael Brown, un adolescent noir abattu de six balles à Ferguson, dans le Missouri. J’ai trouvé intéressante la notion de « corps noir » ainsi que son développement.
Une fois ma lecture terminée, j’ai su qu’il fallait que je me replonge dedans avec lenteur…Un livre qui analyse avec beaucoup de précision la question raciale dans un pays qui n'en a pas fini avec un passé qui pèse encore lourdement sur les consciences. Livre qui aurait pu être seulement de colère mais qui évite cet écueil en remontant les racines d'un mal dont le poison continue à se diffuser dans la société américaine.

Prison avec piscine (Luigi Carletti)

note: 5Finesse et humour grinçant Lila, bibliothécaire - 7 avril 2016

Un immense parc, des arbres, des fleurs et une piscine. Un havre de paix pour les Habitants fortunés de la Villa Magnolia. Tout le monde connaît tout le monde. out ce petit monde se rencontre au bord de la piscine dans une ambiance feutrée, une quiétude estivale qui va être troublée par l’arrivée d’un nouveau locataire : Rodolfo Raschiani, aussi mystérieux que charismatique.
Qui est-t-il ? Pourquoi sa présence donne l’impression aux résidents que leurs vies vont changer ? Ces questions agitent tous les habitants de cette « prison dorée".
Laissez-vous séduire comme moi par cette comédie policière. Ecrit tout en finesse et en humour grinçant.

Breaking bad - Saison 1 (Vince Gilligan)

note: 5L'une des meilleurs séries que j'ai vu ! Lila, bibliothécaire - 7 avril 2016

Il y a quelques années je découvrais la petite ville d’Albuquerque, sans me douter une seule seconde que je m’embarquais dans un univers totalement immersif et addictif, qui me manque ! Mais comment écrire une critique sans vous gâcher la surprise ? Comment vous décrire cette série sans galvauder par de simples mots les qualités incroyables de l’histoire ? Que dire sur une série si parfaite, si aboutie, si renversante… C'est simple, Breaking Bad est tout simplement la série la plus bluffante qu'il m'ait jamais été donné de voir. Le scénario est parfaitement écrit, parfaitement soignée et maîtrisé du début à la fin. L'intrigue, l'évolution des personnages, le jeu d'acteurs... Les acteurs sont parfaits ! Une histoire qui nous tient en haleine Je ne peux que conseiller cette série pour ceux qui ne la connaisse pas ou qui hésiteraient à la regarder, franchement, foncez. En tout cas pour moi, "Breaking Bad" est, et restera, l'une des meilleures séries (si ce n'est la meilleure série) que j’ai vu.

The newsroom - Saison 1 (Greg Mottola)

note: 5Intelligente, drôle, critique... Lila, bibliothécaire - 31 mars 2016

Les coulisses d’un journal télévisé comme si vous y étiez. Sur fond de faits réels et méticuleusement restitués, on suit le quotidien de l'édition d’un journal d’une chaîne câblée américaine ACN (Atlantic Cable News). Aaron Sorkin, créateur entre autre du chef d’œuvre « A la maison blanche » ancre sa série dans un passé récent et revisite des événements comme la marée noire du golfe du Mexique, la montée du Tea Party, la mort de Ben Laden, les attentats de Boston…
Par son intrigue, par ses rebondissements et par les questions essentielles qu’elle pose sur le journalisme d’aujourd’hui cette série est passionnante et très bien écrite. Intelligente, drôle et critique, l’équipe d’ACN va me manquer.

Rectify - Saison 1 (Bill Gierhart)

note: 5Déroutante, émouvante... Lila, bibliothécaire - 31 mars 2016

Après avoir passé 19 ans dans le couloir de la mort pour le viol et le meurtre de sa petite amie, Daniel Holden est disculpé grâce à de nouvelles preuves ADN. C’est avant tout l’histoire d’une réadaptation. Comment vivre lorsque l’on a été coupé du monde pendant 20 ans ? Cette saison raconte les premiers jours de liberté de Daniel dans une ville dont la majorité pense qu'il est coupable. Ce qu’il est peut-être. Les épisodes se déroulent avec une lenteur à couper le souffle, et sont rythmés par les souvenirs de Daniel en prison et de son difficile retour. On vit avec Daniel, on dort avec lui, on erre dans la ville en sa compagnie, et on découvre le plaisir le plus simple que celui de s’allonger dans l’herbe au soleil. Mais il ne faut pas croire que tout est doux. C’est une des plus belles séries que j’aie vue. Elle est déroutante, mélancolique, émouvante...

Oeuvre non trouvée

note: 5Un pur délice Lila, bibliothécaire - 23 mars 2016

Depuis le décès de Ned l’époux de Rose, ses amis s’inquiètent pour elle. Elle a toujours sû cacher ses émotions depuis très longtemps et si sa vie semble d’un terrible conformiste, la réalité en est loin, très loin.
Je suis émerveillée du fait que Mary Wesley se soit mise à l'écriture si tardivement, à l'âge de soixante-dix ans ! J'ai aimé aussi le cadre du récit, le charme d'un village et d'un jardin anglais, une histoire d'amour qui se déroule sur fond de Blitz à Londres.
J’ai adoré la plume acérée, parfois corrosive et l'humour so british de Mary Wesley, Un pur délice british qui envoie valser avec jubilation les codes de la bonne société !

Nous sommes l'eau (Wally Lamb)

note: 5Lumineux Lila, bibliothécaire - 17 mars 2016

J’ai littéralement dévoré ce roman et en même temps je l’ai savouré jusqu’à la dernière page. Annie Oh, mère de trois enfants, divorcée, est sur le point d’épouser Viveca, une galeriste new yorkaise. Ce nouveau mariage ne se prépare pas sans heurt car il faut jongler avec les émotions de chacun : Orion, l'ex-mari qui ne se remet pas tout à fait de sa séparation, et leurs trois enfants. On sent bien que le passé d’Annie est trouble. Passé dont elle n’a jamais rien révélé, ni à Orion, ni à Viveca, ni à ses trois enfants. Mais à l’occasion de cette union réapparaît un fantôme du passé, une personne qui est la seule à connaître la véritable d’histoire d’Annie…
Vous n’aurez qu’une hâte : tourner les pages pour le découvrir ! C’est une fresque polyphonique, chaque personnage s’exprime à tour de rôle, nous donne une clef pour mieux comprendre la dynamique de cette famille, ses souffrances et ses non-dits. Ce roman est une brillante peinture de notre monde, de ce qui l'agite et de ce qui fait débat : le mariage pour tous, le divorce, la religion, le racisme, l'homophobie... Il devrait être sombre ce livre, mais par je ne sais quel tour de force, l’auteur parvient à en faire quelque chose, si ce n’est de joyeux et léger, tout du moins lumineux, fort et superbe.

Homeland - Saison 1 (Michael Cuesta)

note: 5Percutante ! Lila, bibliothécaire - 2 mars 2016

Ha la première saison d’Homeland, un début prenant qui rend tout de suite addictif. Carrie Mathison, agent de la CIA, apprend, lors de sa dernière mission en Irak, qu’un soldat américain a été “retourné”. Au même moment, l’armée américaine retrouve vivant le sergent Nicholas Brody, kidnappé huit ans auparavant par les forces d’Al Qaïda. Il est accueilli en héros à son retour aux Etats-Unis. Persuadée qu’il s’agit du fameux soldat devenu terroriste, Carrie, contre l’avis de sa hiérarchie, met Brody sous étroite surveillance. Est-ce simplement de la paranoïa ou a-t-elle vu juste ? Suspense, trahison, conspiration, espionnage, voilà les ingrédients mixés dans Homeland, servi par un casting impeccable. Ça monte en puissance, jusqu’à un final époustouflant. Même si parfois elle n’évite pas quelques clichés c’est une série percutante qui surfe sur la vague de la "parano" qui a suivi la tragédie du 11 septembre 2001. Le casting est excellent Damian Lewis en tête, les personnages fouillés, ambigus... j’ai été complètement absorbée par cette série et cela dès le premier épisode. On se prend au jeu, on fait des suppositions sur tout le monde, on cherche qui ? Pourquoi ? Au final une très bonne saison un et la suite me direz-vous ? Chut…

Punk rock & mobile homes (Derf Backderf)

note: 5Drôlement Punk ! Lila, bibliothécaire - 17 février 2016

Voilà une BD complètement loufoque, joyeuse.
Nous sommes à Akron (Ohio) au début des années 1980 en pleine crise économique. Otto un ado s’est autoproclamé le Baron, il est en terminale où il est la tête de turc préférée des petites frappes du lycée, malgré sa grande taille et son physique impressionnant. Otto vit dans un mobile home, déteste le lycée et il est fan du Punk Rock. Il fréquente assidûment The Bank, la principale salle de concerts punk d’Akron. Jusqu’à son embauche comme videur officiel, là il va rencontrer Klaus Nomi, Joe Strummer des Clash, les Ramones. Lisez-le parce qu'il est furieusement drôle, parce qu'Otto « le Baron » Pizcock est un jeune homme fantasque, sensible et attachant, parce que moi qui ne suis pas fan de ce genre musicale j’ai tout simplement adoré cette histoire. Le graphisme est un peu particulier, il a son charme mais mérite un temps d'adaptation. Et si comme moi vous n'y connaissez rien au punk, l'auteur a concocté une play-list. C’est un témoignage drôle de l’Amérique profonde teintée de musique punk.

Downton Abbey - Saison 1 (Brian Percival)

note: 5Bienvenu à Downton Abbey Lila, bibliothécaire - 10 février 2016

Vous aimez les manoirs gigantesques avec majordome, les grands parcs verdoyants, les ladies et les lords, les robes d’antan, et les tasses de thé Earl Grey? Vous appréciez les histoires de famille, les ambiances feutrées, les héritages délicats, le flegme et l’accent anglais, la petite histoire qui se mêle à la grande ? Alors cette série est faite pour vous !
On suit avec plaisir l’histoire de la très aristocratique famille Crawley et de ses domestiques, depuis le début du XXème siècle jusqu'aux années 1927. Dontown Abbey dresse le portrait passionnant d’une Angleterre écartelée entre modernité et tradition, entre aristocratie et bourgeoisie, entre machisme et féminisme. Elle nous montre la lente évolution des mœurs. Elle allie la beauté des décors, l’intelligence du scénario et un panel de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Les acteurs sont très bons mais c’est Maggie Smith qui emporte tout sur son passage. C’est brillant, c’est enlevé, c’est addictif … Bienvenu à Downton Abbey.

Petit oiseau du ciel (Joyce Carol Oates)

note: 5C'est Joyce Carol Oates Lila, bibliothécaire - 28 janvier 2016

Qui du mari ou de l'amant est coupable du meurtre de Zoé Kruller ?
Cette question et les rumeurs vont marquer, abîmer, hanter et modifier la vie de deux familles. L’enquête piétine et faute de preuves, d’indices, jamais la police ne parviendra à établir qui est le vrai coupable. Comme souvent chez Joyce Carol Oates ,c’est une plongée implacable au sein d’une petite ville marquée par ce fait divers et qui a bouleversé la vie de deux adolescents. Car comment vivre dans le doute, les non-dits, les rumeurs, la violence…Et comme toujours, c’est très bien écrit.

La loi des Sames (Lars Pettersson)

note: 4Une formidable invitation au voyage Lila, bibliothécaire - 13 janvier 2016

Anna Magnusson, une jeune substitut du procureur à Stockholm, est appelée à l’aide par sa famille pour défendre un cousin accusé de viol. Evidemment Anne se précipite à Kautokeino, petite ville se situant en Laponie norvégienne, en plein cœur du territoire des Sames. Pourtant, une fois sur place, rien ne se passe comme prévu… Plus qu’une enquête, Lars Pettersson propose une peinture sociale d’un monde en voie de disparition, un roman tout aussi dépaysant que passionnant dans sa description d’un peuple, de sa culture. L'auteur dépeint avec précision, les rigueurs de l'hiver, les difficultés du métier d'éleveur, la lente agonie de cette activité, l'impossible intégration et l'amertume des Sames, le désœuvrement d'une jeunesse…Une formidable invitation au voyage, pour ceux qui sont curieux des régions arctiques.

Évariste (François-Henri Désérable)

note: 5Captivant Lila, bibliothécaire - 13 janvier 2016

L’auteur dans ce roman nous raconte l’histoire du jeune prodige de mathématiques, Evariste Gallois. De Bourg-la-Reine à Louis-le-Grand, en passant par les Trois Glorieuses et la prison de Sainte-Pélagie, on suit à la trace cette vie fulgurante. On découvre un jeune homme passionné tout d’abord par les mathématiques qu’il découvre à 15 ans, qu’il révolutionne à 18 ans. Il se passionne aussi pour la Révolution de Juillet à laquelle il participe, Charles X a dû céder la place à Louis-Philippe et Evariste, républicain convaincu ne supporte pas ce retour à la monarchie. Donc un petit séjour en prison s’impose ! Evariste, mathématicien de génie du XIXe siècle, a connu un destin flamboyant et fulgurant et méritait cette belle biographie romancée.
Un roman d’un mathématicien ? De prime abord, cela pourrait sembler rébarbatif. Et pourtant, moi qui n’ai jamais rien compris aux maths, j’ai dévoré ce roman. C’est captivant. François-Henri Désérable est un excellent conteur et un fin historien.

Ce sont des choses qui arrivent (Pauline Dreyfus)

note: 5Un très bon moment de lecture ! Lila, bibliothécaire - 15 décembre 2015

Un matin glacial de février 1945, la haute aristocratie française enterre l’une des siennes, Nahtalie de Sorrente. Mais qui était cette jeune reine de Paris ? Qui peut imaginer que cette femme, si belle, si riche, si élégante et insouciante a caché au plus profond d'elle-même, et jusqu'à la tombe, un lourd secret. Frivole, belle, courtisée, Nathalie de Sorrente vit la Seconde Guerre mondiale avec légèreté. Certes, il y a bien quelques contrariétés... Mais, le Sud de la France est un abri sûr et tellement agréable. A la mort de sa mère, Nathalie découvre un secret de famille...
Pauline Dreyfus nous entraîne au cœur d’une intrigue autour du thème du secret de famille, dans une époque trouble qui est traitée avec beaucoup d’ironie. Un roman très intéressant et un très bon moment de lecture.

True detective - Saison 1 (Cary Fukunaga)

note: 5A recommander, partager, offrir... Lila, bibliothécaire - 8 décembre 2015

Louisiane, 1995, deux inspecteurs, Rust Cohle et Martin Hart, enquêtent sur le meurtre de Dora Lange que l’on retrouve nue, coiffée de bois de cerfs et couverte de dessins sataniques. Dix sept ans après, un meurtre similaire oblige la police à rouvrir l’enquête.
La traque d'un tueur en série amorcée en 1995 reprend… True Detective s’installe en plein milieu des superbes paysages du bayou. Avec un rythme lancinant, parfois très lent, une ambiance oppressante, un duo d'acteurs étincelant de noirceur et d'humanité, cette série est passionnante, intelligente, admirablement tournée.
Envie d'une série maîtrisée du début à la fin ? D'une intrigue remarquable, d’une histoire passionnante, percutante ? True Detective est ce qu'il vous faut.
A recommander, partager, offrir…

Aux animaux la guerre (Nicolas Mathieu)

note: 5Un auteur à suivre ! Lila, bibliothécaire - 8 décembre 2015

Quelque part dans les Vosges, un équipementier de l’automobile va fermer. Pas de quoi faire les gros titres. Qui s’y intéresse à part ceux qui vont rester sur le carreau et une inspectrice du travail ? L’hiver approche, le froid et la neige viennent plomber le ciel, et certains n’ont plus rien à perdre … Toutes les conditions sont remplies pour que les choses finissent mal. L’auteur dépeint de façon terrible comment le racisme, la bêtise, la haine sont le résultat inévitable de la misère, de la peur, de la souffrance.
Dans une France actuelle repeinte de manière réaliste et sans concessions, l’auteur signe une intrigue sombre et forte. Très bien ficelé, intelligent, écrit avec finesse, ne passez pas à coté. Un auteur à suivre sans le moindre doute.

Six jours (Ryan Gattis)

note: 5Palpitant Lila, bibliothécaire - 26 novembre 2015

Six jours, dix-sept personnages acteurs ou témoins nous racontent comment la ville de Los Angeles à été mise à feu et à sang pendant six jours. Pourquoi ce déchaînement de violence ? Après l'acquittement des quatre policiers accusés d'avoir passé à tabac Rodney King, un Afro-Américain, six jours d'émeutes, de pillages et d'incendies vont embraser la ville… Ryan Gattis réussit à travers ces personnages à raconter ces jours qui ont secoué Los Angeles. Un récit épique fascinant, une histoire de violence, de vengeance et de loyautés. En donnant la parole à différents narrateurs, il réussit le tour de force de dépeindre différents points de vue qui se complètent et s'imbriquent parfaitement. Sous la forme d’un roman choral palpitant, il nous ouvre les portes des dessous de ces événements en s’infiltrant dans les différents gangs qui peuplent la ville et qui se sont affrontés de façon sanglante pendant ces six jours de chaos.

Oeuvre non trouvée

note: 5A ne pas rater Lila, bibliothécaire - 19 novembre 2015

C’est l’histoire d’une jeune fille au XIIème siècle qui vit entre une mère autoritaire qui la marie à 13 ans et un clergé corrompu. A 18 ans, son mari meurt. Et contre l’avis de ses parents qui voudraient la remarier, elle décide de rejoindre « L’Ordre des veuves » au sein d’une léproserie. Juette, dont c’est l’histoire, est en rupture avec les conventions, sa condition, le clergé mais pas avec Dieu. Ce n’est pas une insoumise, ni une hérétique, c’est une passionnée. Et son combat contre la perversion, son refus de plier l’échine aura un prix. Ce récit à deux voix, celui de Juette et de son ami confident le prêtre Hugue de Floreffe, est magnifique, rapide et poétique à la fois. C’est une écriture pleine de finesse et de sensibilité. Ne vous laissez pas rebuter par le sujet et l’époque où se situe le roman, c’est un très beau livre, à ne pas rater.

Arlington Park (Rachel Cusk)

note: 1Desesperate ennui Lila, bibliothécaire - 19 novembre 2015

A lire sous lexomil. L’histoire se déroule sur une seule journée, à Arlington Park, banlieue anglaise. Elle nous fait entrer dans quatre foyers différents. Les femmes de ces foyers ont tout pour être heureuses en apparence et pourtant, elles se sentent frustrées, déçues par la vie qu ‘elles mènent en tant qu’épouses et mères. L’auteur décrypte les désillusions et les frustrations de ces femmes.

Voilà, pour le résumé de l’histoire. Elles s’ennuient et moi avec ! Certes, les portraits sonnent juste ainsi que les situations et les dialogues, mais ce fut pour moi un long « Desesperate ennui »

Oeuvre non trouvée

note: 4Une nuit avec la mort. Lila, bibliothécaire - 3 novembre 2015

La couverture est magnifique. Leftéris vit seul et travaille depuis vingt ans dans une entreprise de pompe funèbres. Son patron l’appelle en urgence pour s’occuper d’un mort qu’ils ne peuvent enterrer car sa fille veut le voir une dernière fois. La chambre froide est en panne. Il doit donc emmener la dépouille à l’écart de la ville et le garder jusqu’à l’arrivée de la fille du défunt. Mais la nuit rien ne va se passer dans le calme et la tranquillité.
Cette belle chronique sociale douce-amère sur la vieillesse est admirablement mise en image par Athanassios Pétrou.

Une Antigone à Kandahar (Joydeep Roy-Bhattacharya)

note: 5Remarquable Lila, bibliothécaire - 3 novembre 2015

Nizam, jeune femme mutilée, descend les hautes montagnes afghanes en fauteuil roulant pour récupérer le corps de son frère, Youssouf, mort au combat. En face d’elle, des soldats américains qui refusent de lui donner le corps. Qui est cette femme en burqua ? Est-ce un piège ? S’agit-il d’un appât ? D’une diversion des talibans ? Les soldats ont peur ! Portrait d’une femme forte n’obéissant qu’à la loi familiale et bien décidée à récupérer le corps de son frère. Le roman est une véritable plongée froide dans l’absurdité du conflit. Remarquable !

L'essai (Nicolas Debon)

note: 5Un rêve ! Lila, bibliothécaire - 3 novembre 2015

Qu'un homme rêve et ce n'est qu'un rêve, que plusieurs hommes rêvent ensemble et c'est le début d'une réalité. En 1903, un homme, Jean-Charles Fortuné Henry, crée sur une parcelle de terre dans les Ardennes, au cœur du village d’Aiglemont, une communauté : L’Essai, où se côtoient artistes, artisans, politiques et ex-prisonniers. Une communauté anarchiste où les hommes et les femmes vivraient et travailleraient en commun, sans gouvernement, sans autorité, forts de l'ambition commune de vivre ensemble.
De cette tranche d’histoire quasi inconnue, l’auteur s’est inspiré de l'histoire vraie de Jean-Charles Fortuné Henry pour nous raconter une aventure humaine, un rêve, un espoir… Tout au long du récit, Nicolas Debon dessine avec beaucoup de délicatesse l'incarnation éphémère du rêve et la chute de l'utopie. Captivant du début à la fin !

L'enfer de Church Street (Jake Hinkson)

note: 5Un vrai plaisir ! Lila, bibliothécaire - 24 septembre 2015

Paul pensait que ce serait du gâteau : braquer un homme sur le parking d’une station-service du Texas en pleine nuit, rien de plus simple. Surtout quand l'homme en question est obèse et a du mal à se déplacer. Mais c'était sans compter sur Geoffrey Webb qui n’attendait presque que cela, se faire braquer !
Sauf qu'évidemment, les choses ne vont pas se passer comme prévu. Qui est Geoffrey Webb ? Pourquoi se laisser braquer aussi facilement ? L’Enfer de Church Street est un magnifique roman, complètement décalé, peuplé d’une incroyable galerie de personnages, mêlant réalité crue et humour noir. Rien ne se terminera comme on aurait pu l'imaginer...
Un roman noir aussi court que percutant. Un vrai plaisir.

Notre désir est sans remède (Mathieu Larnaudie)

note: 4Grandeur et décadence Lila, bibliothécaire - 24 septembre 2015

Grandeur et décadence à Hollywood d’une actrice trop belle, trop libre pour ne pas déranger les bonnes consciences de l’Amérique. Frances Farmer a eu une vie singulière et tragique, une insoumise qui défie les codes et les trajectoires que l’on a tracés pour elle, mais elle fut comme tant d’autres broyée par la machine hollywoodienne. A travers le portrait de Frances Farmer, actrice rebelle et star déchue du cinéma américain des années 30, l’auteur, propose une vision extrêmement intelligente de l’Amérique du vingtième siècle,de sa violence et de son rapport à l’image.

Millénium n° 4
Ce qui ne me tue pas (David Lagercrantz)

note: 4La saga continue Lila, bibliothécaire - 24 septembre 2015

Comment imaginer qu’il était possible de ressusciter la magie des trois premiers Millenium écrits dans une sorte d’état de grâce, au point que l’on s’identifiait à une hackeuse gothique ou à un reporter déprimé…

Le résultat ? Je suis très contente de retrouver et surtout d’avoir des nouvelles de Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist, savoir ce qu’ils sont devenus. J'ai très vite retrouvé ce qui m'avait conquis dans cette saga. L’histoire est ancrée dans un contexte politique actuel, où l'espionnage et le contrôle sont omniprésents. j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce quatrième volume, un bon roman, distrayant et efficace, qu'on dévore littéralement. Et on se dit que la saga Millenium continue …Et c'est une bonne nouvelle !

Le sculpteur (Scott McCloud)

note: 4Le Sculpteur Lila, bibliothécaire - 2 septembre 2015

David Smith, artiste désabusé et en panne d’inspiration, rencontre son oncle Harry dans un café. Oncle à qui il confie ses doutes et surtout ses espérances : il n'y a qu'un problème, son oncle est mort depuis bien longtemps... Il va proposer à David un pacte : 200 jours pour sculpter à mains nues, et faire rebondir sa carrière en échange de sa vie. Comment David va utiliser ce nouveau pouvoir et comment mettre à profit ses 200 derniers jours sur Terre ? Mais, car il y a toujours un mais dans les histoires, il va rencontrer Meg !
Tout est extrêmement bien pensé et travaillé. Le scénario est parfaitement maîtrisé, les couleurs noirs, blancs, bleus collent parfaitement bien à l'ambiance, à l’histoire…Ce roman graphique de près de 500 pages se lit très facilement, et la fin…Je vous laisse la
découvrir !

L'innocence des bourreaux (Barbara Abel)

note: 1L’innocence des bourreaux Lila, bibliothécaire - 2 septembre 2015

Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie pousse la porte du magasin, armé et cagoulé et cette journée tourne au cauchemar. La vie de ces hommes et femmes sans histoire, du moins en apparence, bascule dans l’horreur.
Est-ce qu’une idée originale de départ fait un bon polar ? J’ai accroché aux premières pages mais, au fur et à mesure, je ne croyais plus à cette histoire, à ces personnages… j'ai trouvé la plupart des personnages trop caricaturaux et les dernières pages sont trop tirées par les cheveux.

Un été 63 (Tracy Guzeman)

note: 1Trop lisse ! Lila, bibliothécaire - 2 septembre 2015

Je m'attendais à un roman profondément sombre, malsain, abordant une relation fraternelle étouffante. Mais j’ai rapidement déchanté, c’est tellement, tellement lisse sous de faux airs de tragédie brûlante. Pourtant c’est bien écrit mais j’ai trouvé que tout dans ce roman sonne faux, les personnages, l’histoire, l’intrigue…Bref je n’ai pas aimé !

Avoir un corps (Brigitte Giraud)

note: 4Avoir un corps Lila, bibliothécaire - 21 juillet 2015

Un récit autobiographique dans lequel l'auteur déroule le film de sa vie, de son enfance jusqu'à la quarantaine, film d'une époque raconté du point de vue du corps.
Brigitte Giraud excelle à décrire toutes les émotions que traverse le corps au fil du temps.
Si bien que le lecteur s'identifie complètement et retrouve des sensations oubliées, mais combien familières, à travers cette femme qui traverse des épreuves.
Un récit prenant, qui nous parle, écrit avec beaucoup de sensibilité, sans jamais être grave.

Oeuvre non trouvée

note: 5En finir avec Eddy Bellegueule Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

« De mon enfance je n'ai aucun souvenir heureux », ainsi commence ce roman. Dans ce petit village de Picardie, ravagé par le chômage,l'alcool, la misère... Eddy n'appartient pas à ce monde où un homme se doit d'être un dur. A l'école, on se moque de lui, il est maltraité. Comment faire comprendre à sa famille et à son entourage sa différence, sa souffrance ?
Parfois,j'étais obligé de me pincer pour me souvenir que ce récit se passe aujourd'hui et pas dans les années 50...

La très grande force de ce livre repose, sur l'absence de jugement. L'auteur raconte, relate les faits tels qu'il les a vécus. Et pour se construire Eddy Bellegueule a rompu avec son enfance, son milieu. Un récit d'une force incroyable, sans colère, ni haine mais parfois avec une certaine tendresse envers sa famille.

Mudwoman (Joyce Carol Oates)

note: 5Mudwoman Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

Après le décevant « L’étrange Mr Kidder », JCO est de retour. C’est avec grand plaisir que j’ai lu ce troublant, magnifique, brillant roman.
Mudwoman raconte le destin exceptionnel d’une enfant abandonnée dans un marécage, qui a été sauvée puis recueillie par des parents adoptifs… Meredith, est devenue une brillante philosophe. A la veille de la deuxième guerre en Irak, elle est nommée première Présidente femme d’une des plus prestigieuses universités des États-Unis. Elle vit seule, sans amis, avec un amant absent. Elle va payer cher son succès professionnel : La surcharge de travail et de faux-semblants sociaux que représente la direction de l’université, la tentative de suicide d’un étudiant ainsi que son statut de femme, par forcément accepté par le milieu universitaire dans lequel elle évolue, malgré les idées progressistes qui circulent. Un an après sa nomination comme présidente, Meredith vacille et perd peu à peu pied, elle ne parvient plus à faire face aux démons du passé. Elle a voulu tourner le dos à son enfance mais celle-ci s'impose dans ses pensées, dans sa vie...
J’ai aimé suivre la trajectoire hors norme de la fillette à l’adolescente et à la femme accomplie qui va peu à peu retourner à Mudwoman.
Tout au long du roman, nous naviguons entre le passé et le présent, entre Mudgirl et Mudwoman. Comment fait Joyce Carol Oates pour plonger si profondément et justement dans la noirceur des personnages ? Une plume remarquable, un récit puissant et parfois dérangeant, du grand, du très grand JCO.

Oeuvre non trouvée

note: 5Le cinquième Beatles L’histoire de Brian Epstein Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

Je ne connaissais pas l’histoire de Brian Epstein, j’en avais vaguement entendu parler mais sans vraiment chercher à savoir qui il était.
Je vois cette BD en Librairie, je l’achète et je m’empresse de la lire. Je n’ai pas regretté.
L’histoire de Brian Epstein est fascinante et indispensable. Cette Bio-grahique rend hommage à celui qui a eu le génie de croire au talent des Beatles. A celui qui a su les mettre en lumière et qui leur avoir ouvert les portes de la gloire.
La vie d’Epstein est belle et tragique, c’est l’histoire d’un génie qui a rêvé sa vie. Superbe.

Le justicier d'Athènes (Pétros Márkaris)

note: 4Le justicier d’Athènes Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

Deuxième volet des enquêtes du commissaire Kostas Charitos sur fond de crise économique, sociale et politique dans la Grèce d’aujourd’hui. Au cœur d’Athènes, un homme menace les fraudeurs fiscaux. Si ces derniers refusent de se déclarer au fisc, ils seront exécutés. Récolter les impôts et les reverser à l’Etat, quelle noble mission pour un tueur au sang froid. L’auteur nous promène dans Athènes paralysée par les embouteillages, à la recherche de ce mystérieux justicier qui semble mener une croisade contre les fraudeurs du fisc.
je trouve que c'est peut être la meilleure description actuelle de la crise économique, mais aussi morale et politique, que traverse la Grèce. Le tout arrosé d’une bonne dose d'humour, et même d'espérance.
J’ai pris un immense plaisir à retrouver le commissaire Charitos, qu’on suit tout au long de son enquête mais aussi dans le quotidien de sa vie de famille. A travers son regard lucide, on a une vision de ce que vivent les Grecques, de l’ambiance, de la crise... Un très bon polar

Ainsi résonne l'écho infini des montagnes (Khaled Hosseini)

note: 5Ainsi résonne l’écho infini des montagnes Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

Ainsi résonne cette superbe histoire, de celle qui vous reste dans la tête très longtemps. Le roman commence par un conte que raconte un père à Pari sa fille et à son fils Abdullah. Un conte beau et cruel à la fois. Ce conte a une résonance sur les événements à venir. 1952 à Shadbagh, un petit village afghan. Abdullah et Pari, frère et sœur unis par un lien indéfectible. Ils ont un oncle Nabi qui vit à Kaboul qui va défaire ce lien. Des années cinquante à nos jours, nous suivons les conséquences de l'acte de Nabil. Différentes époques, des lieux variés, de nombreux personnages qui deviennent tout à tour le personnage principal. Ce roman est construit comme un puzzle, qui donne l’impression qu’aucune de ces pièces n’est liée. Mais chaque pièces va nous mener de Pari à Abduallah ou le contraire. C’est un beau roman, riche, passionnant et je vous en recommande chaudement la lecture.

Ma révérence (Lupano)

note: 5Ma Révérence Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

Un vrai coup de cœur. Vincent et Gabriel Roquet, dit « Gaby Rocket » montent un plan pour braquer un fourgon blindé. Démarrant comme une banale histoire de casse, le récit s’intéresse très vite au parcours personnel de Vincent jeune trentenaire dont la vie a subi quelques sorties de route. Et Gaby ! Gaby est alcoolique, raciste, homophobe. Et ce duo compte faire le casse du siècle. Mais attention c’est un casse révolutionnaire. Je ne vous en dis pas plus. L’histoire est construite autour de ce duo réussi. J’ai trouvée l’histoire originale et d’une grande qualité. J’ai adoré les dialogues, les dessins, l’humour toujours présent. C’est drôle, touchant, d’une finesse incroyable, jubilatoire.

Kouty, mémoire de sang (Aïda Mady Diallo)

note: 4Kouty, mémoire de sang Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

Au Mali, Kouty est une petite fille sans problème mais le monde s'effondre autour d'elle le jour où une bande de pillards massacre toute sa famille. Elle a dix ans, elle est recueillie par Odile et Marceline qui l’élèvent dans les vapeurs de cuisine de leur restaurant. Kouty grandit avec un seul objectif : retrouver et faire payer ceux qui ont massacré sa famille et détruit son village. La vengeance est sa seule raison de vivre. Kouty va-t-elle réussir à venger sa famille ? Et comment ?

J’ai trouvé l’histoire très sombre mais servi par une très belle écriture, avec des bonheurs d’expressions africaines. Aïda Mady Diallo est la première « écrivaine » de romans policiers africains à intégrer la « La Série noire ». Aïda Mady Diallo est une plume africaine à découvrir.

Londres-Santorin (Raphaël Drommelschlager)

note: 3Londres Santorin, aller-retour Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

Écrivain londonien de renom, Tom Katz vit toujours dans le souvenir d'Anna, sa compagne décédée tragiquement. Pour tenter de se distraire des pensées obsessionnelles qui lui font voir Anna partout, il part sur l’île de Santorin en Grèce. Il compte sur ce dépaysement pour oublier Anna, pour écrire un nouveau roman et repartir dans la vie du bon pied…C’est là qu’il assiste à l’émoi que provoque parmi les clients une mystérieuse Pénélope Brown qui a réservé les meilleurs emplacements sans jamais s’y montrer. Voilà le sujet que s'offre Katz, comment vont réagir les clients de l'hôtel si on les questionne sur la mystérieuse mademoiselle Brown. Tout se passe bien jusqu'à ce qu'une certaine miss Brown arrive au bord de la piscine... Ce n’est pas la BD de l’année, mais j’ai bien aimé ce polar graphique au dénouement assez subtil.

Le chien qui louche (Étienne Davodeau)

note: 3Le chien qui louche Lila, bibliothécaire - 16 juillet 2015

D’après ce que j’entends autour de moi, cette BD n’est pas aussi bien que « Les ignorants », l’histoire est légère…Alors évidement je l’ai lu et j’ai aimé mais vraiment et justement parce l’histoire est légère, teintée d’humour, comique et parfois rocambolesque. J’ai bien aimé me balader dans les allée du Louvre avec Fabien. Et puis j’ai trouvé que c’était une belle réflexion, quelle est la valeur d’une œuvre, est-ce que toute les œuvres ont le droit, méritent leurs place aux Louvre ou dans n’importe quel musée ?
Une belle histoire décalée, savoureuse.
Oups, je n’ai pas fait de résumé ! Ce n’est pas grave, j’espère que cela vous donnera encore plus envie de la lire. Bonne lecture.

Retour Haut